28/08/2016

Rentrée politique genevoise: Et hop un nouveau parti de droite?

2737274333.jpgIl faut reconnaître qu’il a plus d’un tour dans son sac notre incontournable Eric Stauffer dont la devise est « retenez-moi ou je fais un malheur! ». Il vient d’annoncer ce jour  sur sa page Facebook son retour pour la rentrée politique. Une rentrée à la hauteur de sa devise. Ce n’est pas un poisson d’avril nous sommes à la fin du mois d’août, c’est juste un nouvel épisode dans l’interminable feuilleton politique à la sauce « Staufferienne ».
Le co-fondateur du MCG qui n’a jamais digéré sa non élection comme président du parti joue à la politique participative ou plutôt il essaye. Il demande à ses 1237 amis et suiveurs sur Facebook à l’aider à trancher entre 4 possibilités.
-Constitution d’un nouveau parti: PG (parti genevois)
-Réintégrer le MCG par la grande porte en prenant les règnes du parti. Sans titre.jpg« ...Je déploie mon énergie et savoir faire en modifiant/complétant l’équipe dirigeante... ». Ce qui signifie un putsch déguisé.
-Il reste un député indépendant
-Il démissionne
4 heures après avoir posté son programme et de l’avis même de son auteur 2 options sont d'ores et déjà écartées: député indépendant et la démission. Stauffer qui n’est pas fait pour le travail en solo ni pour l’abandon s’achemine vers la création d’un nouveau parti de droite. Je parie que d’ici minuit le suspense sera définitivement levé sur les intentions d’Eric Stauffer. Après le mouton noir de l’UDC et le frontalier du MCG quelle sera la nouvelle bête noir du PG? Telle est la seule inconnue de l’énigme de ce dimanche estival annonciateur de la rentrée politique genevoise.

D'autres notes sur Eric Stauffer ici

Et demain est un autre jour!

14:24 Écrit par Haykel dans Eric Stauffer | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : eric stauffer, mcg, udc, pg, parti genevois | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/03/2016

La photo du jour: et l’UDC devient mouton!

IMG_20160303_105013 copie.jpg

L’arroseur arrosé. Le mouton qui n’a rien demandé surtout pas de figurer sur une affiche UDC vient de prendre sa revanche. Des âmes bien intentionnées viennent de le mettre à l’affiche en brocardant les coupables. C’est autour des dirigeants du parti de l’Union démocratique du centre d’entrer dans la peau du mouton. Christoph Blocher, Oskar Freysinger, Céline Amaudruz et un autre grand responsable du parti populiste qui tape sur les immigrés sont placardés depuis plusieurs jours à Bel Air sur un conteneur qui sert de magasin de journaux provisoire. Le montage est réussi et l’effet aussi. Au lendemain d’une votation historique, les Suisses ont montré qu’ils ne sont pas des moutons de panurge qui votent les yeux fermés.
Voilà un sérieux avertissement qui envoi les moutons-politiciens à leur pâturage. Savourons le moment!

D'autres photos du jour ici
Et demain est un autre jour! 

01/03/2016

Politique Suisse: quand l’extrême droite essuie un sérieux revers

Mouton 1.jpg

L'UDC, le parti d'extrême droite suisse n'a pas réussi à faire passer une initiative raciste «pour le renvoi effectif des
étrangers criminels».

Dorénavant, l'Union démocratique du centre (UDC), le parti d'extrême droite suisse, l'équivalent du Front national français, n'a plus les coudés franches. En montant au créneau, les opposants de gauche et la société civile ont réussi à lui faire barrage, en trouvant la recette pour le contenir à défaut de pouvoir encore le battre. L'espoir de voir une Suisse à la "démocratie propre" sans peur de l'étranger fait son chemin.
La Suisse a connu, dimanche dernier, une journée de votation populaire udc,votations 28 février 2016,union démocratique du centre,racisme,xénophobie,suisse,politique suissebien fournie en objets soumis au peuple. Les électeurs de chaque canton étaient appelés à se prononcer sur plusieurs initiatives et modifications de loi cantonales et fédérales. La plus controversée et la plus suivie est celle présentée par le premier parti du pays, l'UDC.
Ce parti d'extrême droite, qui a été à l'origine d'autres initiatives racistes qui ont abouti: «Contre la construction de minarets» (2009), «Pour le renvoi des étrangers criminels» (2010) et «Contre l'immigration de masse» (2014), a présenté, dimanche 28 février 2016, aux électeurs suisses, une énième initiative xénophobe qui heureusement n'est pas passée. En effet, 58,86% des votants (pour un taux de participation de 63,1%) ont rejeté la votation N. 597: «Pour le renvoi effectif des étrangers criminels»«démocratie propre» sans peur de l'étranger fait son chemin.

Mouton 3.jpg

L'initiative demande que la question du renvoi des étrangers criminels soit à nouveau soumise à votation. L'UDC entend ainsi imposer sa conception de la mise en oeuvre de l'initiative sur le renvoi, alors que cette mise en oeuvre a déjà été décidée par le Parlement, qui a durci les lois pertinentes.
Double emploi et surtout une action gratuite qui vise les 2 millions d'étrangers sur un total de 8.237.700 habitants (statistique de 2014) qui vivent en Suisse, susceptibles de renvois en cas de certaines infractions quelle que que soit la gravité de l'acte.
Les partis politiques de gauche et la société civile se sont formidablement mobilisés et ont fait campagne contre la dernière initiative de ce parti populiste qui a dépensé des millions pour rallier les électeurs à sa cause. Les réseaux sociaux et particulièrement Facebook ont largement contribué à ce succès. Les partisans contre l'initiative de l'UDC ont admirablement occupé le terrain médiatique devant les initiateurs de cette initiative qui étaient en manque d'arguments. 

udc,votations 28 février 2016,union démocratique du centre,racisme,xénophobie,suisse,politique suisseL'UDC va-t-il vraiment être isolé?
Dans les médias du pays, au lendemain des votations, la Suisse s'est réveillée avec un nouvel uniforme celui d'une démocratie propre
avec une belle conscience envers les étrangers.
Il y aura dorénavant un après le 28 février 2016, comme il y a eu d'autres dates par très flatteuses pour le citoyen suisse épris
d'égalité et d'ouverture.
Prochaine initiative de l'UDC: «Pour l'interdiction de tout couvre-chef dans les écoles publiques»; ça se traduit par: «Contre le port du voile islamique». Car, avec l'UDC, il y a toujours une deuxième lecture à la recherche du mouton noir, vedette de toutes les campagnes haineuses qu'il met sur pied.

Article paru dans Kapitalis le 2 mars 2016

Illustrations internet

Et demain est un autre jour!

07/08/2013

Et revoilà l’UDC, ce parti raciste...qui tape maintenant sur les musulmans!

1116172_10151581061262602_1114328845_o.jpgCoutumier des campagnes chocs et racistes le plus grand parti suisse, l’UDC (Union démocratique du centre) récidive après le succès remporté par son initiative “contre la construction des minarets”. Cette fois-ci l’objet du délit est une affiche islamophobe. Elle représente une femme musulmane portant un voile menaçant un petit garçon aux cheveux blonds avec le slogan "Stop à la torture du bon allemand”. Ce support qui sera placardé dans tout le canton de Lucerne (à 278 km de Genève) illustre l’initiative des jeunes UDC qui réclament par voix de vote l’utilisation exclusive de la langue suisse allemande dans les écoles enfantines. Le tout inspiré par la vraie histoire d’une enseignante remplaçante dans une école enfantine à Kriens (canton de Lucerne) qui au mois de juin dernier a refusé d’ôter son voile.
Le vote populaire qui aura lieu à Lucerne (78’093 habitants en 2011) le 22 septembre prochain commence déjà à mobiliser les militants anti racistes.
Réactions et condamnations
Sans titre.jpgLa première réaction officielle est venue de Martine Brunschwig Graf, Présidente de la commission fédérale contre le racisme qui voit en cette affiche “une instrumentalisation d’une femme qui porte le voile pour animer la peur de l’islam”. Pour Hafid Ouardiri, directeur de la Fondation de l’Entre-connaissance, cette dernière sortie de l’UDC confirme l’évidence que l'islamophobie en Suisse n'est pas qu'une vue de l'esprit mais une horrible et réelle agression haineuse qui se propage contre une partie des citoyennes et des citoyens du pays."
Quant à l’association des Tunisiennes et Tunisiens en Suisse très active ces derniers mois elle a dans un communiqué non seulement condamné cette affiche “honteuse” mais elle va plus loin en exigeant son interdiction et la poursuite de ses auteurs pour incitation à la haine raciale. A ce jour et à notre connaissance aucune plainte n’a été déposée dans ce sens.
A chacun son tour après les moutons noirs pour parler des étrangers, symbole maintes fois utilisé par le même groupe politique, après le frontalier constamment brocardé par un autre parti de droite le MCG (Mouvement citoyen genevois), place maintenant aux musulmans. Elle est belle la Suisse!

Article paru dans Kapitalis le 8.8.2013

En rapport avec cette note:

Et demain est un autre jour!

23:55 Écrit par Haykel dans Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags : udc | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/06/2013

Nos politiciens et le stationnement illicite, un exemple a ne pas suivre!

2-sssssssss.jpgEric Stauffer, Maire d’Onex et candidat au Grand Conseil n’aime pas la marche. Après l’épisode de sa moto qu’il stationnait en toute illégalité dans la cour de l’Hôtel de Ville, il vient de récidiver en parquant son 4x4 sur une piste réservée aux vélos. Et ce n'est pas la première fois! La scène que j’ai mémorisé hier est assez ahurissante. Elle a eu lieu pendant la manifestation organisée par la FéGAPH pour soutenir les handicapés. Entre le passage des adeptes du vélo, et les automobilistes qui viennent en sens inverse, la manifestation a été longuement perturbée. Des gendarmes venus vérifier l’autorisation de la dite manifestation n’ont rien fait pour déplacer la voiture ou 1-sssssssss.jpgamender le contrevenant. Sur son mur Facebook le conseiller municipal Cyril Mizrahi, Président du FéGAPH et organisateur du rassemblement s’interroge sur l’impunité dont jouit le Président d’honneur du MCG, Eric Stauffer. Voici le texte qu’il a publié sur son mur: “
Aujourd'hui, une fois encore, le député Eric Stauffer a garé sans aucune gêne son 4x4 noir devant le Grand Conseil, à un endroit dévolu à une piste cyclable. Alors que des pandores sont là pour contrôler que les personnes handicapées et leurs proches venus manifester ont bien une autorisation en bonne et due forme, personne, pas même Pierre Maudet qui passe par là, ne semble s'offusquer du véhiculIMG_120ss6-sssssssss.jpge qui occupe le domaine public sans la moindre autorisation, et de manière si accrue que tant la manifestation dûment autorisée que la circulation dans la rue de l'Hôtel-de-Ville se trouvent entravés et la sécurité des usagers compromise. Visiblement, certains élus MCG bien en vue se sentent au-dessus des lois, et cela semble être rentré dans la norme. Finalement, prévenu semble-t-il par un policier, M. Stauffer a daigné déplacer son auto, et n'a donc pas été amendé.”
Visiblement Eric Stauffer n’est pas le seul partisan du stationnement illicite. Un autre membre du MCG, le conseiller municipal Carlos Medeiros n’aime pas également la marche. Le 20 juin dernier il a parqué la voiture avec laquelle il est arrivé à la vieille ville sur une place réservée aux taxis…Une Ferrari sur un lieu de stationnement pour taxi, sans aucun doute les touristes ont apprécié et pris des photos de cette scène insolite.
4-sssssssss.jpgPendant la campagne électorale des voitures du MCG stationnent en toute impunité sur la Place du Molard. Dernièrement mon objectif a saisi sur ce même endroit une autre voiture sur le stand de l’UDC.
Je le répète encore une fois: on a les politiciens qu’on mérite! Et comme modèle pour la population genevoise certains de nos élites sont un bon exemple à ne surtout pas suivre! En effet, ce sentiment d’impunité qu’ils nous renvoie est synonyme qu’ils sont au dessus des lois qu’ils ont pourtant promulgué!

Et demain est un autre jour!

16:35 Écrit par Haykel dans genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : eric stauffer, carlos medeiros, mcg, udc, cyril mezrahi | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/06/2013

La voiture du jour...roule pour l'UDC!

Voiture.jpg

Samedi 15 juin dans les rues basses...

Un commentaire?

Et demain est un autre jour!

15:37 Écrit par Haykel dans genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : udc, voiture rouge | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/01/2012

«La sécurité, première des libertés » L’UDC emprunte un slogan au Front National (FN)!

gogos-nigauds-sel-sur-queue-karl-grunberg-L-PDkjhF.jpgUne nouvelle contribution de Karl Grünberg.

A trois mois de l’élection présidentielle, le FN qu’ont fondé de vieux fascistes rassemble avec Marine Le Pen des millions d’intentions de vote dont celles de nombreux travailleurs.
Ce slogan banalise vingt ans de propagande. Il aseptise son racisme. Chacun le comprend. L’insécurité c’est la racaille, le jeune de cité, l’étranger, le musulman, et non pas la misère, la maladie, l’avenir volé.
Doté de députés entre 1986 et 1988 seulement, le FN n’a eu aucune responsabilité dans les réformes de tous les gouvernements depuis le «tournant de la rigueur» qu’a pris Mitterrand en 1983. Jean-Marie moquait la «bande des quatre», (PS, PC, RPR et UDF). Marine, ce qu’il en reste: «l’UMPS»! N’avoir pas participé à cette politique antisociale contribue aux succès électoraux du FN.
L’UDC y a contribué mais cela ne lui a pas aliéné un électorat populaire qui vote contre ses intérêts. Vieux parti gouvernemental l’UDC est pourtant responsable du démembrement des lois protégeant les travailleurs, les jeunes en formation, les personnes âgées, les malades, les invalides, les chômeurs, les locataires.
La jeune présidente et conseillère nationale de l’UDC/Genève, Céline Amaudruz, affiche elle aussi ce slogan racoleur.
L’UDC était un petit parti agrarien et conservateur (11,5% des suffrages en 1991). «Dénonçant le système» sous la férule de Blocher, il en rassemble 26,5% en 2011 (29% en 2007). Né de presque rien et à la même époque, le FN connaît une progression semblable.
Auraient-ils réussi si les régimes qu’ils contestent avaient poursuivi les politiques qui ont fait leur succès au cours des années 1945-1985? L’incapacité des partis gouvernementaux de gauche à refuser les politiques antisociales des secteurs dominants de la bourgeoisie, la volonté de leurs homologues de droite de les satisfaire ont conduit à la désaffection que les nouvelles classes politiques populistes ont saisie.
© kentoh - Fotolia.com.jpgLeur carte de visite? Le racisme identitaire.
Le FN soi-disant social et l’UDC libérale déclinent l’argumentaire de la préférence nationale, contre le regroupement familial, les prétendus abus aux prestations sociales, la «criminalité étrangère» et «l’altération de l’identité nationale» (islamophobie). Ils veulent réformer le code de la nationalité pour protéger cette dernière. Leurs insertions dans leurs pays respectifs sont différentes, mais leur ethnoracisme est le même. Pas grand-chose ne distingue Marine Le Pen et Oskar Freysinger qui ne se fréquentent pas encore ouvertement.
Comment ne pas comprendre l’écrasante responsabilité des exécutifs européens et des partis gouvernementaux de gauche et de droite pour expliquer que des formations minoritaires il y a quelque vingt ans sont désormais créditées d’un tiers de leurs électorats nationaux respectifs?
Ayant laissé les secteurs dominants de la bourgeoisie prendre la «gouvernance» par dessus les parlements, ils ont permis au racisme de régenter la vie politique:
• Depuis le rétablissement de la démocratie en 1945, les parlements négociaient le progrès social et la répartition des gains de productivité. Les voilà devenus des casseurs de législation. Comment s’étonner si la préférence nationale se substitue à la répartition sociale?
• S’imposant contre la représentation démocratique la nouvelle gouvernance européenne fonde sur les valeurs judéo-chrétiennes et la civilisation occidentale ce qu’elle ne peut légitimer politiquement.
• Les vieux partis racistes(1) ont compris au milieu des années 1980 qu’en dénonçant la trahison des partis traditionnels de gauche et de droite ils se frayaient une nouvelle voie. Rabâchant un nationalisme nostalgique ils proposent pour toute perspective aux masses paupérisées d’expulser «étrangers» et «faux réfugiés» pour récupérer leurs biens qu’ils prétendent indûment acquis, les fameux abus.
Lutter contre le racisme et pour un véritable programme social sont les deux pans indissociables de la riposte. La gauche tout entière finira-t-elle par le comprendre?
Karl Grünberg
ACOR SOS Racisme

(1) Si l’antisémitisme de Le Pen est bien connu, il faut rappeler que von Steiger, le conseiller fédéral qui a fermé la Suisse aux Juifs alors qu’il savait que la solution finale était mise en œuvre, était agrarien (UDC).

Et demain est un autre jour!

12:05 Écrit par Haykel dans Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : karl grünberg, udc, front national, oskar freysinger | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/10/2011

Lendemain d’élections nationales en Suisse: L’UDC s’est-elle plantée ? Oskar Freysinger explique:

180898_1595226372684_1596716979_31411146_8220105_n.jpgAu lendemain des élections fédérales, la TSR a consacré son téléjournal aux résultats du vote du 23 octobre. Parmi les invités de ce direct, l’incontournable Oskar Freysinger (UDC). Karl Grünberg d’ACOR Association romande Contre le Racisme a suivi pour PLANETE PHOTOS le débat entre la journaliste Romaine Jean et l’agitateur de l’UDC, l’homme à la queue de cheval qui mérite tous les “OSKAR” de la médiocrité...sieur Freysinger. Décryptage:

• Lendemain d’élections nationales en Suisse.
• Souvent présentée comme extrémiste, l'Union Démocratique du Centre (UDC) s’est-elle plantée? Oskar Freysinger explique pourquoi à la journaliste de la TSR Romaine Jean.
Pour sa part, le bel Oskar, a, lui, fait une forte campagne. Il a promis à ses électeurs de rester fidèle à son engagement pour nos familles, nos racines, nos traditions ... pour que notre aventure commune continue pour que la chienlit marxiste ait un contrepoids politique. Mais oui. Notre philosophe n'a pas la langue de bois. Autre échantillon de sa propagande électorale: "Depuis la deuxième guerre mondiale, des esprits dits « éclairés » cherchent à « globaliser les consciences », à « décloisonner la pensée ». La liberté, disent-ils, s’est de s’ouvrir à tout, s’est de faire tomber toute limite entre les différentes identités, ethnies et nations".
Le petit monde des sites racistes de l’extrême-droite française, le Bloc identitaire, Alsace d’Abord, Français de souche - l’illustre porte-parole des Souchiens - recensent l’intervention télé de leur idole islamophobe qui, elle, se réjouit d'une éventuelle promotion au sein de son parti.
Ainsi, le Bloc identitaire affirme: «Contrairement à ce que clament la majorité des médias - plus empreints d'idéologie que d'analyse malheureusement - les populistes de l'Union Démocratique du Centre n'ont pas connu un "net recul" lors des élections fédérales en Suisse. Les sièges perdus coïncident avec la scission de son aile agrarienne voilà plus de 4 ans désormais (pour créer le Parti Bourgeois Démocratique), et si l'on ajoute les résultats de ce parti à ceux de l'UDC, on obtient un résultat supérieur à celui de l'UDC aux dernières élections fédérales. L'UDC a donc en réalité progressé ! Et elle reste - de loin - la première formation politique 1.jpgde la Confédération Helvétique, cela après une campagne largement menée contre l'immigration massive et incontrôlée. Mieux encore, Oskar Freysinger qui fut l'un des participants aux Assises sur l'Islamisation co-organisées par le Bloc Identitaire et l'un des artisans de l'initiative pour l'interdiction des minarets - parfois critiqué d'ailleurs au sein même de son parti comme trop "remuant" et proche des partis identitaires et populistes européens - a réalisé l'une des meilleures progressions de l'UDC en se plaçant, dans le canton du Valais en seconde position dans la course au Conseil National et en troisième pour celle au Conseil des États.
Télévision Suisse Romande
Romaine Jean: Oskar Freysinger bonsoir.
Oskar Freysinger: Bonsoir.
RJ : On vous rejoint à Sion on va déjà parler de votre score personnel, hier, en Valais, extraordinaire, vous êtes le deuxième mieux élu derrière Christophe Darbellay, vous l’expliquez ?
OF : Bin oui, une manière de faire de la politique un peu différente, un style direct, pas peur de dire les choses, la langue de bois c’est pas mon style, des valeurs, Suisse indépendante, la neutralité, la démocratie directe, que je propage un peu partout même en Europe, euh bin voilà, c’est en rupture, c’est, c’est, c’est pas comme la plupart des gens font de la politique ou sont habités à la faire, c’est tout.
RJ : Alors curieusement Oskar Freysinger, ailleurs, dans le reste de la Suisse c’est précisément peut-être ce style qu’on a rejeté hier puisque l’UDC perd nettement, c’est la grande surprise, perd 7 à 8 sièges, comment l’expliquer là encore.
OF : Alors moi c’est les pourcentages qui comptent, parce que les sièges, évidement, il y a un problème avec les apparentements, les apparentements permettent à certaines formations de se maintenir plus fortement de ce que de ce qui serait normal, ça c’est c’est on l’a vu aussi en Valais, bon, c’est une chose, ensuite bon on perd pourquoi parce qu’on a voulu jouer sur deux tableaux à la fois, on analyse est simple on peut pas courir en même temps des élections au Conseil des Etats au système majoritaire et puis au National. Parce que c’est pas le même style, vous ne faites pas le même style de campagne, ensuite, moi j’ai franchement.
RJ : La campagne était pas assez, était trop centriste, était pas assez, euh…
OF : Exactement, elle était trop molle.
RJ : … marquée, trop molle.
OF : Elle était trop molle, et puis ça suffit pas de placarder les murs de ce pays à grand renfort d’affiches euh qui qui qui devenaient lassantes à la fain, toujours cette même affiche, avec ces pieds, non mais il faut il faut être plus intelligent, plus malin, il faut être plus rusé, il faut avoir plus d’imagination, et j’espère franchement pouvoir jouer un rôle un peu plus important aussi dans la direction du parti.
RJ : Et bien oui puisque.
OF : Pour varier un peu le style, parce que là c’était un peu lassant.
RJ : Et bien oui, puisqu’on parle de vous pour la vice-direction de votre parti. Vous restez avec nous.
OF : Oui.
RJ : On vous retrouve tout à l’heure pour parler de l’élection du 14 décembre.
Karl Grünberg ACOR Association romande Contre le Racisme, mardi 25 octobre 2011, 21:21

Photo 1: Demir SÖNMEZ

Photo 2: copie d'écran téléjournal TSR

A lire également:

23:57 Écrit par Haykel dans Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : udc, oskar freysinger, karl grünberg | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/10/2011

Les gogos, les nigauds et le sel sur la queue par Karl Grünberg

Karl-ssssss1111.jpgPour PLANETE PHOTOS, Karl Grünberg, travailleur social et animateur de ACOR SOS Racisme entame une série d’articles sur l’UDC, un parti qu’il a suivi depuis sa création. Après “Le programme de l’UDC: attrape-nigaud”, Karl Grünberg replonge de nouveau dans les arcanes de ce parti qui puise son mécanisme dans “l’arsenal nationaliste et raciste élaboré au cours des années 1930 et 1940”.
========
Mon grand-père, apprit au très petit garçon que j’étais qu’on mettait du sel sur la queue des moineaux pour les attraper. Je mis des années à comprendre qu’ils étaient déjà attrapés si on leur salait la queue.
Ma grand-mère, excellente pédagogue, ratait peu d’occasions pour éduquer ma méfiance à l’égard des «pouvoirs» et ma sympathie pour leurs dupes. Ma question «Nonna, c’est quoi le fascisme?» me valut cette réponse: «Le fils de Mussolini, lui demanda à la table familiale ce qu’était le fascisme. «Taci e mangia» réagit son père». («Tais-ton et mange» Mes grands-parents étaient Italiens). Ma grand-mère me peignait aussi le «Malade imaginaire», en gogo qu’un cuistre abusait.
Comment changer un marronnier en plante vénéneuse ?
«En journalisme, un marronnier est un article d'information de faible importance meublant une période creuse. Tout comme le marronnier (l'arbre) qui, tous les ans, produit ses fruits, le marronnier journalistique reproduit les mêmes sujets avec plus ou moins d'originalité. Les sujets «débattus» dans un marronnier sont souvent simplistes, parfois mièvres» (Wikipedia).
Il y a peu, les déjections canines, les muselières des toutous ou les ferrazinettes étalaient leur insignifiance dans la presse estivale et provinciale. Quelqu’un sait-il encore ce qu’était une ferrazinette? Pourquoi, comment en moins de deux ans la crainte du bonneteau a-t-elle conquis une telle importance?
1540093767.jpgApparu à Genève il y a une paire d’années, ce jeu amuse les touristes sans susciter aucune nuisance. Seules des personnes consentantes se livrent à ce jeu d’argent. Elles espèrent duper l’animateur de jeu en devinant la place d’une petite bille que ce dernier a cachée sous l’une des trois boîtes d’allumette qu’il a disposées à même le sol, sur un petit tapis.
Le joueur qui se limite à jouer une seule fois a une forte chance de gagner. Pour attirer les joueurs, le «croupier» d e rue doit rendre le jeu attrayant. Souvent il laisse au joueur le gain de sa première mise. Le joueur qui espère tromper deux fois la dextérité du «croupier» perd. Et restitue son gain précédent. S’il s’obstine, il perd deux fois. Et l’animateur du jeu a gagné.
A la différence des casinos, cette activité n’entraîne pas d’addictions connues. Et la probabilité d’un gain est plus élevée qu’avec les loteries auxquelles beaucoup s’adonnent.
Lorsque Gogo et Nigaud montent dans un bateau, tous deux tombent à l’eau
Et pourtant, cette insignifiante activité a été stigmatisée au point de susciter le dépôt d’un projet de loi, un nombre invraisemblable d’articles de presse, et la constitution d’une milice qui a agressé des joueurs après une campagne d’affichage sauvage. La presse et les autorités ont recensé avec compréhension cette campagne d’affichage et de passage à l’acte. Ridicule, la croisade anti-bonneteau serait une contribution à la lutte contre l’insécurité.
UDC Final-ssssss1111.jpgDeux remarques
Premièrement. L’indifférence témoignée à une activité autrement lucrative et génératrice d’insécurité: le commerce des matières premières. A la différence du jeu de bonneteau elle se mène dans la discrétion, sinon dans le secret. Selon l'Association genevoise du négoce et de l'affrètement, la cité de Calvin gère, contrôle et assure le courtage de 30% du pétrole et des céréales dans le monde, de 20% du sucre et s'occupe du transit par bateau d'un cinquième des matières premières brutes au monde. Les spéculations de ces entreprises et leur soutien à des régimes corrompus ou à des seigneurs de la guerre sont responsables de terribles détresses. En Suisse aussi l’impact des sociétés de courtage est fort. Si leur participation au produit intérieur brut est semblable à celle de l’industrie des machines, elles proposent 10 fois moins d’emplois. Déclarées au fisc comme «auxiliaires», elles paient, à Genève, la moitié du taux d’impôt appliqué aux sociétés ordinaires. Et personne n’ignore leur pression sur le marché du logement asséché au profit de leurs cadres, à des niveaux de loyer inaccessibles pour la classe moyenne locale.
Deuxièmement. Le travail de terrain de petites équipes militantes, souvent liées aux milieux identitaires, aux «nationalistes révolutionnaires» ou autres groupuscules fascistes et leur influence au sein des partis xénophobes. En Suisse romande, dès la fin des années 1990, les Hammerskins, Avant-Garde Suisse puis les Jeunesses identitaires, Altermedia puis Novopress, sont intervenus au sein des jeunesses villageoises, dans les écoles professionnelles ou les villes périurbaines pour tester des rumeurs accréditant l’existence de Suisses victimes d’étrangers.DSC06560-ssssss1111.jpg
Marquées de slogans dans un premier temps, ces actions se sont affinées. Aux brutalités infligées à des requérants d’asile, à des Arabes, des Noirs ou des Tamouls ont succédé diverses formes de propagande par l’acte puis, plus récemment, de dénonciations du supposé danger de groupes prétendus problématiques, les mendiants roms, les joueurs de bonneteau. Leurs auteurs, il faut le relever, ont su manipuler de grands médias populaires et l’action de partis politiques qui se sont paresseusement, complaisamment ou volontairement moulés dans le soi-disant combat contre le sentiment d’insécurité. Cette synergie avec le terrain semble confirmer les slogans de l’UDC et accréditer ses affiches.
En 1985, commençait la dénonciation des prétendus «abus dans le droit d’asile». Pour s’en prendre à des «ressortissants de pays qui n’ont pas les idées européennes au (sens large)» (Conseil fédéral, 15 mai 1991), pour éviter «l’enchevêtrement culturel» qu’ils étaient supposés susciter (Arnold Koller, conseiller fédéral démocrate chrétien, 1994), les autorités disqualifiaient des personnes et des groupes de personnes que protégeait le droit d’asile.
L’UDC a saisi l’importance d’un dossier qu’elle fut le premier parti gouvernemental européen à traiter. En détruisant «l’Etat social» les grandes entreprises capitalistes affrontent la société. Substituant du lien racial, identitaire au lien social qu’elle a coupé la classe dominante espère rouler gogos et nigauds. Le talent de Christoph Blocher ne suffit pas à expliquer sa vision. La Suisse avait conservé l’essentiel de l’arsenal nationaliste et raciste élaboré au cours des années 1930 et 1940. L’UDC a eu l’audace de s’en servir.

Karl Grünberg
ACOR SOS Racisme

A lire également:

18:55 Écrit par Haykel dans Genève, Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : udc, bonneteau, karl grünberg | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/10/2011

Karl Grünberg décortique le programme de l’UDC: attrape-nigaud?

Sans titre1.jpgPour PLANETE PHOTOS, Karl Grünberg, travailleur social et animateur de ACOR SOS Racisme entame une série d’articles sur l’UDC, un parti qu’il a suivi depuis sa création.

Le nationalisme xénophobe comme attrape-nigaud
La campagne électorale prend fin et l’UDC ajoute 2 slogans à son affiche «Stopper l’immigration massive»: «Ca suffit» et «Les Suisses votent UDC». Sa campagne s’offre le luxe d’ignorer son propre programme : «UDC 2011-2015, le parti de la Suisse».
Présenté comme la plaquette touristique d’une station de montagne, ce programme décline les clichés comme des légendes de carte postale : «L’UDC s’engage pour le cas particulier suisse avec ses piliers, qui sont la souveraineté, la démocratie directe, la neutralité permanente, le fédéralisme et la subsidiarité».
Ca ne mange pas de pain. Et ça pose en porte-parole légitime des traditions de la classe dominante de ce pays.
«UDC 2011-2015», un florilège antisocial et réactionnaire
L’UDC prétend fonder son combat contre l’Etat social sur l’article 6 de la constitution suisse selon lequel «Toute personne est responsable d’elle-même et contribue selon ses forces à l’accomplissement des tâches de l’Etat et de la société».
Et ses tâches, quelles sont-elles? «Pour la protection de la propriété privée», «pour plus d’économie de marché», «pour un Etat qui baisse les impôts»… c’est clair, l’UDC défend les possédants. La croissance de leurs ressources se fait au détriment de la société, de la classe moyenne, des travailleurs et les travailleuses.
Sans titre.jpgL’UDC présente son programme comme la promotion de la responsabilité individuelle alors qu’il décline un catalogue anti-social qui menace tous les acquis sociaux des trois dernières générations.
Un nombre croissant de personnes ne trouvent pas de logement et l’UDC veut «assouplir le droit du bail au profit du libre jeu du marché».
S’opposant à l’impôt progressif, «qui violerait le droit de propriété», elle préconise la concurrence fiscale entre cantons et la conservation du secret bancaire.
Elle veut chasser de l’école «le romantisme social et l’égalitarisme forcené», «la pédagogie anti-autoritaire qui ne fait pas de différence entre les forts et les faibles».
Les études universitaires devraient «davantage tenir compte des exigences du marché», «l’UDC ne veut pas des universités de masse, mais des universités de pointe».
L’UDC veut augmenter à 65 ans l’âge de la retraite pour les femmes et affirme «s’engager à ce que les rentes AVS soient durablement garanties». Sans rire. En effet, elle «combat toute augmentation de celles-ci».
Non contente de mettre en cause le droit à l’AVS, l’UDC veut amplifier le pillage spéculatif des caisses de deuxième pilier et leur soumission au marché des capitaux. Elle veut supprimer les taux minimaux de conversion et d’intérêt. «La LPP doit être dégraissée et la concurrence ranimée entre les institutions de prévoyances vieillesse».
L’UDC veut «alléger l’AI d’au moins 4000 rentiers par an» et «réformer les rentes basées sur les risques car certaines nationalités (Etats balkaniques, Turquie) sont surreprésentées». «Les rentes AI exportées doivent être adaptées au pouvoir d’achat local», c’est-à-dire baissées! Il n’y a aucune raison de «privilégier les rentiers AI» ayant des enfants à charge. Aujourd’hui, avec cinq enfants à charge un rentier a droit à 3 rentes AI complètes: «Rien d’étonnant donc à ce qu’un rentier AI vivant avec ses cinq enfants dans un village des Balkans puisse entretenir la moitié de la population locale aux frais de la Suisse».
Et l’assurance-chômage? «Il sera indispensable de procéder à de nouvelles diminutions de ses prestations». Et l’aide sociale? «Les personnes qui ne cherchent pas de travail ne doivent plus en recevoir».
Sans titre2.jpgLa LAMal doit bien sûr elle aussi «être réformée dans le sens de l’économie de marché». «Le catalogue des prestations de base doit être allégé: interruptions de grossesse, thérapies aux hormones, césariennes non indispensables ou changements de sexe ne doivent plus être financés par la collectivité». Et pourquoi ne pas supprimer l’obligation de s’assurer? L’UDC veut soigner l’assurance-maladie en la libérant de l’obligation de payer des soins!
Son indifférence à l’intérêt public est sans limite: «Il faut construire de nouvelles centrales nucléaires et opter pour le stockage en profondeur des déchets en Suisse».
Pour l’UDC «l’homme et la femme sont des partenaires égaux en devoirs et en droits». «Qu’un travail égal mérite un salaire égal pour les hommes comme pour les femmes relève de l’évidence». Ce parti privilégie pourtant «l’engagement responsable entre partenaires conjugaux dans la famille, la société, le monde professionnel et la politique». Galimatias incompréhensible dont une chose est claire, elle fleure bon son machisme bovin.
L’UDC siphonne la richesse sociale et propose un supplément d’âme
«Notre identité (serait) basée dans la culture occidentale et chrétienne». Elle rejette pourtant «les prises de positions unilatérales et gauchisantes des fonctionnaires ecclésiastiques», «une vision égalitariste et socialiste du monde contredit le message du christianisme qui prône le libre épanouissement de l’individu».
Cerise sur le gâteau, l’UDC professe l’islamophobie. «Le nombre de musulmans vivant en Suisse est estimé à plus de 400 000 et les immigrés musulmans amènent dans leurs bagages des conceptions du droit et de l’ordre incompatibles avec notre système juridique et nos règles démocratiques». Ne devrait-elle pas soutenir le printemps arabe? Ou celui-ci a-t-il le tort de renverser des dictateurs dont les fortunes sont en Suisse à l’abri du secret bancaire?
Attrape-nigaud? Pas seulement, hélas!
Dans le contexte mondial d’un capitalisme débridé vivant de rapine, du démantèlement des acquis sociaux, de la spéculation sur les biens de première nécessité et les matières premières, l’Etat-nation se rétracte sur ses fonctions répressives et le peuple souverain n’a plus grand-chose à ronger. Comment former des gouvernements, comment réunir des majorités parlementaires lorsque l’internationale des puissances financières brise le contrat social, bafoue la citoyenneté?
Fondé sur le clash des civilisations, le nationalisme identitaire propose un véritable «vivre-ensemble» qui exerce sa force d’attraction sur tous les partis gouvernementaux. Dans de telles conditions, s’opposer simultanément à cette vision raciste de l’humanité et aux désastres sociaux qu’elle provoque suppose non seulement un projet politique qui rompe résolument avec les rapports sociaux qui nourrissent ces deux fléaux mais aussi un engagement internationaliste et antiraciste.
Karl Grünberg
ACOR SOS Racisme

A lire également:

11:55 Écrit par Haykel dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : udc, l'udc, karl grünberg | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/10/2011

"Tu niques la Suisse? Tu gicles!" dixit l'indécent UDC!!!!

DSC06937-ssssss1111.jpgDe prime à bord je vous présente toutes mes excuses pour le titre de ma note. Je ne fais que l'emprunter à une affiche électorale placardée dans une gare en Suisse. C'est choquant j'en conviens mais le droit d'informer m'impose de vous révéler ce qui se passe en dehors des frontières du Canton!
Un instant, Je n'ai pas cru mes yeux. Je suis revenu sur mes pas. De retour du valais et sur le chemin qui m'amène à Genève, je suis descendu à Aigle et j'ai pris un autre train dans le sens contraire pour prendre ces photos à la gare de Martigny. J'ai eu peur qu'en vous relatant le contenu de cette affiche ignoble vous ne me croirez pas!
Oui vous avez bien lu et vu. Il ne s'agit pas d'un pastiche et ce n'est pas une plaisanterie non plus. C'est une des affiches officielles qui représentera le parti de la honte aux élections du 23 octobre. Mais soyez tranquilles les genevois, seuls les valaisans ont droit à ce spectacle affligeant.
C'est tellement gros et con (excusez le vocabulaire) je sais ça ne vole pas haut, que toute tentative d'analyse de cet objet nauséabond est vaine et sans aucun intérêt. Si j'ai décidé de publier cette affiche sur mon blog c'est pour montrer que chez l'UDC il n'y a pas de limite dans l'indécence et que le ridicule ne tue plus depuis que Blocher et compagnie utilisent ce genre d'arguments pour attirer l'électeur.

DSC06939-ssssss1111.jpg
Genevois vous avez échappé à ce genre d'affiche!
Et demain est un autre jour!

10:20 Écrit par Haykel dans Politique, valais | Lien permanent | Commentaires (39) | Tags : udc, affiche | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/09/2011

Pub raciste?

Sans titre-2-ssssss1111.jpg
Sans titre-1-ssssss1111.jpg
Jeudi 2 septembre du côté de l'Hôpital de Genève
A lire:

Et demain est un autre jour!

01:08 Écrit par Haykel dans Genève, genève,les rues de genève, Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : udc, affiche udc | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/08/2011

Nouvelle initiative stigmatisant les musulmans et les noirs de Suisse!

immigration-ch.jpgUn parti lance une campagne xénophobe ciblant la communauté musulmane et les noirs pour contrer un scrutin qui donnera le droit aux 85.000 étrangers établis dans le canton de Vaud de voter et d’être éligibles au niveau cantonal. Par Haykel Ezzeddine, Genève


Une semaine presque jour pour jour après le massacre d’Oslo, à la veille de la fête nationale et du début du mois de  ramadan, l’Union démocratique du centre (Udc) remet le couvert. Et c’est indigeste comme d’habitude. Leur énième initiative contre les étrangers qui vivent en Suisse est indigne d’un parti politique mais force est d’admettre que, depuis le temps, on a fini par prendre le pli. Rien ne nous étonne plus, même pas cette affiche qui sent la naphtaline ressortie des tiroirs et recyclée à l’occasion pour contrer la votation du 4 septembre dans le Canton de Vaud au sujet du droit de vote et de l’éligibilité donnés aux étrangers au niveau cantonal et sous certaines conditions.

Une affiche recyclée!
L’objet du délit. Une affiche méprisante envers deux communautés: les musulmans et les noirs. L’affiche représente une femme en burqa entourée d’un barbu et d’un noir avec une casquette. Tous les poncifs contre les immigrés de confession musulmane et les noirs (à qui on attribue le trafic de drogue en Suisse) y sont représentés. Et surtout il ne faut pas crier à l’amalgame, ni mettre en cause le multiculturalisme responsable de la folie d’Oslo la semaine dernière. Le parti qui prône une Suisse pour les Suisses n’a aucune arrière-pensée. Il n’a fait que recycler un visuel qui a été utilisé dans le Canton de Bâle pour une campagne identique contre les étrangers.

Signification du mot étranger?
Au fait, qu’elle est la signification du mot étranger pour l’Udc? Réponse: tous ceux qui n’ont pas la nationalité suisse mais pas seulement. Un musulman naturalisé ou un noir avec un passeport suisse seront toujours considérés comme des étrangers pour ce parti riche grâce à l’ex-conseiller fédéral Cristoph Blocher. L’Udc canalise, à lui tout seul, toutes les initiatives xénophobes qu’a connues le pays depuis ses dernières années. Quelques uns de ses slogans: «Non aux votes des étrangers», «Ne sacrifions pas la nationalité Suisse», «Stopper l’immigration massive»... et quelques unes de ses initiatives: «Contre la construction des minarets», «Pour le renvoi des criminels étrangers», «Contre la naturalisation facilitée de la 2ème génération d’étrangers» et «La naturalisation de la 3ème génération».
Tout un programme qui résume l’idéologie et les modes d’action de ce parti xénophobe qui rend la diversité responsable de tous les maux que connaît la société suisse... et le pire c’est qu’il arrive assez souvent à comptabiliser sa politique dans les urnes.
Ne pas construire de nouveaux minarets: les musulmans suisses (370.000 sur une population de 7.866.000) n’en voient même pas la nécessité. Renvoyer des criminels étrangers dans leur pays d’origine : certains, et ils sont nombreux parmi les étrangers, ne sont pas contre. Empêcher les étrangers de voter ou de se présenter à des élections n’a une réelle importance que pour les partis de gauche car les «étrangers», dans leur majorité, ne sont pas trop rompus à l’exercice du droit électoral et fréquentent avec parcimonie les bureaux de vote...
Donc, aussi spectaculaire que puisse être la politique du coup de gueule de l’Udc, elle reste confiner dans des initiatives qui n’entravent en rien la vie quotidienne des 1.766.400  immigrés en Suisse.

A lire aussi:

En Suisse, le racisme s’institutionnalise ?

Article paru dans Kapitalis le 03 août 2011

Et demain est un autre jour!

09:27 Écrit par Haykel dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : udc | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/11/2010

En Suisse, le racisme s’institutionnalise ?

suisse-raciste.jpgLa Suisse est en train de prendre un virage dangereux dans la xénophobie. A force de laisser le peuple décider de tout et de rien, ce pays est en train de déraper. Dangereusement… Haykel Ezzeddine, Genève.


Le parti d’extrême droite l’Union démocratique du centre (Udc) vient de remporter une nouvelle victoire contre les étrangers qui vivent en Suisse. Après l’interdiction de construire des minarets sur sol helvétique, son initiative pour le renvoi des criminels étrangers est acceptée.
Une journée noire, ce 28 novembre 2010, pour une certaine catégorie de Suisses, ceux qui ont voté un double ‘‘Non’’ contre le renvoi des criminels étrangers et le contre-projet du parlement qui introduisait un volet d’intégration.
C’est aussi «une journée noire pour les droits humains en Suisse» selon la section suisse d’Amnesty International qui condamne énergiquement «l’abus du droit d’initiative dans le but d’augmenter le capital politique par des propos xénophobes.» Quant à l’Union européenne (Ue) elle se pose des questions sur cette initiative qui contreviendrait à l’accord sur la libre circulation des personnes.

blocher-470.jpgA 52,9%, l’initiative raciste de l’Union démocratique du centre (Udc) a passé la rampe facilement. A coup de millions dépensés par son riche président et ex-conseiller fédéral (ministre) de 2004 à 2008, Cristoph Blocher, ce vote, qui fait honte à l’ensemble de la famille de gauche, a trouvé un écho des plus favorables en Suisse allemande justifiant ainsi l’effet du Röstigraben – où comment le fossé linguistique entre les cantons germanophones et francophones continue de diviser le pays.
Dorénavant, tout criminel étranger est susceptible d’un renvoi dans sons pays en cas de meurtre, de viol, de trafic de drogue, d’arnaque à l’assurance ou à l’aide sociale, mais aussi de… brigandage, de traite d’êtres humains, et le catalogue des motifs est loin d’être clos. Et pour enfoncer le clou, on accompagne ce renvoi par une interdiction d’entrée sur le territoire qui peut aller de 5 à 20 ans pour les récidivistes.
L’Udc, le parti d’extrême droite, est à sa sixième victoire en sept ans. L’année dernière, presque jour pour jour, il a gagné son initiative contre la construction des minarets et en 2004 il a réussi à imposer ses référendums contre la naturalisation facilitée de la 2ème génération d’étrangers et la naturalisation de la 3ème génération.
La Suisse se referme de plus en plus sur elle-même et les partis de droite et d’extrême droite poursuivent leur offensive contre les étrangers accusés de tous les maux qui frappent la société suisse.

Article paru dans Kapitlas

22:34 Écrit par Haykel dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : votation 28 novembre 2010, blocher, udc | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/11/2010

Le nouveau combat du citoyen Alain Bittar

20101108_2468-ssssss.jpg

Une information PLANETE PHOTOS

Les habitants de la rue de Fribourg aux Pâquis découvrent depuis samedi 6 novembre un autocollant assez étrange apposé sur la vitrine de la prestigieuse librairie arabe L’Olivier. Voici le texte: “Le propriétaire de cette librairie est en Suisse depuis 51 ans. Le 28 novembre il sera peut être expulsable!!! Votez 2 x non”.
Vous l’avez compris, son propriétaire Alain Bittar s’engage contre l’initiative et le contre-projet sur le renvoi des criminels étrangers. La première réaction que j’ai eue en voyant cet autocollant, je me suis demandé si Bittar est entrain de faire de la politique? Et si oui pourquoi maintenant? Pour en savoir plus, j’ai passé chez lui une heure ce matin et j’ai pu voir et mesurer l’impact de cette action sur les habitants du quartier. Sans titre-ssssss.jpgSurpris mais pas insensibles à cette démarche, certains ont poussé la porte de la librairie pour comprendre le sens de cet engagement. Alain Bittar, personnage connu et apprécié dans les milieux interculturels et associatifs  plaide pour un mieux vivre ensemble et surtout se bat contre le populisme. Son ennemi actuel est l’UDC.
L’initiative du 28 novembre sur le renvoi des criminels étrangers est une arnaque me dit Alain Bittar dans une interview express  réalisée devant sa librairie qui fait office depuis maintenant 31 ans de trait d’union entre les différentes cultures et communautés qui vivent à Genève. 20101108_2471-ssssss.jpgLe citoyen Alain Bittar mène à sa façon une compagne contre la malhonnêteté et l’escroquerie  pour reprendre ses propres termes d’une initiative raciste et populiste. Le comble, c’est que l’initiateur de ce coup de gueule ne pourra pas voter, n’ayant pas la nationalité suisse. Ce qui donnera à cette action un impact encore plus percutant. Comme lui, bon nombre de personnes voient en cette initiative une charge contre l’étranger qui partage notre vie et non comme une solution pour expulser le vrai délinquant qui par absence de convention entre son pays et la Suisse continuera de sévir dans nos rues.

Alain Bittar en quelques mots:
20101108_2467-ssssss.jpgD’origine Syro-Libanaise, né en 1953 en Egypte, a vécu au Soudan avant d’arriver en Suisse à l’âge de 6 ans. Alain Bittar a une vie qui ressemble à un roman riche par le vécu et intense par sa diversité. L’homme ne laisse pas indifférent. Volubile, engagé et chaleureux Alain Bittar est de tous les combats. Ces dernières années il a fait campagne contre l’insécurité et la dégradation de la qualité de vie aux Pâquis. Il a même abrité dans sa librairie la conférence de presse d’Isabelle Rochat sur l’opération Figaro le 10 juin dernier. Il préside avec Rachel Bebecoff “Le manifeste pour une paix juste et durable”, une association composée de juifs et d’arabes vivant en Suisse et dont  le but est de rapprocher les partisans des deux camps. En 2006 la ville de Genève a décerné au citoyen Alain Bittar, la médaille de la Genève reconnaissante pour ses engagements et son esprit humaniste.

Sans titre 2-ssssss.jpg
Bittar.jpg
A lire aussi:
Et demain est un autre jour!

16:24 Écrit par Haykel dans Genève, Politique, Résistance | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : initiative de 28 novembre 2010, udc, alain bittar | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook