tourisme - Page 2

  • A quoi sert la Fédération Suisse des Agences de Voyages?

    Imprimer

    829671530.7.jpgLe 14 janvier le régime de Ben Ali s’est effondré grâce au courage du peuple tunisien. Le 15 janvier, le Département fédéral des affaires étrangères émet dans sa section “Conseils aux voyageurs” un avis défavorable sur la destination Tunisie où il déconseille tout voyage pour des raisons de sécurité. Depuis cette date rien de nouveau, les mêmes recommandations sont reconduites tous les jours par le DFEA qui ne constate aucune amélioration malgré une évolution certaine sur le terrain.

    Information de première main sur la Tunisie et l'Egypte
    Hier, les voyagistes affilés à la Fédération Suisse des Agences de Voyages (FSAV)  (850 membres actifs et 120 passifs) ont reçu de sa part un mail d’information de première main concernant la Tunisie et l’Egypte où son directeur explique qu’il a réévalué la situation avec la plupart des voyagistes et reconduit à son tour les mêmes recommandations que la DFEA. Jusque là tout va bien. A part que faire l’amalgame entre deux pays, l’un sur le chemin de la stabilité et l’autre en pleine révolte n’est pas passé inaperçu est c’est un grand tour opérateur romand, Le Must Air Marin spécialiste entre autre de la Tunisie et de l’Egypte qui vient tirer la sonnette d’alarme. Lettre ouverte à la Fédération Suisse des Agences de Voyages, concertations avec les autres voyagistes romands dont ces 2 destinations constituent le principal marché et interpellation des médias. Mise à part ce malencontreux amalgame, on reproche à la FSAV dont le siège est à Zurich de s’éloigner de sa base en ne prenant en considération que l’avis des deux Sans titre.jpgpremiers tours opérateurs du pays basés en suisse allemande.

    Lettre ouverte

    Dans sa lettre ouverte à la FSAV, le directeur du Must Air Marin écrit:”vous vous permettez de faire référence à la plupart des voyagistes. Or, après vérification, aucun des voyagistes romands réalisant tout de même plus de 50% du trafic touristique sur ces destinations n’a été contacté, que ce soit ces derniers jours et même depuis le début de ces crises.”

    La FSAV loin de faire l'unanimité
    Il y a comme un décalage entre les agences de voyages, les tours opérateurs et leur fédération qui est censée défendre la profession. En parlant avec de nombreuses personnes de la branche j’ai constaté que la FSAV ne fait pas l’unanimité. Certains trouvent qu’elle est inutile puisqu’elle n’a même pas pu négocier la disparition des commissions versées par les compagnies aériennes, la même chose concernant l’encaissement sans rétribution par les voyagistes des taxes d’aéroport. Et la liste des griefs est loin d’être close. La FSAV est dans sa tour d’ivoire, isolée à Zurich aux ordres des voyagistes de la région alémanique est déconnectée de la romandie et du tessin m’explique un directeur d’agence de voyages qui ne voit aucune utilité à payer et à être membre d’une Fédération bonne à organiser des concours imposés à ses membres ou à réaliser des statistiques qui ne servent à rien. Une autre personne m’a confié qu’à part, les voyages organisés dans des pays exotiques à moindre frais de temps en temps à l’occasion de l’assemblé1888706398.jpge générale, le logo de la FSAV fait bonne figure sur les cartes de visites qu’elle distribue à sa clientèle et c’est tout le bénéfice qu’elle lui trouve. Un autre exemple, le monde du voyage passe par des périodes difficiles et ponctuelles et des fois durables à cause des facteurs qui n’ont rien avoir avec le professionnalisme et la gestion des affaires. Aucune structure d’aide pour les voyagistes en difficultés. Certains voyagistes spécialisés sur la Tunisie ou sur l’Egypte ont un grand besoin d’aide à cause du manque à gagner qu’ils subissent actuellement. Et une fédération qui se place à leur côté leur apportant soutien, accompagnement et ébauche de solutions est d’un grand réconfort! A quand une révolution chez la FSAV?

    Et demain est un autre jour!
    Lien permanent Catégories : Suisse, tourisme, Tunisie 1 commentaire
  • La Tunisie au Salon des vacances, voyages et loisirs

    Imprimer

    1.JPGLe Salon des vacances, voyages et loisirs vient de fermer ses portes ce dimanche 23 janvier après avoir drainé la foule durant tout le week-end à Palexpo (Genève). “Lucerne et le Lac des Quatres-cantons” sont l’hôte d’honneur de ce salon dédié aux vacances. Le Pérou aussi a eu son heure de gloire avec une exposition impressionnante. Mais c’est surtout la Tunisie qui a attiré tous les regards. Ce pays qui vient de vivre sa révolution avec la chute de sa dictature qui gouvernait sans partage pendant plus de 23 ans connaît actuellement des soubresauts sans fin. Ce qui a conduit le Département fédéral des affaires étrangères à déconseiller momentanément les voyages en Tunisie. DSC02904-ssssss.jpgDans son bulletin consacré à la Tunisie et actualisé le 15 janvier, le DFEA donne son analyse  et nous indique que ses conseils sont valables jusqu’au 23 janvier. Nous sommes le 23 janvier et aucun changement sur le site de la DFAE. Une interrogation qui se traduit par une certaine méfiance de la part des voyageurs potentiels pour cette région du Maghreb.
    L’office du tourisme tunisien, la compagnie Tunisair ainsi que les tours opérateurs spécialisés ont reçu dans leur stands plusieurs demandes d’informations émanants de personnes intéressées par cDSC02902-ssssss.jpgette destination. L’un des ses spécialistes propose même une réduction de 15% sur le prix brochure. Mais rien d’exceptionnel. Dans les foires, les tours opérateurs ont l’habitude de baisser en moyenne leur prix de 10%. Malgré la morosité du marché des vacances en cette période de l’année et l’incertitude qu’engendre les manifestations quotidiennes sur la sécurité, les responsables et les organisateurs tunisiens sont confiants quant à la reprise de cette destination très prisée par les voyageurs suisses.
    Merci à la lectrice qui m’a envoyé ces photos.

    Lundi 24 nouvelle mise à jour de la part du DFEA: maintien des recommandations valables pour ce jour.

    DSC02899-ssssss.jpg
    DSC02907-ssssss.jpg
    DSC02906-ssssss.jpg
    DSC02909-ssssss.jpg
    DSC02912-ssssss.jpg
    163440_10150396951835604_766790603_17425667_2721548_n.jpg
    Et demain est un autre jour!
  • La destination Tunisie dans les yeux des Suisses

    Imprimer


    C’est dans un climat morose, dominé par la crainte du terrorisme et surtout par la concurrence de plus en plus affirmée des réservations par internet, que s’est déroulé sur deux jours le Salon des voyages en Suisse. La Tunisie était présente et Kapitalis aussi. Haykel Ezzeddine, Genève.


    La Tunisie vient de participer du 3 au 4 novembre à la 35e édition du Travel Trade Workshop  (Ttw) à Montreux, la grande messe des voyages en Suisse qui, bon an mal an, attire quelque 6.000 visiteurs professionnels.
    Le but de cette participation est de promouvoir la destination Tunisie, de lier de nouveaux contacts, d’entretenir les anciens, de tirer un bilan et de dresser de nouvelles perspectives pour une destination qui constitue une valeur sûre pour les Suisses.
    A 1h50 d’avion de la Suisse, la Tunisie, avec ses nombreux vols, représente un produit attractif facile à vendre, grâce à ses multiples facettes: balnéaire, thalassothérapie, golf, circuits, chasse, archéologie, sports...
    Fidèle à ce grand rassemblement la Tunisie a dépêché une cinquantaine d’hôteliers, quelques journalistes, des agents de voyages et des hauts représentants de la compagnie Tunisair. Egalement présente, l’ambassadrice de Tunisie à Berne, Mme Rafiaa Limam Baouendi, et le directeur de l’Ontt à Zurich, M. Abdennaceur Jerbi.
    Le nouveau stand de la Tunisie, imposant par sa superficie (80 m2), sa structure, sa décoration et son emplacement, a attiré l’attention. Il a surtout abrité de nombreuses réunions d’affaires.



    Cette semaine, premier vol Zurich-Tozeur

    La compagnie Tunisair a également tenu un stand de 18m2 pour présenter sa flotte et sa dernière destination au départ de Genève et de Zurich: Tozeur, dont il faut signaler le lancement des premiers vols cette semaine.
    Cette année, la tendance est à la baisse, pas seulement pour la Tunisie, mais pour bon nombre de pays qui font du tourisme balnéaire leur cheval de bataille.
    A l’exception de la Turquie, qui table sur une évolution à 2% (à vérifier d’ici la fin de l’année), la Grèce, l’Egypte, le Maroc et la Tunisie, à deux mois de 2011, prévoient une érosion de leur marché touristique.
    Pour la Suisse, la Tunisie ramènera son manque à gagner en termes de fréquentation, en raison de la crise économique que connait le pays, de -5 à -2%. Ce qui constituera une évolution sur le déficit statistique, surtout si l’on tient compte des nombreux griefs exprimés à l’égard de ce secteur grand générateur d’emplois.
    Ce que reprochent les Suisses au tourisme tunisien est bien résumé dans le rapport fourni aux journalistes par l’Ontt à Zurich, et qui livre un excellent travail de promotion mais aussi de mise en garde contre les dérives, les insuffisances et les lacunes qui handicapent notre tourisme.
    Le touriste suisse est très exigeant mais fidèle à la destination. Pas question de demi-mesure ou de bricolage avec ce genre de clientèle. Tout se paye cash et le bouche-à-oreille est plus efficace que toutes les meilleures publicités.


    Jerbi Abdennaceur (directeur Ontt Suisse), Habib Ben Slama (directeur central de la promotion chez Tunisair), et Helmi Hassine (directeur des ventes chez Tunisair).


    De nombreuses lacunes à combler

    Voilà ce que les Suisses ont révélé comme points négatifs durant leur voyage, autant de lacunes qui doivent être comblées:
    - le manque de disponibilité hôtelière du 1er juillet au 31 août (stop sale) ;
    - la dégradation de la qualité de l’environnement (souks, artisanats, tapis) ;
    - le surbooking pendant la haute saison ;
    - la dégradation de la qualité de service dans certains hôtels et centres de Spa et thalassothérapie ;
    - le manque d’entretien des parcours de golfs ;
    - l’absence de chartérisation à partir du mois de novembre ;
    - et le développement du low cost et du système last minute sur d’autres destinations...


    Bechir Ben Sassi (représentant de Tunisair à Genève), Jerbi Abdennaceur (Ontt Suisse), Habib Ben Slama (directeur central de la promotion chez Tunisair, à Tunis), Helmi Hassine (directeur des ventes chez Tunisair à Tunis), Triquet Zeddini (Ontt-Suisse) et Kekli Youssef (directeur Tunisair à Zurich).

    En parlant avec des professionnels de la branche qui programment la Tunisie, nous avons recueilli d’autres insuffisances qui doivent disparaître si on veut aller de l’avant:
    - les vols d’objets dans les valises dans les aéroports tunisiens et dans les chambres d’hôtels ;
    - l’absence d’animation à la hauteur surtout en basse saison ;
    - la cuisine fade, répétitive et non représentative des saveurs locales ;
    - le harcèlement sur les plages par des colporteurs en tout genre ;
    - la drague de la clientèle féminine voyageant seule ;
    - l’arnaque de certains taxistes et commerçants  
    Il faut se renouveler et encourager toute initiative qui tend vers l’originalité. Le tourisme est tributaire de la qualité de service, de la capacité de renouvellement et de la diversité de l’offre.
    Un seul de ces facteurs manque à l’appel et c’est tout le système qui en pâtit.
    Le directeur de l’Ontt à Zurich, M. Abdennaceur Jerbi, se veut confiant pour la saison prochaine et a même présenté aux médias, et en avant première, son plan d’action pour 2011, un travail à la Suissesse comme on dit en Suisse, composé de nombreux voyages d’études et de participations à des évènements sur le sol helvétique pour aider à mieux vendre la destination.
    La promotion de la Tunisie n’a pas de prix, pourvu que la qualité s’améliore sur place.

    (photos Haykel)

    Lire aussi:

    Tourisme de Tunisie sur métro suisse

    Article paru dans Kapitalis le Samedi 06 Novembre 2010 08:08

    Lien permanent Catégories : Suisse, tourisme 0 commentaire
  • Tourisme de Tunisie sur métro suisse

    Imprimer


    Vaste programme promotionnel concocté par la représentation suisse de l’Office national du tourisme tunisien (Ontt). La Tunisie sera très visible les deux prochains mois à Genève et à Zurich. Haykel Ezzeddine, Genève.


    Deux trams (l’équivalent du métro léger tunisien) sillonneront la ville de Calvin à partir du 15 septembre jusqu’au 15 novembre avec une décoration qui fera la part belle à Tozeur et Djerba. Et c’est l’occasion de promouvoir le vol triangulaire Genève/Tozeur/Djerba opérationnel à partir de Genève et de Zurich le 3 novembre (voir notre article du 10 avril 2010). Pour Genève, c’est la deuxième fois que le tram roulera sous les couleurs tunisiennes après la première campagne d’avril 2009.



    La destination Tunisie en période creuse

    Pour la Suisse alémanique, qui a également un nouveau vol à destination du sud tunisien avec le même parcours Tozeur/Djerba, c’est le canton de Zurich qui a été choisi et plus précisément sa gare centrale qui accueille quotidiennement des milliers de passagers.
    A Zurich, l’ONTT a prévu la projection de deux spots publicitaires sur un écran de 60 m2. Impossible de passer à côté. D’autres opérations en parallèle renforceront cette campagne avec la mise en place de voyages organisés pour les médias, d’actions de promotion destinées à soutenir le travail des principaux tours opérateurs suisses qui programment la Tunisie, sans oublier le site internet de l’Ontt Suisse qui connaîtra des changements conséquents.
    Pour Jerbi Abdennaceur, directeur de l’Ontt à  Zurich, dont il faut souligner l’entregent et le travail sérieux qu’il mène depuis son arrivée en Suisse, cette campagne promotionnelle a pour but de faire découvrir et redécouvrir la destination Tunisie en période creuse.

    La concurrence s’aiguise
    La Tunisie ce n’est pas seulement le balnéaire c’est aussi la thalasso, le golf et surtout le sud qui regorge de 1001 richesses. Pendant la saison d’hiver la concurrence de la mer Rouge, d’Agadir et de Ténériffe se font sentir sur le produit Tunisie. Et c’est pour cette raison que l’Ontt Suisse a décidé de mettre les moyens pour combler ce déficit d’image qui fait croire aux Suisses que la Tunisie est uniquement une destination d’été.
    Le coût de cette opération non encore chiffrée tourne au tour de 500.000 francs suisses, CHF (l’équivalent de 736.700 TND).


    Article paru dans Kapitalis du Mercredi 15 Septembre 2010 07:58


    Lire aussi: Tunisie. Tozeur prochainement reliée à la Suisse

    Lien permanent Catégories : tourisme 0 commentaire
  • Tunisie. Tozeur prochainement reliée à la Suisse

    Imprimer

    L’idée a été lancée lors de la dernière assemblée générale de la Fédération suisse des agences de voyages (FSAV), tenue à Tozeur du 19 au 22 novembre dernier : deux vols hebdomadaires relieront cette ville du sud tunisien à la Suisse à partir de novembre prochain.

     

     

    A partir de l’horaire d’hiver de l’année 2010-2011, la ville de Tozeur sera reliée deux fois par semaine à la Suisse. Le premier vol débutera le 3 novembre 2010 avec un parcours Genève/Tozeur/Djerba en Boeing 737 version 126 sièges. Et le deuxième vol sera mis en place le même jour sur la ville de Zurich et assurera la liaison également avec Djerba en atterrissant en premier à Tozeur avec un airbus A319 de 144 places. Ce qui portera à 13 le nombre de vols par semaine assurés par Tunisair entre la Tunisie et la Suisse pour l’horaire d'hiver.
    La forte demande des voyagistes suisses, qui veulent diversifier leur offre vers la Tunisie, a convaincu la compagnie Tunisair de la nécessité d’ouvrir cette nouvelle ligne sur le marché suisse. Un tel vol permettra plusieurs combinaisons touristiques genre découverte du sud tunisien avec des prolongations balnéaires ou des séjours de bien-être.
    Malgré un vol triangulaire qui obligera les passagers pour Djerba à transiter par Tozeur, le représentant général de Tunisair en Suisse, Helmi Hassine, se veut confiant et table à moyen terme sur un vol 100% Tozeur. Il est vrai que la ville d’Aboul-Qacem Echebbi a plusieurs atouts pour séduire toutes les catégories de touristes. En attendant le grand rush vers le désert tunisien, plusieurs voyages d’études et de presse sont déjà programmés par l’ONTT et Tunisair pour accompagner le lancement de cette nouvelle destination.

    Haykel Ezzeddine, Genève

    Article paru dans Kapitalis du Samedi 10 Avril 2010 09:15

    Lien permanent Catégories : Suisse, tourisme 0 commentaire