salika wenger

  • 13 regards sur la Constituante

    Imprimer

    Quel avenir pour la Constituante?

    2132527797.jpgIl ne se passe pas un jour sans que la Constituante ne fasse la une des médias. Projet complexe, long et lent au chemin tortueux. Ce qui devrait être notre future constitution est actuellement l’objet de grandes contestations, voir d’une incompréhension. Les attentes ont été bousculées ces derniers mois et la rue à deux reprises en a fait l’écho. Une première manifestation pour condamner l’abandon de l’égalité hommes-femmes et une deuxième pour l’antinucléaire qui a subi le même sort. Ajouter à cela la suppression  du droit au logement, l’éligibilité des fonctionnaires qui seront privés d’accès au Parlement s’ils ne renoncent pas à leur poste pendant la compagne électorale...les griefs sont nombreux. La Constituante est plombée par la majorité de droite. La démocratie trouve ses limites dans ce clivage politique qui est loin de satisfaire la majorité citoyenne. Critiquée, décriée, y’en a même ceux qui souhaitent voir la Constituante dissoute. Une provocation de plus ou un ras-le-bol?
    Plusieurs questions me taraudent. Cette constitution en devenir qui est loin de faire l’unanimité arrivera-t-elle jusqu’au bout de son terme en 2012? Sera-t-elle abandonnée en cours de route?  Aura-t-elle la bénédiction des urnes?
    Pour vous donner une idée sur l’ambiance qui entoure cette révision constitutionnelle  j’ai interpellé une vingtaine d’intellectuels et de politiciens de tous bords avec cette interrogation: en une dizaine de lignes merci de répondre à cette question: “Quel avenir pour la Constituante?”    J’en ai reçu 13 réponses. Que leurs auteurs en soient ici remerciés pour leur disponibilité. L’ordre d’apparition correspond à la réception des réponses.

    Haykel Ezzeddine

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

    Contre la Constitution actuelle!

    2.jpg"Je me suis battu pendant des années pour une révision de la Constitution genevoise, datant de l'époque des attelages et des diligences! (1847) Hélas, lors de l'élection des constituants, les partis ont été largués au profit de groupes de pression ou d'intérêts particuliers ou corporatistes en décalage avec l'intérêt collectif. Dès lors, des acquis sociaux ou des décisions du peuple en matière environnementale ou d'égalité homme/femme, obtenus de haute lutte, ont été balayées par un jeu orchestré par des lobbies conservateurs et proches des milieux économiques et financiers. En l'état actuel, je me prononcerai contre la Constitution qu'on nous prépare, à moins que de meilleures intentions surgissent."

    Manuel Tornare

    Conseiller administratif de la Ville de Genève chargé du Département de la cohésion sociale, de la jeunesse et des sports... Parti socialiste


    (Le titre a été choisi par l'animateur du blog)

    ============================================================================================

    1-ssssss.jpgLe député Eric Leyvraz m’a envoyé un texte qu’il a déjà publié dans son blog Memoriter au mois de février 2008. Cependant il rajouté ce commentaire: “je vous le transmets, sans en changer une virgule, car c'est pour moi toujours d'actualité."


    Une nouvelle Constitution ( 3 février 2008)
    "Elaborer une nouvelle Constitution cantonale ne résoudra pas d'un coup de baguette magique les incohérences de la politique genevoise.On va mettre en marche une immense usine à gaz, pour de nombreuses
    années et coûtant des dizaines de millions, sans aucune garantie de résultat satisfaisant, au contraire je crains, vu les démissions de l'esprit apportées par le politiquement correct, de voir quelques libertés
    fondamentales égratignées dans une nouvelle mouture de l'ensemble des textes fondamentaux.
    Il serait préférable d'envisager un sérieux toilettage de notre Constitution; elle peut être simplifiée, modernisée dans son vocabulaire. Bref , c'est la mode  de tout jeter et de nous croire plus intelligents et capables que ceux qui nous ont précédés.
    Rappelons que le plus puissant pays du monde vit fort bien avec une Constitition datant de 1787 et amendées plusieurs fois..."

    Eric Leyvraz

    Député UDC, ancien président du Grand Conseil Genevois...

    =======================================================================================

    Non à une Constitution de droite.


    Sans titre 3-ssssss.jpgFaire une Constitution est un acte politique majeur et historique. Il semble que les constituants de Genève n'ont pas pris la mesure de cet événement et se comportent comme s'ils étaient dans un parlement en défendant chacun leurs intérêts de classe compte non tenu de ceux du reste de la population. La constitution ce ne sont pas seulement les droits et devoirs du citoyen c'est aussi la règle du jeux des gouvernements et en excluant le bien public des décisions nous risquons d'être confrontés, si la constitution était votée, à des niches de pouvoirs incontrôlables comme le sont aujourd'hui le pouvoir financier ou médiatique. En votant la constituante chacun attendait une mise en conformité de la Constitution avec le moment historique que nous vivons et pas une régression des droits acquis. La confrontation partisane qui a lieu n'est pas le fait des partis progressistes mais bien celui d'une majorité qui a perdu tout sens commun et dont la priorité est d'imposer sa vision du monde et par là même de notre société.
    Mais il semble aujourd'hui inimaginable de dissoudre cette assemblée parce qu'elle ne fonctionne pas comme  le voudrait certains. Un vote intermédiaire doit avoir lieu au mois de février c'est à ce moment là que le peuple dira si oui ou non il se reconnait dans les propositions de dé-constructions sociales proposées par une constituante de droite.

    Salika Wenger
    présidente des Indépendants de Gauche
    Cheffe du groupe « A Gauche toute ! » au conseil municipale de la ville de Genève...

    =======================================================================================

    L'avenir est dans son passé


    60154_1598680644582_1162984031_31723036_1112280_n.jpgQuel avenir pour la Constituante ? L'avenir de la Constituante est dans son  passé. Le faux pas qui la fait aujourd'hui trébucher a été fait il y a deux ans, lorsque la loi l'instituant a commis trois erreurs : celle, d'abord, d'exclure du corps électoral désignant la Constituante les jeunes de 16 à 18 ans, et les étrangers; celle, ensuite, ne pas obliger les listes se présentant à l'élection à respecter la parité des genres; celles enfin, de donner quatre ans à cette assemblée pour ne produire qu'un seul projet. Il s'en est suivi une élection à laquelle moins d'un dixième de la population genevoise a participé, élection qui a accouché d'une assemblée de vieux mâles revanchards à qui un délai invraisemblablement long a été donné pour ne produire qu'un seul texte, alors que les plus grandes constitutions ont été rédigées en quelques semaines, et que nul en les rédigeant ne s'est donné pour obligation de s'en aller à la pêche d'un improbable consensus. Quel avenir pour la Constituante ? Le seul qu'elle semble pouvoir se donner est celui que peut avoir un exemple de ce qu'il ne faut pas faire quand on essaie d'écrire une charte fondamentale. La Constituante genevoise avait reçu pour mandat d'écrire la Constitution genevoise du XXIe siècle, elle est en train de réécrire celle de 1815, cela tient à la fois de la régression et du plagiat, et cela se terminera comme cela mérite de se terminer : Genève aura été le premier canton à foirer sa révision constitutionnelle.

    Pascal Holenweg

    Conseiller municipal ville de Genève, politologue... parti socialiste

    =======================================================================================

    "Il faut que le processus s'achève et que le corps électoral tranche"

    IMGP9570-ssssss.jpgJ'ai toujours trouvé bizarre cette volonté de modifier la constitution genevoise alors qu'elle est originale par rapport à l'ensemble des autres constitutions. Elle a évolué dans le temps. L'introduction de l'interdiction de la chasse, du droit au logement, du positionnement antinucléaire et bien d'autre concept politique sont venus la structurer au fil du temps. Ce grand chambardement ne présageait rien de bon au vu de l'équilibre des forces dans ce canton qui est défavorable aux progressistes, mais qui n'est pas favorable de manière écrasante aux forces réactionnaires. Ainsi pour la droite et l'extrême droite c'était un véhicule rêvé pour enfin remettre en cause de manière fondamentale les idées qui freinent à Genève; leur cupidité, notamment la protection des locataires, qui les empêche de dégager des super profits comparativement à d'autre ville en Europe relative à la rente foncière. Nous en sommes donc là. A mon avis il faut maintenant que le processus s'achève et que le corps électoral tranche. Je ne donne pas cher à cette nouvelle constitution qui devrait être équilibrée et qui ne le sera jamais du fait même de ce qui vient d'être énoncé.

    Rémy Pagani

    Conseiller administratif de la Ville de Genève en charge du Département des constructions et de l'aménagement... Parti politique: A gauche toute.

    ============================================================================================

    Pour un retrait des forces de gauche de la Constituante!


    Sans titre-2.jpgLe projet de la nouvelle Constitution tel qu'il existe aujourd'hui est inacceptable. En quelques mois, la droite a bafoué les droits fondamentaux forts de décennies, voire de siècles de luttes sociales. Ceux qui ont publiquement contesté les décisions prises au sein de cette Constituante avaient souvent un sentiment de perplexité devant cet enchaînement presque comique des suppressions, comme c'était le cas des droits fondamentaux, de l'égalité hommes – femmes, du droit au logement ou de la protection du nucléaire, pour n'en nommer que quelques unes. Cette logique suicidaire de la majorité a rendu le projet impossible, le marchandage des thèses et des amendements est indigne de la Constitution. À mon avis, le retrait des forces de gauche de la Constitution serait une réponse raisonnable à cette débâcle: nous devons arrêter de penser que des consensus mous peuvent encore sauver le projet. En voulant réhabiliter la forme de notre Constitution, la majorité de droite de la Constituante en a rendu le contenu rétrograde. N'est-ce pas un paradoxe?

    Olga Baranova

    Secrétaire (JSG) Jeunesse Socialiste Genevoise...

    ============================================================================================

    "...un rêve, je veux continuer à y croire!"

    MauriceGardiol.jpgLa Constituante vit des temps difficiles. Après un travail assez satisfaisant en commissions, le premier tour en plénière a eu tendance à nous faire tomber dans les ornières habituelles de la politique politicienne. Pour certains cela était une étape inévitable. En ce qui me concerne je trouve que nous aurions pu nous éviter cet exercice un peu vain qui rigidifie les fronts, fait la part belle aux extrêmes, semble donner raisons aux opposants de toujours d'une nouvelle constitution et finalement discrédite nos travaux aux yeux de l'opinion publique.

    Il nous faut absolument nous ressaisir et changer de cap. J'espère que cela va être possible en lien avec la consultation publique qui aura lieu cet hiver. Je pense encore qu'il y a moyen de trouver une majorité significative pour s'engager sur un chemin plus raisonnable, tenant à la fois mieux compte d'un certain nombre d'acquis de la constitution actuelle, tout en y ajoutant quelques pistes nouvelles pour l'avenir. Malgré la morosité actuelle qui met en évidence ce que nous perdons, il y a déjà dans les thèses largement acceptées quelques éléments qui vont dans ce sens.

    C'est peut-être un rêve, mais pour le moment je veux continuer à y croire !

    Maurice Gardiol

    Vice-chef du groupe socialiste pluraliste à la Constituante. Président de Camarada et du Foyer carougeois...

    ============================================================================================

    "...secouer le cocotier et le peuple suivra..."

    625642478.jpgLe processus constituant à Genève est mort. Il ne produit ni de perspective, ni l’éclosion d’une nouvelle génération politique. Or, ce sont bien ces deux dimensions qui ont marqué les processus similaires dans les autres cantons. Comment expliquer cela? Certainement par la composition surprenante de la  constituante telle que sortie des urnes. Une vieille droite qui se retrouve hégémonique. Peut-être aussi l’air du temps qui est plus à la réaction qu’au progrès. Quoiqu’il en soit, si Genève veut une constitution progressiste, il faut modifier complètement la donne. Le peuple genevois est progressiste en matière de droits fondamentaux comme le droit au logement ou celui de l’égalité des genres. Il est aussi conscient des enjeux planétaires et climatiques. Il faut donc aller à sa rencontre. Il faut être imaginatif et secouer le cocotier. Le peuple suivra.

    Carlo Sommaruga

    Député au Parlement suisse, Secrétaire général de l’ASLOCA Romande depuis 2004, parti socialiste, avocat...

    ============================================================================================

    La réponse de la l'assistante de Madame Sandrine Salermo, Maire de Genève

    Madame Salerno m'a demandé de vous faire savoir qu'elle ne pourra malheureusement pas répondre à votre question. En effet, en tant que Maire de Genève, elle se doit de porter un message institutionnel qui, en l'occurrence, serait en complète contradiction avec ce qu'elle pense, elle préfère donc se taire.

    ============================================================================================

    "La Constituante a de la peine à se constituer..."

    848693086.jpgA l'époque,  nous étions tous heureux  d'apprendre que la Constituante allait travailler pour une nouvelle Constitution. Tout allait être rediscuter pour préparer le futur. Chacune et chacun des élu(e)s devait apprendre à réfléchir ensemble pour servir la République, les citoyens et la population au sens large. Tout devait être remis à plat dans un esprit démocratique loin de toute lutte  partisane. Une utopie qui était en voie de réalisation. Les contituant(e)s avaient pour tâche de moderniser un système qui risquait de ne plus être en mesure de répondre aux défis de l'avenir.
    Le rêve se transforme petit à petit en cauchemar et ce, à cause du retour sans détour de la politique politicienne. Le système des « clans » pardon des partis dresse le ring en plein coeur de la Constituante. La droite, nous dit-on, userait de sa majorité pour mettre des bâtons dans les roues de la gauche en remettant en cause les acquis sociaux et bien d'autres acquis vitaux durement obtenus suite à de longues luttes très difficiles.
    René Longuet propose de dissoudre l'instance révisant la Constitution ce qui a été saisi au vol par les médias qui titrent: «  La Constituante au bord de l'abîme » sans oublier l'avertissement de Pierre Vanek aux constituants genevois , « Vous pouvez arrêter votre travail! Votre Constitution est morte. »
    Je me mets à la place du simple citoyen que je suis, un néophyte de la politique qui essaie de comprendre et qui avoue n'avoir  jamais rien compris à cette foire d'empoigne. Nous voilà avec une Constituante qui crée plus de problèmes qu'elle ne propose de solutions. Et puis tout cela coûte des sous.Y a-t-il quelqu'un qui puisse m'aider à dévoiler les dessous de cette fougueuse Constituante? Où sont les experts politiques sages avec un bon zeste de pragmatisme, soucieux du bien des citoyens qu'ils représentent?
    La politique est en crise partout et les politiciens nous servent des plats réchauffés sans saveurs en ajoutant à nos multiples inquiétudes une véritable crise de vulnérabilité généralisée. D'autant plus qu'il n'est plus possible pour personne de revenir en arrière ce qu'appellent certains nostalgiques « la belle époque ». A-t-elle existé, où et quand?
    La Constituante a de la peine à se constituer à cause du manque de réalisme et du manque de sagesse ainsi que de l'absence du sens du compromis de la part de celles et ceux qui pourraient confondre entre dialogue constructif et bavardage politicien. Mais ne soyons pas défaitistes, il n'est jamais trop tard pour bien faire sauf que cela coûtera encore plus cher.

    Hafid Ouardiri
    Directeur de la Fondation de l'Entre-Connaissance-Genève

    ============================================================================================

    "Un combat stérile gauche-droite"


    SGRO_004.jpg-Depuis le début je trouve dommage que la Constituante soit en main politique et non en  main de la société civile
    -Avec les gens qui s’y trouvent, pas étonnant que l’on se retrouve dans un combat stérile gauche-droite dont Genève n’a vraiment plus besoin…
    -La  gauche confond constitution et réglement d’application. Si on la laissait faire on se retrouverait avec une espèce de nouveau « code civil» complet…
    - La droite est quelque peu imaginative donc créatrice d’idées (seul point positif actuellement), mais elle va se heurter au peuple malheureusement si elle ne lisse pas drastiquement ces propositions.
    -Si on veut avoir une chance, on devrait sortir les grosses idées novatrices de la Constituante et essayer individuellement de les faire passer par une initiative.
    -J’ai peur que l’on fasse beaucoup de bla-bla autour de cette constituante pour finir avec quelque chose de plat sans saveur et qui aura couté très cher aux contribuables

    - J’espère sincèrement me tromper…


    Stéphane Grolimund (PDC)
    PS: en voyage une réponse entre 2 avions

    ============================================================================================

    "...Un projet rétrograde, anti-social et anti-écologique..."

    1489161778.jpgJusqu’à présent, force est de constater qu’au sein du processus de la Constituante, les forces populistes, de droite et d'extrême droite n’ont cessé de porter des atteintes frontales à toutes les avancées progressistes : refus de l’égalité entre femmes et hommes, démantèlement du droit au logement et d’autres votes du même type, interdiction faite aux fonctionnaires de siéger au Grand Conseil, et, récemment, la suppression de la garantie constitutionnelle anti-nucléaire sur l’énergie ainsi que les avancées en matière d’économie d’énergie.
    C'est bien une genferei, puisque des processus similaires dans d’autres cantons ont permis l’inscription de lois pour le moins avant-gardistes : Neuchâtel a, par exemple, inscrit le droit de vote des étrangers au niveau communal et cantonal. Genève se montre sur tous les points incapable de répondre aux exigences d’une nouvelle Constitution répondant aux enjeux du 21ème siècle pour notre canton. Pire, elle remet en question des avancées sociales et environnementales incontournables. Cette entreprise de régression systématique nous rend forcément perplexe, et un revirement des milieux conservateurs tout aussi peu crédible. Dès lors, l’annonce faite par Murat Alder comme quoi, sous l'impulsion des Radicaux, la Constituante rétablit l'inscription explicite du principe d'égalité des sexes dans la Constitution et lui ajoute le droit à un salaire égal pour un travail de valeur égale, ne change rien à l’affaire, pire, que certains en trouvent mérite est pour le moins déplacé. Genève pense-t-elle être à l’avant garde en « rétablissant le principe d’égalité des sexe » ? C’est tout simplement accablant. A l'image de cette Constituante qui a désormais perdu toute la crédibilité qu’il lui restait.
    La gauche, si elle entend ne plus être la marionnette d’un tel simulacre, se doit de réagir en prenant ses responsabilités, soit en sortant de cette mascarade, ni plus ni moins. Certes, certains partis de gauche pensaient que le processus pouvait aboutir sur quelque chose de valable et de progressiste, et ont soutenu cette manière de procéder. Mais ce n’est pourtant pas en persévérant dans l’erreur que les choses évolueront dorénavant dans la bonne direction. Il faut bien plutôt un signal fort et que l'on songe à d’autres moyens que le processus actuel pour que Genève puisse revoir sa Constitution. Ce serait en effet se moquer du peuple que de le contraindre de voter pour ou contre un projet rétrograde, anti-social et anti-écologique.

    Julien Cart

    Membre des Verts, co-président des Jeunes Vert-es Genève. Co-fondateur du ROC (Réseau Objection de croissance)

    ============================================================================================

    Confiant si...

    129808307.jpgEn fait,  je suis passé toute cette semaine par plusieurs états d'âme sur l'avenir de la Constituante. Finalement, je crois que celle-ci a encore son avenir devant elle, dans la mesure où une majorité de groupes et d'élus veulent encore négocier une issue plus consensuelle.
    Ceci dit, pour moi, dès le départ, la Constituante aurait dû se cantonner à la réforme des institutions.

    Pierre  Maudet

    Conseiller administratif en charge du département de l'environnement urbain et de la sécurité. Parti Radical

    (Le titre a été choisi par l'animateur du blog)

    Crédits photos: Haykel à part la photo de Pascal Holenweg et de Stéphane Grolimund

    Cette note a paru dans le blog collectif du 9 octbre 2010. Retrouvez les textes de Marie-France de Meuron et de John Goetelen sur ce lien: Blog collectif

  • Mon invitée: Salika Wenger et les minarets

    Imprimer

    7828_1200189577825_1621127854_552690_4839341_n.jpgOn ne présente plus Salika Wenger. Son nom est intimement lié à une certaine gauche, une gauche cynique. Madame Wenger est une personne délicieuse qui a son franc parlé. Elle ne laisse personne indifférent. Elle dérange. C’est un tempérament. Un caractère, bien trempé. Elle agace certains et emballe d’autres. Comme Pierre Vanek, elle ne va pas aimer cette comparaison, c’est un personnage incontournable de la gauche plurielle. Une gauche radicale qui se démarque de ses concurrents-voisins par son positionnement à l’extrême de l’échiquier politique. Je me suis adressé à deux reprises à la Présidente de l’Association Suisse contre les intégrismes. Et deux fois elle a eu la gentillesse de me répondre. Qu’elle soit ici remerciée. Voilà ce que Madame Wenger pense de l’initiative anti-minarets.

    7828_1200189617826_1621127854_552691_6036224_n.jpg“Cette initiative est un cheval de Troie. Sur les 300 000 musulmans qui vivent en Suisse seulement 10% sont chiites et les minarets les concernent beaucoup plus que les sunites qui n’ont besoin ni de minarets, ni d’imam pour s’adresser à leur Dieu.
    De quoi parle-t-on, de l’Islam? J’en doute car dans les représentations ce sont les arabes qui sont visés. Il semble que l’UDC ait encore beaucoup à apprendre de l’Islam. Par exemple que les 2 tiers de musulmans sont sur le continent asiatique et que les arabes représentent une minorité dans l’Islam.
    Cette initiative est une initiative xénophobe qui ne veut pas dire son nom et qui fait un amalgame navrant entre arabes, musulmans et terroristes. Quant à la prétendue défense des droits des femmes, laissons aux femmes musulmanes le droit de trouver leur liberté comme bon leur semble et ce n’est pas des rétrogrades comme l’UDC qui ont des leçons de démocratie à leur donner.”
    Le blog de Salika Wenger: “Le grand collisionneur d’idées”

    Pour comprendre ma démarche à lire ma précédente note “Qui a peur des minarets?”
    Prochains invités de PLANETE PHOTOS: M. Ali Benouari et Hafid Ouardiri qui ont déjà envoyé leur contribution au sujet de l’initiative anti-minarets. M. Ueli Leuenberger m’a promis une réponse. En attendant que les sept autres politiciens à qui je me suis adressé nous donnent leur position et leur réflexion sur le sujet.

    Salika.jpg
    Rubrique Pierre Maudet
    9535_1176173217431_1621127854_489806_6205408_n.jpg

    Conseiller administratif responsable du Département de l'environnement urbain et de la sécurité entre autre chasseur d'affiches sauvages: en rapport avec cette rubrique, les liens suivants:Affiches sauvages, Genève, n'est pas une poubellePierre Maudet, j'adore!, Maudet et Longchamps ouvrent le bal électorel, Sécu-municipaux-cop!Maudet aux Pâquis!, et Maudet promoteur de graffitis

    8432_1197693315420_1621127854_546249_2783237_n.jpg
    Le MCG en compagne:
    7830_1200747711778_1621127854_553862_3800656_n.jpg
    7830_1200747751779_1621127854_553863_6188516_n.jpg
    7830_1200747911783_1621127854_553865_7993372_n.jpg
    7830_1200747991785_1621127854_553866_770615_n.jpg
    Dans les rues de Genève:
    7828_1200241819131_1621127854_552781_2624657_n.jpg
    7828_1200242099138_1621127854_552788_2958845_n.jpg
    7828_1200242059137_1621127854_552787_2913219_n.jpg
    7828_1200242019136_1621127854_552786_5360490_n.jpg
    7828_1200241979135_1621127854_552785_3980018_n.jpg
    7828_1200241939134_1621127854_552784_533437_n.jpg
    Ne partez pas avant de faire un tour sur: Le blog du Jet d'eau
    7828_1200241899133_1621127854_552783_4848623_n.jpg
    Et demain est un autre jour!
    1068008157.jpg
    2029285036.jpg
    1360840198.jpg
  • Huit candidats soumis à neuf questions :

    Imprimer

    Salika, Salima, Boris, Hédi, Sonia, Muhittin, Aurore et Stéphane, la diversité au cœur de la cité

    9535_1190309650833_1621127854_527979_863606_n.jpgCes derniers jours, chacun va de sa consigne de vote. Moi je voterai pour… je vous suggèrerai telle liste… je vous inviterai à voter à droite… à gauche, pas au centre ça n’existe pas encore en Suisse, le centre est encore mou…Moi c’est vert, moi c’est bleu, moi c’est orange, moi c’est rouge…c’est arc-en-ciel…

    Et bien moi, je n’ai pas encore décidé. Mais j’ai ma petite idée…Et j’ai jusqu’à dimanche ou samedi pour ne pas gâcher ma grasse matinée dominicale pour arrêter mon choix définitif. Comme je l’ai déjà expliqué dans une précédente note pour déblayer le terrain j’ai contacté plusieurs candidats afin de connaître leur avis sur différents sujets qui occupent l’actualité de notre ville et de notre pays. 9535_1190450534355_1621127854_528148_3310032_n.jpgJ’ai voulu respecter la parité entre les partis mais PLANETE PHOTOS n’a pas le pouvoir de l’émission phare de Léman Bleu. Genève à chaud ces derniers jours et ça continue ! Un dérèglement climatique qui pousse à l’escalade. Après « les racailles » qu’est-ce qu’on va encore nous sortir. A-t-on touché le fond ou le pire reste à venir ?

    J’ai contacté deux à trois candidats par parti et seuls l’UDC, les libéraux et Solidarité n’ont pas joué le jeu. Je remercie tous ceux qui ont pris la peine de répondre à mes questions et je peux leur assurer ici qu’ils peuvent compter sur mon vote. Ils ont pris de leur temps pour me répondre et de mon isoloir le 11 octobre je vais les honorer de la plus belle des façons, je les coucherai sur ma liste panachée et je vais leur adjoindre d’autres candidats avec qui j’ai eu plaisir à discuter dans les rues basses ces derniers jours. L’écoute et la disponibilité sont récompensées. Voilà leur réponse à mes questions, l’ordre de leur apparition dans mon blog correspond à l’ordre de réception de leur mail. Une lecture intéressante dont jaillit quelques perles. C’est un peu long mais constructif.

    sdmimg20060919_7078013_0.jpg
    Madame Salika WENGER (liste 8) Défense des Aîné-e-s, des locataires, de l’emploi et du social :
    Que représentent pour vous :

    - Instrumentalisation : l'Affaire Kadhaffi

    - Souveraineté populaire : un mythe du 19ème siècle

    - L’entente : une mafia propre sur elle

    - La collégialité : une bonne raison pour être lâche

    - Mouvement alternatif : je rêve d'une alternative...

    - Le pouvoir des banques : la dictature en costard sur mesure

    - L’insécurité à Genève : un slogan  prétexte au racisme

    - La sécurité de l’emploi : une promesse de patron pour employés exploités.

    - L’affaire des otages en Libye et celle de Polanski: des articles juteux dans le Matin

    Moyard Marie Salima.jpg
    Mademoiselle Moyard Marie Salima (liste 3) Parti socialiste :
    Que représentent pour vous :

    - Instrumentalisation : L'exemple de l'UDC avec sa campagne sur les abus dans l'AI (1% pour rappel, contre 10% dans les assurances sociales selon l'OFAS)

    - Souveraineté populaire : Ce qui fait la richesse de la Suisse: la démocratie directe

    - L’entente : L'alliance des partis de droite contre nos acquis sociaux

    - La collégialité : Un principe qui permet à un gouvernement multipartite de garder une certaine cohérence mais qui empêche parfois les ministres de gauche de dire ce qu'ils pensent et d'agir selon leurs convictions.

    - Mouvement alternatif : Une culture différente de la culture institutionnelle, qui enrichit Genève.

    - Le pouvoir des banques : ... qui doit revenir au peuple: la crise des subprimes a démontré que certaines banques sont désormais trop grandes pour être privées. Vu le rôle central qu'elles occupent en Suisse, elles doivent être soumises à un contrôle démocratique. L'avenir est dans la banque de proximité, comme c'est le cas pour l'agriculture (pensons aux Jardins de Cocagne et à tous ses rejetons).

    - L’insécurité à Genève : En comparaison européenne et internationale, Genève est une ville sûre. Néanmoins la sécurité est un droit fondamental. Pour y répondre, Genève a besoin d'une police de proximité, qui ne peut être renforcée que si l'Etat dispose de suffisamment de moyens.

    - La sécurité de l’emploi : L'insécurité, c'est aussi l'insécurité sociale. Les salariés doivent tous bénéficier d'une protection renforcée contre les licenciements injustifiés. Il ne faut pas affaiblir la protection dont disposent les fonctionnaires mais renforcer celle des employés du privé.

    - L’affaire des otages en Libye et celle de Polanski: En Suisse, on doit appliquer le droit suisse à tout le monde.

    1543512687.jpg
    Monsieur Hédi Zayani (liste 7) Parti MCG :
    Que représentent pour vous :

    - Instrumentalisation : Rime avec Manipulation

    - Souveraineté populaire : C'est la Base de la démocratie

    - L’entente : C'est malsain en politique ça sent la magouille je n'aime pas ce terme en politique

    - La collégialité : Un des rares Pays où on a besoin de la collégialité donc il faut faire avec c'est notre système politique qui veut ça.

    - Mouvement alternatif : …

    - Le pouvoir des banques : D'accord seulement si elles soutiennent l'économie.

    - L’insécurité à Genève : un grave problème à résoudre de toute urgence et il faudra mettre les moyens pour y parvenir.

    - La sécurité de l’emploi : Hélas c'était dans les années 70, quand on se faisait engager dans une entreprise c'était jusqu'à la retraite. Maintenant l'individu doit faire plusieurs métiers et se remettre en question à chaque fois que c'est nécessaire.

    - L’affaire des otages en Libye et celle de Polanski: les otages s'ils sont innocents ils faudrait qu'ils soient libérés, quant à Polanski je suis sans avis, tout ce que je sais c'est que la Suisse n'a pas besoin de cette affaire maintenant.

    Sans titre.jpg
    Madame Sonia Gatti (liste 2) Parti PDC
    Que représentent pour vous :

    - Instrumentalisation changée par ses soins en Instrumentalisme: l'utilisation des théories au profit de l'action !

    - Souveraineté populaire : le Peuple est Roi

    - L’entente : l'Entente Genevoise, force politique, symbole de courage, de bon sens et d'action !

    - La collégialité : la valeur indispensable dans un Gouvernement

    - Mouvement alternatif : le respect des divergences

    - Le pouvoir des banques : au service du bien commun

    - L’insécurité à Genève : s'engager à renforcer les moyens de la Police, accélérer les décisions de Justice !

    - La sécurité de l’emploi : Dépassée ! Evoluer en étant apte à s'adapter et à se (re)former pour se protéger.

    - L’affaire des otages en Libye et celle de Polanski: Améliorer l'efficacité diplomatique Suisse et son Autorité !

    9535_1190302450653_1621127854_527972_7063723_n.jpg
    Monsieur Muhittin Kiral (liste 1) Parti Radical :
    Que représentent pour vous :

    - Instrumentalisation: Souvent, lorsque les élections approchent certains partis politiques utilisent ce moyen. Par exemple, ils sont contre les frontaliers, mais, les engagent dans leurs entreprises, ou encore contre l'adhésion de la Suisse à l'UE, mais travaillent avec elle.

    - Souveraineté populaire: Particularité helvétique, le peuple peut se prononcer, en cas de besoin, grâce à la démocratie directe.

    - L'entente: Cela permet à la majorité des partis bourgeois de s'apparenter et de se soutenir mutuellement.

    - La collégialité: Dans un gouvernement composé de plusieurs partis différents elle favorise des relations harmonieuses entre ses membres. Et parfois, en cas de divergence, ils doivent renoncer à défendre leur point de vue ou celui de leur parti.

    - Le pouvoir des banques: Des expériences dans le passé ont démontré que laisser faire les banques à leur façon crée de nombreux soucis. Quelle que soit leur taille, elles doivent être soumises à un contrôle gouvernemental. Et bien évidemment tout ceci de manière démocratique.

    - L'insécurité à Genève: Malheureusement à Genève l'insécurité domine largement la sécurité. On ne peut, en aucun cas, comparer Genève avec d'autres villes en Europe ou sur les autres continents car elle est toute petite, comme un quartier dans certaines villes dont on parle. La police doit être renforcée avec beaucoup plus de moyens.

    - La sécurité de l'emploi: Elle est indispensable pour la paix sociale. Les droits des travailleurs  doivent être protégés et garantis par l'Etat.

    - L’affaire des otages en Libye et celle de Polanski: La loi c'est la loi! On doit l'appliquer pour tout le monde, sinon elle n'est pas loi.

     

    Candidate vert.jpg
    Madame Aurore Bui (liste 5) Parti des verts :
    Que représentent pour vous :

    - Le pouvoir des banques : Pourquoi ne pas substituer au pouvoir des banques un *pouvoir des fleurs* ? (c/o L. Voulzy)

    Plus sérieusement, les banques sont l’une des industries importantes de la place genevoise. Avec la récente crise financière et les nombreuses « fautes éthiques » qui s’étalent dans les médias, on pourrait vouloir diaboliser cet univers. Or qu’on le veuille ou non, les banques font partie de la culture et de l’histoire économique de Genève. Pourquoi alors ne pas souhaiter dessiner un nouvel avenir de la banque, en commençant par Genève ?

    Première constatation, des banques privées genevoises se sont investies récemment dans des projets visant à améliorer l’agglomération genevoise. On peut citer par exemple l’implication de certaines d’entre elles dans le projet de réaménagement de la zone Praille-Acacias-Vernet. Je considère comme essentiel d’engager un dialogue ouvert et constructif avec ces acteurs économiques afin que toutes les forces aillent de concert dans la construction de la région de Genève.

    Deuxième constatation, se sont créées ces dernières années de nombreuses entités dédiées à la finance éthique : organismes de micro-crédit ou encore organismes d’ « évaluation éthique » des sociétés, permettant aux investisseurs qui le souhaitent de donner leur préférence à des placements éthiques. De nouveau, Genève peut être proactive en promouvant activement ces nouvelles sociétés et en redessinant ainsi l’image de la finance à Genève

    - L’affaire des otages en Libye et celle de Polanski: L’ « affaire Polanski » est un non-fait politique. Un florilège d’âneries a été dit et publié à ce sujet : « Pourquoi la Suisse a-t-elle arrêté un génie ?» Ah ah, ainsi, le génie permettrait de violer des jeunes filles de 13 ans en toute impunité ? «  Cela me fait mal en tant qu’être humain de le savoir emprisonner après que sa famille ait vécu les camps ». Y aurait-il un « capital souffrance » limité à chaque être humain qui empêcherait les actions de justice ?

    De grâce, arrêtons les inepties et concentrons-nous sur de vrais sujets…

    - La collégialité : La collégialité, c’est une autre vision de la politique, qui m’a profondément séduite lorsque j’ai commencé à m’investir dans la politique Suisse. Ainsi donc, des partis défendant des valeurs différentes seraient capables de dialoguer ensemble de manière constructive et même de mettre en œuvre des mesures communes ? N’ayant connu jusque là que la politique politicienne française, je me suis découvert, un nouvel intérêt pour cette vision du rôle politique. Malheureusement, le système montre par moment des failles en matière d’efficacité et surtout, il est parfois pris en otage par les partis.

    C’est évident au niveau fédéral, où la collégialité devient difficile à maintenir avec l’évolution des forces en vigueur – les Verts devraient avoir leur place au Conseil Fédéral ; et les partis extrêmes, ne prônant pas le dialogue, s’inscrivent en faux d’une démarche véritablement collective.

    Au niveau local également, le règne des « grandes gueules » semble arrivé et en ce qui me concerne, cela me navre. Quel intérêt en effet de perdre de longues minutes d’un débat qui devrait être constructif au Grand Conseil avec des piques et autres règlements de compte. Sans vouloir stigmatiser Mr. Stauffer, il me semble représenter cette nouvelle mouvance, qui si elle peut paraître plus attractive au niveau télévisuel, dessert selon moi le citoyen et décrédibilise la classe politique.

    La collégialité est donc un système à défendre, car il représente selon moi l’âme de notre vie politique.

    - L’insécurité à Genève : *L'insécurité c'est la première des inégalités.*
    (c/o Jean-Pierre Raffarin)

    - La sécurité de l’emploi : La sauvegarde des emplois est une priorité absolue à Genève.

    Mais concernant la sécurité de l’emploi, je crois que c’est un concept qui se perd. Il fût un temps où nous pouvions envisager de rentrer dans une société comme en religion et d’y passer une immense portion de notre vie. De nos jours cependant, les employés qui ont un tel parcours rectiligne sont de plus en plus rares : mobilité de l’emploi, changements de métier, licenciements et réembauches font de plus en plus partie de notre quotidien professionnel.

    Peut-on lutter contre ce changement de notre société ? Cela impliquera un changement en profondeur du fonctionnement des entreprises, sur le long terme.

    A mon niveau, je consacre mes efforts à m’assurer que le bassin d’emplois disponibles pour les personnes laissées sur le bord du chemin soit suffisamment large à travers la promotion de différentes idées: création d’emploi dans les nouvelles technologies et notamment dans les technologies vertes, présence et accessibilité de formation qualifiantes pour les personnes qui souhaitent réorienter leur carrière…

    - Instrumentalisation : Récemment, on m’a accusé d’instrumentalisation dans ma campagne… en affichant Sans titre-2.jpgma grossesse. Après avoir été initialement choquée par cette accusation, j’ai choisi de m’interroger.

    Ne pourrait-on pas souhaiter s’investir dans la vie politique et dans le même temps assumer sa vie personnelle ? N’a-t-on pas droit à l’humour alors que mener ces deux projets immenses en parallèle demande autant d’effort ?

    Je n'ai pas choisi de faire campagne en tant que future maman. Cet enfant longuement désiré est arrivé quand on ne l’attendait plus. Il est arrivé, pour être plus précise, au moment ou j’ai décidé d’aligner ma vie avec mes convictions personnelles et de laisser de côté un job hyperactif et fortement rémunéré pour m’engager dans une voie « sociale », tant dans mon activité professionnelle que politique.

    Que faire alors… Cacher ma grossesse ? Renoncer à mon investissement associatif et politique ?

    Cacher sa grossesse, c’est un acte de non-respect pour soi-même en tant que femme, mais c’est également mettre en danger son enfant. Connaissant l'impact physique d'une grossesse déniée, oui, j'assume pleinement ma grossesse!

    Renoncer à mon investissement associatif et politique m'aurait semblé incohérent également, puisque c’est en me donnant le temps de réaliser les projets qui me tenait à cœur que je suis tombée enceinte.

    Reste alors la troisième voie – celle que j’ai choisie – assumer pleinement mon rôle de future maman et de candidate au Grand Conseil. Et vous voulez que je vous dise quelque chose ? C’est sans doute la première fois de ma vie que ma vie personnelle est en ligne avec mon engagement, et c’est quelque chose qui me remplit de joie.

    ***J’ai pas répondu à toutes les questions, et l’ai fait avec des longueurs diverses en fonction de mes points d’intérêt personnels.

    Madame Bui n’a pas répondu aux questions suivantes : Souvraineté, l’entente et mouvement altérnatif.

    Stephane Grolimund.jpg
    M. Stéphane Grolimund (liste 2) PDC :
    Que représente pour vous :

    Instrumentalisation : ou manipulation, je n'aime pas beaucoup.

    Souveraineté populaire : le peuple a toujours raison.

    L’entente : indispensable sans elle il n'y aurait que des blocages.

    La collégialité : importante, mais une rupture à dose homéopathique est possible voir même nécessaire de temps en temps.

    Mouvement alternatif : un contre balancier nécessaire mais dans le respect de nos institutions.

    Le pouvoir des banques : je me pose effectivement des questions pour certaines en tout cas.

    L’insécurité à Genève : il faut prendre le problème au sérieux mais sans démagogie.

    La sécurité de l’emploi : je le souhaiterais mais c’est malheureusement utopique par les temps qui courent.

    L’affaire des otages en Libye et celle de Polanski: je ne suis pas suffisamment compétent pour parler des otages Libyens, mais je m’inquiète sur l’état de notre diplomatie.

    Pour Polanski il n'y a pas de passe droit, comme pour n'importe qui d'ailleurs.

     

    9535_1190451454378_1621127854_528169_1290370_n.jpg
    Boris Drahusak (liste 5) Les verts
    Que représentent pour vous :

    - Instrumentalisation : il faut se révolter si l'on se sent instrumentalisé. C'est un danger réel en politique.

     

    - Souveraineté populaire : base de notre démocratie. On a juste oublié que la doxa (l'opinion) doit être nourrie en permanence par un processus d'auto éducation. Aujourd'hui, on lobotomise les cerveaux avec les grands médiums. Il suffit de voir la télé et d'écouter la radio pour comprendre que la seule chose que le système nous demande : c'est de ne pas réfléchir à notre propre condition.

    - L’entente : pour passer des propositions politiques et des lois, il faut une majorité. Elles sont très versatiles selon les moments politiques. L'entente, c'est souvent la mésentente. Mais le système politique suisse oblige à créer

    des coalitions.

    - La collégialité : c'est un dosage subtil entre une volonté politique individuelle et une régulation collective. C'est une drôle de machine qui régule et assure une stabilité. La difficulté est que la stabilité n'empêche pas la créativité politique et sociale.

    - Mouvement alternatif : c'est une drôle de bouillabaisse qui va des ex- gauchistes à la social-démocratie en passant par les écolos. Cela ne marche pas toujours, voire de plus en plus rarement. Elle est censé remplir la même fonction organique que l'entente.

    - Le pouvoir des banques : les banques sont nécessaires à l'économie à condition qu'elles jouent leur rôle de soutien à l'économie réelle. Entre le discours post-marxiste et le néo-libéralisme, il faut que le politique régule l'activité économique sinon nous subirons des catastrophes comme la crise actuelle qui au passage n'a jamais été résolu - aujourd'hui comme en 1929 - par le marché.

    - L’insécurité à Genève : pour l'enfant des banlieues que j'ai été, Genève vit un paradoxe. Comparé à d'autres situations dans des pays limitrophes, notamment la France, Genève est une ville sûre. Cependant, des signes sérieux apparaissent qui obligent à sortir du discours poli sur le sujet. Il faut rétablir l'autorité publique - au sens d'autorité qui rappelle les limites - sur le territoire public et montrer ainsi que tout individu est rattaché à sa communauté politique. J'ai proposé de recruter 300 agents de civilité qui inlassablement laboureront ce terrain, placés ainsi entre l'action du policier et celle du travailleur social. Pour les cas durs (bandes qui dealent comme aux

    Pâquis), il faut trouver une action répressive adaptée puisque nous avons affaire à des cas individuels pour qui l'opprobre social (amendes ou séjours en prison) a peu d'effet. Il faut des peines de détention et négocier avec les pays concernés des réadmissions.

    - La sécurité de l’emploi : elle n'existe pas. En revanche, l'Etat doit garantir un cadre législatif qui soutient les personnes en difficulté et les aider fermement à retrouver une activité économique s'ils se retrouvent au chômage.

    - L’affaire des otages en Libye : une ligne claire et une fermeté dans son application sont les prémisses à un retour des otages. Et l'affaire Polanski: La justice est la même pour tout le monde. On peut s'étonner que l'arrestation ait eu lieu pour sa venue à ce festival et non pas quand il se rendait souvent dans son châlet dans les alpes bernoises. Les procédures administratives helvétiques sont impénétrables...

    Ils m'ont promis une réponse:

    9535_1189397148021_1621127854_525808_2761525_n.jpg
    Pierre Vanek (liste 4) Solidarité
    9535_1190318091044_1621127854_527985_6299240_n.jpg
    M. Mauro Poggia (liste 7) MCG
    Sans titre2222.jpg
    Madame Micheline Pace (liste 9) UDC

    Des candidats à l'écoute:
    9535_1189397188022_1621127854_525809_565644_n.jpg
    9535_1189397268024_1621127854_525811_1498910_n.jpg
    ...et d'autres que je n'ai pas pu prendre en photo

    Aujourd'hui vers 13h00 au Marché aux puces de Plainpalais:
    la diversité dans la cité donne les photos suivantes:
    9535_1190450334350_1621127854_528144_4082081_n.jpg
    9535_1190450254348_1621127854_528142_6598701_n.jpg
    Un radical (Schwarz Charly)avec un vert (Boris Drahusak)
    9535_1190450414352_1621127854_528146_2212829_n.jpg
    La diversité selon Charly
    9535_1190450494354_1621127854_528147_1405415_n.jpg
    La diversité dans un même parti (Les radicaux):
    Firouzeh Sofi, Charly Schwarz et Ali Benouari
    9535_1190451054368_1621127854_528160_3628063_n.jpg
    Photo de groupe avec des candidats: Radicaux, un vert et une libérale:
    Boris Drahusak, Nguyen Thi Xuan Trang, Firouzeh Sofi, Ali Benouari, Bernadet-Maeder Dominique et Bayram Bozkurt président de l'Association Diversité dans la cité.

    Stauffer en campagne cet après-midi vers 14h30 dans les rues basses:
    9535_1190451254373_1621127854_528164_6620633_n.jpg
    Avec ou sans autorisation?

    Agenda:
    9535_1189397228023_1621127854_525810_7293943_n.jpg
    L'infatigable Demir Sonmez qui annonce la manif de ce jeudi contre le racisme anti-frontaliers
    Et demain est un autre jour!
    1068008157.jpg
  • Profession, commentateur de blogs,

    Imprimer

    2085116892.jpgC’est connu, la critique est aisée mais l’art est difficile dixit PHILIPPE Néricault alias DESTOUCHES, grand homme de théâtre à qui on doit aussi deux autres expressions devenues des classiques au rayon des proverbes : « Les absents ont toujours tort » et « Chassez le naturel, il revient au galop.». Revenons à la critique. Sur les blogs comme dans la vie, d’ailleurs, il y a une chaîne humaine qui gravite au tour d’un objet nommé désir de partager. Il y a ceux qui créent à partir d’un rien un espace d’expression, ceux qui l’alimentent par leur intervention et les parasites.2085116892.jpg


    Vous avez beau indiqué que pour votre blog vous avez choisi l’option : commentaires modérés, rien n’y fait. Certains font semblant de ne pas comprendre la langue de Molière et utilisent tous les mots d’oiseaux pour s’exprimer. Chez ces gens-là on ne pense pas Monsieur…méchants comme une teigne…on ne vit pas Monsieur…On ne vit pas on triche…(Brel) et on puise son répertoire dans le caniveau. Cela fait presque quatre mois que je tiens avec bonheur ce blog sur ma ville. J’essaye de partager mon quotidien avec ceux qui me font le plaisir et l’amitié de me lire. La plupart par leurs commentaires courtois même s’ils ne partagent pas ma vision des choses ravive le débat et alimente la réflexion. D’autres, les parasites, incapables de créer, ils excellent dans la bêtise. Morceau choisi dans le texte d’un commentaire reçu par un professionnel de l’intervention sur TDG et 24heures comme ont dit, connu par la rédaction et par moi-même puisqu’il a eu le courage de  signer:


    "Vous êtes une belle ordure de faire l'apologie d'Ahmedinejhad de la sorte, sans aucune distance ni objectivité! L'hypocrisie?!!!!! Pauvre con! Et les homosexuels, et les bahai, pourchassés et massacrés en Iran, et les 300'000 morts du Darfour provoquées avec la bénédiction de la Ligue Arabe simplement parce qu'un musulman en est responsable!? 300'000 africains ça pèse pas lourd face à 1000 palestiniens quand il s'agit de s'indigner de manière sélective, n'est-ce pas?! L'instrumentalisation de la Shoah c'est un argument en droite ligne du Front National! Vous en êtes digne avec vos petites photos minables du dimanche et vos commentaires infectes! Allez au diable!"

    Ce grand monsieur a même l'honneur de figurer dans la rubrique Citoyens des blogs de TDG.2085116892.jpg

    Que faut il répondre à cet intolérant qui a une conception bizarre de la liberté d’expression au moment où notre ville abrite un sommet important sur le racisme : « Le chien aboie et la caravane passe ».
    Maintenant que j’ai banni son adresse IP, il doit non seulement se déplacer dans un internet café mais en plus il doit constamment changer d’ordinateur pour pouvoir continuer à m’insulter. C’est déjà ça de gagner sur la bêtise humaine.

    Rubrique Pierre Maudet

    Conseiller administratif responsable du Département de l'environnement entre autre chasseur d'affiches sauvages: en rapport avec cette rubrique, les liens suivants:Affiches sauvages, Genève, n'est pas une poubelle et Pierre Maudet, j'adore!

    n1621127854_250407_2767706.jpg
    Rubrique Jet d'eau:
    Voir mon reportage
    n1621127854_250412_5628756.jpg
    n1621127854_250414_1001830.jpg
    Il est 11h24, le Jet d'eau rend l'âme, vaincu par la bise:
    n1621127854_250413_1675415.jpg
    C'est le printemps:
    n1621127854_250408_6919838.jpg
    Nouvelle décoration pour l'horloge fleurie:
    n1621127854_250409_7728073.jpg
    Reprises des traversées et des excursions autour du lac:
    n1621127854_250410_6022518.jpg
    n1621127854_250411_7074307.jpg
    Voilà une bonne cause...
    n1621127854_250401_1993851.jpg
    n1621127854_250402_2609448.jpg
    ça bosse!
    n1621127854_250417_6786696.jpg
    La citation du jour:
    "...Quelle femme musulmane ou pas peut revendiquer comme symbole de liberté le fait de figurer nue les cuisses écartées sur une affiche qui vante les qualités d'un téléphone portable ou d'un abonnement de CFF?"
    Salika WENGER, Présidente de l'Association des Suisses contre les intégrismes religieux qui signe aujourd'hui un excellent article dans la Tribune de Genève page 27 sur l'amalgame sémantique entre le mot Arabe et Musulman.
    Agenda:
    n1621127854_250415_898362.jpg
    Et demain est un autre jour!