Nabilla a bien fait de la prison! Ah Bon!

Imprimer

DSC02019-sssss.jpgLes journalistes de Tamedia sont ces derniers jours sur la brèche. Leur employeur dont l’appétit va en grandissant les presse comme un citron pour obtenir d’eux le maximum de profit. Péril en la demeure dans le paysage suisse des médias. Après Genève et Lausanne le 4ème pouvoir a manifesté aujourd’hui à Zurich, histoire de mettre la pression sur les politiciens et les propriétaires du groupe de presse dont le monopole médiatique est effrayant du point de vu diversité d’opinions et information plurielle. Il est même question un certain moment de la disparition d’un des bijoux du groupe: “Le Matin”. Moi le premier, si c’est le cas je descendrai dans la rue manifester ma désapprobation face a une telle injustice. Qui va m’informer des derniers potins de nos vedettes favoris si le quotidien vitaminé à l’orange disparaitrait des étalages des marchands de journaux? Je m’insurge contre l’éventuelle  “suppression” du Matin, un journal utile au quotidien. DSC02014-sssss.jpgC’est grâce à ce même Matin que je connais tout ou presque de notre Nabilla cantonale. De sa taille de poitrine en passant par son poids en valeur médiatique, de son incartade judiciaire ou encore des confidences de ses copines jalouses…de son succès actuel et de ses généreuses formes. J’estime que je suis très bien informé sur le sujet. Pourquoi veut-on la peau du Matin qui par choix éditorial nous fait oublier l’espace d’un moment l’interminable crise que nous traversons avec son lot de misère, de chômage et de précarité? Bon nombre de lecteurs “non engagés” dans la vie “sociale” ne cherchent pas d’autres formes d’information. Regardez la photo prise cette semaine à la rue de Chantepoulet devant un kiosque à journaux. Ce passant est resté un bon bout de temps scotché devant la une de Paris Match et de Point de vue. Les médias à sensation ont encore de beaux jours devant eux!
Le courrier de Genève par exemple qui n’appartient pas au groupe Tamedia se bat depuis plusieurs années pour sa survie malgré des articles intéressants qui traitent de sujets d’actualité et de la vie quotidienne des genevois. Appels fréquents à des souscriptions de la part de ce quotidien qui malgré sa parfaite adéquation avec la réalité de son environnement peine à trouver son équilibre et lutte chaque année pour sa survie. Bon courage au Matin version Nabilla et aux autres titres du groupe Tamedia…
PS: toutes mes excuses aux lecteurs de ce blog. Le titre de cette note est racoleur dans le but avoué de ratisser large côté audience. 

Lien permanent Catégories : Genève, Médias 6 commentaires

Commentaires

  • Haykel EZZEDDINE, vous le pourfendeur de contradictions, semblez être arnaqué par le buz-business de vos médias favoris! car vous affirmez ici:

    "C’est grâce à ce même Matin que je connais tout ou presque de notre Nabilla cantonale"

    parlant d'une française d'origine algérienne habitante d'Annemasse
    qui se fait allègrement passer pour originaire de Genève voire suisse

    Gardez donc espoir: tant que votre désir de croire sans conteste une telle bluffeuse
    restera partagé par tant de lecteurs du Matin,
    celui-ci a encore de beaux jours devant lui. On a la presse qu'on veut, après tout!

  • Il faut lire entre les lignes Pierre

  • Le type étant de dos, rien ne permet de dire qu'il n'est pas en train de vomir ...

  • Haykel, j'avoue: c'était juste une envie de mettre les points sur ces i
    à défaut.

  • Haykel, je ne vous savais pas amateur de pêche au tons !!

  • marre des médias qui font leur beurre sur cette bimbo
    des fausses infos de la TDG pour attiser le chaland

    marre des journaleux TDG sans déontologie qui continuent pour le buzz
    de propager leurs infos sur prétendue appartenance suisse de cette gamine,
    et ce aujourd'hui direct en titre(!) d'article tdg.ge:

    "Nabilla compare Zahia à un «pigeon» sur Facebook,
    La Genevoise continue de surfer sur son buzz planétaire"

    ET %tamedia ou pas,
    des journalistes faisant régulièrement passer Annemasse pour Genève...: on n'achète pas!

Les commentaires sont fermés.