Pierre Maudet s’attaque au débarras sauvage

Imprimer

620400158.jpgAprès l’affichage sauvage et la chasse aux tags, la ville de Genève s’attaque cette fois-ci au débarras sauvage. Gare aux récidivistes! La campagne sera axée sur la répression. “A chaque récidive l’amende grandit” tel est le message que fera passer le Département de l’environnement urbain et de la sécurité dirigé par Pierre Maudet, le Monsieur Propre du Canton. Fini la sensibilisation place à l’amende!
Cette campagne qui a démarré aujourd’hui et qui se poursuivra jusqu’aux fêtes de fin d’année aura son premier bilan vers la mi-novembre. Se débarrasser de ses objets encombrants sans avertir la voirie est devenu le sport préféré de certains genevois qui à la tombée de la nuit se livrent à ce genre de comportement incivique. Pour la répression, Pierre Maudet ne nous dit pas comment il compte s’y prendre. Je ne vois pas comment les services de la Ville pourront attraper le citoyen "étourdi" ou le “professionnel “ du débarras sauvage sans placer des agents en faction dans tous les quartiers de la ville pendant les heures où tous les chats sont gris!

Sans titre-3.jpg
D'autres notes sur Pierre Maudet:

Conseiller administratif responsable du Département de l'environnement urbain et de la sécurité entre autre chasseur d'affiches sauvages: en rapport avec cette rubrique, les liens suivants:Affiches sauvages, Genève, n'est pas une poubellePierre Maudet, j'adore!, Maudet et Longchamps ouvrent le bal électorel, Sécu-municipaux-cop!Maudet aux Pâquis!, Maudet promoteur de graffitis et Maudet-Moutinot le combat des titans-Maudet et l'affichage sauvage, succés ou effet d'annonce?

DSC00786-ssssss.jpg
Photos prises cet après-midi à la Rue Argand.
Et en face de Manor côté Rue de Cornavin:
DSC00785-ssssss.jpg
La chasse aux tags, à l'affichage sauvage et au stationnement des deux roues sur le trottoir, ce n'est pas encore fini! Et voilà un nouveau chantier!
Agenda:
Sans titre-4.jpg
Et demain est un autre jour!

Commentaires

  • Le sans-gêne et l'incivilité de certains sont aussi grandissant. Alors que nous avons un service de voirie ad hoc avec une information distribuée et une hotline, un pourcentage de la population se fiche des règles et se débarasse sans grand problème sur la voie publique de leurs affaires polluant (visuellement) la Ville, gênant les passants. Finalement, il faut trancher et agir toujours de la même manière, après la carotte, le bâton.

Les commentaires sont fermés.