karl karl grünberg

  • Oskar Freysinger candidat à la vice-présidence de l’UDC ! par Karl Grünberg

    Imprimer

    299453_2419849504703_1505378376_32594634_1686880874_n.jpgDes faits. Des noms. Des dates.
    La direction du plus grand parti gouvernemental suisse s’ouvrira-t-elle à un raciste déclaré ?
    Au porte-parole suisse de l’islamophobie européenne ?
    Pour Oskar Freysinger l’islam est génétique, des mondialistes - des Sages de Sion? - complotent contre les peuples, le bradage de la race blanche provoque une situation de guerre civile(voir ici). Le 26 septembre 2011, il annonce à la Tribune de Genève sa disponibilité pour la vice-présidence de l’UDC, et confirme le 25 octobre sa candidature à la Télévision Suisse romande.
    S’il appartient à l’UDC de désigner ses responsables, il nous appartient de prendre position! Oskar Freysinger n’a pas sa place à la présidence du plus grand parti de Suisse.

    Le site Novopress du Bloc identitaire français a posté l’an dernier une vidéo interview où il défend «des millénaires de culture occidentale et judéo-chrétienne» et veut régénérer les peuples européens soumis aux adeptes d’un dogme globalisateur qui manipuleraient l’islam pour «détruire l’identité, les frontières, les systèmes immunitaires des Etats-nations et créer une sorte de magma global pour détenir le pouvoir démesuré qu’ils convoitent»
    Oskar.jpgLes groupes néonazis sont connus pour tenir de tels propos. Entre 1998 et 2004, ACOR SOS Racisme s’est associée au réalisateur Daniel Schweizer pour faire connaître son travail documentaire sur les nouvelles formes du racisme; sur leur impact auprès de milieux alors minoritaires (Skin or Die, Skinhead Attitude, White Terror).
    Alors, les hammerskins organisaient des concerts clandestins pour diffuser les propos qu’Oskar Freysinger tient aujourd’hui ouvertement. Alors, les pouvoirs publics les interdisaient lorsqu’ils en étaient informés.
    Le porte-drapeau victorieux de l’initiative contre la construction de minarets en Suisse, coqueluche des médias, se pavane sur des plateaux télé qui l’accueillent jusqu’à plus soif et fait carrière en professant son racisme.
    Il ne doit pas être interdit, mais combattu. ACOR SOS Racisme appelle à développer la volonté politique de combattre le racisme.
    Automne 2011, toile de fond
    Ses bailleurs de fonds spéculent sur les parts de marché et l’UDC sur la «part électorale». Il espérait 30% des suffrages aux élections de 2011, il tombe à 26,6%, reculant de 2,3% par rapport à 2007. Si le Journal télévisé relève son score personnel, Freysinger est déçu. L’UDC a mené «une campagne trop centriste, trop molle». Il marque sa différence: «il faut être plus intelligent, plus malin, plus rusé» et espère «jouer un rôle plus important dans la direction du parti». Divergence au sommet? Pour le patron du parti, Christoph Blocher, son erreur est au contraire d’avoir péché par arrogance, d’en avoir trop voulu.
    Cador de l’islamophobie européenne, familier du Vlaams Belang de Filip Dewinter (Belgique), de Geert Wilders (Hollande), star du Bloc Identitaire, de Riposte Laïque et du Front National en France, Oskar Freysinger est populaire en Suisse pour ses coups de gueule et sa dégaine d’animateur de camp de vacances. Sa vice-présidence, il la veut au moment où l’UDC, au nom de la concordance démocratique, revendique 2 des 7 sièges gouvernementaux. Le prend-on pour un bouffon? Ses excès dédouanent-ils ses concurrents? Son racisme sans complexe laisse indifférent. Sa vision politique devra être étudiée. Ici, nous le citons et vous invitons à le lire attentivement.
    Islamophobie et passage à l’acte
    Le 31 octobre, à la veille de la publication très annoncée de Charia Hebdo, un incendie apparemment criminel a brûlé Charlie Hebdo. Le buzz. Gouvernement français, opposition, opposition de l’opposition, tous bombent le torse, le regard tendu sur la ligne bleue des Vosges. L’islam ne passera pas, etc.
    Jeudi 10 novembre, le feu ravage dans l’indifférence la mosquée de Montbéliard.
    Vendredi 11 novembre le terrain de la future mosquée de Granges est souillé de déchets de porc. Granges et Montbéliard… sont proches de Wangen bei Olten.
    «On n’a pas pu empêcher le minaret de Wangen bei Olten et c’est pour cette raison qu’on a réagi», expliquait Oskar Freysinger dans la vidéo-interview qu’a postée Novopress.
    Le bouillant député n’y a pas mis le feu. «Il a longuement réfléchi, on butait contre la constitution, contre des lois, contre les conventions internationales. Lorsque vous n’avez pas d’autre angle d’attaque que ce que permet le juridisme moderne, le seul possible devient par définition le meilleur».
    1.jpgPourquoi s’en prendre au minaret? «Le minaret n’étant pas une obligation doctrinale, il n’est pas nécessaire à la pratique de la foi et on ne peut pas nous accuser de les empêcher de pratiquer».
    Pourquoi s’en prendre aux musulmans? «Parce que leur dogme est en contradiction flagrante avec l’Etat de droit».
    Posture démocratique cocasse dans la bouche d’un homme qui explique comment tourner l’Etat de droit. «Ça nous a permis à travers ce symbole de donner un message qui a été très, très clairement entendu».
    «En France, à peu près 6 millions de musulmans ont imposé partiellement leur loi dans certains ghettos la dégénérescence, je parle bien d’une dégénérescence, au niveau de l’Etat de droit et de la République, est tellement avancée que les corps d’autodéfense sont comme paralysés».
    «La société occidentale a créé autour de l’islam une ceinture de protection comme celle que crée le corps autour de cellules cancéreuses. C’est lui-même qui produit les ceintures de protection et peu à peu l’organisme est bouffé et ne peut plus se défendre».
    L’islam un cancer, une maladie mortelle? Oskar Freysinger est raciste. «Raciste? On parle de n’importe quoi, ça n’a rien à voir, depuis quand l’islam est-il une race - hin hin - ce n’est pas une race - hin hin - c’est un dogme politique». «Un mensonge bien formulé vaut mieux qu'une vérité mal exprimée», aime-t-il dire.
    L’islam est génétique! Protégé pas sa précaution oratoire de la disposition pénale 261bis qui, en Suisse, réprime - mal - certaines manifestations du racisme, il développe sa «pensée», «la menace musulmane est démographique»!
    «La France n’a plus le monopole du dernier village gaulois, d’Asterix et d’Obelix qui résistent à l’envahisseur, la Suisse l’a remplacée – comme nous sommes des Helvètes et donc des Celtes, ça ne pose aucun problème que nous ayons pris la place des Français dans le rôle des Gaulois qui préfèrent prendre leur destin en mains plutôt que de se le faire dicter par une lointaine Rome».
    «Sans haine, sans frustration particulière, constater froidement puis agir».
    Le constat? Oskar Freysinger invente l’existence d’un complot musulman qui «n’a pas caché sa stratégie imposée par le djihad: la volonté d’islamiser le monde. C’est leur vision du monde, ils jouent leur partition - et moi si j’étais musulman je ferais comme eux -j’essaierais d’éviter des attentats sur sol européen et j’avancerais au niveau de la démographie, avec la création de sociétés parallèles et j’occuperais le territoire jusqu’au point de non retour. Ils font juste on ne peut pas leur en vouloir. C’est leur doctrine, leur manière, leur volonté, leur but. Longtemps je n’ai pas compris tant de complaisance à se laisser faire puis compris qu’elle est due à quelques personnes prêtes à s’allier au diable au nom d’un dogme globalisateur, à détruire l’identité, les frontières, les autodéfenses - les systèmes immunitaires - des Etats-nations, pour créer une sorte de magma global et détenir un pouvoir démesuré en le chapeautant».
    N’est-il pas antisémite celui qui croit en l’existence d’un complot pour dominer le monde?
    L’action? Il y aura une réaction, les gens se soulèveront, et ce sera sanglant, une sorte de guerre civile, ça va faire des dégâts, ça sera pas beau à voir».
    L’action? «Je pense que le combat européen ne sera possible que lorsque l’union européenne aura volé en éclats. Le système actuel paralyse les systèmes d’immunité, d’autodéfense des communautés que sont les nations pour créer cet internationalisme factice. Je pense que la prochaine crise verra la fin de l’Union européenne. La prochaine crise financière est quasiment programmée. Du point de vue structurel rien n’a été modifié depuis la dernière, on a essayé de boucher les trous comme on jette une goutte d’eau sur une pierre chaude. Je souhaite de tout mon cœur que ce système vole en éclats. Les Etats-nations reprendront l’initiative, reprendront leur destin en mains et pourront de nouveau agir dans le cadre de frontières à mesure humaine.»
    «En France, vous avez besoin d’un nouveau Charles Martel - je ne peux pas jouer ce rôle depuis la Suisse» conclut-il modestement.

    Karl Grünberg
    ACOR SOS Racisme

    Et demain est un autre jour!