conseil fédéral

  • A quoi sert la confédération ? Réponse: à uniformiser, pardi !

    Imprimer

    Berset.jpgSur le vif. Le monde entier à quelques rares exceptions croule sur le nombre grandissant de cas positifs et de décès covid-19. La Suisse, par le biais de son Conseil fédéral semble en décalage avec la réalité du terrain plus encline à préserver les intérêts économiques que la santé de sa population. Notre ministre de la santé, Alain Berset, admet enfin que nous sommes entrés de plain-pied depuis deux semaines dans la 2ème vague. Nous attendions à de vrais mesures, des mesures radicales pour endiguer cette dangereuse courbe ascendante. Mais voilà, la séance Simonetta.jpgextraordinaire dominicale tant attendue depuis vendredi, n’a accouché que d’une minuscule souris avec les 3 mesurettes du Conseil fédéral. Port du masque généralisé dans l’espace public clos, les rassemblements de plus de 15 personnes interdits dans les lieux publics et la recommandation du télétravail. De l’avis même d’Alain Berset, le Conseil fédéral a choisi « un chemin moins coercitif pour l’économie et la société ». Et la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, reine du suspense avec « il est minuit moins 5 » et « chaque jour compte » nous parle de « mesures de prévention » pour « aplatir la courbe ! » Et les 2 conseillers du dimanche se rejoignent et sont unanimes sur 2 faits:
    -Ces mesures ont été dicté et voulu par les cantons
    -Que les cantons peuvent aller plus loin

    coronavirus en suisse,coronavirus,covid 19,covid19,alain berset,conseil fédéral,simonetta samaruguaAvec cette séance extraordinaire et surtout les mesures décidées ce jour, montrent les limites du fédéralisme. Les pays européens se calfeutrent et s’entourent de décisions fortes pour le bien de leur population, et le Conseil fédéral avance aussi lentement que nécessaire et aussi inéficasement que possible démontrant ses limites. Pendant toute cette semaine nous avons entendu le cri d’alarme des milieux hospitaliers à travers différents cantons. Mais pour Berset, il n’y a pas péril en la demeure. Tout est sous contrôle ! On a eu affaire à un petit Conseil fédérale ce dimanche qui s’est contenté d’uniformiser des mesures déjà existantes à Genève et dans d’autres cantons du pays. Circulez, y’a rien à voir sous la coupole.

    Toutes les notes sur "Le coronavirus" ici

    Et demain est un autre jour !

  • Coronavirus, c’est bon pour certains commerces!

    Imprimer

    1584119557637-01.jpegLe Conseil fédéral n’a pas encore terminé sa conférence de presse du vendredi 13 mars que déjà les centres commerciaux ont été pris d’assaut. Les caddies pleins de victuailles, les gens se pressent à faire des réserves on dirait que Genève va entrer en guerre demain même si nous sommes déjà en conflit contre la pandémie du Coronavirus. Mais est-ce une raison de créer cet après-midi une telle hystérie qui a engendré un début de pénurie passagère sur les rayons des grandes surfaces ? Coop, Migros, Denner, Manor, Aldi et autres Lidl n’auront plus besoin de publier chaque semaine leur dépliants d’actions. Ça part tout seul. La peur fait vendre. Et l’incertitude est la meilleure stratégie marketing.

    Le Conseil fédéral ferme les établissements scolaires pour une période déterminée mais on continuera à travailler, les livreurs à livrer, les transporteurs à transporter, les usines à tourner et les grandes surfaces à approvisionner leurs étales…C’est juste stupide que d’alimenter des faux besoins et céder à une panique qui n’a pas lieu d’être!

    A lire également:

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable?

    Et demain est un autre jour!