"La caravane de solidarité" se remet en ordre de marche

Imprimer

94605429_1198190697193758_1422515974711541760_n.jpgRetour en arrière. Samedi dernier, l’association la « Caravane de solidarité-Genève » a été contrainte d’arrêter la distribution de denrées alimentaires de base aux plus démunis. L’une des responsables a été arrêtée pour récidive puis relâchée par la police et sa remorque confisquée; elle l'est toujours. L’énorme élan de solidarité de la société civile et l'ntervention positive de quelques politiciens ainsi que le tapage médiatique ont porté leur fruit. La « Caravane de solidarité » se remet au travail et revient en force demain  samedi 25 avril au même endroit avec toutes les autorisations nécessaires. « Les Colis du cœur » et « Médecin sans frontières » sont de la partie. Un engagement précieux pour venir en aide à ces quelques centaines de personnes qui n’arrivent plus à trouver de quoi se nourrir et par manque de moyens à se soigner. Ces oubliés du système d’aide officiel car ils ne remplissent pas toutes les conditions ont 1.jpgaussi droit au soin et à la nourriture. C’est cette Genève solidaire que j’adore. Une Genève humaine qui honore l’esprit de la Croix rouge et qui fait la part belle aux droits humains. Une Genève qui fait la nique à la bureaucratie en accélérant en un temps record les démarches. Il aura fallu moins d’une semaine pour mettre sur pied cette magnifique opération en faveur des personnes dans la précarité. Oui l’union fait la force voici la preuve. « Les Colis du cœur » et leur savoir faire, « Médecins sans frontières » et leur valeureuse intervention feront du bien à cette population. Une opération qui va se renouveler et s’étoffer nous promet les initiateurs. Cela a été possible grâce à ce magnifique couple qui est derrière la « Caravane de solidarité-Genève » et aux bénévoles.

A travers cette note, je remercie tous ceux qui ont contribué à rendre cette action possible. Que le Département de la cohésion et de la solidarité soit ici loué pour cette rapidité au même titre que Sylvain Thévoz et Omar Azzabi pour avoir ouvert des portes. D’autres personnes dans un moment ou un autre ont apporté leur pierre à l’édifice merci a eux aussi. Et bonne continuation Madame et Monsieur de la « Caravane de solidarité »

A lire aussi:

Coronavirus: les affiches inutiles de la Ville de Genève

Le coronavirus et l’anxiété: c’est bon pour les psy

Le coronavirus et les indépendants: « L’aide reste une aide d’urgence et ne doit pas devenir un oreiller de paresse »

Coronavirus et la Suisse invisible

Coronavirus: "Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire"

Coronavirus: une ballade en photos

Coronavirus: l'indécence de l'UDC et du PLR

Coronavirus: introduction du revenu de base inconditionnel

Coronavirus: La Suisse cache ses morts

Coronavirus: ça lui va comme un gant!

Coronavirus: "prenez soin de vous"

Coronavirus : Journal d'un confiné

Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

Coronavirus: c’est bon pour certains commerces! 

Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

Et demain est un autre jour!

Commentaires

  • C'est un contresens moral, une atteinte à notre Etat, une attaque en destruction de notre accord et volonté de contribuables de notre travail par répartition,

    que de se faire l'apôtre en faveur d'une "solidarité" tous azimuts: comprenant gîte, repas, entretien etc,
    à cette masse de sans-papiers venus volontairement pour y rester sans droits dans notre pays, dont certains condamnés à ne pas y être, continuent d'y séjourner en délinquants, , dans leur défense d'une survie, qu'ils ont jusque là assurée que sur le marché noir.

    Attention à ne pas baser vos inspirations humanitaires, sur le dos du marché du Covid-19.

    On ne va pas longtemps tolérer le financement par nos impôts, de la "survie" de ces couples et familles de migrants sans papiers, déboutés ou demandeurs d'asile, vivant de tous trafics de drogues et de traites d'humains.

    On ne va pas longtemps tolérer le subventionnement de ces assoces leur fournissant repas gratuits livrés, logement gratuit en hôtel, ni le paiement des salaires aux membres desdites assoces, faisant partie des mêmes réseaux de "bienvenue in Switzerland" (réseaux communautaires aidant les sans-papiers de tous pays du monde à s'installer à Genève), ce pays de riches et cons.

    Attention à ne pas faire passer tous vos postulats sous la bannière du "CoVid-2",

    Je ne plaisante pas: je connais des salariés de mairies du 74 qui font partie de tels réseaux, en liens avec l'Afrique (y incl. pédophilie) ou l'Amérique du Sud
    Merci pour votre honnêteté, si vous publiez ça.

  • @divergente: Que l'invasion des sans-papiers et des délinquants caressés dans le sens du poil, des faux réfugiés qui reçoivent plus de prestations que des retraités qui ont travaillé pendant plus de 40 ans, soit un scandale et la connivence des politiciens de tous bords incompréhensible, est valable pour tout l'Europe, non seulement la Suisse.
    Néanmoins, ce sont les mêmes personnes de la bonne société qui ont peur (à juste titre) de perdre leurs privilèges et moyens considérables, qui engagent des babysitters, des répétiteurs, des dames de compagnie pour les personnes âgées et des femmes de ménage au noir, pour ne pas payer un salaire décent et s'embêter avec des démarches administratives. Allez une fois dans les parcs des beaux quartiers, aux abords des écoles privées et passez le matin devant les grandes villas à Cologny. À votre avis, combien de ces dames philippines ou sud-américaines ont un permis et leurs employeurs le savent pertinemment? Parmi ceux qui font la queue aux Vernets, il y a de bonnes Suisses, handicapés, avec une minuscule retraite, mis de coté, chômeurs, des mères seules avec plusieurs jeunes enfants, dotées tous du passeport à la croix blanche...
    Si vous voulez être consolé, allez dans une banlieue française ou dans un centre ville en Allemagne, pour voir, vous serez très heureux d’être en Suisse, où nous sommes encore loin de la vraie catastrophe sociale, que les bisounours et les politicards nient en bloc avec des cris hystériques!

  • @Divergente, Bonjour,

    Je suis parfaitement d accord avec vous quant à l "affaire" des clandestins. Légalement un clandestin ne doit pas se trouver dans n importe quel pays inclus la Suisse car comme on dit :dura lex sed lex. Et quand il est légalisé ou normalisé la loi le protége et rien n empêche de critiquer la procédure étatique mais pas l ex-clandestin.Connaissez vous l histoire des Gastarbeiters?

    Néanmoins, restons vigilants de ne pas amalgamer, si vous me le permettez, entre ces clandestins et ceux qui sont accueillis légalement (résidents, immigrés ou immigrants..) de te
    tel couleur ou de telle religion ou d origine. Oui, il y a un problème mais nous avons tous, moi-inclus, la facilité de trouver des coupables et des boucs émissaires à nos problèmes réels mais jamais pour trouver la solution.

    In fine, la Suisse inclus Genève (patronat et Etat) dit avoir besoin pour les 30 ans à venir, sic, d une main d oeuvre plutôt jeune, relativement bien formée et encore mieux si fertile, sic, vu la baisse drastique de la démographie chez nous. A signaler que la moyenne de naissance en Suisse est de 1.5 alors qu au moins 2 naissances par couple sont nécessaires pour remplacer deux parents qui mourront un jour ou l autre qu on le veuille ou non...

    Alors va-t-on faire ou pas comme Mme Merkel a fait en 2015 de carrément IMPORTER 1 million de syriens (les Gastarbeiters" ['travailleurs invités'],chez elle avec la bénédiction des grands patrons. Il semble que l Allemagne n est pas mécontente grossièrement de ce million sus cité voire que le big patronat là bas est prête à refaire la même expérience. Est ce que Deutsche Bahn, Deutsche Post, Restos....etc...sont-ils très contents ou pas surtout pour le grand plaisir du patronat qui baisse le salaire des allemands "indigènes" qui cette fois ne sont pas très contents de la présence "invitée" des concurrents "étrangers" malléables et certes moins chers qui se retournent contre ces étrangers et de surcroît ils sont d une couleur et/ou d une religion qui ont toutes deux ont bons dos de culpabilité...On trouve toujours les coupables mais jamais la Solution...

    Bien à Vous
    Charles 05

  • @Divergente, Bonjour,

    Je suis parfaitement d accord avec vous quant à l "affaire" des clandestins. Légalement un clandestin ne doit pas se trouver dans n importe quel pays inclus la Suisse car comme on dit :dura lex sed lex. Et quand il est légalisé ou normalisé la loi le protége et rien n empêche de critiquer la procédure étatique mais pas l ex-clandestin.Connaissez vous l histoire des Gastarbeiters?

    Néanmoins, restons vigilants de ne pas amalgamer, si vous me le permettez, entre ces clandestins et ceux qui sont accueillis légalement (résidents, immigrés ou immigrants..) de te
    tel couleur ou de telle religion ou d origine. Oui, il y a un problème mais nous avons tous, moi-inclus, la facilité de trouver des coupables et des boucs émissaires à nos problèmes réels mais jamais pour trouver la solution.

    In fine, la Suisse inclus Genève (patronat et Etat) dit avoir besoin pour les 30 ans à venir, sic, d une main d oeuvre plutôt jeune, relativement bien formée et encore mieux si fertile, sic, vu la baisse drastique de la démographie chez nous. A signaler que la moyenne de naissance en Suisse est de 1.5 alors qu au moins 2 naissances par couple sont nécessaires pour remplacer deux parents qui mourront un jour ou l autre qu on le veuille ou non...

    Alors va-t-on faire ou pas comme Mme Merkel a fait en 2015 de carrément IMPORTER 1 million de syriens (les Gastarbeiters" ['travailleurs invités'],chez elle avec la bénédiction des grands patrons. Il semble que l Allemagne n est pas mécontente grossièrement de ce million sus cité voire que le big patronat là bas est prête à refaire la même expérience. Est ce que Deutsche Bahn, Deutsche Post, Restos....etc...sont-ils très contents ou pas surtout pour le grand plaisir du patronat qui baisse le salaire des allemands "indigènes" qui cette fois ne sont pas très contents de la présence "invitée" des concurrents "étrangers" malléables et certes moins chers qui se retournent contre ces étrangers et de surcroît ils sont d une couleur et/ou d une religion qui ont toutes deux ont bons dos de culpabilité...On trouve toujours les coupables mais jamais la Solution...

    Bien à Vous
    Charles 05

  • Bonjour à tous

    Dû au CORONA beaucoup de personnes sont démunies et affamées ! J’ai vu la mobilisation aux Vernets par le biais du TJ.

    Je souhaiterai faire du bénévolat pour soutenir votre Association.

    N’hésitez pas à me contacter.
    Bien cordialement
    Cathia

  • @divergente À partir du moment où on laisse les gens rentrer dans le pays, sans contrôle aux frontières, sans surveillance si les visa-3-mois repartent, on est un peu coincé. On ne peut pas, décemment, dans un des pays les plus riches du monde, les laisser crever de faim dans la rue, et risquer que les enfants leur soient enlevés sous prétexte que les parents n’ont pas de logement acceptable et des moyens suffisants, parce qu’on sait très bien quel destin les attend ensuite...

    Les Gastarbeiter sont un cas particulier qui n’existe plus depuis au moins 30 ans. Ce sont des travailleurs qui viennent légalement, sans famille, pour une période et un domaine définis. Depuis la réunification des familles, la situation s’est totalement retournée. Et concernant le million de syriens arrivé en 2015 en Allemagne, ce ne sont pas du tout, mais alors pas du tout des «Gastarbeiter». Et le pourcentage de syriens est faible, je veux dire des vrais syriens, pas ceux qui surfent sur la vague.
    L’âge est bas, certes, par rapport à la moyenne d’âge – élevée de la population européenne en général -, mais je ne suis pas sure du rôle que les arrivants de 2015 et après jouent dans la vie économique. Ils ne sont qu’une concurrence pour qu’une petite frange de la population. Dans les professions très qualifiées et spécialisées, il est difficile de se faire accepter avec un diplôme étranger. Les exigences pour les études de médecine et d’ingénierie ne sont pas les mêmes et chaque pays garde jalousement ses propres universitaires.
    Comme pour le coronavirus, où jusqu’à maintenant, 99% de la population se dépatouillent à peine avec la distinction famille de virus, un virus en particulier et la maladie provoquée par la vilaine petite bête, il est impossible d’avoir des chiffres véridiques pour les immigrés.

    Concernant les gens qui font la queue au Vernets, chacun a son histoire. J’ai fait du bénévolat dans le social et j’étais surprise de trouver des Suisses, des universitaires, à coté des gens qui ne peuvent pas retourner dans leur pays, alors qu’ils en auraient bien envie, parce que la pression de la demande de soutien financier de leur famille restée «là-bas» est tellement énorme, qu’ils n’osent avouer leur échec de s’intégrer dans la paysage du travail ici (ici au sens de tous les pays européens affectés par la vague de clandestins).
    En ce qui concerne l’Allemagne, je ne suis pas sure que la DB, la Poste et les restos sont contents du tsunami post-2015, la population n’en est pas très heureuse, malgré les efforts désespérés des bisounours qui veulent absolument peindre en rose bonbon tout pseudo-réfugié. Hélas, selon ce que les gens rapportent, il semble que l’application de la loi n’est pas la même pour tout le monde et qu’il existe des quartiers totalement hors-la-loi avec leurs propres systèmes de sécurité et judiciaires. Mais je n’ai pas vu cela moi-même.
    À Genève, la problématique est différente, parce que la ville est trop petite pour avoir des ghettos.
    Cela étant, pourquoi n’allez-vous pas faire un tour au Vernets? Il y a des heures pour les donateurs, apportez des produits basiques, et engagez une conversation amicale avec une des personnes qui fait la queue depuis 5 heures du matin. Ça clarifie l’esprit de mettre un visage, un destin sur un fait social.
    Bonne semaine! À samedi?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel