Société - People - Page 3

  • Le dîner des verts!

    Imprimer

    20110827_9657-ssssss1111.jpgDîner canadien, dîner blanc, dîner Vert...Allez à la bonne franquette, le parti des Verts s’est donné rendez-vous samedi à partir de 19h00 pour un pique nique géant au Parc des Cropettes. ça sent un peu l’ambiance  de campagne. En attendant la distribution des tracts, la rencontre avec la population et les discours les voilà réunis l’espace d’un dîner. Presque au complet, élus et candidats ont ramené victuailles, boissons, tables et chaises. On s’affaire bruyamment, on dresse des nappes en papier, on sort la vaisselle, la présidente de la Constituante Marguerite Contat cherche de l’eau pour mettre ses tournesols. Le Président des Verts Ueli Leuenberger veuille sur la soupe qui chauffe sur un petit gaz, distrait il laisse tomber la cuillère sur le sol, ouvre une première bouteille de blanc puis une deuxième mais de couleur rouge. Il joue à merveille le rôle de chef d’orchestre, invite ceux qui sont debout à s’assoir, verse le vin dans des verres en plastique et demande avec une autorité écologique que chacun garde le même verre pendant tout le dîner. 20110827_9672-ssssss1111.jpgDans ce brouhaha la député au Grand Conseil, Jacqueline Roiz me présente sa tortilla, un met espagnol qui lui rappelle ses origines. Un peu plus loin un autre député-blogueur et musicien, Pierre Losio me parle de son blog. Il l’a mis entre parenthèse car pour le moment il n’a rien à dire. Voyons Pierre avec tout ce qui se passe actuellement à Genève, il n’y a rien à dire? Je demande au conseiller administratif  Yvan Rochat la permission de prendre une photo de lui, il acquiesce mais ça sera avec sa petite fille. Bientôt c’est l’heure de la rupture du jeûne pour moi, j’invite le maître des lieux, Ueli Leuenberger qui m’a invité à me présenter ses candidats...pour la photo. En parlant de photo sur le chemin du retour, j’ai rencontré 2 jeunes politiciens promus à une belle carrière. Julien Cart des jeunes Verts et Olga Baranova des jeunes socialistes, les deux ont posé devant mon objectif pour une photo...
    Le parti écologique veut aller loin le 23 octobre. Il espère faire un carton plein en plaçant tous ses candidats en course au Conseil des Etats et au Conseil National. L’enjeu est de taille. L’ambition est grande, les verts pensent avoir “une longueur d’avance” c’est leur slogan de campagne sur les autres partis. Ils présentent également une liste transfrontalière forte de 6 candidats. Qui arrêtera les verts? Pour le 23 octobre ils défendront leur chance en misant sur une économie verte, une politique énergétique respectueuse de l’environnement, un paysage harmonieux, une mobilité écologique...Dix thèmes qui ratissent large!

    Sans titre.jpg
    20110827_9661-ssssss1111.jpg
    20110827_9664-ssssss1111.jpg
    1.jpg
    20110827_9667-ssssss1111.jpg
    20110827_9670-ssssss1111.jpg
    20110827_9668-ssssss1111.jpg
    20110827_9671-ssssss1111.jpg
    1.jpg
    20110827_9675-ssssss1111.jpg
    20110827_9676-ssssss1111.jpg
    20110827_9669-ssssss1111.jpg
    20110827_9689-ssssss1111.jpg
    20110827_9690-ssssss1111.jpg
    20110827_9695-ssssss1111.jpg
    20110827_9697-ssssss1111.jpg
    20110827_9703-ssssss1111.jpg
    20110827_9707-ssssss1111.jpg
    20110827_9701-ssssss1111.jpg
    20110827_9700-ssssss1111.jpg
    20110827_9706-ssssss1111.jpg
    20110827_9693-ssssss1111.jpg
    20110827_9678-ssssss1111.jpg
    20110827_9680-ssssss1111.jpg
    20110827_9682-ssssss1111.jpg
    20110827_9683-ssssss1111.jpg
    20110827_9685-ssssss1111.jpg
    20110827_9687-ssssss1111.jpg
    Olga Baranova (PS) & Julien Cart (les Verts)

    Et demain est un autre jour!
  • 1er grand bal de la Décroissance!

    Imprimer

    1.jpgLa cour de l’îlot 13 a vécu aujourd’hui au rythme de la décroissance. Une grande fête mais aussi des instants d’échange, de trocs et de dialogues pour une société écologique qui repousse la course à la consommation. Partager, troquer et dépenser moins. Solidarité, citoyenneté et main tendue à l’autre.  Réveil des consciences, réflexion autour du superflu, remise en question des comportements, établissement des vrais besoins... je ne sais pas si j’ai bien résumé la "Décroissance" telle qu’elle est perçue par ses initiateurs.
    Cet après-midi à l’îlot 13 il y avait du monde. Tous sont venus pour un moment de convivialité. Nombreux participants habitent sur place. D’autres ont fait le déplacement comme moi par curiosité. Genève bouge...et quand ça sort des sentiers battus ça donne une ambiance exquise et naturelle. C’est cette Genève là que j’adore! Diversité, partage, dialogue, échange le tout dans le respect et la bonne humeur. Par la photo voici mon témoignage. Et au prochain bal de la décroissance saisissez l’occasion pour aller à la découverte de ceux qui croient à ce mode de vie, ça vaut vraiment la peine!

    DSC06697-ssssss1111.jpg
    DSC06695-ssssss1111.jpg
    20110827_9615-ssssss1111.jpg
    20110827_9616-ssssss1111.jpg
    20110827_9617-ssssss1111.jpg
    1.jpg
    2.jpg
    3.jpg
    5.jpg
    1.jpg
    4.jpg
    2.jpg
    1.jpg
    20110827_9618-ssssss1111.jpg
    20110827_9621-ssssss1111.jpg
    20110827_9622-ssssss1111.jpg
    20110827_9627-ssssss1111.jpg
    20110827_9628-ssssss1111.jpg
    20110827_9629-ssssss1111.jpg
    20110827_9633-ssssss1111.jpg
    20110827_9634-ssssss1111.jpg
    20110827_9635-ssssss1111.jpg
    20110827_9638-ssssss1111.jpg
    20110827_9639-ssssss1111.jpg
    20110827_9640-ssssss1111.jpg
    20110827_9641-ssssss1111.jpg
    20110827_9637-ssssss1111.jpg
    20110827_9648-ssssss1111.jpg
    20110827_9650-ssssss1111.jpg
    20110827_9651-ssssss1111.jpg
    20110827_9652-ssssss1111.jpg
    20110827_9653-ssssss1111.jpg
    Et demain est un autre jour!
  • Ce week-end, la fête à la rue de Fribourg

    Imprimer

    1.jpgS’il y a une rue à Genève qui représente la diversité dans toute sa splendeur elle se trouvera forcement dans le quartier des Pâquis.  En réunissant des hommes et des femmes d’origines différentes la rue de Fribourg constitue le meilleur ambassadeur du vivre ensemble. Dans cette rue se côtoie quotidiennement divers nationalités autour de plusieurs commerces, bureaux et habitations. On ne compte plus les magasins et autres restaurants qui font le bonheur des centaines de genevois qui les fréquentent tout au long de l’année. Librairie Arabe l’Olivier, bar branché Le Chic, restaurants espagnols authentiques El Faro et El Ruedo, fastfood thailandais, algérien et marocain, salle de  billards América, agence immobilière, agence de voyages, débit de tabac, internet café, salons de massage y compris érotiques, des sociétés et un bureau de placement, des épiceries, des cafés et d’autres restaurants...
    La Rue de Fribourg
    Les deux trottoirs de la rue de Fribourg représentent un choix hétéroclite de commerce de proximité. Pas un mètre de libre pas une arcade vide. Les places sont chères et les lieux attirent de jour comme de nuit les badauds, les consommateurs et les curieux. Première rue du quartier des Pâquis en venant de la gare, la rue de Fribourg sera cette fin de semaine l’endroit où il faut être pour faire la fête et goûter aux nombreuses spécialités culinaires.  En effet, ce week-end l’Association des commercants de la rue de Fribourg organise avec le soutien de la Ville de Genève une nouvelle édition de “La rue est à vous”. La quatrième en cinq ans, celle de l’année dernière est passée à la trappe à cause de l’insécurité qui a frappé particulièrement le quartier des Pâquis. Pour avoir une idée de ce qui attend les genevois cette fin de semaine pendant l’”Open air rue de Fribourg” une appellation moderne et branchée pour dire tout simplement “la rue de Fribourg s’offre à vous” j’ai rencontré Bridge Bria, chanteuse et gérante du Chic et Alain Bittar propriétaire de la librairie l’Olivier. La première pour parler avec elle de la programmation musicale et le second pour évoquer le côté historique d’une rue qui fait partie du patrimoine genevois.

    2.jpg

    Et demain est un autre jour!
  • Après les vélos sur les trottoirs...le spectacle sur la route!

    Imprimer

    VELO copie2.jpg

     

    Je n’ai rien contre les vélos et je ne mène pas une cabale contre ceux qui le pratiquent. Je le répète, mon intervention ne vise que certains usagers de la route qui prennent les trottoirs pour des pistes cyclables et la chaussée pour une scène de spectacle au détriment de leur vie et de la sécurité d’autrui! Photo prise cette semaine sur la Place des 22 Cantons direction la Rue de Chantepoulet par Maurizio Giuliani. Si vous avez d’autres photos de ce genre, n’hésitez pas à me les envoyer.

    A lire également:
    Quand les cyclistes prennent le trottoir pour une piste cyclyble!

     

    VELO copie2.jpg
    Et demain est un autre jour!
  • Un dimanche à la plage!

    Imprimer

    IMGP8283-ssssss1111.jpgVoilà une bonne idée vu la canicule qui sévit ce jour à travers tout le canton? Y a pas un meilleur endroit pour se rafraîchir et barboter dans l’eau “cristaline” du lac. La plage est l’endroit tout indiqué pour échapper à la chaleur étouffante. Tous les espaces qui ont un accès direct avec l’eau du Léman ou celui du Rhône ont fait un carton plein ce dimanche.

    Baby-plage:

    Baby-plage, qui occupe le contenu du blog d’aujourd’hui nous intéresse particulièrement puisqu’elle a abrité une journée d’animation avec deux stands tenus par l’Association des Amis de la Plage” (AAP). Pour le Constituant Michel Chevrolet (PDC), les amis de la plage sont là aujourd’hui pour fêter la future plage des Eaux-Vives (avec 3 ans d’avance?), une fois que les recours déposés par le WWF et par l’AIEV seront balayés. Si tout va bien et avec les retards accumulés d’ici 2014 dixit Sue Putallaz, membre du comité Libéraux-Radicaux.
    Sans titre.jpgCe retard coûtera cher malheureusement au contribuable qui a hâte de retrouver une plage de 500 mètres en prolongement de Baby-plage. Le projet de “La plage publique des Eaux-Vives” est encore en vie et bénéficie d’un large soutien de la population, des pouvoirs publics et de tous les partis! Reste à savoir si les genevois qui sont coutumiers des recours sans fin auront-ils bel et bien leur nouvelle plage en 2014! L’avenir nous le dira.
    Contacté à la fin de cette opération de séduction, le secrétaire Général des Vert’libéraux, Charly Schwarz est plus que satisfait de cette journée qui a vu un public nombreux venu cueillir des nouvelles au stand d’information de l’”Association les Amis de la plage” qui en passant a reçu ce matin la visite du maire de Genève, le Libéral-Radical Pierre Maudet.

    IMGP8261-ssssss1111.jpg
    IMGP8262-ssssss1111.jpg
    IMGP8263-ssssss1111.jpg
    IMGP8259-ssssss1111.jpg
    IMGP8268-ssssss1111.jpg
    IMGP8287-ssssss1111.jpg
    IMGP8286-ssssss1111.jpg
    Mich joue à la balle-ssssss1111.jpg
    Sans titre-ssssss1111.jpg
    2-ssssss1111.jpg
    IMGP8292-ssssss1111.jpg
    Chraly Schwarz, Lefort François et le Colonel Jean-François Duchosal
     
    famille.jpg
    Et demain est un autre jour!
  • Le Ramadan à Genève...

    Imprimer

    LesNuitsduRamadan.jpgLe Ramadan à Genève n’a aucun goût particulier hormis les rares exceptions où des musulmans de bonne volonté prennent des initiatives pour animer ce mois  sacré. Aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Norvège, il y a même un Festival Ramadan! Dans d’autre pays comme la France ou l’Allemagne les communautés musulmanes se réunissent fréquemment pendant le mois du jeûne pour partager l’iftar (le repas de la rupture du jeûne) ou pour des soirées ramadanesques animées en musique ou par des débats ou autres conférences. Dans la cité de Calvin, les tentatives d’animation sont timides et les activités pour les musulmans quasi inexistantes. Tout tourne autour de la mosquée le reste c’est le désert! Une raison parmi d’autres pour ce manque d’entrain: la diversité des communautés, des langues et des habitudes. Organiser une manifestation et fédérer la majorité des musulmans de la ville c’est une mission impossible. Un pakistanais ou un indien ne sera pas forcement réceptif à une animation arabe et vice versa. Et le plus grand handicap est le facteur langue. Malheureusement, tous les musulmans de Genève ne sont pas égaux face à la langue de Molière. Certains rechignent à la pratiquer convenablement voir à en saisir ses généreuses nuances. A cela il faut rajouter l’heure tardive de la rupture du jeûne. Le premier jour de Ramadan, il fallait attendre le couché de soleil à 21h10 avant de boire la première gorgée d’eau. Ce soir, le soleil disparaitra du paysage genevois à 20h45. A Genève, il est difficile d’organiser des évènements tard dans la soirée surtout actuellement où sévit une vague de délinquance nocturne, inhabituelle et propice à engendrer un climat d’insécurité.
    Ramadan 2.jpgA table avec des muslmans
    Pour le Ramadan de cette année j’ai relevé deux actions qui méritent un petit coup de projecteur. La première se déroulera ce vendredi dans le cadre des activités “les Pâquis se mettent au vert”. L’Association des Pakistanais de Genève et la “Fondation de l’Entre-Connaissance” organisent un repas de rupture du jeûne dans le jardin du Temple des Pâquis. Un moment de partage entre les musulmans et les autres communautés, un dîner ouvert à toutes les confessions. Les organisateurs veulent faire de cette rencontre autour d’une table une passerelle pour un dialogue pas forcement inter-religieux. Aucune connotation religieuse, on cherche plutôt à valoriser le côté fraternel et à tisser des liens entre ceux qui pratiquent le Ramadan et les autres. C’est une occasion pour les genevois de partager la table d’un musulman pour mieux se connaître!  
    Les nuits du Ramadan
    L’Association pour la promotion des cultures arabes et africaines (APCAA) organise du 26 au 28 août au Temple de la Fusterie “Les nuits du Ramadan”. Tout un symbole, le Ramadan s’invite dans un lieu de culte pour les chrétiens protestants! Au programme 3 conférences sur l’islam animées par Hafid Ouardiri. Le directeur de la "Fondation de l’entre connaissance” parlera des 5 piliers de l’islam, de la vie du prophète Mohamed et de l’art et l’islam. Pour le côté musical, le chant soufis et arabo-andalous résonnera durant trois soirées au temple avec l’Ensemble Ibn Arabi, Rafik El Maai et l’Ensemble féminin Aouatif Bouamar. Voilà un grand test pour voir si les musulmans de Genève veulent changer leur quotidien ramadanesque en l’agrémentant ou bien se contenter du statu quo actuel!

    Article paru dans Kapitalis le 19 août 2011

    Pour avoir une idée sur l'animation musicale:
    Ensemble Ibn Rabi


    ‪RAFIK EL MAAI


    ‪Wafae Asri - Moulati ya Lella‬

    Le programme de Nuits du Ramadan:

     

    Ramadan.jpg
    Et demain est un autre jour!
    Lien permanent Catégories : Société - People 3 commentaires
  • Touche pas à la première classe!

    Imprimer

    DSC01267-ssssss1111.jpgLes jeunes socialistes suisses ne font pas toujours l’unanimité même auprès des "adultes" de leur parti. Leur dernière trouvaille qui consiste à vouloir supprimer les wagons de la première classe dans les trains suisses est franchement incongrue. Même les ténors du parti de la rose qui ont l’habitude de voyager en première ne sont pas de leur avis. 2 heures ou 3 heures de train constituent pour beaucoup des séances de travail précieuses. Si plusieurs pendulaires voyagent à certaines heures debout en seconde classe il arrive aussi qu’en première on assiste au même scénario. Je prends le train tous les week-ends ou presque. Toujours la même direction, celle de Brigue. Le retour se déroule dans de bonnes conditions à savoir wagon à moitié plein dans les pires des cas. Mais par contre l’aller, si j’ai le malheur de prendre le train à partir de 16h30 à Cornavin c’est la croix et la bannière! La deuxième classe comme la première sont prises d’assaut au départ de Genève et les places dans les deux classes commencent vraiment à se libérer qu’à partir de Montreux voire des fois il faut attendre la ville de Sion. Pour bénéficier d’une place assise sans trop jouer des coudes, il m’arrive de prendre le train carrément de l’aéroport alors que j’habite à quelques mètres de Cornavin. Là au moins je suis sûr d’avoir ma place...sans bousculade. Le monde à l’envers!

    IMGP1642-ssssss1111.jpgDes controleurs désabusés!
    J’ai assisté à plusieurs frictions entre des contrôleurs désabusés et des passagers de première classe qui ne comprennent pas comment ils ont payé plein pot pour se retrouver debout. Faut-il rappeler qu’un abonnement en première classe coûte chf. 5150.- contre 3300.- pour la deuxième classe. Les touristes, nombreux à emprunter ce moyen de transport trouvent inadéquat que sur les billets il n’y a pas de numéro de siège et qu’on ne peut réserver sa place que sur certains trains “touristiques”, vas-leur expliquer que c’est une particularité helvétique.

    IMGP1644-ssssss1111.jpgLa solution:

    A mon avis, supprimer les wagons de première classe ne résoudra pas le problème du surbook de la 2ème classe. Prolonger les quais pour avoir des trains plus longs non plus. Il faut chercher la solution dans les fréquences des trains et copier le principe mais pas le timing sur les trams. Plus de trains aux heures de pointe.
    Avec l’augmentation continuelle des prix des billets et des abonnements on s’interroge des fois sur l’utilité de privilégier ce transport au détriment de la voiture. Le stress gagne actuellement les usagers du train qui ne savent pas comment se garantir une place assise pendant leur trajet. Si pour certains avec le train ils se rendent sur les lieux de leurs vacances, d’autres l’utilisent quotidiennement pour aller travailler. Il faudra peut être leur poser la question en premier “comment vous voyez l’avenir du rail?” Quant aux CFF, qu’ils arrêtent de nous prendre pour des imbéciles! Pour accepter l’augmentation répétitive des tarifs il faut qu’il y ait des améliorations de prestations. Or nos CFF ne sont même pas capables d’offrir un siège pour tous.

    Photos prises à Genève pendant une grande panne sur la ligne Genève-Lausanne

    Touche pas à ma première classe.jpg
    Et demain est un autre jour!
  • Ma fête des voisins avec Mima et Philippe

    Imprimer

    DSC00657-ssssss1111.jpgLe 31 mai comme chaque année depuis sa date de création en 1999 (à Paris) est consacré aux voisins. Point de jour férié au calendrier juste une pensée à celui ou celle qui partage le palier, l’allée, l’étage, l’ascenseur, la buanderie pour certains et le local à poubelles. Et pour ceux qui veulent aller plus loin, la Ville de Genève met à disposition un matériel de promotion qui peut aller de la carte d’invitation, à l’affiche officielle en passant par le tee-shirt et les ballons à l’effigie de la fête pour les plus rapides.
    Personnellement, je n’ai jamais attendu le 31 mai pour boire un verre avec certains de mes voisins, les plus “accessibles” ceux qui ont comme moi le verbe facile et qui ne dédaignent pas les relations du bon voisinage. Et le bistrot qui se trouve en bas de mon immeuble facilite l’entretien d’un tel contact.
    DSC00686-ssssss1111.jpgEn avance d’un jour j’ai fêté hier comme il se doit la 8ème édition de la fête des voisins en compagnie de Mima et de son époux Philippe. Un étage nous sépare et le vieux parquet qui traverse de bout en bout l’appartement de mes deux voisins est l’un des sujets qui revient souvent sur le tapis à cause du grincement occasionné par l’usure. Rien de vraiment grave! Mais le sujet de l’insécurité continue d’alimenter les discutions avec Mima, Philippe et les autres locataires. Proche de la gare, notre immeuble est une véritable passoire malgré le digicode à l’entrée et 2 caméras non dissuasives des drogués accèdent avec une facilité déconcertante à la cage d’escalier pour se livrer à leur hobby favori: s’injecter leur dose quotidienne loin des regards indiscrets. La peur de se faire agresser sur le lieu de son logement se fait sentir au rythme des intrusions des drogués. Entre l’apéro et le délicieux couscous à El Maktoub (nouvelle direction), la décision est prise, Philippe rédigera prochainement une pétition qu’il fera signer par les locataires et envoyer par la suite à la régie pour sécuriser la porte. C’est que nos visiteurs “indésirables” ont trouvé la combine pour s’inviter à l’intérieur. En introduisant au bon endroit tout objet qui a la forme d’une carte style à utiliser dans un bancomat, ils arrivent à s’introduire en ouvrant mécaniquement la porte.
    Au dessert avant que Mima ne s’éclipse discrètement aux toilettes et en profite pour payer l’addition on s’est promis une autre sortie prochainement. Des voisins attentionnés comme Mima et Philippe ça ne court pas les habitations. Il faut les garder et surtout les chouchouter pour un meilleur partage de la proximité. Mima et Philippe on vous aime comme ça, ne changez rien!

     

    Sans titre-1-ssssss1111.jpg
    Et demain est un autre jour!
  • Ladies night, la soirée

    Imprimer

    Gabriela de Albuquerque(*) a suivi pour PLANETE PHOTOS la soirée "Ladies Night" organisée par le Cellier Movenpick le 19 mai dernier. Pour lire les précédentes notes de Gabriela:

    -Le portrait de João Roque,

    -Synthèse sur la révolution des œillets

    -Célébration du cinquantième anniversaire de la révolution portugaise

    - Portrait de Fátima Velluz

    DSC02380-ssssss1111.jpg"Ladies night"
    Imagine uma adega com stands de móveis em cartão reciclado, lingerie, chocolates, cup cakes, produtos de cabelo, rejuvenescimento e make up, massagens,  roupa e onde ainda se pode assistir a um desfile de roupa interior... Imagine que cada stand está associado a um pecado capital e que a cada pecado, foi atribuído um vinho… Foi com esse cenário, acessível apenas ao universo feminino, que a Ceiller Movenpick Genève abriu as suas portas no dia 19 de Maio. O motivo? Permitir às mulheres apreciar e degustar bons vinhos, sem interferência da opinião masculina.
    A iniciativa contou com a colaboração de algumas empresas de comércio, que associaram a sua marca ao vinho e ao pecado.
    À coléra associou-se Descarte, uma empresa de movéis em cartão 100% reciclado. A associação entre o vinho e esse pecado capital foi uma chamada de atenção para os problemas relacionados com o meio ambiente. O vinho escolhido era francês e, obviamente, biológico.
    DSC02402-ssssss1111.jpgUm cenário deliciosamente colorido e irresistível ao olhos foi apresentado por Cupcakes & the city, que associou a sua marca ao pecado da gula e transportou cada presente para o reino da imaginação. A degustação do excelente vinho francês era feita enquanto cada presente decorava o seu pequeno bolinho das fadas.
    Entre rendas e transparências, fatos de banho e babydolls, a boutique virtual Seconde Peau entreabriu as portas do mundo da Luxúria, oferecendo o casamento perfeito entre sensualidade e sabor, com um espumante italiano frutado e doce.
    Tratamentos de pele, combate às rugas, maquiagem e cabelos. Antioxidantes e Aloe Vera. Nu Skin, Moroccanoil, Coiffure Silhoutte e Forever Living associaram-se ao orgulho para celebrar a beleza e a juventude, com um vinho italiano forte, com sabor a frutos do bosque.
    Relaxmax Centre Wellness, especialista em massagens de relax e bem-estar, associou-se ao rum da Venezuela. Um claro convite ao dolce far niente, à preguiça.
    Inveja com sabor a chocolate e vinho. À Chocolaterie Stettler foi apresentado o desafio de criar um chocolate especialmente para o evento, feito a partir de vinho suiço, branco e tinto. O resultado foi delicioso ; uma combinação voluptuosa, difícil de resistir.
    Royaume Melazic representou a avareza e o espírito da mulher actual, uma  mulher forte, que sabe o que quer, que se concentra nela própria e no seu bem estar. O vinho escolhido, tinto e originário do Chile, reflectiu no seu sabor o carácter das princesas modernas.
    O resultado foi uma noite muito feminina, plena de charme, beleza e descontração.  A organização do evento coube a Eugénie Croze e Laurence Lévêque,  anfitriãs por excelência, que apresentaram um programa único, com ambiente muito agradável. A degustar mais vezes…
    ============================================================================================

    Ladies Night, version en français

    DSC02422-ssssss1111.jpgImaginez, une cave qui en passant n’a rien d’une cave à part le nom avec des ateliers de meubles en carton recyclé, lingeries, chocolats, petits gâteaux, produits pour les cheveux, le rajeunissement, le maquillage et le massage, des vêtements et…cerise sur le gateau : un défilé de lingerie ... Le tout bien entendu interdit aux hommes. C’est la « Ladies night » du cellier Movenpick, une soirée entre femmes interdite au sexe masculin.
    Imaginez que chaque stand s’inspire d’un péché capital et que tout péché conduit à un vin...offert uniquement à la gente féminine. La raison? Permettre aux femmes d’apprécier et de déguster des vins, sans l’influence des hommes.
    L'initiative a été bien acceuillie par des entreprises qui ont joué le jeu et participé à cette grande fête qui allie le nectar à d’autres plaisir de la vie.
    Soirée très bien organisée et dont le mérite revient à Eugénie Croze et Laurence Lévêque. Vivement la prochaine « Ladies night »
    A la rencontre de la communauté portugaise.

    Photos et texte: Gabriela De Albuquerque pour PLANETE PHOTOS

    DSC02347-ssssss1111.jpg
    DSC02350-ssssss1111.jpg
    DSC02355-ssssss1111.jpg
    DSC02360-ssssss1111.jpg
    DSC02369-ssssss1111.jpg
    DSC02377-ssssss1111.jpg
    DSC02382-ssssss1111.jpg
    DSC02359-ssssss1111.jpg
    DSC02365-ssssss1111.jpg
    DSC02367-ssssss1111.jpg
    DSC02371-ssssss1111.jpg
    DSC02373-ssssss1111.jpg
    DSC02374-ssssss1111.jpg
    DSC02413-ssssss1111.jpg
    DSC02416-ssssss1111.jpg
    DSC02427-ssssss1111.jpg
    DSC02376-ssssss1111.jpg
    DSC02378-ssssss1111.jpg
    DSC02383-ssssss1111.jpg
    DSC02386-ssssss1111.jpg
    DSC02399-ssssss1111.jpg
    DSC02410-ssssss1111.jpg

    DSC02417-ssssss1111.jpg

     

    (*)Gabriela De Albuquerque en quelques lignes:
    Née en Angola il y a 44 ans, Gabriela De Albuquerque est Portugaise. Passionnée par l’information, elle est diplômée de l’Ecole de Journalisme et Communication de Portalegre, cette ville portugaise magnifique, comme une terrasse sur l’Alentejo.
    Gabriela aime lire, écrire, cuisiner, se promener. Elle nous propose un rendez-vous hebdomadaire. Elle a rencontré des Portugais de Genève. Ils ont accepté de se confier, de parler de leur vie, de leurs passions, de leurs liens avec le pays natal. Ils couvrent tous les milieux sociaux et professionnels. Ce sont des tranches de vie que Gabriela nous raconte. A déguster avec passion !

    Et demain est un autre jour!
    Lien permanent Catégories : Genève, Société - People 2 commentaires
  • L’affaire DSK, au secours, overdose!

    Imprimer

    DSK TDG.jpgCoucou, si jamais nous sommes à Genève au cas où ça vous a échappé. Je ne sais pas pourquoi tout cet emballement médiatique autour de l’affaire DSK. Je trouve que les médias suisses en font trop comme d’habitude. Qu’un politicien français, quand bien même dirigeant une grande institution internationale, coutumier des galipettes hors lit conjugal se fasse épingler chez l’oncle Obama c’est son affaire en premier lieu, celle de sa famille en second, celle de la victime et de sa famille également et en dernier lieu celles des Etat-Unis théâtre de l’action et de la France pays d’origine de l’intéressé. Pour le volet juridique je le dis d’avance pour éviter toute forme de procès à mon encontre: présomption d’innocence pour le patron du FMI et “présumée” victime pour la femme de chambre.
    La presse écrite et la télévision suisse romande ainsi que les blogs sur cette palte-forme s’en donnent à cœur joie depuis dimanche en alimentant à ne plus finir des pages, des émissions et des notes “Spécial DSK”. Un petit aperçu sur les blogs les plus lus de TDG et vous aurez une idée sur le top ten des sujets: DSK fait l’unanimité.
    Un article sur le site internet de la Julie a particulièrement attiré mon attention hier en fin d’après-midi: “Qui est la victime présumée de Dominique Strauss-Kahn?“ Je pense que le médiateur d’Edipresse si son agenda le permet ferait bien de se pencher sur ce cas d’école. De quoi parle cet article signé? Une compilation qui reprend des dépêches de l’AFP, des extraits de la presse écrite (France Soir) et des chaînes de radio (France inter, RSR et France info) d’une chaine de télévision (Canal +) d’un site internet DSK Le matin-ssssss1111.jpg(RMC.fr) et le blog de l’incontournable “je sais tout, je me mêle de tout ce qui est médiatique et je suis partout” BHL, sans oublier Facebook. A un certain moment cet article a été illustré par la photo de la présumée victime...le tout écrit au conditionnel. Après lecture de cet article on n’est pas plus avancé. Tantôt sénégalaise, tantôt guinéenne comme si son origine va changer le cours de l’histoire ou aider à comprendre davantage cette histoire que les médias nous imposent, j’ai envie de crier stop, y en a marre! Et là on est qu'au tout début. Si le protagoniste s’appelait Stauffer ou bien Sandrine Salerno, peut être j’aurais prêté une quelconque attention, mais là copier Voici et faire tout un plat d’un évènement franco-américain...franchement! Un peu de retenue de la part de certains médias suisses sur ce sujet et de bon aloi!

    Sans titre-2-ssssss1111.jpg
    Et demain est un autre jour!
  • Pascal Légitimus dîne actuellement au Bagatelle

    Imprimer

    IMGP4802.JPG
    Sans titre 2.jpg
    Il est 22h00, ce soir c'est mon jour de chance. Je viens de tomber par hasard sur un de mes artistes préférés Pascal Légitimus qui va se produire ce vendredi 20 mai à Gland dans un one man show sous la direction de Gil Galliot.Pour réserver c'est ici
    Et demain est un autre jour!

    Lien permanent Catégories : Genève, Société - People 0 commentaire
  • Ladies Night genevoise autour de la passion du vin

    Imprimer

    ladies night1.jpgContrairement aux idées reçues (celles des hommes, en réalité), les femmes sont d’excellentes dégustatrices. Le monde du vin ne leur est en rien étranger.
    Il faut bien l’avouer, il est bien rare que le sommelier demande à la dame de déguster le vin lorsqu’un couple ou des amis s’attablent pour un bon repas. Résultat, il arrive que les femmes apprécient peu le vin choisi par les hommes. Non pas pour des raisons de goût féminin particulier, mais parce qu’il ne convient tout simplement pas. «Mais voilà, reconnaît Eugénie Croze du Cellier Mövenpick Genève, elles ont souvent peur de dire des bêtises et ne trouvent pas encore leur place.» Sous-entendu, les hommes n’hésitent jamais… à en dire de très grosses en se croyant de très grands spécialistes.
    C’est la raison pour laquelle le Cellier Mövenpick de Genève (chemin du Grand-Puits 40, Meyrin. Tél. 022 782 65 72) organise une Ladies Night le 19 mai à partir de 19h. Toutes les dames, et seulement les dames, sont les bienvenues. Johnny Haury, le gérant du lieu leur laisse les clés. Et nous, pendant ce temps… on va déguster! Car elles vont sûrement se lâcher, chacune d’entre elles ayant au moins le souvenir d’un type qui se la joue et qui n’y connaît pas grand-chose. Sans titre-4.jpgDifficile en effet d’avouer qu’en matière de vin, nous ne maîtrisons souvent que quelques bribes de vocabulaire… qui se limitera à des phrases de genre : «Ah, il a de la cuisse »! Mais c’est quand même un peu léger pour briller en société.
    Les dames vont donc passer une soirée exceptionnelle, simplement pour apprécier la modération des propos. Eugénie Croze et sa collègue Laurence Lévêque ont d’ailleurs préparé une soirée qui dépassera le seul cadre du vin. La soirée sera festive et s’ouvrira à d’autres activités telles que l’artisanat, le chocolat, la beauté. «Le but, poursuit Eugénie Croze, est d’associer un vin par atelier thématique.»
    Beaucoup de surprises également… à découvrir sur place. «Cela permet de passer une très bonne soirée entre copines, ajoute Laurence Lévêque, sans jamais nous ennuyer puisque nous passerons du vin au défilé de lingerie, du massage aux produits cosmétiques, du chocolat à… Traitez-moi comme une princesse.» Tout un programme.
    Alain Bossu pour PLANETE PHOTOS


    Pour s'inscrire par mail: cellier.geneve@moevenpick.com
    Photos
    Les dames du Cellier Mövenpick, Eugénie Croze (à gauche) et Laurence Lévêque.

    PS: attention à l'abus d'alcool!

     

    Et demain est un autre jour!
    Lien permanent Catégories : Genève, Société - People 0 commentaire
  • A la rencontre des portugais de Genève

    Imprimer

    Portrait de João Roque


    Blog citoyen avec un grand C, PLANETE PHOTOS publie assez régulièrement des contributions d’amis, de lecteurs et de personnalités qui participent à leur façon à la vie de cette ville que nous aimons tant: Genève. Blog ouvert sur la diversité j’accueille pour quelque temps Gabriela De Alburquerque, une journaliste portugaise qui reprend du service après une parenthèse qui l’a éloignée du milieu journalistique. En dressant le portrait de ses concitoyens qui ont choisi de vivre à Genève elle nous invite à voyager à travers l’une des plus grandes communautés en Suisse. Gabriela De Albuquerque écrit en portugais dans sa langue maternelle et nous propose le même texte traduit en français. Sa première note concerne une figure emblématique du monde des voyages, le directeur commercial à Genève de la compagnie TAP Portugal,  João Roque.

    187251_598748307_5360432_n.jpgGabriela De Albuquerque en quelques lignes:
    Née en Angola il y a 44 ans, Gabriela De Albuquerque est Portugaise. Passionnée par l’information, elle est diplômée de l’Ecole de Journalisme et Communication de Portalegre, cette ville portugaise magnifique, comme une terrasse sur l’Alentejo.
    Gabriela aime lire, écrire, cuisiner, se promener. Elle nous propose un rendez-vous hebdomadaire. Elle a rencontré des Portugais de Genève. Ils ont accepté de se confier, de parler de leur vie, de leurs passions, de leur liens avec le pays natal. Ils couvrent tous les milieux sociaux et professionnels. Ce sont des tranches de vie que Gabriela nous raconte. A déguster avec passion !


    João Roque, o homem capaz e vender pentes a um careca

    Sans titre.jpgNão é apenas um emigrante português. É um homem bem humorado, determinado e apaixonado por viagens, que teve a sorte de, profissionalmente, conseguir aliar o útil ao agradável.  Uma breve história  sobre  João Roque.
    Oriundo de Santarém,  João Roque termina o actual 12 ano de escolaridade e ruma a Lisboa, com o intuito de se graduar em Direito. O espírito aventureiro aliado à insatisfação com o curso escolhido e a situação nacional levaram – no a procurar um novo rumo. Genève foi o destino. Sem trabalho e sem perspectivas concretas, contou com a ajuda de familiares e amigos já cá estabelecidos.  Teve a vantagem de não precisar  ultrapassar a barreira da língua,  uma  vez que o francês era obrigatório.  No entanto, numa época em que os acordos bilaterais estavam distantes da actual realidade,  quatro anos se passaram até que conseguisse o tão desejado permis. João fez um pouco de tudo sempre procurando algo que, em termos profissionais, lhe trouxesse satisfação. Apaixonado por viagens,  optou pelo  turismo. A grande oportunidade surgiu, sob a chancela da TAP, através de um curso de turismo, apenas  para agentes. Concorreu e entrou. Primeiro, nas reservas por telefone, pouco depois e pelo período de 2 anos, no balcão de emissões, passando então a promotor de vendas. De promotor a chefe regional e depois chefe de vendas para toda a Suiça foi apenas uma questão de tempo. João diz, com bom humor, que « era capaz de vender um pente a um careca ».   Os resultados dessa capacidade  estão demonstrados, em termos práticos. Quando, à 5 anos começou como chefe de vendas da TAP para a Suiça, existia apenas 1 vôo circular, Genève-Lisboa, combinado com Zurique. Actualmente, existem 9 vôos directos Genève-Lisboa. Tal facto deve-se também, não só à alteração de hábitos do emigrante português, como também aos vôos low-cost, que obrigaram a TAP a criar preços de concorrência.
    Sans titre1.jpgEm 2010, João Roque e a  pequena equipa que lidera, atingiram e ultrapassaram, os objectivos e metas que a TAP propôs, conseguindo igualar a receita ao número de passageiros e posicionando também a delegação Suiça-Liechtenstein entre as 10 melhores delegações TAP do mundo !
    João não se limitou apenas a construir uma carreira profissional. Activo na sua vida social,  mantém contacto estreito com a comunidade portuguesa e foi Presidente Fundador da filial n. 174 do Sporting Club de Lisboa, cargo do qual abdicou há dez anos, por sobrecarga de agenda.  João não se sente afastado da realidade portuguesa, não perde o Telejornal, sobretudo agora, com  a actual conjuntura político-económica.  Preocupa-o a má qualidade dos nossos políticos…
    A cultura também é acompanhada e apreciada de perto, sendo que Tony Carreira, Mariza, Dulce Pontes, Paulo Gonzo e Madredeus estão entre os artistas que mais admira.
    O regresso  a Portugal ainda não tem data marcada, mas é uma certeza. Antes de mais, espera ver a filha graduada e estabilizada. Depois, na companhia da mulher, espera dedicar-se ao que mais gosta. Viajar. Quer regressar a lugares que visitou e que o marcaram. Quer conhecer novos lugares. Explorar  com tempo, a Ásia, continente que o encanta.  E quer regressar à Tailândia, quem sabe pela 32a vez!
    A cidade de Santarém situa-se num planalto, na margem direita do Rio Tejo, a 65km de Lisboa. Santarém é capital do distrito do Ribatejo e é considerada, pelo seu passado artístico glorioso, « A capital do gótico português. »

    Gabriela De  Albuquerque

    ============================================================================================
    Version française


    João Roque, l’homme qui vendrait des peignes à un chauve
    Sans titre copie.jpgIl n'est pas seulement un immigrant portugais. C’est un homme plein d'humour, déterminé et passionné par le voyage. Il a eu la chance de pouvoir combiner travail et plaisir. Une brève histoire de João Roque, de la compagnie aérienne TAP.
    Originaire de Santarem (*), João Roque a passé son bac avant de se diriger vers Lisbonne avec l'intention d'obtenir un diplôme en droit. L'esprit d'aventure associé à l'insatisfaction procurée par le cours choisi et les conditions nationales l'ont forcé à chercher une nouvelle direction. Il a 20 ans et laisse la faculté de droit pour se rendre à Genève. Sans travail et sans réelles perspectives, il a demandé l'aide d'amis et de leur famille déjà établie à Genève. Son atout maître : ne pas avoir à surmonter la barrière linguistique, puisque, dans l'ancienne école, le français était obligatoire. Cependant, à un moment où les accords bilatéraux sont loin de la réalité actuelle, quatre années s’écoulent avant d’obtenir le permis désiré. João a fait un peu de tout, toujours à la recherche de quelque chose qui, sur le plan professionnel, lui offrirait la satisfaction et l'épanouissement.
    Passionné de voyage, il a opté pour le tourisme. Une belle occasion a surgi, sous le sceau de la compagnie aérienne portugaise TAP. Un seul concours pour les agents touristiques a été la porte d'entrée. Il a participé et a été retenu. Il a commencé à la réservation par téléphone et pour une période de deux ans, à la billetterie puis au commercial.  De vendeur à directeur régional des ventes dans un premier temps, puis responsable des ventes pour l'ensemble de la Suisse, poste qu’il occupe aujourd’hui. João rappelle en souriant le commentaire d’un de ses anciens patrons : «il pourrait vendre un peigne à un chauve." Les résultats de cette capacité sont démontrés dans la pratique. Au bout de cinq ans en tant que chef des ventes chez TAP pour la Suisse, la compagnie est passée d’un vol circulaire Genève-Lisbonne, combiné à Zurich. Actuellement, il y a 9 vols directs Genève-Lisbonne. Cela ne change pas seulement les habitudes des émigrés portugais. TAP a dû réagir aussi aux nouvelles règles de concurrence et répondre aux compagnies à bas coût.
    Sans titre1.jpgEn 2010, João Roque et sa petite équipe ont atteint et dépassé les objectifs et les buts que TAP leur a fixés, égalisent le chiffre d'affaires/nombre de passagers, et ils ont réussi à positionner la délégation Suisse-Liechtenstein  parmi les 10 meilleures du réseau mondial de la compagnie !
    João ne s’est pas limité à construire une carrière professionnelle. Actif dans la vie sociale, il entretient des contacts étroits avec la communauté portugaise et a été président fondateur de la filiale 174 du Sporting Club de Lisbonne, un poste qu'il a abandonné il y a dix ans, son agenda devenant trop surchargé. João ne se sent pas loin de la réalité portugaise, il ne perd pas de vue le Télé journal, pour suivre en particulier la crise politique et économique actuelle. La classe politique portugaise l’inquiète actuellement.
    Il suit attentivement la vie culturelle portugaise. Tony Carreira, Mariza, Dulce Pontes, Madredeus Paulo Gonzo sont parmi les artistes qu'il admire le plus.
    Le retour au Portugal n'est pas encore à l’ordre du jour, chaque chose à son temps. Tout d'abord, il veut voir sa fille terminer ses études et se lancer dans la vie active. Puis, en compagnie de sa femme, il espère se consacrer à ce qu'il aime le plus: voyager. Il veut retourner à certains endroits qu'il a visités et qui l’ont marqué. Il veut voir de nouveaux horizons ; découvrir avec du temps, l’Asie, le continent qui l'enchante. Et il veut retourner en Thaïlande, peut-être pour la 32e fois!
    (*)La ville de Santarém est située sur un plateau sur la rive droite du Tage, à 65 km de Lisbonne. Santarém est la capitale de la province du Ribatejo est considérée par son passé artistique et glorieux: «La capitale du gothique portugais."
    Gabriela De Albuquerque

    Prochaine note: mercredi 27 avril

    Et demain est un autre jour!
  • En attendant le train!

    Imprimer

    Sans titre-3-ssssss1111.jpg
    Photos prises hier à la gare de Sierre
    Et c'est l'occasion de vous rappeler l'éxistence de mon blog sur le Valais: "Un genevois en Valais"
    Et demain est un autre jour!

  • La soirée d’Emirates Airlines a fait un tabac!

    Imprimer

    Picture 451-ssssss1111.jpgL’évènement de l’année à Genève dans le domaine aéronautique est sans contestation la fastueuse soirée organisée par la compagnie Emirats Airlines mardi 29 mars à Palexpo. De mémoire de voyagistes genevois jamais autant de faste et de luxe n’ont dominé une soirée de représentation professionnelle. 700 invités triés sur le volet ont répondu à l’appel de cette compagnie qui lance à partir du 1er juin  un nouveau vol au départ de Genève non stop en direction de Dubai. Cocktail, présentation, simulation, dîner et spectacle ont enchanté les convives qui sont partis avec un petit cadeau très apprécié: une maquette d’un Boeing 777-300 ER à l’échelle 1:200. Imaginez 700 maquettes aux 700 présents de quoi marquer les esprits des professionnels du voyage. Reste maintenant à trouver les clients qui voudraient bien voyager pendant cette période peu propice aux escapades dont bon nombre de pays desservis par cette prestigieuse compagnie.
    Merci à Nabil Darragi qui m’a envoyé ces 6 photos. Genève, bouge des fois la nuit grâce à ce genre d’événement même si beaucoup ne le savent pas.

    Picture 453-ssssss1111.jpg
    Picture 456-ssssss1111.jpg
    Picture 462-ssssss1111.jpg
    Picture 458-ssssss1111.jpg
    Sans titre-ssssss1111.jpg
    Et demain est un autre jour!