précarité

  • Le Coronavirus et la Suisse invisible!

    Imprimer

    1.jpgEn cette période de confinement où l’opinion publique est partagée quant à l’efficacité du port du masque plusieurs personnes oubliées du système se tournent vers la société civile pour pouvoir tout simplement mangé. Elles sont invisibles car elles ne remplissent pas tous les critères de l’aide social et donc elles n’ont pas accès aux aides ni au subside de l’état. Le chiffre le plus récent que j’ai trouvé date de 2015. On estime à 76’000 personnes le nombre de sans papiers (hors ressortissants de l’UE/AELE). Pour les spécialistes il faut multiplier par 3 cette moyenne pour une meilleure vue d’ensemble. Ajouter à cela les personnes âgées qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts, des réfugiés qui sont dans la nature car leur demande a été refusée et vous obtenez la coronavirus,suisse invisible,solidarité,précarité,précarité à genèveSuisse invisible. Sans parler des 660’000 habitants (chiffre de 2018) considérés comme pauvres. Pour un pays aussi riche que la Suisse qui a fondé la Croix-Rouge et qui aide considérablement d’autres populations hors de nos frontières est quelque peu anachronique.

    Samedi 18 avril, un groupe facebook au nom de « Caravane de Solidarité-Genève » a organisé une distribution de denrées alimentaires à la Rue Jean-François-Bartholoni entre le Parc des Bastions et la plaine de Plainpalais à quelques mètres du quartier des banques. Tout un symbole! Opération annoncée au préalable sur le réseau social au logo bleu pour un début de distribution à 14h. Plusieurs personnes se sont déplacées et ont commencé à former une longue file d’attente depuis 10h30 du matin. Résultat: coronavirus,suisse invisible,solidarité,précarité,précarité à genèveintervention de la police municipale qui a mis fin à cette opération de solidarité non autorisée. Mais c’est sans compter sur la ténacité et l’abnégation des organisateurs qui ont déplacé leur activité citoyenne sur une autre commune non loin d’un terminus de bus. Cette initiative personnelle et solidaire montre la limite des actions qui ne sont pas cadrées par des institutions comme Caritas, la Chaîne du bonheur, la Croix Rouge, l’Hospice général, Samedi du partage...et d’autres associations aux moyens limités. Il y a une autre opération: « le caddie des séniors » sur Facebook qui se substitue à l’aide sociale en collectant et en distribuant des vivres aux plus nécessiteux de nos aînés. Des chaînes de solidarité ont vu le jour dans plusieurs quartiers du pays et nous avons également assisté à des actes d’égoïsme de certains de nos concitoyens avec les frénésies d’achat et le refus de respecter les normes sanitaires. Ce qui se déroule maintenant en Suisse est un microcosme de la société mondiale réunis pour le meilleur et pour le pire grâce ou à cause d’un virus mortel.

    coronavirus,suisse invisible,solidarité,précarité,précarité à genève

    Illustrations: Facebook

    coronavirus,suisse invisible,solidarité,précarité,précarité à genève

    A lire aussi:

    Coronavirus: "Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire"

    Coronavirus: une ballade en photos

    Coronavirus: l'indécence de l'UDC et du PLR

    Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel

    Coronavirus: La Suisse cache ses morts

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus: c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • La photo du jour: carton rouge pour Genève!

    Imprimer

    jardin anglais,précarité,genève,luxe,précarité et richesse

    A quelques mètres de la luxueuse rue du Rhône, sous les enseignes des prestigieuses marques horlogères suisses, en face de l’hôtel Métropole et ses 5 *,  derrière l’Horloge fleurie, à côté du restaurant la Potinière cette photo a été prise un peu à la sauvette avec un smartphone le samedi de la Course de la Marmite. Pourquoi autant de détails pour la géolocalisation? Ce n’est pas plus facile de dire que cet instantané est née au «kiosque à musique» du Jardin Anglais?  L’insistance pour montrer la position du lieu est voulue. C’est pour souligner le contraste entre le luxe et les conditions de vie de cet homme qui passera sa nuit au froid dans une température qui certainement a joué avec le 0 degré. Ce soir-là le Jet d’eau a revêtu une couleur rouge à l’occasion de la «Journée mondiale de lutte contre le sida». Joli geste de la part des Services industriels de Genève qui ne manquent pas une occasion pour coller à l’actualité. Et pourquoi notre Jet d’eau n’adoptera pas cette couleur définitivement tant qu’il y a des citoyens qui dormiront dans la rue? La situation de cet humain n’est pas un cas isolé. Chaque matin ou presque à l’heure du croissant une autre personne en compagnie de son chien dort sur un banc public sur la Place Bel Air devant un balais incessant et insensible des va-et-vient des usagers des transports publics. Sûrement vous avez rencontré sur votre chemin d’autres personnes précaires qui vivent le même cauchemar tous les jours. Comme moi vous vous êtes certainement posé la question comment de telles situations peuvent exister dans l’une des plus belles et plus riches villes du monde? Carton rouge pour Genève!

    Et la série "Photo du jour" ici

    Et demain est un autre jour!