08/05/2015

“Putain de portraits” aux Bains des Pâquis

Sans titreefefff.jpgIl n’y a pas mieux que les Bains des Pâquis pour accueillir la sortie du dernier livre de Patrice Mugny consacré aux “asphalteuses” ou encore “les belles de nuits” qui arpentent inlassablement nuit et jour le quartier. Livre entretiens-témoignages sur la dure profession qu’est la prostitution. Photos sublimes empreintes de retenue prises par le photographe Philippe Curchod pour illustrer un sujet délicat. Quelques unsDSC_6108efefff.jpg des clichés sont exposés aux Bains des Pâquis jusqu’au 31 mai. Je n’ai pas eu l’occasion de poser une question à Patrice Mugny: c’est quand un livre portrait sur les clients consommateurs du sexe tarifé?
“Putain de portraits” édité par Slatkine a bénéficié de la collaboration de l’association Aspasie et du Bus Boulevards qui apportent soutiens et réconforts aux travailleurs et travailleuses du sexe. A noter que c'est le deuxième livre de Patrice Mugny consacré au quartier des Pâquis.

DSC_6075efefff.jpg

DSC_6074efefff.jpg

DSC_6102efefff.jpg

DSC_6112efefff.jpg

DSC_6085efefff.jpg

DSC_6090efefff.jpg

DSC_6094efefff.jpg

DSC_6098efefff.jpg

DSC_6099efefff.jpg

DSC_6113efefff.jpg

DSC_6104efefff.jpg

DSC_6111efefff.jpg

DSC_6078efefff.jpg

DSC_6076efefff.jpg

DSC_6120efefff.jpg

DSC_6125efefff.jpg

DSC_6139efefff.jpg

DSC_6136efefff.jpg

DSC_6121efefff.jpg

DSC_6126efefff.jpg

DSC_6129efefff.jpg

DSC_6130efefff.jpg

DSC_6131efefff.jpg

DSC_6132efefff.jpg

DSC_6133efefff.jpg

DSC_6137efefff.jpg

DSC_6138efefff.jpg

DSC_6140efefff.jpg

DSC_6141efefff.jpg

DSC_6143efefff.jpg

DSC_6142efefff.jpg

sans titre2.jpg

Et demain est un autre jour!

23/03/2015

Livre: “Voyage à la rue de Fribourg...” écrit par Patrice Mugny et photographié par Haykel Ezzeddine

3.jpgJournaliste et politicien Patrice Mugny vient de publier un livre au titre évocateur: “Voyage à la rue de Fribourg ou une Nouvelle Andalousie à Genève” chez l’éditeur Slatkine et photographies de Haykel Ezzeddine. Une première incursion de votre serviteur dans le monde de l’édition en attendant la concrétisation d’un projet à titre personnel chez le même éditeur. Ce septième livre de Patrice Mugny se lit comme un recueil de nouvelles regroupant 22 histoires vraies sur “22 personnalités” qui font vivre la rue de fribourg en plein quartier des Pâquis. 22 histoires, 22 parcours et un seul dénominateur commun: la rue de Fribourg comme lieu de travail.
La diversité est magnifiquement représentée dans cet ouvrage de témoignages. Jugez plutôt l’origine des personnages réels qui constituent la matière première de ce livre: Espagnole, Arménienne, Iranienne, Tunisienne, Kurde de Syrie, Soudanaise, Tanzanienne, Italienne, Bangladeshienne, Congolaise de4.jpg kinshasa, Libanaise, Ethiopienne, Érythréenne, Pakistanaise. Il y a même 2 suisses de souche pour faire respecter la parité entre les autochtones et les citoyens issus de l’immigration. Patrice Mugny nous rappelle que “70% des habitants du canton de Genève ont un papa ou une maman étranger(ère)”. Et Pierre Maudet à qui l’auteur a donné le mot de la fin conclu que “la problématique de la drogue, des consommateurs et des dealers dans ce quartier comme ailleurs à Genève reste du ressort du politique qui doit donner à la police et à la justice les moyens de Sans titre-1.jpgmettre à jour ses instruments de lutte contre cette criminalité qui évolue sans cesse”.
“Voyage à la rue de Fribourg...” est un formidable témoignage sur la Genève internationale qui est l’essence même de ce canton. Patrice Mugny a su garder ses distances avec ses personnages en se contentant de transcrire leur parcours sans le romancer ni à chercher de forcer le trait de certains ou rendre d’autres plus sympathiques. A quand d’autres témoignages sur la rue de Neuchâtel, de Zurich, du Valais...?

Sans titre-2.jpg

Et demain est un autre jour!

14/01/2009

La putain des rois

Griséldis, Rocco et l’Abbé-Pierre :

Sans titre.jpgDeux grands quotidiens de la place,  se sont " fait " aujourd’hui la Grisélidis Real (décédée en 2005 à l’âge de 75 ans) en lui consacrant leur manchette. Pur hasard du calendrier ou action concertée. Mystère journalistique ! Admirez la similitude !

Une chose est sûre, avec tout le respect que je dois à la défunte, je trouve qu’elle est bien là où elle est et la faire déplacer chez les rois du panthéon n’apportera rien, au macchabée, ni aux genevois que nous sommes. En lisant les journaux, ce matin je me suis bien amusé devant ce concert de l’intelligentsia qui s’étripe verbalement avec des arguments solides comme un Rocco Salfredi. "Oui je suis pour le repos de l’ex prostituée à côté de Calvin," "Non je suis formelle, Calvin mérite une toute autre femme à la hauteur de sa réforme"… Et ca continue et de plus belle. On donne la parole à celui qui veut la prendre et là nous sommes pas déçus. Avocate, femme de théâtre, socialiste, libérale, féministe se pressent à la tribune…Que du beau linge… il ne manque plus que de donner la parole aux clients (tous à l’AVS ou à l’article de la mort) de la belle de nuit ou au pharmacien chez qui la péripatéticienne - écrivaine se fournissait en préservatifs…

Madame la défunte Grisélidis, qui en passant a beaucoup œuvré pour le plaisir des hommes mérite qu’on la laisse tranquille. D’ailleurs de quel droit se permettant de lui faire subir un changement d’adresse pour sa dernière demeure et ce sans son consentement!


Je suis sûr que bon nombre de Genevois ne connaissent même pas l’existence de Madame Grisélidis, femme écrivaine, engagée pour la cause des prostituées dont elle était la cheffe de fil. Déplacée ou pas de sa tombe, que M. Monsieur Patrice Mugny lui transmette ce message : « Si vous croisez l’Abbé-Pierre, dites lui que les hommes sont toujours aussi fous et surtout qu’il nous manque terriblement ».

20min.jpg

 

 

« Aide au suicide : les Vaudois voteront » nous dit 20 minutes. Champion de votations toutes catégories, les suisses abusent de ce pouvoir qui enlève le pouvoir aux élus. Et si on organisait un référendum contre les référendums. Rendons le pouvoir aux gouvernants. Il faut bien qu’ils méritent leur salaire.

 

 

 

 

 

Un homme transformé en quincaillerie ambulante (12 plaques de titane et 50 vis dans le crâne). Il sort pour s’amuser et il rentre plein de boulons. Ça ne m’amuse pas. Genève, devient une ville dangereuse. Pour un oui, pour un non, pour un regard jugé de travers et c’est la raclée au bout de la rue. Quand on perd ses valeurs, la vie n’a plus de valeur !

Matin bleue.jpg
La Cité du Temps, ce soir vers 18h00
Pont de la machine.jpg
Les nouvelles sanglantes de Gaza vers 19h00: 1010 morts (dont plusieurs centaines d'enfants) et plus de 4700 blessés.
Et ce n'est pas fini... A suivre