25/08/2011

Ce week-end, la fête à la rue de Fribourg

1.jpgS’il y a une rue à Genève qui représente la diversité dans toute sa splendeur elle se trouvera forcement dans le quartier des Pâquis.  En réunissant des hommes et des femmes d’origines différentes la rue de Fribourg constitue le meilleur ambassadeur du vivre ensemble. Dans cette rue se côtoie quotidiennement divers nationalités autour de plusieurs commerces, bureaux et habitations. On ne compte plus les magasins et autres restaurants qui font le bonheur des centaines de genevois qui les fréquentent tout au long de l’année. Librairie Arabe l’Olivier, bar branché Le Chic, restaurants espagnols authentiques El Faro et El Ruedo, fastfood thailandais, algérien et marocain, salle de  billards América, agence immobilière, agence de voyages, débit de tabac, internet café, salons de massage y compris érotiques, des sociétés et un bureau de placement, des épiceries, des cafés et d’autres restaurants...
La Rue de Fribourg
Les deux trottoirs de la rue de Fribourg représentent un choix hétéroclite de commerce de proximité. Pas un mètre de libre pas une arcade vide. Les places sont chères et les lieux attirent de jour comme de nuit les badauds, les consommateurs et les curieux. Première rue du quartier des Pâquis en venant de la gare, la rue de Fribourg sera cette fin de semaine l’endroit où il faut être pour faire la fête et goûter aux nombreuses spécialités culinaires.  En effet, ce week-end l’Association des commercants de la rue de Fribourg organise avec le soutien de la Ville de Genève une nouvelle édition de “La rue est à vous”. La quatrième en cinq ans, celle de l’année dernière est passée à la trappe à cause de l’insécurité qui a frappé particulièrement le quartier des Pâquis. Pour avoir une idée de ce qui attend les genevois cette fin de semaine pendant l’”Open air rue de Fribourg” une appellation moderne et branchée pour dire tout simplement “la rue de Fribourg s’offre à vous” j’ai rencontré Bridge Bria, chanteuse et gérante du Chic et Alain Bittar propriétaire de la librairie l’Olivier. La première pour parler avec elle de la programmation musicale et le second pour évoquer le côté historique d’une rue qui fait partie du patrimoine genevois.

2.jpg

Et demain est un autre jour!