coronavirus - Page 2

  • Une petite promenade au jardin anglais

    Imprimer

    1588164565604-01.jpegC’est décidé, aujourd’hui je fais abstraction de tout ce qui est mauvaise nouvelle. Je tourne le dos à la télévision, à la radio et aux réseaux sociaux. Je suis gavé par la surinformation. Et surtout par les indécisions de nos dirigeants face à cette pandémie planétaire qui n’a pas encore dit son dernier mot. Une chose est sûr, je ne partirai pas en vacances de sitôt sauf si je décide de poser mes valises au pied du Cervin. C’est alléchant mais le portefeuille ne suit pas. Depuis quelques jours, on nous ressasse qu’il vaut mieux profiter du charme indéniable de la Suisse. On nous vante les 1588163208999-01.jpegpaysages «carte postal», les bienfaits du thermal, les avantages de la tranquillité, la qualité du service...Mais aucun office du tourisme des différents cantons n’a proposé pour pallier à la désertion des touristes étrangers un plan d’offres pour les autochtones. Certes la Suisse est belle et elle a tout pour plaire mais elle reste une destination de luxe par sa cherté et qui va me contredire ?
    Aujourd’hui, en revenant du travail j’ai fait un petit bout de chemin du côté du lac et j’ai traversé le jardin anglais. Rien que ce petit trajet m’a enchanté. Allez si je ne trouve pas un plan sympa aux Grisons je me ferais en été un circuit à travers les 310 hectares d’espace vert que compte notre beau canton.

    1588154375257-01.jpeg

    1588164532141-01.jpeg

    1588164507360-01.jpeg

    IMG_20200429_113440-01-01.jpeg

    1588164606757-01.jpeg

    1588164679647-01.jpeg

    1588162903559-01.jpeg

    1588154163744-01.jpeg

    1588163527513-01.jpeg

    1588164642781-01.jpeg

    Place Longemalle:

    1588162469390.jpg

    Et demain est un autre jour!

     

  • Le vocabulaire du coronavirus

    Imprimer

    Corona.jpgPour toutes les situations de la vie, le langage humain s’enrichit et s’adapte au fil des jours. Cette pandémie apporte un nouveau lot de vocabulaire. Et plus ça dure et plus le lexique qui lui est propre envahit notre quotidien. Je me suis amusé à monter une liste non exhaustive qui compile quelques un des vocabulaires qui forment actuellement l’essentiel de nos discussions, des écris de nos journaux et des paroles que nous écoutons à la TV et à la radio.
    Bien sûr la mémoire est ce qu’elle est, oublis et omissions vous donnent l’occasion si vous le voulez bien de compléter ces propos qui dominent ce premier semestre de l’année 2020. Voilà, j'ai trouvé une occupation utile pour cette journée dominicale qui ressemble comme une goutte d'eau aux précédents dimanches.
    -Généralité:
    Le coronavirus. Le covid-19. La pandémie. Le virus. L’épidémie. La grippe. Le foyer de l’épidémie. La crise sanitaire. La crise économique. Reprise économique. Les contraintes sanitaires. La pénurie. Le déconfinement. Le taux du PIB. Récession. Le nombre de chômeurs. Immuniser. Infection. Contagions. Transmission. Dépistage. Symptômes. Asyptomatique. Préventions. Traitement. Chloroquine. Plasma. Gouttelettes. Incubation. Chercheurs. Personnes âgées. Personnes à risque. Anxiogène. Espace public. Alain Berset. Solidarité...

    coronavirus,covide-19,virus,pandémie-Sécurité et prévention:
    Les gestes barrière. La distanciation sociale. Les masques. Les respirateurs. Le gel hydroalcoolique. La désinfection. Les tests. les recommandations. La quarantaine. Le confinement. Le confinement 2.0. Le semi-confinement. Le couvre feu. La fermeture des frontières...Vitres en plexiglas.

    -Statistique:
    La courbe. La courbe ascendante. Le pics. Le fléchissement de la courbe. La décrue. La vague. La 2ème vague. La mortalité. Les décès. Les cas positifs. Les cas confirmés. Les nouveaux cas. Les personnes guéries. La mortalité record. Le bilan...

    -Travail:
    Le télétravail. La visioconférence. L’application Zoom...

    -Des professions à l’honneur:
    Les infirmières et le corps médical. Ensuite les caissières, les livreurs, les nettoyeurs...

    -Les victimes de cette crise:
    Les indépendants. Les voyagistes...

    A compléter...

    A lire aussi:

    La caravane de solidarité se met en ordre de marche

    Coronavirus: les affiches inutiles de la Ville de Genève

    Le coronavirus et l’anxiété: c’est bon pour les psy

    Le coronavirus et les indépendants: « L’aide reste une aide d’urgence et ne doit pas devenir un oreiller de paresse »

    Coronavirus et la Suisse invisible

    Coronavirus: "Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire"

    Coronavirus: une ballade en photos

    Coronavirus: l'indécence de l'UDC et du PLR

    Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel

    Coronavirus: La Suisse cache ses morts

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus: c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

     

    Lien permanent Catégories : Coronavirus 4 commentaires
  • Coronavirus: les affiches inutiles de la Ville de Genève

    Imprimer

    94692075_2534698666782078_105877480786624512_n.jpgLa Ville de Genève prépare la population à vivre un été confiné. Une nouvelle campagne vient de voir le jour. Intitulée « DesMotsPourSauverDesVies » elle se caractérise par une série de 5 affiches qui commencent à fleurir dans plusieurs quartiers de la ville. Le message est claire et invite celui qui le lit à rester à la maison. Voici le contenu de ces 5 affiches:

    -On ne dit pas chacun pour soi mais chacun chez soi

    -On ne dit pas Garden Party mais fête au balcon 

    -On ne dit pas vamos a la playa mais stay home

    -On ne dit pas on s’appelle on s’fait une bouffe mais on s’appelle, tout court

    coronavirus,coronavirus genève,covid 19,pandémie,ville de genève-On ne dit pas week-end prolongé mais voyage intérieur

    Une couleur différente pour chacun de ces visuels et une police de caractère en noir pour le message ordinaire et en blanc pour celui de la prévention. La lutte contre le coronavirus passe aussi par les mots nous rappelle les instances de la Ville de Genève. A qui sont destinées ces affiches? A tous ceux qui bravent les recommandations sanitaires instaurées par le canton et la confédération. C’est cher payé pour s’adresser à quelques inconscients! Encore une pollution visuelle qu’on aurait pu s’épargner en ces temps précisément de semi-confinement.

    coronavirus,coronavirus genève,covid 19,pandémie,ville de genève,#desmotspoursauverdesvies,geneve

    A lire aussi:

    Le coronavirus et l’anxiété: c’est bon pour les psy

    Le coronavirus et les indépendants: « L’aide reste une aide d’urgence et ne doit pas devenir un oreiller de paresse »

    Coronavirus et la Suisse invisible

    Coronavirus: "Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire"

    Coronavirus: une ballade en photos

    Coronavirus: l'indécence de l'UDC et du PLR

    Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel

    Coronavirus: La Suisse cache ses morts

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus: c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Le coronavirus et l’anxiété: c’est bon pour les psy

    Imprimer

    Tram.jpgL’angoisse, la frayeur, l’inquiétude, la détresse, la panique, la frousse, le désarroi, la peur se résument en un seul mot: «anxiogène: qui suscite l'anxiété (trouble émotif caractérisé par un état de malaise, d'agitation, de doute et d'insécurité)». Ce n’est pas de moi cette définition (entre guillemets) c’est le site médical doctissimo.fr qui l’a pondu. La période que nous traversons actuellement est source de malaise pour beaucoup d’entre nous. Dès qu’on se retrouve sur le domaine public notre vigilance va de pair avec la préoccupation du moment: comment se protéger comme il se doit? Appliquer les recommandations sanitaires à la lettre, est un bon réflexe mais nul n’est à l’abris d’une mauvaise rencontre surtout dans un endroit clos comme les transports publics. La photo du jour, a été prise ce jour un peu avant l’heure du déjeuner dans un tram au numéro inconnu mais à la direction connue: Moillesulaz. Une dame d’un certain âge au «comportement méfiant» fixe tout passager qui vient en sa direction et n’hésite pas de changer d’emplacement pour répondre à toute attitude jugée suspecte. Elle tient entre les mains une grande bouteille de gel hydroalcoolique de quoi laver les mains de tous les passagers du tram. Elle m’a transmis son stress et me voilà pris dans un mouvement collectif qui scrute chaque nouvel arrivant. J’ai trouvé le temps lent et long et j’ai cédé à cette panique contagieuse. Sur les quelques mètres qui me séparaient de mon logis je me suis surpris entrain de faire des recherches sur google pour trouver un psy dans le quartier! Si ce n’est pas le covid-19 qui va tuer certains d’entre nous ça sera l’anxiété qui va nous achever! Prenez soin de vous!

    A lire aussi:

    Le coronavirus et les indépendants: « L’aide reste une aide d’urgence et ne doit pas devenir un oreiller de paresse »

    Coronavirus et la Suisse invisible

    Coronavirus: "Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire"

    Coronavirus: une ballade en photos

    Coronavirus: l'indécence de l'UDC et du PLR

    Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel

    Coronavirus: La Suisse cache ses morts

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus: c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Le coronavirus et les indépendants: « L’aide reste une aide d’urgence et ne doit pas devenir un oreiller de paresse »

    Imprimer

    coronavirus,guy parmelin,économie suisse,virus,pandémie,covid 19Les indépendants on les aime quand tout va bien parce qu’ils sont utiles pour le tissu social. Un mois sans coiffeur ça use les tifs, sans un restaurant ça casse l’ambiance d’un couple, sans se faire masser ça tend le dos...Les tergiversations et autres indécisions ont joué avec les nerfs de nos précieux indépendants de tous bords sans qui la vie quotidienne est moins pratique. Ces indépendants représentent 12,77 % de la population active soit 600’000 personnes (Guy Parmelin). Au confinement et à l’arrêt de leur activité on leur a rajouté une très forte pression psychologique. De Berne on gère comme on peut et « on agi aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire » (1). Un jour on déclare qu’on va aider les indépendants, un autre ils n’ont pas le droit au chômage partiel, après on se ravise, on essaie de refiler la patate chaude aux cantons et ensuite on fait marche arrière...Le tout est son contraire. Le conseil fédéral est devant une première gestion de crise d’une telle ampleur que le tâtonnement guide ses actions! Dans cette ambiance tendue, Guy Parmelin le chef de l’économie, jaloux de la dernière sortie linguistique de son homologue Alain Berset nous gratifie dans une interview au journal dominical « Le Matin » d’une citation qui va rajouter du baume au coeur de ces mêmes indépendants. « L’aide reste une aide d’urgence et ne doit pas devenir un oreiller de paresse » dit-il. Ils apprécient ces indépendants. Dommage qu’un conseiller fédéral n’est pas élu par le peuple car le pouvoir des urnes aseptise le discours et rend la parole plus sage.

    (1) Alain Berset

    A lire aussi:

    Coronavirus et la Suisse invisible

    Coronavirus: "Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire"

    Coronavirus: une ballade en photos

    Coronavirus: l'indécence de l'UDC et du PLR

    Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel

    Coronavirus: La Suisse cache ses morts

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus: c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Coronavirus: «Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire»

    Imprimer

    Berset 123.jpgSi Alain Berset possédait la nationalité française, il gagnerait certainement le prestigieux Prix de l’humour politique version 2020. Mais voilà, notre Berset et heureusement pour nous est Fribourgeois, 115ème conseiller fédéral en charge du département de l’intérieur. Sa dernière conférence de presse qui a eu lieu ce jour en compagnie de la Présidente Simonetta Sommaruga et de Guy Parmelin, responsable du Département de l’Économie, de la Formation et de la Recherche m’a réconforté dans l’idée qu’on patauge et qu’on avance en tâtonnant dans la gestion de la crise qui entoure le covid-19. J’exagère un tantinet. On avance mais pas trop. On marche sur des œufs et ça s’entend!

    Tout se résume en cette phrase qui restera comme la meilleure pépite politique de ce premier semestre de l’année: «Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire». Je décèle une envie d'avancer avec un soupçon d'éloge à la lenteur. L’auteur de cette citation vous l’avez compris est Alain Berset et qui d’autre que lui est capable de prononcer cette jolie pirouette linguistique. Je ne sais pas si Molière valide mais je ferai bien de m’occuper de mes fautes d’orthographe avant de m’intéresser à la construction de phrase qui veut dire tout et sans contraire. Ces paroles résument les décisions qui ont été prises jusqu’ici pour endiguer le coronavirus. Prudence, prudence et surtout prudence!

    Sans titre-4.jpgConfinement partiel, conseils et prières renouvelées de la part des autorités pour que la population applique les recommandations. Suivi de très près de la fameuse courbe épidémiologique qui ne s'est jamais enflammée jusqu'ici, heureusement. Indécision et cafouillage quant à l'aide à apporter aux indépendants. Contradiction total sur le port ou non du masque. Un masque qui n’est pas capable de protéger tous les habitants du pays car les livraisons commencent juste d’arriver...Ce que j’ai surtout appris de cette conférence de presse car contrairement à d’autres personnes je continue de travailler pendant cette période: je vais économiser 30 chf cette année sur ma facture de redevance radio-télévision. C’est la Présidente de la confédération qui l’a promis. Hourra! Je vais regarder la télévision Suisse gratuitement pendant un mois! Seul Canal plus fait autant pour les téléspectateurs en offrant chaque année aux opérateurs de chaînes de TV un mois gratuit. J’attends avec impatience la prochaine conférence de presse pour voir quel autre gratifiant cadeau vous allez nous offrir. Moi, un mois d’impôt en moins ça me va. Madame Sommaruga merci pour ce joli geste j’ai envie de vous écrire une lettre ouverte au nom de tous les indépendants de ce pays qui souffrent depuis un mois. Bon le dîner est prêt je vous laisse. Après je vais profiter du mois de TV gratuit et je vais zapper pour chercher les chaînes francophones suisses. Il parait que la Suisse possède une multitude de chaînes régionales et communales à découvrir! D'avance je me lèche les babines!

    A lire aussi:

    Coronavirus: une ballade en photos

    Coronavirus: l'indécence de l'UDC et du PLR

    Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel

    Coronavirus: La Suisse cache ses morts

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus: c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Coronavirus: une ballade en photos

    Imprimer

    1586778061632-01.jpegLe long week-end de Pâques ne semble pas avoir dopé les sinistres statistiques des morts et des infectés en Suisse. Et c’est tant mieux. Malgré quelques dépassements survenus sur les lieux publics vendredi et samedi, dimanche et lundi ont été conforme aux attentes des autorités. Plus disciplinés pour ces 2 derniers jours de repos pascal, les genevois ont déserté la rade et les parcs. Est-ce à cause des 1132 morts du covid-19, une prise de conscience soudaine ou c’est juste une récupération forcée après deux jours bien chargés? Je n’ai pas la réponse 1586782356150-01.jpegmais une chose est sûre avec la fermeture de certains espaces publics, la tentation est moins grande de sortir et de tromper le confinement. Le dernier des endroits le plus prisé par une catégorie de la population genevoise est Baby plage. Il y a quelques jours des photos sur les réseaux sociaux montraient une plage bondée avec des personnes ne respectant pas les consignes sanitaires. Et bien aujourd’hui elle est fermée. Les Bains des Pâquis pareil. Fermés au public jusqu’à nouvel ordre. Je pense que la meilleure prévention reste hélas la fermeture des lieux qui attirent le grand public.

    1586782704845-01.jpegMa promenade d’aujourd’hui m’a conduit de Thônex (la voie verte) à la jetée du Jet d’eau en passant par le parc de la Grange, des Eaux-Vives, Genève plage et Baby plage et retour à mon point de départ par les Eaux-Vives et Terrassière. J’ai rencontré quelques promeneurs mais le nombre reste minime et la distanciation sociale est respectée. Retour en photos sur ma ballade qui a commencé à 10h30 et s’est terminée à 13h. Photos prises avec un smartphone.

    coronavirus,photo,confinement,baby plage,confinement genève,coronavirus genève

    coronavirus,photo,confinement,baby plage,confinement genève,coronavirus genève

    1586782450989-01.jpeg

    1586782584233-01.jpeg

    1586782795136-01.jpeg

    1586783270162-01.jpeg

    1586783301383-01.jpeg

    1586783383500-01.jpeg

    1586783350599-01.jpeg

    coronavirus,photo,confinement,baby plage,confinement genève,coronavirus genève

    1586783489752-01.jpeg

    1586778176007-01.jpeg

    1586778315702-01.jpeg

    1586778395143-01.jpeg

    1586782278794-01.jpeg

    A lire aussi:

    Coronavirus: l'indécence de l'UDC et du PLR

    Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel

    Coronavirus: La Suisse cache ses morts

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus: c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Coronavirus: l’indécence du PLR et de l’UDC!

    Imprimer

    2.jpgPlusieurs fois annoncée mais pas encore atteinte cette fameuse courbe de la pandémie fait peur. Rien que les 24 dernières heures la Suisse a enregistré 590 nouveaux cas de plus que la veille, testés positifs au Covid 19. Ce chiffre paraît dérisoire devant les ravages que subissent l’Italie, la France et l’Espagne notamment face à cet insatiable virus aux milliers de victimes. Mais toute proportion gardée les 784 morts en Suisse pèsent aussi lourd pour un petit pays. En attendant de connaître la futur décision du Conseil fédéral concernant la levée ou le prolongement du confinement light made in Suisse au-delà du 19 avril voilà que les milieux économiques s’en mêlent! 3.jpgDepuis quelques jours le lobby des patrons fait un excellent travail et s’est mis en ordre de marche pour que les travailleuses et les travailleurs retrouvent le chemin du travail et abandonnent un confinement qui coûte cher à la trésorerie de l’état et qui fait perdre de l’argent à nos valeureux investisseurs pourvoyeurs d’emplois. Il ne se passe pas un jour sans que la télévision et nos journaux ne s’attardent sur cette courbe ascendante du chômage, sur cette inévitable catastrophe économique qui va nous conduire vers une récessions plus redoutable qu’un virus sans remède. Deux partis qui représentent ce milieux de l’argent: le PLR et l’UDC font preuve d’une indécence sans borne en insistant de la sorte et en mettant la pression sur le Conseil fédéral. A l’heure où on applique la tolérance zéro pour endiguer ce fléau mortel avec des mesures drastiques telles que « confinement total », « fermeture des frontières », état d’urgence », « couvre feu » ces 2 partis politiques persistent et signent leur mépris pour l’humain qui n’est là que pour augmenter le chiffre d’affaires et les dividendes qui vont avec!

    A lire aussi:

    Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel

    Coronavirus: La Suisse cache ses morts

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel à partir du 1er juin

    Imprimer

    Parmelin.jpgSi vous n’avez pas suivi la conférence de Guy Parmelin de cet après-midi, voici la principale information annoncée dans le titre de cette note.

    Voilà enfin une bonne nouvelle. Le Conseil fédéral par la voix du conseiller fédéral Guy Parmelin vient d’annoncer l’introduction du revenu de base inconditionnel à partir du 1er juin. Ce n’est pas une surprise, depuis une semaine les milieux syndicalistes et associatifs ont multiplié les vidéoconférences avec le Département fédéral de l’économie, la Banque nationale suisse (BNS) et les représentants des cantons. Pour rappel à ce jour, 19,6 % des Suisses sont au chômage partiel et les caisses de l’état ne peuvent assumer une évolution sans précédent du nombre de chômeurs. Vue la crise provoquée par le coronavirus le monde des affaires qui piaffe d’impatience en mettant la pression sur le Conseil fédéral, jette l’éponge et renonce même à l’aide financière déjà mise en place par les 7 sages de la confédération. Trop de paperasses, de tracasseries bureaucratiques et surtout des employés moins motivés à retrouver leur place de travail ont convaincu les investisseurs et autres chefs d’entreprise d’abandonner les affaires et d’investir ailleurs là où la reprise commence à reprendre gentiment (la Chine). Il y a des affaires à faire notamment dans le domaine sanitaire et médical!

    Le budget excédentaire et le bénéfice qui a suivi a permis à plusieurs cantons de se constituer une cagnotte qui sera rajoutée au trésor de la BNS. Ce qui permettra de régler les salaires de cette année. Quant aux indépendants ils devront patienter une année avant de pouvoir bénéficier d’un tel régime. En attendant, les tractations vont bon train afin de régler le montant des salaires. A suivre! C'est gros comme un poisson d'avril !!! 

    A lire aussitôt 

    Coronavirus: La Suisse cache ses morts

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Coronavirus : la Suisse cache ses morts

    Imprimer

    Le monde entier paye un lourd tribut face au coronavirus. Que ce soit sur les chaînes TV ou les réseaux sociaux on découvre avec effroi les ravages de cette pandémie. Le compteur s’emballe et on a du mal à suivre le rythme. Les télévisons italiennes, espagnoles ou françaises nous parlent 91859997_10158184633251796_7467606895356805120_o.jpgquotidiennement de la pénurie du personnel médical et des équipements indispensables pour maintenir en vie les malades, de la souffrance et de la frustration qui en découle, des morts qu’on incinère sans la présence des familles, des deuils difficiles à porter...Pendant ce temps, que voit-on sur la RTS et Lémanbleu: plusieurs conférences de presse et interventions des dirigeants politiques pour expliquer et accompagner leurs décisions, des prises de paroles des autorités sanitaires pour conseiller et faire de la prévention. On a droit à une rubrique de solidarité et une autre économique. On meuble comme on peut mais on ne touche pas aux morts. Ils sont des milliers à partir quotidiennement vers les incinérateurs et en Suisse dieu merci leur coronavirus,pandémie,coronavirus en suisse,confinementnombre ne dépasse pas les 400. Quelles conclusions peut-on tiré de cet état de fait ? Que notre système de santé est le meilleur au monde ? Qu'on n'est pas encore arrivé au pic de la pandémie? Que les Suisses sont plus immunisés que d’autres contre ce virus ? Que nos politiciens prennent les bonnes décisions pour nous protéger ? Que les morts invisibles ne nous affectent pas car à part les chiffres ces morts n’ont ni visage ni historique ? Que le personnel médical travaille dans les meilleures conditions et qu’il n’a aucun état d’âme ?...

    La Suisse donne l’exemple. Tout est propre et net ! Rien ne déborde. Pas d’effusion de sang. Pas de larmes. Pas de cercueils. Chut on incinère nos morts en toute discrétion. On est en Suisse pardi ! 

    La confédération accueille les malades français pour montrer que les 16’000 personnes atteintes du Covid 19 n’affectent pas la disponibilité des hôpitaux. Pendant une visite de courtoisie au Tessin notre chef du Département fédéral des Affaires étrangères, Ignazio Cassis a ramené dans ses bagages 2 appareils d’assistance respiratoire histoire de rappeler au passage que la Suisse produit et commercialise ce précieux objet médical. Bon il faut que je quitte mon confinement et fissa car l’état de ma santé morale se dégrade de jour en jour.

    A lire aussi

    Coronavirus: ça lui va comme un gant!

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Coronavirus : ça lui va comme un gant !

    Imprimer

    gant 3.jpgMaintenant on est averti. Et un homme averti en vaut deux voir plus en ces temps qui courent. Sortir couvert avec tout l’attirail du parfait élève qui applique les recommandations sanitaires est un geste salvateur et un gage de citoyenneté. Ce monsieur croisé samedi 28 mars dans le quartier des Grottes se protège comme il peut.

    Sur la toile durant les deux mois de confinement de la ville chinoise Wuhan on a eu droit à une multitude de photos et vidéos toutes aussi farfelues que grotesques montrant des personnes avec des accoutrements pour faire rire ou se prémunir contre ce dangereux virus. La vigilance est de mise et le fait de rester sur ces gardes est un excellent réflexe pour survivre. gant 2.jpgRevenons au sujet qui occupe cette note. Un monsieur d’un certain âge, élégant à la démarche sûre et décidée vient de passer devant moi. La main gauche dans un gant «prix garantie» et la main droite dans un emballage papier destiné aux pains vendus dans les grandes surfaces. Il y a certainement une explication mais je n’ai pas osé lui poser la question. Souvenez-vous l’une des mesures contre la propagation du coronavirus est de garder 2 mètres de distance avec autrui. Moi aussi je suis un bon élève même si je ne porte pas de gant !

    A lire aussi

    Coronavirus: "prenez soin de vous"

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Et demain est un autre jour!

  • Coronavirus : «Prenez soin de vous» !

    Imprimer

    1584609482325-01-01.jpegEn ces temps de pandémie, il y a une expression qui nous accompagne quotidiennement et qui conclue chacune de nos discussions avec autrui : «Prenez soin de vous». Ça sonne comme une injonction. L’aurevoir, les 3 bisous et la solide poignée de main sont dès lors caduques. Cette expression est devenue virale. Une chute bienveillante ou malveillante selon l’appréciation personnelle pour conclure sans s’infecter. Je ne compte plus les communications qui se terminent par cette formule. Même mon employeur qui officie dans le domaine des livraisons afin d’encourager ses troupes envoyées au contact de personnes âgées l’utilise à satiété. «Le bonjour chez-vous» et le «bon vent» vont revenir à la mode. On va enfin parler un français d’un autre âge qui fait la nique aux formules à l’emporte-pièce, à l’argot et au langage sms. Si vous vous en sortez et que la faucheuse passe son chemin sans vous avoir rencontré qu’auriez-vous appris de ce coronavirus à part ce que vous savez déjà si vous êtes un bon élève, la règle d’hygiène de se laver soigneusement les mains et celle du savoir-vivre version 2020 de tousser et d’éternuer dans un mouchoir jetable ou dans le creux du coude ? Et bien sans le savoir, vous avez enrichi votre vocabulaire d’un «Prenez soin de vous». Combien ça va durer avant de reprendre nos embrassades et nos poignées de mains ? Comme dirait l’autre : il y aura un avant et un après Covid 19, le SARS et le Covid 20… Et demain est un autre jour, si vous prenez soin de vous bien sûr !

    A lire aussi

    Coronavirus : Journal d'un confiné

    Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

  • Coronavirus : Journal d'un confiné

    Imprimer

    TFS.jpgDe deux choses l’une : à la fin du confinement je serai plus intelligent et inspiré par mes lectures et je publie un livre sur mon isolement social ou au contraire, abruti par des centaines d’heures passées sur les réseaux sociaux je pars en vacances respirer l’air pollué sur une plage toute aussi polluée par le plastique et par des touristes bruyants et frustrés par l’enfermement planétaire pour cause sanitaire et préventive ? J’habite un 3 pièces, je n’ai jamais compris pourquoi la cuisine compte comme une pièce donc sachant compter je dirai que je loge dans un vrai 2 pièces. Un appartement, dans un quartier animé par des jeunes qui mettent souvent le feu au local des poubelles pour narguer la police et attirer les pompiers. Le tintamarre des sirènes ils DSC_8366.JPGaiment ça ! On ne s’ennuie jamais à Thônex ! Ce n’est pas le Bronx ni les Pâquis. Quoi que sur le bail que j’ai signé en 2018 l’article 86.1 de ma régie stipule que mon quartier est notoirement fréquenté par des péripatéticiennes et leurs clients, ainsi que par des personnes vendant et/ou consommant des stupéfiants. Je l’avoue il m’est arrivé plusieurs fois de boucler mes 10’000 pas de la journée en faisant un tour avant de rentrer. Comme un sacerdoce, je me fais sienne le respect des 10’000 pas quotidiens même si je dois tricher et garder mon smartphone en faisant la vaisselle, le compteur continue de tourner pour atteindre l’objectif que mon téléphone à fixer pour moi ! Ni belle de nuit, ni belle du jour ni même l’ombre d’un petit dealer ou un consommateur de matière illicite n’ont croisé le chemin de mes 10’000 pas.
    Revenons à mon appartement, il fait 52 m2, notez la précision suisse, je n’ai aucun mérite, je ne l’ai pas84053878_10158099524321796_3617267734963814400_o.jpg mesuré c’est sur le bail. Je peux vous dire que je connais maintenant ces moindres recoins, toutes ces imperfections et bien sûr ces qualités. Je peux même les yeux fermés dessiner le plan de ma maison en 3 D, y compris les embûches dressées par ma chatte turbulente qui semble exaspéré par ma présence et celle de mon épouse. Elle miaule en s’adressant à moi. Elle me fixe même, peut-être elle se questionne si elle va continuer à manger à satiété vu qu’on squatte son espace vital toute la journée et qu'on ne sort plus ou presque du logis.
    J’ai lu et relu tous les livres de ma petite bibliothèque, souvenez-vous 52 m2 au total. J’ai regardé Netflix, toute la série de James Bond, d’Amicalement vôtre, du Saint, du Fugitif, de la Casa de papel...J’ai fait le tour de la toile et de mes 52m2 et maintenant je tourne en rond comme un lion dans sa cage.
    Chez le marchand de journaux un écriteau indique « un seul client à la fois ». Vu la queue qui se forme devant son commerce impossible de faire son choix une fois à l’intérieur. Avant d’entrer il faut une liste définitive genre : j’aimerai la Tribune de Genève, le Monde, si ce n’est pas possible Libération ou Bilan ou encore n’importe quel support intelligent pour faire passer le temps intelligemment. Un confinement comme si c’était la guerre mais par respect aux syriens, aux yéménites et d’autres peuples qui vivent sous les bombes, je dirai une guerre certes mortelle mais gentille presque douce tant qu’il y a suffisamment d’appareils respiratoires et de médicaments tranquillisants. Merci Monsieur Berset.
    Quelques règles dans un pays de paix mais en guerre contre une pandémie : 89295279_10158087533591796_7563661511059570688_o.jpg
    -Si vous voulez acheter une denrée rare comme le papier toilette vous devez être parmi les premiers à faire la queue devant le centre commercial en ayant l’intelligence de poser la question la veille sur l'heure d'arrivée du dit article
    -Si vous avez rendez-vous ou un quelconque engagement en ville, prévoir de sortir suffisamment à l’avance car les TPG et le Léman Express contrairement à ce qu’ils annoncent comme horaire ils se permettent de grands écarts, des suppressions et des retards pas forcément annoncés
    -Porter un masque et simuler une toux pour avoir une distance de 2 mètres avec les vis à vis qui n'appliquent pas les consignes.
    -Éviter de s’assoir dans un tram ou un bus derrière ou devant un passager pour s’épargner une éventuelle contamination directe ou indirecte
    -Si vous manquez d’un objet de consommation qui ne correspond pas à la liste de première nécessité dressée par la confédération et que c’est important pour ceux qui font du télétravail comme le papier ou la cartouche d’imprimante, commandez par internet.
    -Pour d’autres conseils de survie en cette période de crise contactez-moi en MP

    En résumé, si vous pensez que votre animal de compagnie vous parle c’est plus grave encore que le Coronavirus. Il faut consulter un psy et vite ! Confinement, enfermement c’est le début de…Vivement un vaccin !

    A lire aussi: Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Prenez soins de vous

    Et demain est un autre jour!

    Lien permanent Catégories : Coronavirus 8 commentaires
  • Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

    Imprimer

    1.jpgLes nouvelles qui viennent du front sont plus qu’inquiétantes ou alarmantes, elles sont carrément flippantes. Le nombre de victimes ne cesse d’augmenter, de progresser, de se multiplier et de prospérer…les affaires des pompes funèbres, des pharmaciens, des grandes chaînes de distribution, du secteur des livraisons et de nombreux profiteurs. Les pays limitrophes l’Italie en premier, la France en second payent un long tribut à cet insatiable Coronavirus. Et vous, de Berne, vous temporisez, vous vous tâtez encore, vous faites du surplace, vous appliquez le principe de précaution, vous avancez mais pas trop, à petits pas, vous donnez toutes ses lettres de noblesse à la célèbre expression: «il n’y a pas le feu au lac!», vous vous dédoublez sur la petite lucarne en plusieurs langues pour apporter la bonne parole dans les foyers et réconforter la population tout en la responsabilisant pour qu’elle suive à la lettre vos recommandations, vous lancez des challenges sur Instagram pour rallier les instragrammer à votre cause médiatique, vous et vos 6 autres collègues vous donnez des conférences à la pelle pour annoncer des petites mesurettes indignes des attentes du peuple... M. Berset, vous qui êtes en charge de la santé en dehors des plateaux de TV combien d’hôpitaux vous avez visité ces derniers jours pour apporter votre soutient au personnel médical et votre compassion auBerset 4.pngx malades? Vous étiez beaucoup plus souvent devant un micro et une caméra qu’au chevet d’un malade ou au contact d’une blouse blanche. A moins que la caméra par pudeur est restée à l'écart pour louer votre modestie ! M. Berset, vous avez déclaré lors de la conférence de presse du vendredi 21 mars : « nous ne faisons pas de politique spectacle. Ce qui compte, ce ne sont pas les quinze secondes de l'annonce, mais l'adhésion de la population dans les semaines à venir." Or, la population n'adhère p2.jpgas à des mesures trop dures. "Ce n'est pas le meilleur moyen", "Ce n'est pas le confinement qui nous protège, mais notre comportement." Mais qu’est-ce que vous attendez pour être plus intransigeant avec ceux qui n’appliquent pas les consignes ? Toujours cette empathie et cette naïveté de croire que vous seriez écouté et obéis. C’est curieux, normalement en Suisse suivant les régions linguistiques on s’adapte et on fait comme le voisin. Mais là vous et vos 6 confrères vous avez décidé de faire bande à part. M. Berset les cantons vont plus loin que vous sur plusieurs sujets faisant vaciller le fédéralisme qui semble s’intéresser plus à la caisse de l’état, à l’économie et au chômage qu’à la santé de ses concitoyens. M. le chargé de la santé vous êtes entrain de perdre du temps sur notre ennemi commun le Covid19. Cet attentisme est de mauvais aloi sauf si vous nous cachez un vaccin que vous allez sortir un jour prochain pour sauver le pays et l’humanité par ricochet. Mais là, je pense que c’est moi le naïf ! M. Berset, je vous conjure prenez l’exemple de la Chine ou de l’Italie toute proche et ayez  enfin la sagesse de déclarer un confinement général et salvateur durant un bon bout de temps ! N’attendez pas de voir le nombre de morts augmenté significativement pour passer à cette inéluctable étape.

    A lire aussi: Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

    Prenez soins de vous

    Et demain est un autre jour!

  • Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

    Imprimer

    1584569265332.jpgEt si le papier toilette communément appelé papier Q ou PQ pour les plus initiés ou encore papier hygiénique disparaissait définitivement des rayons des supermarchés ? Il ne faut même pas y penser surtout pas dans un pays comme le nôtre. La Suisse, c’est connu «lave plus blanc» et se classe parmi les plus grands consommateurs au monde pour ce torchon intime et jetable  avec 20 kilos de rouleaux par année et par personne (statistique de 2017) pour selon Wikipédia «nettoyer l’anus ou le méat urétral, le plus souvent après avoir déféqué et/ou uriné et pour les femmes essuyer le sang pendant les règles». Tout un programme ! ça explique l’emballement pour cette matière précieuse.

    Pourquoi une telle angoisse qui pousse les gens à acheter en masse, à entasser et à créer une pénurie de ces rouleaux blancs qui n’a pas lieu d’être ? Pourtant cet empressement pour l’achat exagéré de cet ingrédient indispensable aux lieux d’aisance n’est pas seulement réservé à la population Suisse. Tous les pays qui ont fait la connaissance avec cette pandémie vivent le même cheminement et engouement vers le papier blanc. coronavirus,papier toilette,papier q,papier hygiénique,genèveDes spécialistes, des chercheurs, des «je sais tout» se penchent tous les jours sur cette question cruciale : «pourquoi le papier toilette est la vedette incontestable du coronavirus?». Tous ces experts n’arrivent pas à s’entendre et font le parallèle entre se moucher et se torcher! En attendant, il me reste un rouleau dans mon petit coin et à force de faire le tour des supermarchés et d’en revenir bredouille chaque jour je vais finir par faire un braquage, je suis au bout du rouleau comme dirait l’autre. Si demain vous entendez une attaque à mains vide contre un citoyen à la sortie d’un centre commercial avec plusieurs paquets de papiers toilette en sa possession n’attendez pas l’appel à témoins de la police, balancez-moi! Moi aussi je tiens à mon trône et je vais tout faire pour le défendre, on est en guerre, non M. Macron? 

    A lire aussi: Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

    Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable?

    Et demain est un autre jour!