A quoi sert la confédération ? Réponse: à uniformiser, pardi !

Imprimer

Berset.jpgSur le vif. Le monde entier à quelques rares exceptions croule sur le nombre grandissant de cas positifs et de décès covid-19. La Suisse, par le biais de son Conseil fédéral semble en décalage avec la réalité du terrain plus encline à préserver les intérêts économiques que la santé de sa population. Notre ministre de la santé, Alain Berset, admet enfin que nous sommes entrés de plain-pied depuis deux semaines dans la 2ème vague. Nous attendions à de vrais mesures, des mesures radicales pour endiguer cette dangereuse courbe ascendante. Mais voilà, la séance Simonetta.jpgextraordinaire dominicale tant attendue depuis vendredi, n’a accouché que d’une minuscule souris avec les 3 mesurettes du Conseil fédéral. Port du masque généralisé dans l’espace public clos, les rassemblements de plus de 15 personnes interdits dans les lieux publics et la recommandation du télétravail. De l’avis même d’Alain Berset, le Conseil fédéral a choisi « un chemin moins coercitif pour l’économie et la société ». Et la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, reine du suspense avec « il est minuit moins 5 » et « chaque jour compte » nous parle de « mesures de prévention » pour « aplatir la courbe ! » Et les 2 conseillers du dimanche se rejoignent et sont unanimes sur 2 faits:
-Ces mesures ont été dicté et voulu par les cantons
-Que les cantons peuvent aller plus loin

coronavirus en suisse,coronavirus,covid 19,covid19,alain berset,conseil fédéral,simonetta samaruguaAvec cette séance extraordinaire et surtout les mesures décidées ce jour, montrent les limites du fédéralisme. Les pays européens se calfeutrent et s’entourent de décisions fortes pour le bien de leur population, et le Conseil fédéral avance aussi lentement que nécessaire et aussi inéficasement que possible démontrant ses limites. Pendant toute cette semaine nous avons entendu le cri d’alarme des milieux hospitaliers à travers différents cantons. Mais pour Berset, il n’y a pas péril en la demeure. Tout est sous contrôle ! On a eu affaire à un petit Conseil fédérale ce dimanche qui s’est contenté d’uniformiser des mesures déjà existantes à Genève et dans d’autres cantons du pays. Circulez, y’a rien à voir sous la coupole.

Toutes les notes sur "Le coronavirus" ici

Et demain est un autre jour !

Commentaires

  • Je ne sais pas par quelle lorgnette vous regardez mais quand vous dites : "Le monde entier à quelques rares exceptions croule sur le nombre grandissant de cas positifs et de décès covid-19." vous n'êtes vraiment pas sur le même terrain que les médecins mais plutôt sur celui des journalistes qui depuis plusieurs mois allument la peur avec des chiffres.
    Il y a certes une petite augmentation due à la saison mais la mortalité est bien moindre qu'en mars car le virus a perdu de loin beaucoup de sa virulence.

  • Mesurettes. C'est peu ou prou ce que Poggia avait, à Genève, arraché à des Conseiller d'Etat peultres, prêt à s'incliner devant le huitième d'entre eux, en entraînant une cacophonie de députés nullissimes.

    Si les contaminations ont lieu dans les lieux privés, dans les foyers, c'est là qu'il faut agir. Par des mesures fermes. Plus de réunions entre foyers dans un seul foyer. Trop tard pour être plus doux.

    Et cela ne tue pas l'économie ! Au contraire, si les réunions limitées en milieu sérieusement contrôlées sont permises.

    Couvre-feu pour en assurer une assez large application.

    L'hôpital du valais. Dépassé. Je n'ose pas ignorer la progression à Genève depuis Vendredi. On s'apprête à passer au stade 2 (si ce n'est déjà fait) et à activer l'hôpital de la rive droite. Le couloir de la mort, ceux qui contaminés et qui vont décéder, s'est bien rempli.

  • "...mortalité est bien moindre qu'en mars car le virus a perdu de loin beaucoup de sa virulence."

    Un médecin, même s'étant auto-défroqué sur un blog, a-t'il le droit d'écrire pareille fadaise ? Le virus se transmet un peu moins au vu des mesures barrières et de l'immunité acquise par certains. D'où un changement de base de l'exponentielle gouvernant la croissance du nombre de personnes contaminées. Il tue un peu moins tant que l'on peut soigner correctement, soit en n'étant pas débordé. Dans ceux qui remplissent nos hôpitaux, il en est qui sont dans le couloir de la mort.

    Mon soutient va Monsieur Hezzeddine, qui n'est pas un théoricien, mais connaît le front.

  • CEDH, le qualificatif que vous me donnez montre bien la superficialité de vos commentaires.
    Je me base sur des arguments que de grands professeurs de médecine affirment :
    https://www.youtube.com/watch?v=DH164L42m3c&feature=emb_logo
    De même que vous vous plaisez à décréter que le virus " tue un peu moins tant que l'on peut soigner correctement ". vous ne connaissez visiblement pas les modes d'évolution des virus.
    Vous ne voulez pas non plus connaître que la mortalité dépend de plusieurs facteurs.
    Pour une autre part, on aime brandir "le taux des contaminés" dans lesquels on met des gens asymptomatiques et des tests faux positifs.
    La science médicale est bien plus subtile que ce qu'on veut que le public retienne.

  • ".. on aime brandir "le taux des contaminés" dans lesquels on met des gens asymptomatiques et des tests faux positifs."

    Si vous compreniez de quoi il retourne vous auriez écrit :
    1) les faux positifs
    2) les tests signalant la présence d'ARN viral sans qu'il n'existe de virus apte a être reproduit
    3) les porteur de virus asymptomatique

    Il est symptomatique que vous confondiez les deux premiers.

  • Madame,

    Il y a fort longtemps vous avez acquis les connaissances d'alors, qui sont aujourd'hui largement dépassées. Vous ne vous êtes tenue à jour qu'en médecines ésotériques. Vous ne pourriez pas passer un Bachelor en médecine ou en biologie. Votre référence à Toussaint, qui plus est sur youtube, en est la preuve. Je n'ai trouvé aucune publication de Toussaint, spécialiste en physiologie sportive, qui concerne l'épidémiologie des agents pathogènes ou l'infectiologie. Je vous laisse donc le soin de nous les indiquer et dans l'attente me permet de citer ce que j'ai écrit hier.

    - "L’honorable professeur Toussaint, il y a une semaine tirait son argumentation du fait qu’il n’avait été rapporté, en date du 6 octobre 2020, que 32 décès dus au coronavirus :
    https://youtu.be/waj8wm1odlQ?t=551
    Blachier a sans nul doute eu tort d’exposer ouvertement la nullité du professeur Toussaint, cela
    est discourtois.

    Quoique dix jours plus tard, selon la même source, il est rapporté en date du 16 octobre, 122 décès dus au coronavirus.
    https://www.santepubliquefrance.fr/dossiers/coronavirus-covid-19/coronavirus-chiffres-cles-et-evolution-de-la-covid-19-en-france-et-dans-le-monde
    Toussaint aurait mieux fait de la fermer. Il est rassurant ce gentil professeur de physiologie sportive et il a recommandé de ne pas être obèse et de ne pas être sédentaire pour mieux résister au coronavirus. Il a raison. Qu’il prodigue ses bons conseils en ce domaine."

    - "De même que vous vous plaisez à décréter que le virus " tue un peu moins tant que l'on peut soigner correctement ". vous ne connaissez visiblement pas les modes d'évolution des virus."
    Ou la la, que cela est doctement dit. Vous oubliez que vous n'avez aucune autre légitimité que celle de votre grand âge. La létalité du virus est à ce jour la même qu'au cours du printemps, quelque soit le variant prédominant (dixit Raoult). Seules quelques amélioration du traitement permettent une létalité diminuée Pour cela le traitement doit être individualisé (dixit Pugin) et donc les hôpitaux ne doivent pas être débordés.

    - "Vous ne voulez pas non plus connaître que la mortalité dépend de plusieurs facteurs."
    Qu'est-ce qui vous fait penser cela ? Je pense simplement que des comorbidités n'empêchent pas qu'il existe un rapport de causalité naturelle entre infection et la mort et que ces personnes doivent être soignées. Vous allez sans doute nous dire que le coronavirus ne tue pas. Que tous meurent à raison d'une comorbidité ou d'une défaillance du système immunitaire (par ex. anticorps anti-interféron alpha).
    Défaillances sérieuses auxquels vos conseils esotériques ne peuvent palier. Je me trompe ? Où son vos publications ?

    -"Pour une autre part, on aime brandir "le taux des contaminés" dans lesquels on met des gens asymptomatiques et des tests faux positifs. "
    Indiquez moi comment on relie VPP et les paramètres du test. A votre âge on l'ignore en général. Et comme il faut relier une multitude de facteurs probabilistes, savez-vous construire un réseaux bayésien, ne serait-ce qu'à trois noeuds ?

    Retournez donc à votre tisanerie psycho-ésotérique.

  • CEDH : Montaigne aurait pu s'adresser à vous quand il disait : " Aussi haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul "
    A quoi je peux rajouter : en signant d'un pseudo, cela vous fait un rideau pour vous cacher derrière et lancer des pierres.

  • Pour ce qui me concerne, je ne cherche nullement à me faire de la publicité.

    Sur le fond, vous n'avez aucune réponse à apporter. Votre référence à Toussaint, rassuriste avéré et dénué de toute lettre de créance, comme cela ressort des un peu plus de 90 publications dans lesquelles il a été impliqué, met en avant vos lourdes, et au vu de la qualité qui est la vôtre, impardonnables, défaillances dès qu'il est question de sciences.

    Pour ne pas perdre le lecteur éventuel, voilà un article qui met en exergue, votre hérault de la vérité.

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/10/14/le-covid-19-n-est-pas-devenu-50-a-100-fois-moins-letal-qu-en-mars-comme-l-affirme-le-professeur-toussaint_6056010_4355770.html

    A Genève, on est passé de vendredi à lundi, de 94 à 134 personnes covid-actives hospitalisées.

    Au vu des qualités que l'on est en droit d'attendre de la professionnelle que vous êtes encore, vous lire ne peut que susciter les plus vives inquiétudes.

  • Quand on veut citer un auteur, la moindre des choses est de le citer correctement:
    “Sur le plus haut trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul."
    Cette phrase, Montaigne aurait très bien pu l'adresser à Mme de Meuron.

  • CEDH, C'est intéressant que vous commenciez votre réplique par cette affirmation :
    "Pour ce qui me concerne, je ne cherche nullement à me faire de la publicité. "
    Effectivement, c'est difficile de vous faire de la pub en tant que pseudo! En tous cas, vous cherchez à vous faire une identité en tant que personnage ayant tout compris et apportant un verdict définitif sur une personne dans sa globalité.
    Votre assurance permet de ne pas affronter le sujet dans son ensemble, à savoir toutes les conséquences sur la population des décisions imposées. Pour quelqu'un qui se réfère aux Droits de l'Homme, c'est plutôt attristant.

  • Toujours aucune réponse quand à l'incompétence de Toussaint, spécialiste en physiologie sportive, que ce soit sur ses dires publiés sur youtube -dont l'ineptie est établie- ou sur son absence de publications dans les domaines pertinents (je vous rassure j'en ai parcouru les titres). Au vu de votre profession, votre référence à Toussaint est une honte. Est-ce que diffuser ses dires, et donc des inepties, est une faute professionnelle ?

    Un bon type rassurant et calme qui s'attire ainsi de nombreuses sympathies. Un rassuriste cela fait du bien à ceux qui l'écoute et gobent ses propos. Mais ses propos sont dangereux dans la mesure où ils favorisent le relâchement des comportements de précaution les plus simples, conduisant ultérieurement à l'augmentation du nombre de morts et à l'adoption de mesures plus attentatoires à la liberté.

    Lui et sa clique sont, sans que je prétende que c'est ce qu'ils visent, dangereux. Et vous en faites partie.

  • Dans cette crise sanitaire face à la Covid19, Il est urgent d’arrêter de déconner !

    Chez les experts médicaux et scientifiques, y aurait-il d’un côté les gentils; et de l’autre les méchants ? Une espèce de «gauche», contre une «droite» ?

    Mais, c’est pire que ça. La pensée dominante a tranché: tout ce qui n’est pas dans la ligne mondialo-globaliste est suspect. Donc à museler et à bannir.

    Sauf, qu’il y a un « petit » problème: cette posture est dommageable pour l’économie et la croissance… c’est emmerdant, non ? Alors, on se contredit, on balance des exceptions, on se « marche sur le sac »; on fout en rogne une population qui a de plus en plus de peine à obéir aux ordres.

    Voici un exemple de ce qu’ILS ont fait pour semer la zizanie:

    Une tribune co-signée par 200 scientifiques devait paraître dans le Journal du Dimanche (JDD) le 27 septembre.

    Acceptée la veille par le journaliste en charge de la rubrique (opinions); elle fut in-extrémis interdite de publication par la rédaction en chef.

    Dans leur texte, les signataires mettaient le doigt sur la dérive de la politique sanitaire du gouvernement français. Ils estimaient qu’elle conduit à des interprétations erronées des données statistiques et à des mesures disproportionnées. Ils demandaient que l’on évalue les connaissances réelles pour définir une stratégie sanitaire.

    Tout ça pour dire, qu’on s’est trouvé devant un cas de désaccord flagrant entre les scientifiques à la solde du « système »; et les autres, les « les laïcs, libres penseurs », non agréés, voire calomniés et rejetés à la vindicte publique.

    Sauf que le camp « anti-système » conteste formellement les prétentions des «pro-système» avec des arguments difficilement contestable: « Nous pensons que la peur et l’aveuglement gouvernent la réflexion, qu’ils conduisent à des interprétations erronées des données statistiques et à des décisions administratives disproportionnées, souvent inutiles voire contre-productives». C’est plutôt objectif comme réflexion; loin d’être rancunière.

    Que disent les « anti-système » de cette épidémie et de son évolution?

    « Le SARS-CoV-2 menace essentiellement les personnes dont le système immunitaire est fragilisé par le grand âge, la sédentarité, l’obésité, des comorbidités cardio-respiratoires et des maladies sous-jacentes de ces systèmes. Il en découle que la priorité sanitaire est de protéger ces personnes fragiles : le respect des gestes barrières et le lavage des mains en sont deux des clés.»

    « Le SARS-CoV-2 circule dans le monde depuis environ un an. Il continuera à circuler, comme l’ensemble des autres virus qui vivent en nous et autour de nous, et auxquels nos organismes se sont progressivement adaptés. L’espoir de faire disparaître ce virus en réduisant à néant la vie sociale est une illusion. »

    « Quant à l’évolution, l’idée d’une « deuxième vague » reproduisant le pic de mars-avril 2020 n’est pas un constat empirique. C’est une théorie catastrophiste issue de modélisations fondées sur des hypothèses non vérifiées, annoncée dès le mois de mars et ressortie des cartons à chaque étape de l’épidémie : en avril lors du soi-disant « relâchement » des Français, en mai avant le déconfinement, en juin pour la Fête de la musique, en été pour les « clusters » de Mayenne ou les matchs de foot, et à nouveau cet automne face à une augmentation des cas certes significative, mais lente et grevée d’incertitudes diagnostiques. Au final, cette prétendue « deuxième vague » est une aberration épidémiologique».

    «On ne compte plus les mêmes choses»
    « Pour des raisons difficiles à cerner (panique, pression politique ou médiatique… ?), les autorités sanitaires ne parviennent pas à stabiliser une communication honnête sur les chiffres de l’épidémie. Elles ont surtout abandonné l’indicateur fondamental, la mortalité, pour ne retenir que celui de la positivité de tests pourtant incapables de distinguer les sujets malades des personnes guéries. Cette politique du chiffre appliquée aux tests conduit à une nouvelle aberration consistant à s’étonner du fait qu’on trouve davantage aujourd’hui ce qu’on ne cherchait pas hier.

    Les autorités sanitaires ne s’interrogent pas non plus sur la surmortalité à venir des autres grandes causes de décès (cancers, maladies cardio-vasculaires) dont la prise en charge est délaissée, ni sur le fait qu’une partie des sujets classifiés parmi les personnes « décédées de la Covid » sont en réalité mortes en raison d’une autre pathologie mais classifiées Covid parce qu’elles étaient également porteuses du virus.

    Cette façon de compter de plus en plus comme « morts du Covid » des personnes en réalité atteintes avant tout d’autres maladies est probablement l’explication principale du fait que, comme cela a été révélé par les statistiques, on ne constate plus d’excédent de mortalité par rapport à 2019.

    Il découle de tout ceci qu’il n’y a pas de sens à paralyser tout ou partie de la vie de la société en suivant des raisonnements qui sont parfois erronés dans leurs prémisses mêmes. Il est urgent d’arrêter l’escalade, d’accepter de remettre à plat toutes les connaissances scientifiques et médicales, pour redéfinir objectivement une stratégie sanitaire actuellement en pleine dérive autoritariste.»

  • « Le SARS-CoV-2 menace essentiellement les personnes dont le système immunitaire est fragilisé par le grand âge, la sédentarité, l’obésité, des comorbidités cardio-respiratoires et des maladies sous-jacentes de ces systèmes. Il en découle que la priorité sanitaire est de protéger ces personnes fragiles : le respect des gestes barrières et le lavage des mains en sont deux des clés.»

    En usi geneve 80 % des patients ont des comorbidités, aucune n'est un facteur permettant de pronostiquer le sort du patient, mis à part un cancer actif (Pugin, colloque du mardi).

    Les gestes barrières ne sont pas respectés. Aller donc compter les lavages de main et les nez à l'air dans votre supermarché.

  • Le coronavirus favorise «l’ère des gourous». Un phénomène de fond contre lequel les autorités sont à la peine.

    La lecture de son blog le prouve: davantage qu'un médecin, Mme Marie-France de Meuron, publiée ci-dessus, est un gourou.

    Extrait de https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-comment-pseudo-medecines-et-mauvaise-science-ont-profite-de-la-crise-20201018:

    “Ce n’est pas parce que la recherche n’a pas trouvé de traitement contre le Covid-19 que les remèdes «naturels» présentés comme miraculeux le sont.
    Ce n’est pas parce que la recherche n’a pas trouvé de traitement contre le Covid-19 que les remèdes «naturels» présentés comme miraculeux le sont. 62981051/PHILETDOM - stock.adobe.com
    «Le fait qu’il y a des problèmes avec les avions ne signifie pas que les tapis volent réellement.» Médecin et pourfendeur de la «mauvaise science», le britannique Ben Goldacre a écrit cette phrase à propos de l’homéopathie. Mais elle s’applique à merveille au Covid. Ce n’est pas parce que la recherche n’a pas trouvé de traitement que les remèdes «naturels» présentés comme miraculeux le sont. Un véritable écueil pour la santé publique: certains mettent les patients en danger, tous font le jeu de la propagation de l’épidémie en faisant croire à une illusoire protection.”

  • C'est pas tout faux sauf que, si je l'ai bien comprise, Marie-France suggère que nous pourrions mieux faire pour nous occuper de notre santé générale et éviter ainsi de faire partie des groupes à risque. Je ne l'ai pas entendue proposer de remède contre le virus.
    Ceci dit, une autre erreur consiste à oublier que, à notre époque d'individualisme forcené, nous sommes tous devenus des coaches et nous assénons nos convictions à qui veut bien nous écouter.
    Votre dévoué roux gourou.

  • Merci à Pétard pour cet excellent résumé. J'aurais juste ajouté ce phénomène étonnant de la censure systématique des principaux réseaux sociaux sur qui nous pensions pouvoir compter comme alternative à la doxa. Il faudra dorénavant faire un petit effort pour se documenter en évitant comme la peste ces outils récupérés par les puissants. En Suisse nous avons la chance d'avoir Antipresse qui n'est pas encore censuré sur youtube, étonnamment.
    Quant à tous les autres, CEDH en tête, je les plains du fond du coeur. Ils ont peur et ont perdu leur capacité de penser par eux-même. Et, si par un merveilleux hasard qui fait bien les choses, ils se rendaient compte de leurs errements, ils se sentiraient si cons de nous avoir infligé leur messe qu'ils n'auraient d'autre option que le déni, la fuite en avant. Comme nos autorités qui nous ont imposé ces mesures débiles et qui ont d'ailleurs déjà prévu le coup puisqu'elles ont intégré dans la loi votée par le parlement une clause de non poursuite pour les décisions prises depuis le début de la crise. C'est petit, mais humain. Je serais tenté de dire trop humain, si je n'avais pas la foi sur notre capacité à grandir, évoluer, apprendre, comprendre. Mais qu'est-ce que ça semble lent à l'aulne d'une vie !

  • "lls ont surtout abandonné l’indicateur fondamental, la mortalité, pour ne retenir que celui de la positivité de tests pourtant incapables de distinguer les sujets malades des personnes guéries."

    C'est ce qu'on appel un indicateur avancé. De la contamination à la mort, il y a quelque chose comme 25 jours, avec passage par la case hospitalisation.

    Les hôpitaux commencent à être embouteillés. Et si par miracle la transmission cessait, ils continueraient à se remplir pendant deux petites semaines.

    Alors oui, les soins aux autres malades en pâtiront et un de mes amis risque voire ses chances de ne pas êtes atteint par un cancer.

    Ceux qui n'ont pas agit rapidement sont des lâches et ceux qui par peurs paroles et actions sont leurs complices.

    Plus de réunions entre personne de foyers distincts en un lieu privé non protégé ! Couvre-feu avec dérogation pour ceux qui rentrent directement d'un lieu contrôlé ! Cela ne casse pas l'économie.

    Jenni vous êtes irresponsable de ces morts.

  • "Jenni vous êtes irresponsable de ces morts."
    Mais responsable de mes mots.

  • De vendredi à lundi on était passé de 94 à 134 personnes covid-actives hospitalisées, soit +40 en trois jours.

    De hier, lundi, à ce jour on est passé de 134 à 169. Soit + 35 en un jour.

    Alors Pétard, Jenni, et MFM allez donc faire mumuse dans votre bac à sable.

  • Bonjour tout le monde. C'est possible de continuer à débattre sans s'insulter et sans attaque personnelle. Merci

  • euh... j'espère que cette réaction n'est pas liée à ma réponse à CEDH qui me semble absolument courtoise. Je serais sidéré de la voir censurée !

  • Jenni,

    Votre réponse ne me perturbe nullement.

  • Encore faudrait-il que le maître de ces lieux se résigne à la publier...

  • ""Jenni vous êtes irresponsable de ces morts." Mais responsable de mes mots." Cela ne me gêne pas.

    ".. et crève charogne", cela serait fort discourtois. Après tout est-ce vous ? Je n'y ai pas pensé tout de suite, mais il me semble que vous avez déjà été censuré de quelques mots me visant par un autre blogueur avec lequel je suis rarement d'accord. Si c'était le cas j'en serai chagriné pour vous. En tout les cas je vous souhaite longue vie et vois en vous un homme respectable touchés deux fois de suite sur le plan économique, ce qui me semble vous égarer dans l'affaire covid.

  • Et CEDH a une peau d'éléphant.
    Mes amorces ne l'effleurent pas.

  • "Creve charogne" je pense que c'est impupliable. Du moins chez moi il ne passe pas.

  • Non seulement "crève charogne" est une expression mais en sus je précise que je ne l'utilise pas justement pour ménager des sensibilités comme la vôtre.
    Le problème de cette censure c'est qu'on ne sait plus de quoi on cause. Et les blogs, à mon avis, c'est fait pour causer.

  • Oui causé avec bienveillance et respect mutuel. Ma "sensibilité" m'interdit de donner une tribune à des personnes qui s'insultent sans raison d'ailleurs. Bienveillance et respect pour ceux qui veulent débattrent sur mon blog. Merci

  • Je n'insulte personne. Pas le style de la maison. Je suis étonné que vous ne vous en soyez pas aperçu depuis le temps que je "sévis" ici.
    Mais peut-être n'avez-vous jamais lu mes contributions...

  • Si il m'arrive de vous lire M. Jenni. Mais il y 'a certaines expressions que je refuse de publier chez moi et c'est mon droit. Bien à vous

  • Ce n'est pas seulement votre droit mais votre devoir. J'en ai fait les frais puisque j'ai été banni et mes blogs fermés.
    Ce n'est pas ainsi que je conçois ces lieux de discussion. Et je persiste à considérer que mon commentaire était tout à fait courtois en ce sens que j'ai utilisé l'expression "crève charogne" à titre d'illustration et non pas comme une agression personnalisée.
    La bien-pensance s'infiltre partout et ces blogs deviennent des antichambres des merdias inféodées au pouvoir. Je suis désolé de vérifier que vous ne semblez pas en être conscient.

  • "La bien-pensance s'infiltre partout et ces blogs deviennent des antichambres des médias inféodées au pouvoir"...
    Ce n'est pas mon cas, M. Jenni, je ne roule pour personne. Mon blog me sert d'espace d'expression. Et je suis content de poursuivre cette communication à travers cette plate-forme. Je ne suis pas contre les commentaires au contraire, quand c'est constructif ça prolonge mon écrit... Certes je suis "frileux "pour certaines expressions car débattre n'a pour mon sens qu'une direction celle du respect mutuel et de la bienveillance.

  • Me too ! Je partage votre souci de bienveillance. Mais il s'agit aussi de savoir faire la part des choses pour comprendre que parfois le bien s'exprime sous des formes détournées.
    Je n'ai jamais insulté qui que ce soit sur les blogs mais je reconnais un petit côté provocateur irrésistible pour alimenter un débat riche. Je suis désolé que vous n'ayez pas réalisé mes intentions en me censurant.

  • «La bien-pensance s'infiltre partout»

    Je dirais plutôt que c'est la mal-pensance qui s'infiltre partout.

  • Ni bien-pensance, ni mal-pensance, mais in-pensance.

  • «Le fait qu’il y a des problèmes avec les avions ne signifie pas que les tapis volent réellement.»

    Le fait est que pour pouvoir décoller et voler, les avions doivent être plus légers que la force qui doit les aspirer vers le haut.

    Cette force n'est pas statique.

    Ca veut dire qu'il se passe quelque chose avant que l'avion ne vole pour que la force s'opposant à l'attraction terrestre naisse et se développe.

    Je crois que ce que Madame de Meuron essaie de dire, c'est que pour que le système immuntaire fonctionne, il doit se passer quelque chose avant, avant de pouvoir répondre à une infection virale.

  • « Ca veut dire qu'il se passe quelque chose avant que l'avion ne vole pour que la force s'opposant à l'attraction terrestre naisse et se développe. »

    M’enfin, M’sieur Chuck, vous nous avez habitués à mieux…Sûr qu’avant, faut que le service d’intendance ait fait le plein de kérosène et que le pilote ait mis ses réacteurs sur on…

    Pour le reste, révisez votre cours de physique, chapitre dynamique des fluides, jetez un œil sur ce cher Bernoulli et le travail des ailes sur le phénomène de portance…Les ailes ont-elles une mémoire de la portance à chaque décollage, comme les lympho T du système immunitaire lors d’une intrusion virale indésirable ? Pour le moment. On manque de preuves…

  • Je me suis fait la même réflexion que Gislebert, mais j'ai pensé que je devais avoir mal lu, ou qu'il me manquait des éléments...
    C'est quoi ce délire Chuck ?

  • Vous avez raison Haykel,

    "Alors Pétard, Jenni, et MFM allez donc faire mumuse dans votre bac à sable." Je retire ces propos et présente mes excuses à Pétard et Jenni.

    Et d'ailleurs je vais me taire et me contenter de m'occuper de mes proches ou de ma petite personne en laissant ces dernières lignes :

    Mon ami va mourir.
    Mon ami va mourir : Il ne pourra pas être diagnostiqué et soigné à temps.
    Mon ami va mourir : Un cancer évitable ne sera pas évité.
    Mon ami va mourir : Pour cause de surcharge hospitalière.
    Mon ami va mourir : Pour cause de fragilité due à une comorbidité compliquant le diagnostic.
    Mon ami va mourir : Pour cause de comorbidité reconnue par l'assurance militaire.
    Mon ami va mourir : Pour cause de surcharge hospitalière.
    Mon ami va mourir : Surcharge hospitalière qui n'est pas imputable à un médecin cantonal.
    Mon ami va mourir : Surcharge qui n'est pas due à un Conseiller d'Etat.
    Mon ami va mourir : Surcharge due aux rassurationistes et leur suivistes.
    Mon ami va mourir : Surcharge due à un chroniqueur multimédia.
    Mon ami va mourir

  • Bon, pour rester dans les clous, je me résigne au premier degré.
    Votre ami risque de mourir pour la très mauvaise raison de la parano ambiante qui a complètement paralysé les services de soins en prévoyant des lits et la priorité à tous ceux qui, comme vous, s'inquiètent aux premiers symptômes d'une grippe en raison du matraquage indécent des médias à la solde des autorités qui n'ont d'autre option que la fuite en avant dans le déni.
    Vous êtes donc un des responsables de la mort probable de votre ami. Je vous suggère de lui en parler. Ne serait-ce que pour vous rassurer.

  • Aussi vrai que 1.5 au cube font 3.375, 338 personnes au soins intensifs pour cause de covid dans deux semaines, plus les 606 ordinaires, c'est trop pour 1'000 places de soins intensifs On déprogramme.

    Et puis on confinera car 1.5 à la puissance quatre cela fait beaucoup trop, déprogrammation ou pas.

    Et encore, multiplier par 1 .5 tous les 5 jours cela est sous-estimer l'intervalle d'augmentation de 50%, qui va aller en diminuant.

    Couvre-feu !

    Jenni, il est des mots qui tuent et pas seulement l'économie.

  • On peut repousser les murs et faire exploser les lits de soins intensifs à 1'500 semble-t'il en Suisse et à 120 à Genève mais là :

    - C'est déprogrammation large garantie par l'invasion des blocs par les usi.
    - C'est du personnel moins bien formé à cette spécialisation qu'est les soins intensifs et une automatisation entraînant perte de l'individualisation et hausse de la létalité (dixit Pugin).
    - C'est mettre le personnel sur les rotules. Alors que tous les ..... qui n'ont pas respectés les mesures, qui n'ont pas eu l'idée d'idée d'éviter les rassemblements interfoyer, qui ont lutté contre des mesure sérieuses se dispensent d'applaudir.
    - Espérons que le personnel frontalier ne sera pas réquisitionné.

  • "- Espérons que le personnel frontalier ne sera pas réquisitionné."
    C'est un gag j'imagine. Le personnel des HUG est essentiellement frontalier. Du nettoyeur au cadre supérieur.

  • On dit la même chose CEDH. Seule notre lecture des causes et l'interprétation diffère. Quels que soient les chiffres que vous mentionnez, au carré, au cube ou à la racine, les services sont saturés à cause de la parano.
    Mais surtout, comme je le dis depuis le début, le seul chiffre qui fasse vraiment sens, c'est la mortalité globale, toutes causes confondues. Ce chiffre n'est plus diffusé car il révèle l'incurie de nos élus, des médias et de tous ceux, comme vous, qui ne voulez pas voir.
    Demandez à votre ami ce qu'il en pense. Quelque chose me dit que lorsqu'on en est à ce stade on ne s'encombre plus de verbiage, on va à l'essentiel.

  • Vous élucubrez Jenni.

    Ce n'est pas la parano qui remplit l'hôpital ! Ce sont des patients touchés par le covid-19 qui remplissent l'hôpital. Et je ne vois pas en quoi les mesures de précautions sanitaires adoptées ont favorisé la propagation du virus. Si vous vous êtes opposé à l'application effective de mesures sanitaires, ce n'est pas pour des raisons sanitaires mais pour des raisons économiques.

    Vous et vos compères êtes arrivés à les limiter en deça du normal pour des raisons économiques. Conséquences, on va vers une deuxième vague qui sera pire que la première et laissera exsangue l'entier du pays. Mais peut être que c'est ce que vous visiez par esprit de vengeance, étant vous même exsangue suite au covid-19 (quoique subventionné par les impôts) mais aussi à cause de la loi Maudet sur les taxis, qui a fait justice en libérant de pauvres bougres des fers économiques en lesquels vous les teniez légalement en tant que propriétaire de plaques de taxis. Propriétaire de privilège sur la voie publique, dont certains sont hérités. Pourquoi pas l'esclavage pendant qu'on y est ?

    Enfin, la covid n'est pas une grippe. La covid est provoqué par un coronavirus et la grippe non. Et il ne se ressemblent vraiment pas. Les coronavirus usuels provoquent un rhume. Alors essayez d'un avoir deux (fois du courage) et appelez ça rhume.

    De plus, on meurt rarement de grippe mais d'une surinfection. Le coronavirus fait le sale travail tout seul. Les processus physiopathologiques sont assez bien décrit. Je n'ai jamais vu qu'un virus de la grippe puisse s'accrocher et pénétrer les cellules de l'intima, déglinguant le système cardio-vasculaire.

    Pour le surplus, écrivez ce que vous voulez, je vais vous ignorez. Suivant ainsi les conseils de mon ami.

  • « Alors Pétard, Jenni, et MFM allez donc faire mumuse dans votre bac à sable. »

    Je ne demande que des explications claires des autorités, un peu de transparence.

    Vos chiffres +40, +35, etc... n'indiquent rien.... Que vos sources, vous autorisent à publier le kardex de ces hospitalisés. Après, on pourra éventuellement entamer une discussion.

    En tout cas, je peux vous dire une chose, que vous pouvez aller répéter chez vos petit copains des HU...

    Ça m'est arrivé déjà deux fois, de devoir aller aux urgences pour des trucs assez sérieux (chute à vélo et autre) avec des plaies ouvertes sérieuses alors que je suis sous anti-coagulant... et j'ai dû poireauter CINQ HEURES avant que l'on me prenne en charge. C'était en temps normal, y'avait pas encore le covid...

    Et on ose appeler ces services "URGENCES" ? Vous savez quoi... Il y a un réel problème d'organisation et de RH dans nos hôpitaux.... et je ne vais pas vous faire un dessin, voyez la gabegie dans laquelle s'est trouvé récemment le nouvel Hôpital Riviera Chablais...

    Enfin, une chose encore pour vos potes: On vante tellement la qualité des soins ou des hôpitaux suisses... C'est sûr, il y a une chose qui est bien suisse: les factures !

  • https://www.youtube.com/watch?v=oywOkAWwKWE&fbclid=IwAR2RXc9dEjfkFEj4WV6Fipm9inemzdT4XcCL51_LudeleDHQB2HZo-r8wEQ&app=desktop

  • Je pourrais vous dire qu'il y a plus de personnes hospitalisées à l'hôpital et que cela est dû au covid-19 + fragilité (quoique dans 20 % des cas usis il n' y en ai pas), mais qu'ils sont là et doivent être soignés.Mais vous allez finir par me dire que ce sont des lits vides. Alors je ne vous le dis pas.

    Kardex ? Vous datez un peu. Mais bon, vous avez ignoré les étages depuis quelques temps. C'est tant mieux pour vous.

    Quant à votre auto-évaluation médicale, quels vaisseaux sanguins avaient été atteint. Combien de litre de sang avez-vous perdu du fait de votre atteinte ? Quelle était votre hématocrite après vos saignements ? Tous ça histoire de causer. Nul n'attend de réponse.

    Les tarifs ne sont pas fixés par l'hôpital si vous êtes assujetti à la Lamal.

  • @ Haykel

    A quoi sert la confédération ? Réponse: à uniformiser, pardi !
    Je préciserais à uniformiser par le bas.

  • Ce mardi à 18h23, Pierre Jenni a écrit:
    “Mais surtout, comme je le dis depuis le début, le seul chiffre qui fasse vraiment sens, c'est la mortalité globale, toutes causes confondues.”
    Les chiffres pour les USA viennent d'être publiés. À lire sur
    https://www.washingtonpost.com/health/coronavirus-excess-deaths/2020/10/20/1e1d77c6-12e1-11eb-ba42-ec6a580836ed_story.html

  • Cette remarque de Mario illustre bien ma préoccupation.
    Je respecte éminemment Mario et je suis sous le charme de ses façons, je bois ses paroles.
    Je n'ai aucune idée des raisons qui l'incitent à participer à cette psychose collective, mais je vérifie ici à quel point il a renoncé à penser par lui-même.
    Le lien qu'il nous propose vers l'organe de propagande du parti démocrate à deux semaines des élections est édifiant.
    Cet article nous explique qu'il y aurait, conditionnel de mise, 300'000 morts de plus que la moyenne lors des cinq dernières années sur une population de plus de 300 millions. Mais les réserves sont si nombreuses que le message est complètement dilué dans les approximations, les méthodes de calcul, les populations concernées, etc.
    En nous proposant ces chiffres, Mario ne fait rien moins que nous inciter à prendre exemple sur un peuple qui affiche un taux d'obésité d'un tiers de sa population et je passe sur les conséquences d'une diète dévastatrice avec en lumière, Coca-Cola et Mac Do.
    C'est à cette aulne que l'on peut mesurer le degré d'anxiété de certains, qui n'ont plus l'objectivité requise pour lire les chiffres, tous les chiffres, dans le monde entier, qui confirment que cette énorme crise a été artificiellement alimentée pour des raisons inavouables tant elles sont susceptibles de mettre le monde à feu et à sang.

  • Heureusement que les chti zenfans sont pas concernés par le confinement. Comme ça ils vont pouvoir ramener des sous-sous à la maison.

    La dure-dure réalité de l'économie et des contrats garantis sur l'immobilier.


    Pandemic driving children back to work, jeopardizing gains

    https://apnews.com/article/virus-outbreak-pandemics-mexico-india-united-nations-ab80ad40160b0b255e3dc68d11360b44

  • Les hôpitaux sont pleins ? Mais c'est une blague ou quoi ?

    Regardez là, c'est pas sur Mars que ça s'est passé, c'est en Suisse !!!

    En plein confinement Covid19, La RTS révélait le 16 avril que plusieurs établissements hospitaliers ont fait des demandes d’indemnités de chômage pour réduction d’horaire de travail...

    Après Lucerne, Zoug, Schwyz, les cliniques privées genevoises (Genève-Cliniques) et la Fédération des hôpitaux vaudois (FHV) ont fait une demande de chômage partiel... L'Hôpital du Jura (H-JU) et celui de Fribourg (HFR) y réfléchissaient. Et la RTS dit aussi que (HUG) allouaient un congé à certains employés sous-utilisés...

    Références ici:
    [ https://bit.ly/35hJqU2 ]

    et ici:
    [ https://bit.ly/34eqiH4 ]

    Comment voulez-vous que la population comprenne des absurdités pareilles ?

    « Kardex ? Vous datez un peu »
    C'est vrai, les soignants sont maintenant vissés derrière des écrans d'ordinateurs, tout comme certains généralistes qui ne regardent même plus leur client, qui est assis comme un con devant le toubib, qui osculte son écran...

    Alors, « ANAMNÈSE », ça vous parle peut-être davantage. C'est vrai, ce doc n'est pas publiable dans la presse, c'est de l'ordre du secret médical. DONC ON NE SAIT RIEN de ces malades qu'on case dans les catégories qui arrangent ceux qui ont un intérêt à nous enfumer.

    Parce que voyez-vous, ces histoires de chômage partiel dans les hôpitaux (citées plus haut), en pleine crise, ça révèle un dysfonctionnement invraisemblable dans la tête de ceux qui dirigent et nous gouvernent.

    «Combien de litre de sang avez-vous perdu du fait de votre atteinte ? Quelle était votre hématocrite après vos saignements ?»

    Ah, mais, j'ai rempli deux gobelets en plastique (de la fontaine d'eau de la salle d'attente)... j'étais plus blanc que blanc après Omo ...
    Depuis, j'ai pris mes précautions. Mon cousin vétérinaire m'a confirmé qu'il pouvait s'occuper de ce genre de blessure. L'avantage, il est disponible tout de suite, s'il n'est pas occupé à piquer un rhinocéros...

  • @ Pétard

    Lors de la première vague seules étaient sérieusement atteintes les régions lémaniques et les autres étaient idiotement privés du droit se soigner, sauf urgence. Incompréhensible après les incertitudes des trois premières semaines.

    En tout cas l'hôpital cantonal genevois était plein à craquer. Et la Tour, réquisitionné, aussi. Manque de solidarité intercantonale ?

    Pour l'hôpital du Jura, il y a eu du chômage partiel pour cause de civilistes. On indemnise des civilistes, qui ont fait du bon boulot mais qui pourraient faire autre chose, et on paie les RTH. Débile. Là on est d'accord. Pour une fois.

    Mais cette fois la deuxième vague touche toute la Suisse, donc la question ne se pose plus.

    Et comme c'est la même chose en France, qui manque de personnel, Macron pourrait bien réquisitionner à la demande de Lyon, par exemple, le personnel médical frontalier. Ou alors on devra prendre des patients français chez nous. J'espère qu'on ouvre aux frontaliers nos hôtels vides, s'ils le veulent.

    Oui deux gobelets, soit 4 déci, ça mérite d'être traité avec pose d'un cathéter court pour vous remplir, pas tellement pour 4 déci mais en cas de besoin, et traiter l'hémorragie. Peut aussi se poser la question de votre âge et de votre état de santé. Mais je n'ai pas compris, attente de 5 heures après évaluation ou avant ?

    "Vos chiffres +40, +35, etc... n'indiquent rien.... Que vos sources, vous autorisent à publier le kardex de ces hospitalisés. Après, on pourra éventuellement entamer une discussion." + anamnèse.

    Ces chiffres c'est juste le nombre d'hospitalisation en plus en tenant compte des sorties, dans les setions covid. Si vous voulez dire que la majorité des patients hospitalisés on des comorbidité, cela est le cas. Et c'est le coronavirus qui les a fait décompenser. Et ils doivent être soignés. Et la plupart, soignés, ne meurent pas et des mois après ne sont pas encore morts. Faut donc pas dire qu'il s'agit de personnes qui avaient entre 3 jours et 3 mois de vie. On ne peut même pas le dire de ceux qui sont admis en unité de soins intensifs puisque 81 % en sortent vivant. La létalité, hors ems, est de 0.35 %. Mais pour y arriver il faut déployer tous ce bastringue qui désorganise le système sanitaire et ce qui risque de faire d'autres victimes.

  • Alors que tout est si simple:

    https://centerforhealthsecurity.org/event201/

  • Simple ?
    Ce lien ne fait que rajouter au désarroi du plus grand nombre qui ne sait plus à quel saint se vouer.
    L'OMS semble rétro-pédaler tant elle est sous le feu des projecteurs. Les gouvernements, qui jusque là s'appuyaient sur ses recommandations pour évacuer leur responsabilité s'en détachent aujourd'hui rendant cette institution encore moins crédible.
    Tout est éminemment compliqué pour le commun des mortels. Et comme tout semble foutre le camp, personne ne sait plus sur quoi s'appuyer.

  • Mon pote Denis devait se faire opérer d'une hanche. Il a choisi un chirurgien confirmé, spécialiste dans ces interventions. Seulement voilà, sa complémentaire ne semblait pas couvrir une intervention à la Clinique de la Colline.
    Quelle ne fut pas sa surprise de se voir appeler le lendemain avec un RV dans l'heure et la garantie de la prise en charge de l'intervention. Merci qui ? Merci Covid et les arrangements entre les divers hôpitaux pour pallier la chute du chiffre.

  • Je vous l'avais dit Pierre qu'il allait tomber des pierres sur la terre...

    Souvenez-vous...

  • “Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle” (Matthieu 16:18; c'est Jésus qui parle).
    (Matthieu 14:29-31).

    1/ “29 Jésus lui dit: «Viens!» Pierre sortit de la barque et marcha sur l'eau pour aller vers Jésus, 30 mais, voyant que le vent était fort, il eut peur et, comme il commençait à s'enfoncer, il s'écria: «Seigneur, sauve-moi!» 31 Aussitôt Jésus tendit la main, l’empoigna et lui dit: «Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté?»” (Matthieu, chap. 14).

    2/ “54 Après avoir arrêté Jésus, ils l'emmenèrent et le conduisirent dans la maison du grand-prêtre. Pierre suivait de loin. 55 Ils allumèrent un feu au milieu de la cour et s'assirent ensemble. Pierre s'assit au milieu d’eux. 56 Une servante qui l’avait vu assis devant le feu et l'avait observé dit: «Cet homme aussi était avec lui.» 57 Mais il le renia en disant: «Femme, je ne le connais pas.» 58 Peu après, un autre le vit et dit: «Toi aussi tu fais partie de ces gens-là.» Et Pierre dit à l'homme: «Je n'en fais pas partie.» 59 Environ une heure plus tard, un autre insistait, disant: «Certainement cet homme était aussi avec lui, car il est galiléen.» 60 Pierre répondit: «Je ne sais pas de quoi tu parles.» Immédiatement, alors qu’il parlait encore, un coq chanta. 61 Le Seigneur se retourna et regarda Pierre. Pierre se souvint alors de ce que le Seigneur lui avait dit: «Avant que le coq chante [aujourd'hui], tu me renieras trois fois.»”
    (Luc, chap. 22).

    Et c'est ainsi que Jésus a bâti son Église sur 1/ un homme de peu de foi, qui doutait et 2/ qui l'a renié trois fois.

    Belle construction, en vérité. Comprenne qui pourra.

  • Je préfère la fable des trois petits cochons, elle est plus crédible.
    Je suis fasciné par votre étude des écritures qui m'apparaissent au mieux comme une naïve et vaine tentative de témoigner la transcendance et au pire comme un modèle de pensée, des règles de vie et la sanction d'un père tout puissant pour celui qui les transgresserait.
    La religion m'a toujours fait soupirer et l'imagerie me révulse.
    Personne n'est insensible au mystère de la vie. Nous sommes tous profondément, inévitablement, des êtres mystiques que nous en soyons conscients ou non.
    Si seulement le covidisme pouvait venir supplanter toutes les autres, mais non, elle vient s'ajouter, s'empiler de manière redondante à tout le reste qui se bagarre pour dire la même chose avec des mots différents.
    Il suffit de s'intéresser un peu aux sources. Comme le soufisme dans l'islam pour ne prendre que cet exemple, pour comprendre que la révélation est universelle, seule son interprétation provoque la dissension.

    Maintenant, pour revenir à l'imagerie et Pierre, le fondateur de l'église. Je pense qu'il a bien fait de renier son Maître. Il a pu ainsi mener à bien sa mission. Qui sait ? L'esprit saint lui a peut-être soufflé la bonne idée. Seul notre héritage de culpabilisation à outrance que nous a infligé notre culture judéo-chrétienne nous incite à dénoncer cette lâcheté.
    Mais que Jésus s'en offusque, voilà qui diminuerait considérablement l'aura du bonhomme. Faut dire que pour lui aussi, aller vers sa fin est difficile. Il s'en plaint d'ailleurs auprès de son père dans ses dernières heures. Pas facile d'être à la fois homme et Dieu.

  • J'apprends incidemment que Pierre marcha aussi sur l'eau.
    Je suis jaloux, ce type a atteint un niveau de réalisation que je suis incapable d'imaginer. Et on voudrait nous faire croire qu'il a eu la faiblesse de trahir ?

  • “Pas facile d'être à la fois homme et Dieu.”
    À qui le dites-vous! J'ai essayé, sans succès à ce jour...

    Les chrétiens considèrent que Jésus, c'est Dieu (qui s'est) fait homme.
    Ne serait-il quand même pas plus raisonnable d'admettre l'inverse, à savoir que Jésus est un homme qui s'est fait dieu, à l'image de cette grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf ?

    Si la Bible contient des tas de choses merveilleuses (un peu trop pour toutes être vraies), elle renferme aussi beaucoup d'inexactitudes. Exemple:
    “Le septième jour, Dieu avait achevé tout ce qu’il avait créé. Alors il se reposa en ce jour-là de toutes les œuvres qu’il avait accomplies” (Genèse 2:2, traduction Bible du Semeur).
    Faux! On le sait aujourd'hui: le septième jour, Dieu créa le coronavirus.
    Et pourquoi a-t-il créé le coronavirus? C'est simple: pour emm…der les covidosceptiques.

  • Attention, Pierre, faut pas tout mélanger: celui qui a trahi Jésus, c'est Judas l'Iscariote. Pierre, lui, n'a fait que le renier. Il a simplement appliqué la taqîya, cette pratique reprise et développée par l'islam qui consiste à dissimuler ou à nier sa foi afin d'éviter la persécution.
    À part ça, Pierre n'était pas doué pour marcher sur l'eau. Il était en train de couler quand Jésus l'a empoigné. Un homme à poigne, ce Jésus. Il devait sûrement fréquenter une salle de fitness.

  • Comme le suggère Yuval Noah Harari dans son ouvrage "Sapiens", je dois être dans la moyenne avec 150 connaissances, dont seul un dixième me sont proches.
    Eh bien, aucune n'a souffert du virus et la plupart ne l'ont pas même vu passer.
    De là à penser que la majorité vit la même expérience, je dois avouer que c'est tentant.

  • « La létalité, hors ems, est de 0.35 %. »

    C'est ce que le druide dit aussi...

    Le prof Pittet dans la presse d'aujourd'hui relativise l'utilité du port du masque. Le druide est aussi de cet avis. Les deux, sont du même avis sur le lavage et la désinfection des mains... mais Pittet a inventé la solution hydroalcoolique (conflit d'intérêt ? On ne va pas pinailler sur les quelques hypothétiques cacahuètes que ça peut lui rapporter). Encore un petit effort et ils seront d'accord sur le Plaquenil

    « Mais je n'ai pas compris, attente de 5 heures après évaluation ou avant ? »

    Après une évaluation qui a duré.... 20 secondes. L'infirmière de service a vu une plaie... et moi qui tenait une compresse... et elle a tourné les talons... entre-temps j'ai sonné plusieurs fois, mais l'assistant était occupé, il n'y avait semble-t-il qu'un assistant... et le médecin responsable (s'il devait y en avoir un, était aux abonnés absents. )

    Je signale que ce soir-là, il y avait aux moins 15'000 personnes qui s'amusaient dans la rue, et que s'il y avait eu un petit souci genre coupeur de tête.... ou Twingo qui fonce dans la foule....
    s'aurait été bonaaaraaad....

  • Petard, "conflit d'intérêt ? On ne va pas pinailler sur les quelques hypothétiques cacahuètes que ça peut lui rapporter"

    Votre phrase douteuse vous déshonore, bien avant d'affecter les actes de Didier Pittet

    "S'il avait reçu 0,1 centime par flacon vendu chaque année, le médecin suisse aurait pu encaisser 1,7 milliard d'euros" - reporté par x médias ou même wiki:
    "Je n'ai pas gagné un centime, () on a fait don de l'idée à l'OMS pour pouvoir le produire localement"
    - en fait, face aux avancées en emprises gloutonnes des induspharmas

    Bernard Gruson (ex dirgé des HUG) le qualifie de "médecin le plus cher au monde, par le manque à gagner qu’il engendrait".

  • Cet article date du 29 septembre de cette année...

    https://www.tdg.ch/la-suisse-enregistre-deux-deces-et-10-hospitalisations-218310499671

    Pour parler chiffres, nous en étions à 1'800 décédés à ce moment. Je ne sais pas combien d'âmes se sont ajoutées au 21 octobre, mais pour battre le record des 4'600 disparus de la grippe 2015, ça va être sport...

    Va falloir se battre. Enlever les masques et retrouver nos gestes naturels si on veut espérer figurer dans la liste du sensationnel et enfin donner un sens à ce bordel politicomédiatique. Arriver au moins au même nombre. Non ?

    Il reste 2 mois et 10 jours...

    Allez...On y croit

  • 0.35 % de 8'600'000 habitants cela fait 43'000, mais c'est 0.35 % c'est si le système sanitaire tient. Et il ne peut pas tenir si on y fait passer le nombre de patients qui conduit à ce nombre de décès.

    Mais bon peut-être que ce 0.35 % est excessif puisqu'il se fonde sur les séropositif alors que l'immunité dirigée contre le sars-cov-2 repose sur l'immunité innée et adaptative cellulaire.

    Au passage la grippe s'estime par saison. Pas par année civile,

  • Ah ben si c'est par saison, c'est déjà foutu, on est loin du score, zut alors...On va essayer de faire mieux saison 2021...

    Vous avez parfaitement compris ce que je veux dire CEDH.

    Concernant cette grippe 2015, (époque de la Bachelot) l'on pouvait trouver sur Youtube un montage vidéo fait par je ne sais plus qui. Il avait aligné une série de JT 20h/TF1, ce qui permettait de voir (et surtout d'entendre) les mensonges éhontés serinés par les présentateurs...A mourir de rire !

    Ils ont fait du progrès depuis. Chez nous aussi.

  • Je propose par ailleurs une solution politico-sanitaire qui conviendrait à tous:

    Ceux qui n'ont en strictement rien à faire (comme moi) signent une décharge dans laquelle est stipulé le renoncement à ennuyer les HUG et la Lamal en cas de soucis.

    Ceux qui sont ni pour ni contre, ne savent pas trop, continuent à porter masques et frotter leurs pattounettes avec de l'alcool. Ils sont autorisés à frayer les HUG et bénéficier de la Lamal.

    Enfin les plus soucieux, eux, pourront se déplacer avec une combinaison du parfait petit bricoleur en virus/laboratoire. Entièrement étanche, équipée des derniers gadgets numériques et bien sûr connectée afin de ne rater aucune des dernières statistiques mises en ligne. Ils n'auraient pratiquement plus besoin des HUG ou de la Lamal, car super protégés par un confinement mobile permanent.

    C'est pas de la démocratie ça ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel