coronavirus en suisse

  • Tiens, la deuxième vague est arrivée !

    Imprimer

    1554575890.jpegC’est officiel, et ce n’est pas moi qui le dit mais les hautes autorités du pays qui ont décrété ces derniers jours l’arrivée de l’inévitable 2ème vague. Une vague, qui normalement ne sera pas suivie d’une troisième, vue l’avènement imminent de vaccins déjà en phase III d'essai clinique avant homologation.
    973839276.jpgLa Covid-19 qui est partie de Wuhan est en passe d’être définitivement maitrisée par l’empire du milieu. Presque plus de cas et seulement quelques décès à déplorer. Ce n’est pas moi qui le dit mais les autorités chinoises qui le fanfaronnent. Et on peut leur faire confiance question censure et fiabilité statistique ! Quatre vaccins made in Chine sont actuellement testés sur des milliers de volontaires et à ce jour, aucun effet indésirable grave est à déplorer. Le miracle Chinois dans toute sa splendeur ! Après le virus, le remède. Je n’ai aucune arrière pensée conspirationniste, que cela soit dit.
    122202670_10221646661068761_3462613422743485682_o.jpgRevenant en Suisse. On parle de plus en plus d’un prochain confinement. Light bien entendu. Un lockdown made in Suisse qui ménage les milieux économiques. On table sur une semaine ou deux le temps que la courbe des cas positifs fléchisse un chouia et que le personnel de santé puisse soufflé un petit moment avant de commencer à vacciner à tous azimuts.

    Une bonne nouvelle pour les amateurs de la petite reine. Les pistes cyclables seront renforcées, les places de parking pour les voitures passeront à la trappe et la Confédération subventionnera jusqu’à 50% tout achat de vélo électrique. Prévoyez d’offrir à vos proches un vaccin pour Noël et d’ici là en attendant l’imminent semi-confinement express à la sauce Suisse, allez chez le coiffeur et faites une réserve de papiers toilettes pour ne pas revivre le même scénario du mois de mars dernier. Et enfin, pour renforcez votre système immunitaire, achetez des oranges bio à la Migros (6.90.- chf pour 1,5 Kg).
    PS: cette note est sponsorisée par la Chine et le géant orange.

    Toutes les notes sur "Le coronavirus" ici

    Et demain est un autre jour !

     

  • A quoi sert la confédération ? Réponse: à uniformiser, pardi !

    Imprimer

    Berset.jpgSur le vif. Le monde entier à quelques rares exceptions croule sur le nombre grandissant de cas positifs et de décès covid-19. La Suisse, par le biais de son Conseil fédéral semble en décalage avec la réalité du terrain plus encline à préserver les intérêts économiques que la santé de sa population. Notre ministre de la santé, Alain Berset, admet enfin que nous sommes entrés de plain-pied depuis deux semaines dans la 2ème vague. Nous attendions à de vrais mesures, des mesures radicales pour endiguer cette dangereuse courbe ascendante. Mais voilà, la séance Simonetta.jpgextraordinaire dominicale tant attendue depuis vendredi, n’a accouché que d’une minuscule souris avec les 3 mesurettes du Conseil fédéral. Port du masque généralisé dans l’espace public clos, les rassemblements de plus de 15 personnes interdits dans les lieux publics et la recommandation du télétravail. De l’avis même d’Alain Berset, le Conseil fédéral a choisi « un chemin moins coercitif pour l’économie et la société ». Et la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, reine du suspense avec « il est minuit moins 5 » et « chaque jour compte » nous parle de « mesures de prévention » pour « aplatir la courbe ! » Et les 2 conseillers du dimanche se rejoignent et sont unanimes sur 2 faits:
    -Ces mesures ont été dicté et voulu par les cantons
    -Que les cantons peuvent aller plus loin

    coronavirus en suisse,coronavirus,covid 19,covid19,alain berset,conseil fédéral,simonetta samaruguaAvec cette séance extraordinaire et surtout les mesures décidées ce jour, montrent les limites du fédéralisme. Les pays européens se calfeutrent et s’entourent de décisions fortes pour le bien de leur population, et le Conseil fédéral avance aussi lentement que nécessaire et aussi inéficasement que possible démontrant ses limites. Pendant toute cette semaine nous avons entendu le cri d’alarme des milieux hospitaliers à travers différents cantons. Mais pour Berset, il n’y a pas péril en la demeure. Tout est sous contrôle ! On a eu affaire à un petit Conseil fédérale ce dimanche qui s’est contenté d’uniformiser des mesures déjà existantes à Genève et dans d’autres cantons du pays. Circulez, y’a rien à voir sous la coupole.

    Toutes les notes sur "Le coronavirus" ici

    Et demain est un autre jour !

  • Voie publique: après l’action, la répression !

    Imprimer

    1.jpgLa promotion de la mobilité douce à Genève prend de l’ampleur en cette période de Coronavirus. Mais qui va s’en plaindre à part les automobilistes à qui on arrache des bouts de route pour les redistribuer aux cyclistes ? On aménage à tout va et tous azimuts au grand étonnement d’une partie de la population. Un empressement mal vécu par les lésés ceux qui utilisent à bon ou à mauvais escient leur voiture même pour faire des petits trajets qui pourraient être effectués à pied, en transport public ou en vélo !

    Après le vélo, le canton de Genève veut donner une priorité aux piétons. Il a annoncé ce jour et pour 2 mois plusieurs mesures tenant à rendre la vie plus facile et plus agréable aux piétons qui sont beaucoup plus nombreux que les automobilistes et les cyclistes. Le piéton sera roi durant 60 jours dans une dizaine de rues du centre-ville histoire de ne pas encombrer d’avantage les transpcoronavirus en suisse,covid 19,cyliste,cycloterroriste,automobiliste,pétonsorts publics, recourir à la voiture et engorger les routes. Louable initiative qui vaut ce qu’elle vaut.

    La collaboration entre les services du département des infrastructures de l'Etat de Genève et du département des constructions et de l'aménagement de la Ville de Genève ont agi vite pour mettre en application ces mesures. Mais maintenant il faut accompagner ces belles initiatives (je suis piéton) par une surveillance accrue du domaine public. Assez de la sensibilisation il faut agir avec fermeté pour le bien de tous.

    coronavirus en suisse,covid 19,cyliste,cycloterroriste,automobiliste,pétonsJe vise les «cycloterroristes». Ils existent, il ne faut pas se voiler la face. Ils ne sont pas nombreux certes, mais ils empoisonnent la vie des autres usagers delà voie publique. Conduite dangereuse sur les trottoirs, non-respect du code de la route et des règles élémentaires du savoir vivre ensemble... Ce matin, la police municipale de Thônex a procédé à un contrôle improvisé des cyclistes à la rue de Genève. Je me demande pourquoi ces mêmes cyclistes continuent à emprunter en nombre une telle rue étroite alors que la « Voie verte » est là pour les accueillir ? La semaine dernière, cette même police a verbalisé des cyclistes pour conduite sur le trottoir. Malheureusement, certaines personnes ont du mal à accepter de se conformer à une bonne conduite !

    3.jpg

    Les 4 photos ont été prises aujourd'hui le 27 mai 2020

    A lire aussi:

    Coronavirus: L'Europe s'interroge sur la résistance du continent africain

    Distanciation sociale, pff!

    Objet utile: le double mètre! 

    De la difficulté de respecter la distanciation sociale!

    Blocher et la caravane de la misère !

    La photo du jour:enfin chez le coiffeur ! 

    La caravane de solidarité se met en ordre de marche

    Le vocabulaire du coronavirus

    Coronavirus: les affiches inutiles de la Ville de Genève

    Le coronavirus et l’anxiété: c’est bon pour les psy

    Le coronavirus et les indépendants: « L’aide reste une aide d’urgence et ne doit pas devenir un oreiller de paresse »

    Coronavirus et la Suisse invisible

    Coronavirus: "Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire"

    Coronavirus: une ballade en photos

    Coronavirus: l'indécence de l'UDC et du PLR

    Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel

    Coronavirus: La Suisse cache ses morts

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus: c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Le coronavirus et l’anxiété: c’est bon pour les psy

    Imprimer

    Tram.jpgL’angoisse, la frayeur, l’inquiétude, la détresse, la panique, la frousse, le désarroi, la peur se résument en un seul mot: «anxiogène: qui suscite l'anxiété (trouble émotif caractérisé par un état de malaise, d'agitation, de doute et d'insécurité)». Ce n’est pas de moi cette définition (entre guillemets) c’est le site médical doctissimo.fr qui l’a pondu. La période que nous traversons actuellement est source de malaise pour beaucoup d’entre nous. Dès qu’on se retrouve sur le domaine public notre vigilance va de pair avec la préoccupation du moment: comment se protéger comme il se doit? Appliquer les recommandations sanitaires à la lettre, est un bon réflexe mais nul n’est à l’abris d’une mauvaise rencontre surtout dans un endroit clos comme les transports publics. La photo du jour, a été prise ce jour un peu avant l’heure du déjeuner dans un tram au numéro inconnu mais à la direction connue: Moillesulaz. Une dame d’un certain âge au «comportement méfiant» fixe tout passager qui vient en sa direction et n’hésite pas de changer d’emplacement pour répondre à toute attitude jugée suspecte. Elle tient entre les mains une grande bouteille de gel hydroalcoolique de quoi laver les mains de tous les passagers du tram. Elle m’a transmis son stress et me voilà pris dans un mouvement collectif qui scrute chaque nouvel arrivant. J’ai trouvé le temps lent et long et j’ai cédé à cette panique contagieuse. Sur les quelques mètres qui me séparaient de mon logis je me suis surpris entrain de faire des recherches sur google pour trouver un psy dans le quartier! Si ce n’est pas le covid-19 qui va tuer certains d’entre nous ça sera l’anxiété qui va nous achever! Prenez soin de vous!

    A lire aussi:

    Le coronavirus et les indépendants: « L’aide reste une aide d’urgence et ne doit pas devenir un oreiller de paresse »

    Coronavirus et la Suisse invisible

    Coronavirus: "Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire"

    Coronavirus: une ballade en photos

    Coronavirus: l'indécence de l'UDC et du PLR

    Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel

    Coronavirus: La Suisse cache ses morts

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus: c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Coronavirus : la Suisse cache ses morts

    Imprimer

    Le monde entier paye un lourd tribut face au coronavirus. Que ce soit sur les chaînes TV ou les réseaux sociaux on découvre avec effroi les ravages de cette pandémie. Le compteur s’emballe et on a du mal à suivre le rythme. Les télévisons italiennes, espagnoles ou françaises nous parlent 91859997_10158184633251796_7467606895356805120_o.jpgquotidiennement de la pénurie du personnel médical et des équipements indispensables pour maintenir en vie les malades, de la souffrance et de la frustration qui en découle, des morts qu’on incinère sans la présence des familles, des deuils difficiles à porter...Pendant ce temps, que voit-on sur la RTS et Lémanbleu: plusieurs conférences de presse et interventions des dirigeants politiques pour expliquer et accompagner leurs décisions, des prises de paroles des autorités sanitaires pour conseiller et faire de la prévention. On a droit à une rubrique de solidarité et une autre économique. On meuble comme on peut mais on ne touche pas aux morts. Ils sont des milliers à partir quotidiennement vers les incinérateurs et en Suisse dieu merci leur coronavirus,pandémie,coronavirus en suisse,confinementnombre ne dépasse pas les 400. Quelles conclusions peut-on tiré de cet état de fait ? Que notre système de santé est le meilleur au monde ? Qu'on n'est pas encore arrivé au pic de la pandémie? Que les Suisses sont plus immunisés que d’autres contre ce virus ? Que nos politiciens prennent les bonnes décisions pour nous protéger ? Que les morts invisibles ne nous affectent pas car à part les chiffres ces morts n’ont ni visage ni historique ? Que le personnel médical travaille dans les meilleures conditions et qu’il n’a aucun état d’âme ?...

    La Suisse donne l’exemple. Tout est propre et net ! Rien ne déborde. Pas d’effusion de sang. Pas de larmes. Pas de cercueils. Chut on incinère nos morts en toute discrétion. On est en Suisse pardi ! 

    La confédération accueille les malades français pour montrer que les 16’000 personnes atteintes du Covid 19 n’affectent pas la disponibilité des hôpitaux. Pendant une visite de courtoisie au Tessin notre chef du Département fédéral des Affaires étrangères, Ignazio Cassis a ramené dans ses bagages 2 appareils d’assistance respiratoire histoire de rappeler au passage que la Suisse produit et commercialise ce précieux objet médical. Bon il faut que je quitte mon confinement et fissa car l’état de ma santé morale se dégrade de jour en jour.

    A lire aussi

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Coronavirus : «Prenez soin de vous» !

    Imprimer

    1584609482325-01-01.jpegEn ces temps de pandémie, il y a une expression qui nous accompagne quotidiennement et qui conclue chacune de nos discussions avec autrui : «Prenez soin de vous». Ça sonne comme une injonction. L’aurevoir, les 3 bisous et la solide poignée de main sont dès lors caduques. Cette expression est devenue virale. Une chute bienveillante ou malveillante selon l’appréciation personnelle pour conclure sans s’infecter. Je ne compte plus les communications qui se terminent par cette formule. Même mon employeur qui officie dans le domaine des livraisons afin d’encourager ses troupes envoyées au contact de personnes âgées l’utilise à satiété. «Le bonjour chez-vous» et le «bon vent» vont revenir à la mode. On va enfin parler un français d’un autre âge qui fait la nique aux formules à l’emporte-pièce, à l’argot et au langage sms. Si vous vous en sortez et que la faucheuse passe son chemin sans vous avoir rencontré qu’auriez-vous appris de ce coronavirus à part ce que vous savez déjà si vous êtes un bon élève, la règle d’hygiène de se laver soigneusement les mains et celle du savoir-vivre version 2020 de tousser et d’éternuer dans un mouchoir jetable ou dans le creux du coude ? Et bien sans le savoir, vous avez enrichi votre vocabulaire d’un «Prenez soin de vous». Combien ça va durer avant de reprendre nos embrassades et nos poignées de mains ? Comme dirait l’autre : il y aura un avant et un après Covid 19, le SARS et le Covid 20… Et demain est un autre jour, si vous prenez soin de vous bien sûr !

    A lire aussi

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

  • Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable?

    Imprimer

    1583703430635.jpgCe Coronavirus progresse inexorablement et gagne du terrain partout où il passe. Pas de remède miracle pour le moment. Il faut juste suivre les interminables recommandations des autorités pour se prémunir de ce fléau contre lequel toute l’humanité se bat comme si elle était en guerre. Mais les recommandations restent tributaires du bon vouloir du citoyen et de sa bonne foi. Parmi les derniers conseils de l’Office fédérale de la santé publique (OFSP) adressés aux plus de 65 ans est d’éviter les transports publics autant que possible et de faire les courses pendant les heures de pointe. C’est resté lettre morte car samedi 7 mars au lendemain de l’annonce de cette recommandation je n’ai jamais vu autant de personnes de cette catégorie d’âge dans les centres commerciaux et dans les transports publics. Manque d’information, inattention ou inconscience? Va savoir! Ce qui est sûr si on veut se prémunir de ce virus à la portée planétaire il faut être exemplaire du moins dans l’application des recommandations sanitaires. Mise à part cette observation, j’aimerai qu’on m’explique pourquoi la limite d’âge de 65 ans pour déterminer la population à risque? Pourquoi pas 60 ou 63 ans? Faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable?

    PS: photo d'archive

    Et demain est un autre jour!