covid19

  • Tiens, la deuxième vague est arrivée !

    Imprimer

    1554575890.jpegC’est officiel, et ce n’est pas moi qui le dit mais les hautes autorités du pays qui ont décrété ces derniers jours l’arrivée de l’inévitable 2ème vague. Une vague, qui normalement ne sera pas suivie d’une troisième, vue l’avènement imminent de vaccins déjà en phase III d'essai clinique avant homologation.
    973839276.jpgLa Covid-19 qui est partie de Wuhan est en passe d’être définitivement maitrisée par l’empire du milieu. Presque plus de cas et seulement quelques décès à déplorer. Ce n’est pas moi qui le dit mais les autorités chinoises qui le fanfaronnent. Et on peut leur faire confiance question censure et fiabilité statistique ! Quatre vaccins made in Chine sont actuellement testés sur des milliers de volontaires et à ce jour, aucun effet indésirable grave est à déplorer. Le miracle Chinois dans toute sa splendeur ! Après le virus, le remède. Je n’ai aucune arrière pensée conspirationniste, que cela soit dit.
    122202670_10221646661068761_3462613422743485682_o.jpgRevenant en Suisse. On parle de plus en plus d’un prochain confinement. Light bien entendu. Un lockdown made in Suisse qui ménage les milieux économiques. On table sur une semaine ou deux le temps que la courbe des cas positifs fléchisse un chouia et que le personnel de santé puisse soufflé un petit moment avant de commencer à vacciner à tous azimuts.

    Une bonne nouvelle pour les amateurs de la petite reine. Les pistes cyclables seront renforcées, les places de parking pour les voitures passeront à la trappe et la Confédération subventionnera jusqu’à 50% tout achat de vélo électrique. Prévoyez d’offrir à vos proches un vaccin pour Noël et d’ici là en attendant l’imminent semi-confinement express à la sauce Suisse, allez chez le coiffeur et faites une réserve de papiers toilettes pour ne pas revivre le même scénario du mois de mars dernier. Et enfin, pour renforcez votre système immunitaire, achetez des oranges bio à la Migros (6.90.- chf pour 1,5 Kg).
    PS: cette note est sponsorisée par la Chine et le géant orange.

    Toutes les notes sur "Le coronavirus" ici

    Et demain est un autre jour !

     

  • A quoi sert la confédération ? Réponse: à uniformiser, pardi !

    Imprimer

    Berset.jpgSur le vif. Le monde entier à quelques rares exceptions croule sur le nombre grandissant de cas positifs et de décès covid-19. La Suisse, par le biais de son Conseil fédéral semble en décalage avec la réalité du terrain plus encline à préserver les intérêts économiques que la santé de sa population. Notre ministre de la santé, Alain Berset, admet enfin que nous sommes entrés de plain-pied depuis deux semaines dans la 2ème vague. Nous attendions à de vrais mesures, des mesures radicales pour endiguer cette dangereuse courbe ascendante. Mais voilà, la séance Simonetta.jpgextraordinaire dominicale tant attendue depuis vendredi, n’a accouché que d’une minuscule souris avec les 3 mesurettes du Conseil fédéral. Port du masque généralisé dans l’espace public clos, les rassemblements de plus de 15 personnes interdits dans les lieux publics et la recommandation du télétravail. De l’avis même d’Alain Berset, le Conseil fédéral a choisi « un chemin moins coercitif pour l’économie et la société ». Et la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, reine du suspense avec « il est minuit moins 5 » et « chaque jour compte » nous parle de « mesures de prévention » pour « aplatir la courbe ! » Et les 2 conseillers du dimanche se rejoignent et sont unanimes sur 2 faits:
    -Ces mesures ont été dicté et voulu par les cantons
    -Que les cantons peuvent aller plus loin

    coronavirus en suisse,coronavirus,covid 19,covid19,alain berset,conseil fédéral,simonetta samaruguaAvec cette séance extraordinaire et surtout les mesures décidées ce jour, montrent les limites du fédéralisme. Les pays européens se calfeutrent et s’entourent de décisions fortes pour le bien de leur population, et le Conseil fédéral avance aussi lentement que nécessaire et aussi inéficasement que possible démontrant ses limites. Pendant toute cette semaine nous avons entendu le cri d’alarme des milieux hospitaliers à travers différents cantons. Mais pour Berset, il n’y a pas péril en la demeure. Tout est sous contrôle ! On a eu affaire à un petit Conseil fédérale ce dimanche qui s’est contenté d’uniformiser des mesures déjà existantes à Genève et dans d’autres cantons du pays. Circulez, y’a rien à voir sous la coupole.

    Toutes les notes sur "Le coronavirus" ici

    Et demain est un autre jour !

  • Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Imprimer

    1.jpgLes nouvelles qui viennent du front sont plus qu’inquiétantes ou alarmantes, elles sont carrément flippantes. Le nombre de victimes ne cesse d’augmenter, de progresser, de se multiplier et de prospérer…les affaires des pompes funèbres, des pharmaciens, des grandes chaînes de distribution, du secteur des livraisons et de nombreux profiteurs. Les pays limitrophes l’Italie en premier, la France en second payent un long tribut à cet insatiable Coronavirus. Et vous, de Berne, vous temporisez, vous vous tâtez encore, vous faites du surplace, vous appliquez le principe de précaution, vous avancez mais pas trop, à petits pas, vous donnez toutes ses lettres de noblesse à la célèbre expression: «il n’y a pas le feu au lac!», vous vous dédoublez sur la petite lucarne en plusieurs langues pour apporter la bonne parole dans les foyers et réconforter la population tout en la responsabilisant pour qu’elle suive à la lettre vos recommandations, vous lancez des challenges sur Instagram pour rallier les instragrammer à votre cause médiatique, vous et vos 6 autres collègues vous donnez des conférences à la pelle pour annoncer des petites mesurettes indignes des attentes du peuple... M. Berset, vous qui êtes en charge de la santé en dehors des plateaux de TV combien d’hôpitaux vous avez visité ces derniers jours pour apporter votre soutient au personnel médical et votre compassion auBerset 4.pngx malades? Vous étiez beaucoup plus souvent devant un micro et une caméra qu’au chevet d’un malade ou au contact d’une blouse blanche. A moins que la caméra par pudeur est restée à l'écart pour louer votre modestie ! M. Berset, vous avez déclaré lors de la conférence de presse du vendredi 21 mars : « nous ne faisons pas de politique spectacle. Ce qui compte, ce ne sont pas les quinze secondes de l'annonce, mais l'adhésion de la population dans les semaines à venir." Or, la population n'adhère p2.jpgas à des mesures trop dures. "Ce n'est pas le meilleur moyen", "Ce n'est pas le confinement qui nous protège, mais notre comportement." Mais qu’est-ce que vous attendez pour être plus intransigeant avec ceux qui n’appliquent pas les consignes ? Toujours cette empathie et cette naïveté de croire que vous seriez écouté et obéis. C’est curieux, normalement en Suisse suivant les régions linguistiques on s’adapte et on fait comme le voisin. Mais là vous et vos 6 confrères vous avez décidé de faire bande à part. M. Berset les cantons vont plus loin que vous sur plusieurs sujets faisant vaciller le fédéralisme qui semble s’intéresser plus à la caisse de l’état, à l’économie et au chômage qu’à la santé de ses concitoyens. M. le chargé de la santé vous êtes entrain de perdre du temps sur notre ennemi commun le Covid19. Cet attentisme est de mauvais aloi sauf si vous nous cachez un vaccin que vous allez sortir un jour prochain pour sauver le pays et l’humanité par ricochet. Mais là, je pense que c’est moi le naïf ! M. Berset, je vous conjure prenez l’exemple de la Chine ou de l’Italie toute proche et ayez  enfin la sagesse de déclarer un confinement général et salvateur durant un bon bout de temps ! N’attendez pas de voir le nombre de morts augmenté significativement pour passer à cette inéluctable étape.

    A lire aussi: Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Prenez soins de vous

    Et demain est un autre jour!