confinement

  • De la difficulté de respecter la distanciation sociale

    Imprimer

    1589042126665.jpgA la veille de la réouverture de certains commerces des questions s’imposent. Comment les tenanciers de bars et les restaurateurs vont appliquer à la lettre les directives fédérales et les nombreuses mesures contraignantes? Déjà seuls les commerces qui ont une surface importante pour accueillir plusieurs tables distancées de 2 mètres ou isolées avec un élément de séparation peuvent réouvrir au public. Et s’ils respectent l’espace il faut le maximiser et le rentabiliser. Cet effort sera-t-il reporté sur l’addition?
    A l’air du Covid-19, aller au restaurant devient une corvée désolé de le dire à toute cette branche sinistrée. Le côté convivial n’a plus sa place. Se 95880902_10220257902310660_2838981757842227200_o.jpgmouvoir librement au sein de ces établissements devient impossible. Faut-il lever le doigt et demander que le serveur vérifie que les toilettes sont libres avant de s’y rendre? Le traçage des clients, une fois c’est obligatoire et une autre fois c’est optionnel. Déjeuner ou diner dans son restaurant de quartier c’est se faire violence pour ne pas aller dire bonjour ou bonsoir à son voisin de pallier ou à son boucher ou pharmacien! Le fait que je ne suis pas emballé par cette réouverture astreignante ne me dispense pas pour autant de commander à l’emporter chez les restaurants de mon quartier. Solidarité doit primer en cette période difficile.

    1589041868709.jpg

    A lire aussi:

    Blocher et la caravane de la misère !

    La photo du jour:enfin chez le coiffeur ! 

    La caravane de solidarité se met en ordre de marche

    Le vocabulaire du coronavirus

    Coronavirus: les affiches inutiles de la Ville de Genève

    Le coronavirus et l’anxiété: c’est bon pour les psy

    Le coronavirus et les indépendants: « L’aide reste une aide d’urgence et ne doit pas devenir un oreiller de paresse »

    Coronavirus et la Suisse invisible

    Coronavirus: "Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire"

    Coronavirus: une ballade en photos

    Coronavirus: l'indécence de l'UDC et du PLR

    Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel

    Coronavirus: La Suisse cache ses morts

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus: c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Coronavirus: une ballade en photos

    Imprimer

    1586778061632-01.jpegLe long week-end de Pâques ne semble pas avoir dopé les sinistres statistiques des morts et des infectés en Suisse. Et c’est tant mieux. Malgré quelques dépassements survenus sur les lieux publics vendredi et samedi, dimanche et lundi ont été conforme aux attentes des autorités. Plus disciplinés pour ces 2 derniers jours de repos pascal, les genevois ont déserté la rade et les parcs. Est-ce à cause des 1132 morts du covid-19, une prise de conscience soudaine ou c’est juste une récupération forcée après deux jours bien chargés? Je n’ai pas la réponse 1586782356150-01.jpegmais une chose est sûre avec la fermeture de certains espaces publics, la tentation est moins grande de sortir et de tromper le confinement. Le dernier des endroits le plus prisé par une catégorie de la population genevoise est Baby plage. Il y a quelques jours des photos sur les réseaux sociaux montraient une plage bondée avec des personnes ne respectant pas les consignes sanitaires. Et bien aujourd’hui elle est fermée. Les Bains des Pâquis pareil. Fermés au public jusqu’à nouvel ordre. Je pense que la meilleure prévention reste hélas la fermeture des lieux qui attirent le grand public.

    1586782704845-01.jpegMa promenade d’aujourd’hui m’a conduit de Thônex (la voie verte) à la jetée du Jet d’eau en passant par le parc de la Grange, des Eaux-Vives, Genève plage et Baby plage et retour à mon point de départ par les Eaux-Vives et Terrassière. J’ai rencontré quelques promeneurs mais le nombre reste minime et la distanciation sociale est respectée. Retour en photos sur ma ballade qui a commencé à 10h30 et s’est terminée à 13h. Photos prises avec un smartphone.

    coronavirus,photo,confinement,baby plage,confinement genève,coronavirus genève

    coronavirus,photo,confinement,baby plage,confinement genève,coronavirus genève

    1586782450989-01.jpeg

    1586782584233-01.jpeg

    1586782795136-01.jpeg

    1586783270162-01.jpeg

    1586783301383-01.jpeg

    1586783383500-01.jpeg

    1586783350599-01.jpeg

    coronavirus,photo,confinement,baby plage,confinement genève,coronavirus genève

    1586783489752-01.jpeg

    1586778176007-01.jpeg

    1586778315702-01.jpeg

    1586778395143-01.jpeg

    1586782278794-01.jpeg

    A lire aussi:

    Coronavirus: l'indécence de l'UDC et du PLR

    Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel

    Coronavirus: La Suisse cache ses morts

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus: c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Coronavirus : la Suisse cache ses morts

    Imprimer

    Le monde entier paye un lourd tribut face au coronavirus. Que ce soit sur les chaînes TV ou les réseaux sociaux on découvre avec effroi les ravages de cette pandémie. Le compteur s’emballe et on a du mal à suivre le rythme. Les télévisons italiennes, espagnoles ou françaises nous parlent 91859997_10158184633251796_7467606895356805120_o.jpgquotidiennement de la pénurie du personnel médical et des équipements indispensables pour maintenir en vie les malades, de la souffrance et de la frustration qui en découle, des morts qu’on incinère sans la présence des familles, des deuils difficiles à porter...Pendant ce temps, que voit-on sur la RTS et Lémanbleu: plusieurs conférences de presse et interventions des dirigeants politiques pour expliquer et accompagner leurs décisions, des prises de paroles des autorités sanitaires pour conseiller et faire de la prévention. On a droit à une rubrique de solidarité et une autre économique. On meuble comme on peut mais on ne touche pas aux morts. Ils sont des milliers à partir quotidiennement vers les incinérateurs et en Suisse dieu merci leur coronavirus,pandémie,coronavirus en suisse,confinementnombre ne dépasse pas les 400. Quelles conclusions peut-on tiré de cet état de fait ? Que notre système de santé est le meilleur au monde ? Qu'on n'est pas encore arrivé au pic de la pandémie? Que les Suisses sont plus immunisés que d’autres contre ce virus ? Que nos politiciens prennent les bonnes décisions pour nous protéger ? Que les morts invisibles ne nous affectent pas car à part les chiffres ces morts n’ont ni visage ni historique ? Que le personnel médical travaille dans les meilleures conditions et qu’il n’a aucun état d’âme ?...

    La Suisse donne l’exemple. Tout est propre et net ! Rien ne déborde. Pas d’effusion de sang. Pas de larmes. Pas de cercueils. Chut on incinère nos morts en toute discrétion. On est en Suisse pardi ! 

    La confédération accueille les malades français pour montrer que les 16’000 personnes atteintes du Covid 19 n’affectent pas la disponibilité des hôpitaux. Pendant une visite de courtoisie au Tessin notre chef du Département fédéral des Affaires étrangères, Ignazio Cassis a ramené dans ses bagages 2 appareils d’assistance respiratoire histoire de rappeler au passage que la Suisse produit et commercialise ce précieux objet médical. Bon il faut que je quitte mon confinement et fissa car l’état de ma santé morale se dégrade de jour en jour.

    A lire aussi

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Coronavirus : Journal d'un confiné

    Imprimer

    TFS.jpgDe deux choses l’une : à la fin du confinement je serai plus intelligent et inspiré par mes lectures et je publie un livre sur mon isolement social ou au contraire, abruti par des centaines d’heures passées sur les réseaux sociaux je pars en vacances respirer l’air pollué sur une plage toute aussi polluée par le plastique et par des touristes bruyants et frustrés par l’enfermement planétaire pour cause sanitaire et préventive ? J’habite un 3 pièces, je n’ai jamais compris pourquoi la cuisine compte comme une pièce donc sachant compter je dirai que je loge dans un vrai 2 pièces. Un appartement, dans un quartier animé par des jeunes qui mettent souvent le feu au local des poubelles pour narguer la police et attirer les pompiers. Le tintamarre des sirènes ils DSC_8366.JPGaiment ça ! On ne s’ennuie jamais à Thônex ! Ce n’est pas le Bronx ni les Pâquis. Quoi que sur le bail que j’ai signé en 2018 l’article 86.1 de ma régie stipule que mon quartier est notoirement fréquenté par des péripatéticiennes et leurs clients, ainsi que par des personnes vendant et/ou consommant des stupéfiants. Je l’avoue il m’est arrivé plusieurs fois de boucler mes 10’000 pas de la journée en faisant un tour avant de rentrer. Comme un sacerdoce, je me fais sienne le respect des 10’000 pas quotidiens même si je dois tricher et garder mon smartphone en faisant la vaisselle, le compteur continue de tourner pour atteindre l’objectif que mon téléphone à fixer pour moi ! Ni belle de nuit, ni belle du jour ni même l’ombre d’un petit dealer ou un consommateur de matière illicite n’ont croisé le chemin de mes 10’000 pas.
    Revenons à mon appartement, il fait 52 m2, notez la précision suisse, je n’ai aucun mérite, je ne l’ai pas84053878_10158099524321796_3617267734963814400_o.jpg mesuré c’est sur le bail. Je peux vous dire que je connais maintenant ces moindres recoins, toutes ces imperfections et bien sûr ces qualités. Je peux même les yeux fermés dessiner le plan de ma maison en 3 D, y compris les embûches dressées par ma chatte turbulente qui semble exaspéré par ma présence et celle de mon épouse. Elle miaule en s’adressant à moi. Elle me fixe même, peut-être elle se questionne si elle va continuer à manger à satiété vu qu’on squatte son espace vital toute la journée et qu'on ne sort plus ou presque du logis.
    J’ai lu et relu tous les livres de ma petite bibliothèque, souvenez-vous 52 m2 au total. J’ai regardé Netflix, toute la série de James Bond, d’Amicalement vôtre, du Saint, du Fugitif, de la Casa de papel...J’ai fait le tour de la toile et de mes 52m2 et maintenant je tourne en rond comme un lion dans sa cage.
    Chez le marchand de journaux un écriteau indique « un seul client à la fois ». Vu la queue qui se forme devant son commerce impossible de faire son choix une fois à l’intérieur. Avant d’entrer il faut une liste définitive genre : j’aimerai la Tribune de Genève, le Monde, si ce n’est pas possible Libération ou Bilan ou encore n’importe quel support intelligent pour faire passer le temps intelligemment. Un confinement comme si c’était la guerre mais par respect aux syriens, aux yéménites et d’autres peuples qui vivent sous les bombes, je dirai une guerre certes mortelle mais gentille presque douce tant qu’il y a suffisamment d’appareils respiratoires et de médicaments tranquillisants. Merci Monsieur Berset.
    Quelques règles dans un pays de paix mais en guerre contre une pandémie : 89295279_10158087533591796_7563661511059570688_o.jpg
    -Si vous voulez acheter une denrée rare comme le papier toilette vous devez être parmi les premiers à faire la queue devant le centre commercial en ayant l’intelligence de poser la question la veille sur l'heure d'arrivée du dit article
    -Si vous avez rendez-vous ou un quelconque engagement en ville, prévoir de sortir suffisamment à l’avance car les TPG et le Léman Express contrairement à ce qu’ils annoncent comme horaire ils se permettent de grands écarts, des suppressions et des retards pas forcément annoncés
    -Porter un masque et simuler une toux pour avoir une distance de 2 mètres avec les vis à vis qui n'appliquent pas les consignes.
    -Éviter de s’assoir dans un tram ou un bus derrière ou devant un passager pour s’épargner une éventuelle contamination directe ou indirecte
    -Si vous manquez d’un objet de consommation qui ne correspond pas à la liste de première nécessité dressée par la confédération et que c’est important pour ceux qui font du télétravail comme le papier ou la cartouche d’imprimante, commandez par internet.
    -Pour d’autres conseils de survie en cette période de crise contactez-moi en MP

    En résumé, si vous pensez que votre animal de compagnie vous parle c’est plus grave encore que le Coronavirus. Il faut consulter un psy et vite ! Confinement, enfermement c’est le début de…Vivement un vaccin !

    A lire aussi: Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Prenez soins de vous

    Et demain est un autre jour!

    Lien permanent Catégories : Coronavirus 8 commentaires
  • Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Imprimer

    1.jpgLes nouvelles qui viennent du front sont plus qu’inquiétantes ou alarmantes, elles sont carrément flippantes. Le nombre de victimes ne cesse d’augmenter, de progresser, de se multiplier et de prospérer…les affaires des pompes funèbres, des pharmaciens, des grandes chaînes de distribution, du secteur des livraisons et de nombreux profiteurs. Les pays limitrophes l’Italie en premier, la France en second payent un long tribut à cet insatiable Coronavirus. Et vous, de Berne, vous temporisez, vous vous tâtez encore, vous faites du surplace, vous appliquez le principe de précaution, vous avancez mais pas trop, à petits pas, vous donnez toutes ses lettres de noblesse à la célèbre expression: «il n’y a pas le feu au lac!», vous vous dédoublez sur la petite lucarne en plusieurs langues pour apporter la bonne parole dans les foyers et réconforter la population tout en la responsabilisant pour qu’elle suive à la lettre vos recommandations, vous lancez des challenges sur Instagram pour rallier les instragrammer à votre cause médiatique, vous et vos 6 autres collègues vous donnez des conférences à la pelle pour annoncer des petites mesurettes indignes des attentes du peuple... M. Berset, vous qui êtes en charge de la santé en dehors des plateaux de TV combien d’hôpitaux vous avez visité ces derniers jours pour apporter votre soutient au personnel médical et votre compassion auBerset 4.pngx malades? Vous étiez beaucoup plus souvent devant un micro et une caméra qu’au chevet d’un malade ou au contact d’une blouse blanche. A moins que la caméra par pudeur est restée à l'écart pour louer votre modestie ! M. Berset, vous avez déclaré lors de la conférence de presse du vendredi 21 mars : « nous ne faisons pas de politique spectacle. Ce qui compte, ce ne sont pas les quinze secondes de l'annonce, mais l'adhésion de la population dans les semaines à venir." Or, la population n'adhère p2.jpgas à des mesures trop dures. "Ce n'est pas le meilleur moyen", "Ce n'est pas le confinement qui nous protège, mais notre comportement." Mais qu’est-ce que vous attendez pour être plus intransigeant avec ceux qui n’appliquent pas les consignes ? Toujours cette empathie et cette naïveté de croire que vous seriez écouté et obéis. C’est curieux, normalement en Suisse suivant les régions linguistiques on s’adapte et on fait comme le voisin. Mais là vous et vos 6 confrères vous avez décidé de faire bande à part. M. Berset les cantons vont plus loin que vous sur plusieurs sujets faisant vaciller le fédéralisme qui semble s’intéresser plus à la caisse de l’état, à l’économie et au chômage qu’à la santé de ses concitoyens. M. le chargé de la santé vous êtes entrain de perdre du temps sur notre ennemi commun le Covid19. Cet attentisme est de mauvais aloi sauf si vous nous cachez un vaccin que vous allez sortir un jour prochain pour sauver le pays et l’humanité par ricochet. Mais là, je pense que c’est moi le naïf ! M. Berset, je vous conjure prenez l’exemple de la Chine ou de l’Italie toute proche et ayez  enfin la sagesse de déclarer un confinement général et salvateur durant un bon bout de temps ! N’attendez pas de voir le nombre de morts augmenté significativement pour passer à cette inéluctable étape.

    A lire aussi: Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Prenez soins de vous

    Et demain est un autre jour!