constituante tunisienne

  • Constituante tunisienne: dernier jour de vote et dépouillement!

    Imprimer

    296539_191762864232737_100001970735744_403999_692756976_n.jpgL’électeur tunisien le plus âgé a avoir accompli son devoir de citoyen en Suisse est M. Mohamed Ezzeddine Mili. Fonctionnaire international à la silhouette distinguée, Si Mohamed a officié durant 17 ans à l’UIT où il a assumé le poste de secrétaire général. A 94 ans M. Milli a tenu à participer à la première élection libre de la Tunisie. Il a déclaré: “il faut prendre part à l’avenir de la Tunisie”. Clairvoyant et surtout réaliste M. Mili a fait un carton plein vu l’intérêt qu’on lui a témoigné. Il a reçu un accueil chaleureux  du bureau de vote de Genève qui a élu domicile à l’hôtel Warwick. Il faut préciser que la Suisse est l’un des rares pays à avoir placé les bureaux de votes dans des endroits publics en l’occurrence des hôtels pour rompre avec les anciens réflexes et surtout pour encourager les votants à aller vers les urnes en dehors de toutes pressions consulaires. Invité par Mohamed Hassen, Président de l’IRIE en Suisse et par Moncef Baati, ambassadeur de la Tunisie auprès des Nations Unies, notre sénior a déjeuné en leur compagnie en ville de Genève où il réside dans un home médicalisé. Très ému par les nombreuses sollicitations dont il a fait l’objet, Si Mohamed comme tous les tunisiens qui ont fait la queue aujourd’hui en Tunisie est fier de glisser son bulletin dans l’urne transparente qui accueille les votes de l’avenir.

    297007_191762817566075_100001970735744_403998_1518987981_n.jpg
    297624_191762904232733_100001970735744_404000_28955673_n.jpg
    301963_191762707566086_100001970735744_403996_1999523331_n.jpg
    310686_191762764232747_100001970735744_403997_307495392_n.jpg
    ...et Chraïti Massaki Hichem (20 ans), petit fils de Lazhar Chraïti
    ElectionsWeb05.jpg

    312958_191763940899296_100001970735744_404021_1824562435_n.jpgAmbiance dans le local de vote de Genève, après la fermeture du bureau samedi 22 octobre:
    Le bureau de vote de Genève comme tous les autres en Suisse a fermé ses portes à 19h00 au public et a entamé une longue séance de dépouillement qui s’est prolongée jusqu’à 3h20 du matin. A Zurich, le résultat n’a été proclamé qu’à 3h30 du matin réalisant au passage le record en Suisse. En présence d’observateurs de l’ATIDE et de contrôleurs de partis, le dépouillement des centaines de voix a pris du temps. Chaque bulletin est montré à l’assistance et a fait l’objet d’une attention particulière en cas du moindre doute.
    Sur un total de 10’021 électeurs potentiels en Suisse, 4810 se sont déplacés dans un des 5 bureaux de vote sur le sol helvétique ce qui représente le pourcentage de 48% de votants. 109 bulletins nuls ont été constaté et 23 bulletins blancs. Le Parti Ennahdha représente le pourcentage de 34.01% avec 1636 voix et celui de Takattol 16.4% avec 789 voix. Nous attendons tous le résultas des autres pays pour savoir à qui seront attribués les 2 sièges des Amériques du Canada, de la Suisse et du reste de l’Europe à l’exception de la France, de l’Allemagne et de l’Italie.

    314404_191763760899314_100001970735744_404018_86991740_n.jpg
    Sans titre.jpg
    En Tunisie, dimanche 23 octobre les électeurs ont fait la queue sur certains sites durant 5h00...soif de démocratie!
    queue.jpg
    Photo Kapitalis
    Le taux de participation en Tunisie avoisine les 90%!!!
    Constituante FB-ssssss1111.jpg
    Et demain est un autre jour!
  • La Constituante tunisienne: reportage sur la première journée électorale

    Imprimer

    1.jpgHier, premier jour des élections de la Constituante tunisienne à Genève. Beaucoup d’émotions, quelques regrets et des couacs à la pelle! Dur, dur l’apprentissage de la démocratie. En tant qu’observateur les places sont chères...Et je n’ai pu obtenir mon sésame d’entrée au temple qui abrite l’urne qu’avec peine et attention pour seulement une seule après-midi. Plusieurs volontaires se bousculent au portillon pour avoir l’honneur de participer à la première élection libre du pays. Après une longue dictature les tunisiens se réveillent et découvrent avec bonheur des gestes simples mais symboliques: voter en toute liberté, choisir sans contrainte, sans trucage, sans entrave et en toute transparence. Pour la première fois ils sont maître de leur destin...Ils ont le pouvoir de changer le cours des choses...Certes le pouvoir des urnes est implacable...mais il a un goût particulier chez les tunisiens. Il attire tel un aimant tous ceux qui ont été exclus d’exercer ce droit le plus élémentaire en tant que citoyen. Ce jeudi 20 octobre restera longtemps gravé dans ma mémoire vu la déferlante électorale qui s’est emparée des tunisiens à l’hôtel Warwick déjà tôt le matin à l’ouverture du bureau de vote. Des jeunes, des moins jeunes, des retraités, des fonctionnaires internationaux, des ex-opposants au régime déchu, des islamistes, des laïcs, des sans opinions, des sans engagements politiques, des curieux, des indécis...ont tenu à marquer en premier par leur présence ce lieu magique qui avec d’autres contribuera à changer le paysage politique du pays. Cet engouement pour l’urne a donné lieu à des scènes pathétiques comme ce jeune étudiant en pharmacie qui a tenu à se faire photographier avec le drapeau tunisien à côté de l’urne et cette famille qui s’est également drapée avec les couleurs tunisiennes. Certains ont exercé ce droit civique pour la première fois de leur vie! Un homme d’un certain âge visiblement malade se déplaçant difficilement avec deux béquilles a déclaré que maintenant qu’il a voté pour la première fois de sa vie il peut mourir tranquille avec la fierté d’avoir connu ce moment historique!
    2.jpgDysfonctionnement
    Des lacunes il y en a eu et la liste est longue. Les tunisiens ont voulu coute que coute appliquer leur propre système électoral qui s’inspire là ou là des expériences des autres sans toute fois s’imprégner d’un système par rapport à un autre et c’est là où ça engendre un certains nombres d’imperfections.
    Tous les votants doivent tremper l’index droit dans de l’encre sensé être indélébile pour quelques jours...afin d’empêcher d’éventuelles voix malveillantes d’atteindre l’urne d’une autre ville en Suisse, mais au fait après un seul passage sous un robinet d’eau tout disparait. La liste électorale comporte 19 partis et indépendants alors qu’en réalité il faut voter pour seulement 17 d’entre eux. Aucun électeur n’est au courant du forfait des deux candidats. Pire, des électeurs sortent de l’isoloir pour demander des renseignements sur tel ou tel parti ou pour connaître les modalités du vote. Des observateurs de partis outrepassent leur rôle en signalant publiquement tous ce qui selon eux ne fonctionne pas, alors que normalement ils n’ont aucun droit à la parole! Il est vrai qu’aucune séance d’information n’a été organisée avec la communauté tunisienne sur le sol helvétique pour leur expliquer les démarches à suivre pendant le processus électoral. La liste des 17 partis et indépendants n’est affichée nulle part! L’électeur découvre dans l’isoloir les noms des partis et des indépendants qui représenteront les 2 candidats pour les 2 Amériques et l’Europe à l’exception de la France, de l’Allemagne et de l’Italie. Trop tard pour voter utile comme on dit! De nombreux tunisiens votent pour voter, une façon comme une autre de rompre avec les anciens réflexes qui ont marqué plusieurs générations.

    Article paru dans Kapitalis le 21 octobre 2011

    3.jpg
    4.jpg
    5.jpg
    6.jpg
    7.jpg
    8.jpg
    Deux observateurs de l'ATIDE: Hedi Seblaoui et Elyes Chafter
    A lire également:
    Et demain est un autre jour!