Sami Kanaan: “J’aspire à fédérer!” (10/06/2011)

DSC_0070.JPGSami Kanaan est partout ces derniers jours et on va le voir souvent dans les médias...dans l’exercice de ses fonctions. Chargé de la culture et du sport, ce brillant conseiller administratif (meilleur élu de l’actuel exécutif) sera très présent dans les médias ces prochaines années pendant toute la durée de son mandat dans l’exécutif de la Ville de Genève. Sous les feux de la rampe, Sami Kanaan est attendu au tournant. En héritant de la culture et du sport, les plus grands départements de la Ville question budget-on parle de près de 300 millions et 1500 employés, sa gestion sera très suivie par ses pairs, ses détracteurs et les citoyens du canton. Beaucoup d’attente et énormément de défis à relever. Rendre le sport et la culture à la portée de tous, impliquer la Ville dans des projets fédérateurs, rendre Genève plus attractive au niveau des animations, réussir le tricentenaire de Rousseau l’année prochaine, s’occuper de la Nouvelle Comédie, de l’agrandissement du Musée d’art et d’histoire, de la réorganisation de la gouvernance du Grand Théâtre, de la nouvelle patinoire... Tout un programme! L’élu socialiste se donne trois mois d’observation et de dialogues avec les différents partenaires de la culture et du sport avant de fixer définitivement la ligne de conduite qu’il va adopter pendant sa législature. En attendant le résultat de sa réflexion, PLANETE PHOTOS a posé 6 questions au nouveau patron du Département de la culture et du sport.

Sans titre.jpg-Quelles seront vos priorités durant votre mandat ?

Je présenterai une feuille de route détaillée à la rentrée. J’ai déjà plusieurs idées, mais je souhaite prendre le temps de rencontrer les différents services de mon département afin de les débattre, de les consolider, voire de m’en approprier de nouvelles. Ces trois mois me permettront de procéder à un état des lieux et de recueillir les avis de mes collaboratrices et collaborateurs. Il sera temps, alors, d’énoncer mes objectifs en matière de politique culturelle, mais aussi sportive, puisque je suis également en charge du sport, auquel j’accorde une grande importance.

Je peux cependant d’ores et déjà énumérer quelques grands enjeux de mon mandat. L’aboutissement des grands projets en cours le rythmera : Nouvelle Comédie, agrandissement du Musée d’art et d’histoire, réorganisation de la gouvernance du Grand Théâtre, etc. Signalons aussi la très grande palette de manifestations régulières ou ponctuelles, notamment le magnifique programme pour le tricentenaire de Rousseau en 2012.

Je suis également persuadé que la culture doit s’inscrire dans un projet d’agglomération. Pour y parvenir, la Ville devra nouer des relations étroites et constructives avec l’Etat, les autres communes et les partenaires français voisins.

Je souhaite aussi travailler sur notre relation à tous nos publics, actuels et potentiels, sportifs et culturels. Nous devons apprendre à mieux les connaître, afin d’être en mesure « cartographier » leurs habitudes et leurs besoins. Il s’agit de mieux satisfaire ces publics, de plus les associer à nos activités,  mais aussi d’en conquérir de nouveaux.      

Sans titre3.jpg-Quel est le secteur culturel qui vous attire le plus : spectacle, littérature, musique, théâtre… ?

Tous les secteurs m’intéressent. Je suis un homme et un citoyen curieux et avide de découvertes. Je serai donc un magistrat soucieux de satisfaire tous les appétits culturels des Genevois, aussi variés soient-ils.

-Quel est le dossier que vous allez porter et pousser plus que d’autres ?

Un grand nombre de dossiers méritent d’être portés et poussés. Je tiens notamment beaucoup à faire aboutir les grands projets dont la culture et le sport genevois ont besoin pour s’épanouir : la Nouvelle Comédie et le Musée d’art et d’histoire, donc, mais aussi le Pavillon de la danse, l’Alhambra, le Musée d’ethnographie, la nouvelle patinoire...

-Qu’est-ce qui va changer dans le domaine culturel à Genève ?

Je souhaite que les différents acteurs et milieux en relation avec la création culturelle, artistes, communes, canton, privés, entretiennent des relations sereines, basées sur le partenariat. J’aspire à fédérer. On ne parle pas des cultures, mais de la Culture. Ceux qui la font ou la soutiennent, quels qu’ils soient, doivent donc travailler ensemble dans un climat apaisé, décrispé. Toutes les énergies doivent être mises au service de la création et de la diffusion, et donc du public.

Sans titre2.jpg-Genève le weekend, c’est mortel comme ambiance. Vous avez une solution pour y remédier ?

L’offre culturelle genevoise est très riche. Un grand nombre de manifestations et de spectacles sont proposés à la population, mais beaucoup se concentrent en été. Une partie de la solution passe donc par une meilleure répartition de l’offre, afin d’éviter temps morts et embouteillages. L’autre levier consiste à mettre en place une véritable politique de la nuit. Je veux y associer étroitement ceux qui font les nuits genevoises. Les états généraux de la nuit, en mars, ont permis d’initier cette démarche. J’entends la poursuivre et la développer.

-Autour de la rade il y a des espaces à exploiter pour animer cette partie de la ville. Vous avez des projets dans ce sens ?

Le potentiel des quais est immense. Il est donc envisageable d’y promouvoir quelques manifestations conviviales. La qualité de cet espace nécessite cependant procéder à une pesée d’intérêts : il s’agit de mettre à profit les opportunités que recèle ce lieu, mais ne pas confisquer l’espace public est tout aussi essentiel. L’animation de la rade passe donc plus, à mon sens, par une politique inventive d’aménagement que par un accroissement des manifestations qui s’y déroulent.

DSC_0113.JPG
Photos: mon ami Demir Sönmez

A lire également: "Et si Sami Kanaan prend la résponsabilité du département de la culture?
Sami Kanaan en attendant les autres
Une journée avec Sami Kanaan suite et fin

Et demain est un autre jour!

09:21 Écrit par Haykel | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sami kanaan | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook