Habib Bourguiba sur un Airbus

Imprimer

Inauguration tunisair A320 25juin2010 (5).jpgLe 6 avril dernier la Tunisie commémorait les dix ans de la disparition du combattant suprême, le premier Président du pays, j’ai nommé Habib Bourguiba. Pour célébrer comme il se doit cet évènement, les tunisiens ont décidé de baptiser leur dernière acquisition chez Airbus » Habib Bourguiba ». La compagnie tunisienne Tunisair a décidé de moderniser sa flotte en commandant 16 nouveaux avions. Le premier (A320) vient d’être livré à Tunis Carthage le vendredi 25 juin à 17h00 en provenance de Hamburg. Un avion dont quelques composantes ont été fabriquées sur le sol tunisien. Cet  Airbus « Habib Bourguiba » a une double version. Une première avec une classe homogène de 162 sièges économiques et une autre version avec 32 sièges affaires et 114 économiques.  La livraison d’un nouvel avion est toujours un événement pour les professionnels et les amateurs de l’aviation civile. La flotte actuelle de Tunisair comporte 31 avions avec 3 Airbus A300-600, 4 A 319, 13 A320 et 11 boeing B737.

Le premier vol commercial de cet avion vient d’avoir lieu hier samedi 26 juin avec une liaison Tunis-Zurich-Tunis. Un vol inaugural qui a fait presque le plein dans les deux sens. Merci au lecteur qui m’a envoyé ces photos :

IMG00020-20100625-1336.jpg
IMG00023-20100625-1354.jpg
IMG00022-20100625-1340.jpg
IMG00024-20100625-1355 (2).jpg
Et demain est un autre jour!
Lien permanent Catégories : Suisse 3 commentaires

Commentaires

  • Bravo à ceux qui ont eu le courage de baptiser cette avion au nom du combattant suprême Habib Bourguiba,dommage qu'il ne l'ont pas fait avant.
    Bonne chance à cette compagnie national Tunis air .
    Jalel matri Genève

  • J'étais à bord de ce joyau pour un vol Beyrouth-Tunis quatre jours après réception.

  • Pour mesurer la modernisation et l'extension, à travers le temps, de la flotte aérienne commerciale tunisienne, voici une anecdote vécue par moi-même :

    En 1963, la liaison Tunis-Djerba était assurée deux fois par semaine par un DC-4 racheté à la France au moment de l'Indépendance. On appelait ces vaillants "coucous" fraîchement repeints : des "sarcophages volants", tant leur état général et leur maintenance laissaient à désirer.

    A Houmt-Souk (Djerba), une piste toute simple avec un employé qui, avec ses pales, acheminait l'avion vers son aire d'arrêt.
    Un autre employé déchargeait les bagages de l'avion, et s'occupait de l'agence de Tunis Air dans la petite agglomération de Djerba.

    Puis se mit en place progressivement le tourisme à grand échelle sur cette île, à partir de 1965 et avec pour commencer, le Club Méditerrannée.

    On connaît la suite : c'est maintenant plusieurs dizaines de jets par jour, qui y déversent leurs cargaisons de touristes, sur un aéroport international qui n'a rien à envier à tous les autres de par le monde ...

Les commentaires sont fermés.