26/10/2018

Graffiti: les 4 saisons par World

IMG_20181026_191947.jpgPour la deuxième année consécutive, le jeune Jaïro Mugnai dont le blase est World a gagné le "concours de fresques" de la commune de Chêne-Bourg. Ce graffeur de 20 ans est promu à un bel avenir  s’il continue sur cette lancée. Vous pouvez admirer sa dernière création qui a pour thème les 4 saisons juste sur le mur menant au parking de la salle Point Favre (Avenue François-Adolphe-Grison 6).
La commune de Chêne-Bourg offre des espaces  pour promouvoir le street-art et embellir le mobilier public. Une belle façon pour occuper les jeunes du quartier et encourager cet art urbain. Bravo à elle! Et bonne continuation à lui!

IMG_20181026_192051.jpg

IMG_20181026_192142.jpg

La fresque de 2017 au même endroit:

jaïro mugnai,graffiti,fresque,graffiti genevois,street art,art urbain,graffeur de genève

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

22/10/2018

Graffiti: Festiv’art Desstres

Sans titre.jpgL’association Desstres milite depuis 10 ans pour promouvoir l’art urbain. Le graffiti comme la musique Hip-Hop occupent une place de choix dans la programmation de cette précieuse association qui a permis de réunir de nombreux artistes de divers horizons en leur procurant un espace d’expression. Cet espace que Desstres déniche auprès des autorités ou des privés qui en attendant la destruction et la transformation de leur bien immobilier le cède pour la créativité éphémère.
Que de manifestations et de sessions ont étaient organisées par Desstres à Genève durant les dix dernières années. Ce qui fait d’elle un acteur incontournable pour la promotion de la culture urbaine dans notre canton. DSC_8233.JPG
Pour fêter comme il se doit cette décennie bien remplie Desstres a lancé le jeudi 18 octobre le «Festiv’art» qui se prolongera jusqu’à dimanche 18 octobre aux halles de la Fonderie à Carouge. Au programme: une rétrospective des moments forts qu’a connu l’association, des concerts de musique, de la danse, des démonstrations live de graffitis, des ateliers cellograff, une grande exposition réunissant les artistes suivants: SLAMER-AMIKAL-TCK127-GREM-LEZA-STANO-TAPALOY-DETER-MORU-JOULE-ATS-MANS-ZADE-JUST1-MORZ-DEFOS-SWICK-JAZI-RUSE-EKLA-SEBA-MESH-HSB-HEURK-PTILUT'-ART L-DOER-GAMO-AVID-CHARLES DRAWIN'-THOR-ADER-SALAD-KOAS-EVO-HOMER-JIMOX-SAL-PMS-TEXAS-CASE-IDEO-desstres,association desstres,graffiti,graffitis,graffeur,graffeurs,graffeuse,graffeuses,halles de la fonderie,slamer-amikal-tck127-grem-leza-stano-tapaloy-deter-moru-joule-atOSPEL-TONES-KVN-SWIRA-DELPH-LA VAKA-NACR-SARO-YGREK-INDUSTRIE25 kase-LUTIN-BUDA-BRKN WORD-GAMINE-TORN-BANDI-458-DOUABIT-BASM-MOOGLY-DAB-BLINX-TROCKS-TEMIS-SPYR-RUTH...Et bien d’autres animations pour les grands et les petits. Merci Destress et bon anniversaire!

DSC_8242.JPG

1.jpg

desstres,association desstres,graffiti,graffitis,graffeur,graffeurs,graffeuse,graffeuses,halles de la fonderie,slamer-amikal-tck127-grem-leza-stano-tapaloy-deter-moru-joule-at

DSC_8176.JPG

DSC_8216.JPG

DSC_8349.JPG

DSC_8348.JPG

DSC_8345.JPG

DSC_8256.JPG

DSC_8278.JPG

desstres,association desstres,graffiti,graffitis,graffeur,graffeurs,graffeuse,graffeuses,halles de la fonderie,slamer-amikal-tck127-grem-leza-stano-tapaloy-deter-moru-joule-at

DSC_8274.JPG

DSC_8272.JPG

DSC_8270.JPG

DSC_8275.JPG

DSC_8284.JPG

DSC_8285.JPG

desstres,association desstres,graffiti,graffitis,graffeur,graffeurs,graffeuse,graffeuses,halles de la fonderie,slamer-amikal-tck127-grem-leza-stano-tapaloy-deter-moru-joule-at

desstres,association desstres,graffiti,graffitis,graffeur,graffeurs,graffeuse,graffeuses,halles de la fonderie,slamer-amikal-tck127-grem-leza-stano-tapaloy-deter-moru-joule-at

desstres,association desstres,graffiti,graffitis,graffeur,graffeurs,graffeuse,graffeuses,halles de la fonderie,slamer-amikal-tck127-grem-leza-stano-tapaloy-deter-moru-joule-at

desstres,association desstres,graffiti,graffitis,graffeur,graffeurs,graffeuse,graffeuses,halles de la fonderie,slamer-amikal-tck127-grem-leza-stano-tapaloy-deter-moru-joule-at

DSC_8298.JPG

DSC_8317.JPG

DSC_8319.JPG

DSC_8323.JPG

DSC_8205.JPG

desstres,association desstres,graffiti,graffitis,graffeur,graffeurs,graffeuse,graffeuses,halles de la fonderie,slamer-amikal-tck127-grem-leza-stano-tapaloy-deter-moru-joule-at

desstres,association desstres,graffiti,graffitis,graffeur,graffeurs,graffeuse,graffeuses,halles de la fonderie,slamer-amikal-tck127-grem-leza-stano-tapaloy-deter-moru-joule-at

DSC_8236.JPG

DSC_8235.JPG

DSC_8212.JPG

DSC_8214.JPG

DSC_8295.JPG

desstres,association desstres,graffiti,graffitis,graffeur,graffeurs,graffeuse,graffeuses,halles de la fonderie,slamer-amikal-tck127-grem-leza-stano-tapaloy-deter-moru-joule-at

desstres,association desstres,graffiti,graffitis,graffeur,graffeurs,graffeuse,graffeuses,halles de la fonderie,slamer-amikal-tck127-grem-leza-stano-tapaloy-deter-moru-joule-at

DSC_8206.JPG

DSC_8195.JPG

DSC_8198.JPG

DSC_8200.JPG

DSC_8204.JPG

DSC_8288.JPG

DSC_8329.JPG

Sans titrevjjbvn.jpg

desstres,association desstres,graffiti,graffitis,graffeur,graffeurs,graffeuse,graffeuses,halles de la fonderie,slamer-amikal-tck127-grem-leza-stano-tapaloy-deter-moru-joule-at

DSC_8301.JPG

DSC_8308.JPG

DSC_8182.JPG

Sans titreseaq.jpg

Sans titresdsafa.jpg

DSC_8177.JPG

DSC_8178.JPG

DSC_8217.JPG

DSC_8224.JPG

DSC_8248.JPG

DSC_8287.JPG

DSC_8168.JPG

DSC_8170.JPG

DSC_8172.JPG

DSC_8173.JPG

DSC_8174.JPG

fwqgat.jpg

Sans titredaqw.jpg

242weer.jpg

Sans titrekhlhl.jpg

Sans titresfa.jpg

DSC_8343.JPG

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

04/03/2018

Note de lecture: «Lights Geneva graffiti magazine»pour une meilleure visibilité de l’art urbain genevois

693760742.jpgOn ne peut que saluer la naissance d’un nouveau magazine dédié au street art genevois. «Lights Geneva graffiti magazine» imprimé à 200 exemplaires et disponible pour le moment chez «Graphic Shop» a sorti il y a quelques jours son premier numéro. Plutôt de bonne facture avec davantage de photos que de textes, une mise en page aérée et des sujets qui ne manqueront pas d’intéresser les fans de l’art urbain. Au sommaire un article sur le rappeur ZIPPY, une interview avec la graffeuse LIF, une compilation des meilleures œuvres du crew genevois BCF (Bench crew family) spécialisé dans la réalisation de fresques, un coup de projecteur sur les «Latinos Artistes Sprayers» qui forment la «Old School» très prolifiques dans les années 90, six pages consacrées à l’artiste Tapaloy qui graffe sur les trains, un clin d’œil aux deux jeunes artistes franco-suisse qui forment le collectif «Industrie25», un reportage photos sur sur la 2ème 27867156_831147180425860_7401110147587758180_n.jpgédition du Festival international du graffiti «Shake Well» qui a eu lieu du 7 au 9 juillet dernier à Bordeaux, deux pages de photos de graffitis d’outre-frontières, une double page de tags...Dabtwo qui est l’initiateur de cette revue nous a ouvert le carnet de dessin du «The bench», le rendez-vous discret et hebdomadaire qu’il a crée avec Deter en 2011 pour partager sa passion avec d’autres graffeurs, un concours «Sketch» et un hommage à DETER ONE, un graffeur de l’ombre au talent immense et qui graffe depuis une vingtaine d’année.
1588316994.3.jpgL’un des meilleurs atouts de cette publication est de voir ou de revoir des fresques dont certaines ont disparu des murs de Genève. Pour l’actuel numéro à part les artistes cités plus haut vous pouvez contempler également le travail de TIMER, PANCHO, JAG, DETER, NUTS, BANDI, SPASM, QWEST et DABTWO.
Réalisé par un graffeur qui s’est entouré pour ce premier numéro d’artistes qui lui sont proches, «Lights» continuera son bonhomme de chemin avec de nouvelles rubriques et d’autres graffeurs et graffeuses qui brillent à Genève. Bonne continuation et vivement le deuxième numéro. 

En rapport avec cette note:

Bienvenue à «Light Geneva graffiti magazine»

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

14/02/2018

Bienvenue à «Light Geneva graffiti magazine»

27267523_1554624784653563_1332701612_o-724x1024.jpgC’est fait, Genève connaîtra à partir de demain sa première revue sur le graffiti. A ma connaissance cette première est carrément la seule expérience éditoriale à l’échelle du canton. «Light Geneva graffiti magazine» mettra sous les projecteurs 3 à 4 fois par année les artistes du street art qui font l’actualité. Une belle façon de garder une trace sur ce trésor éphémère qu’est le graffiti. Une excellente initiative de la part de son initiateur le graffeur talentueux Dabtwo.
Le numéro 1 sera présenté au public le jeudi 15 février à partir de 20h à l’Ecurie à Ilôt 13. Un vernissage ponctué de musique avec la présence de DJ Tenor Rock, Zippy (DGZ) et ZINZ.
En attendant, Dabtwo a bien voulu répondre à mes questions histoire de présenter ce nouveau venu dans l’édition qui va certainement faire plaisir à plus d’un aficionado du graffiti.
================================================

Sans titre4.jpgDabtwo je te laisse te présenter aux lecteurs de ce blog :
Mon blaze est Dabtwo. Je pratique le graffiti dit «légal» depuis une dizaine d’année. Auparavant, je me suis surtout consacré à la pratique du skateboard qui demande beaucoup de temps et d’énergie. Depuis que j’ai commencé le graffiti j’ai toujours essayé de m’ouvrir aux autres. Je suis notamment le fondateur du Bench puis du Bench Crew. Je suis aujourd’hui à la tête de Lights Magazine et de LTS Production. J’espère pouvoir continuer à rassembler les gens et donner un maximum de force à ceux qui œuvrent dans la bonne direction. Sans titre.jpg
- Comment t’es venu l’idée pour cette revue sur le graffiti?
J’achète et conserve des magazines depuis mon adolescence. Ces dernières années avec la multiplication des sites et réseaux sociaux sur internet et parallèlement la chute des ventes dans l’industrie de la presse écrite j’ai pu constater que le comportement des graffeurs avait considérablement changé et qu’aujourd’hui  pratiquement toutes les œuvres réalisées finissent en photo sur internet (fini la boite à chaussure et les pressbook photo caché au fond d’un tiroir). Chacun veut voir sa pièce tourner et être admirée par le plus grand nombre mais voilà que reste-t-il comme trace après les quelques likes vu que les publications s’enchainent et que par ailleurs la plus part de ces même sites ont une durée de vie bien plus courte qu’un magazine soigneusement conservé dans une bibliothèque. J’ai donc décidé de me lancer dans la réalisation de ce magazine pour d’une part permettre la conservation des œuvres réalisées par les graffeurs locaux et d’autre part répondre au besoin de visibilité d’un mouvement en constante évolution et malheureusement toujours pas respecté à sa juste valeur.

Sans titre2.jpg- Quelle sera la ligne directrice de «Lights»?
Ce magazine est avant tout indépendant et du graffiti pour le graffiti si je peux dire. Je compte donc lui permettre d’évoluer en ce sens. Il y aura d’autres rubriques dans les prochains numéros et surtout d’autres artistes, j’espère qu’il permettra de fédérer la scène locale et que chacun y trouvera son compte.
 - Quelle sera sa fréquence, sa distribution et qui seront les contributeurs?
J’espère pouvoir sortir 3 à 4 numéros par année. Concernant la distribution les choses sont en train de se mettre en place mais vous pouvez déjà le trouver chez Graphic Shop à Genève (Rue Caroline 13, 1227 Genève). Pour l’instant je travaille avec plusieurs graffeurs et photographes afin d’avoir un contenu original mais je suis intéressé à ouvrir encore l’équipe et bien sûr permettre au plus grand nombre possible d’acteur du mouvement de figurer dans le magazine.
27173413_943017832534960_4614038420734397732_o.jpg-Une présentation du sommaire du premier numéro
Le premier numéro est surtout composé d’artistes avec qui j’ai eu la chance d’évoluer ces dernières années car je ne voulais pas trop ébruiter ce projet avant qu’il se concrétise. Vous pouvez aussi y retrouver notamment une rubrique old-school, une rubrique internationale avec dans chaque numéro un focus sur un des événements important de la scène graffiti, une rubrique world wild avec divers photos d’œuvres et d’ambiance prise pour la plus part en voyage, un article sur Zippy (DGZ Muzik) un artiste Rap/Trap genevois, un concours de sketch et une double page consacrée aux tags.
28124731_953026311534112_2128717732_o.jpg-Actuellement sur la scène du graffiti à Genève règne la loi des clans entre graffeurs et graffeuses. Les tensions ne manquent pas dans ce domaine. Certains artistes s’évitent et d’autres s’invectivent à travers les réseaux sociaux. Quand penses-tu ?
Effectivement, il y a toujours eu et je pense qu’il y aura toujours certaines tensions ou rivalités entre les différents individus qui pratiquent le graffiti au sens large. Je pense que souvent tout cela est dû au fait que certains ne se connaissent pas et on donc du mal à accepter le travail ou les actions des autres. Parfois, il suffit juste de se croiser pour régler le problème, d’autre fois il est nécessaire de rappeler certaines règles à ceux qui ont tendance à les oublier ou les ignorer. Il faut aussi prendre en compte le fait que de plus en plus de personnes pratique et que les espaces vierges sont limités ou nécessitent plus d’investissement que simplement repasser ceux d’avant. Rester humble et faire ses preuves au fil des ans permettent d’obtenir le respect des autres plus facilement que d’essayer de s’imposer.

PS: pour contacter Dabtwo sur FB ici ou sur le site internet de LTS production ici

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

09/10/2017

Graffiti: Nadib Bandi, cet architecte graffeur!

DSC_3837.JPGCes dernières années, les graffeuses et graffeurs à Genève sont constamment sollicités pour égailler toute sorte de surfaces publiques ou privées à la grande satisfaction des amateurs de cet art éphémère. L’un des graffeurs les plus prolifiques du moment et le français Nadib Bandi qui accumule les interventions sur les murs de la cité et non seulement. Grand voyageur devant l’éternel, ces graffitis sont visibles aussi bien dans les rues que dans les galeries à Genève, Lausanne, Paris, DSC_3512.JPGMarseille, Toulouse, Liège... Sa dernière création en partenariat avec IDroom est une commande  qu’il vient de terminer. Si vous passez par le 17 rue des Voisins du côté de Plainpalais vous pouvez admirer et prendre en photo une grande fresque abstraite à la forme d’un puzzle signée Nadib Bandi. Quelques mètres plus loin une autre fresque encore plus belle avec des couleurs chatoyantes à la forme d’un labyrinthe orne la cafétéria du bureau d’architectes «Groupe DSC_3826.JPGberic» commanditaire des deux dernières œuvres de Bandi, un artiste qu’on peut considérer comme un architecte du graffiti tant sa production et son travail minutieux s’apparentent à la profession d’un bâtisseur de lignes, de courbes et de formes superbement exécutés. Ce travail de fourmi à la rue des Voisins, Bandi a mis un mois pour l’accomplir entre la maquette et la finition. Un bel ouvrage par un grand artiste humble, de bonne compagnie et à la modestie exemplaire!   

Lien sur le site de l'artiste ici

Bandi.jpg

DSC_3506.JPG

DSC_3516.JPG

DSC_3526.JPG

DSC_3546.JPG

DSC_3551.JPG

DSC_3819.JPG

Sans titre Bandi.jpg

DSC_3531.JPG

DSC_3544.JPG

DSC_3557.JPG

DSC_3821.JPG

DSC_3822.JPG

DSC_3834.JPG

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

24/09/2017

«Genève aime le train»...et le graffiti

Sans titre-3.jpg

Lors des «Journées portes ouvertes» cff / Léman express (le 23 et 24 septembre) sur le site d'une future gare pour Vernier-Châtelaine, 4 artistes du street art ont graffé sur 2 bus. Michael Vauthey (Mic Plasti) représentant de "Loop Colors Swiss" a été mandaté par le DETA (département de l'environnement des transports et de l'agriculture) pour mener à bien ce projet. Les 2 Bus graffés circuleront sur la ligne 61, jusqu'a ce que celle ci soit remplacée par le train d'ici fin 2019 avec les lignes du Léman Express.

Les TPG et le graffiti c’est une nouvelle histoire d’amour qui dure depuis le mois de septembre 2015. C’est pour la quatrième fois que dans le cadre du CEVA, les Transports publics genevois et les CFF font appel à des artistes du street art pour une collaboration. Souvenez-vous pour les «Journées portes ouvertes du CEVA» du mois de septembre 2015, Julien, Dabtwo et Elif ont réalisé 2 grandes fresques à la Gare des Eaux-Vives avant que Wozdat, Keim, Ygrek 1 et Dkor two ne fassent de même sur des supports et des bDSC_4097.JPGâches au même endroit. Au mois de février de cette année Joule de la Jonxion et Bandi ont décoré un bus qui fait la liaison entre Genève et Annemasse. Notons que ces deux derniers événements ont été organisés par l’association Desstres.  Face à l’intérêt qu’a suscité cette première intervention artistique sur un bus, et dans le cadre des «Journées portes ouvertes ferroviaires» de ce week-end, 2 autres bus (N. 61) qui font la liaisons entre les 2 villes frontalières ont été décoré par 2 artistes genevois, un vaudois et un français, histoire de rappeler que le CEVA par le biais du Léman Express aux 230 km de ligne desservira 45 gares genevoises, vaudoises et françaises.
DSC_3939.JPGJIMOX et AMIKAL du côté genevois ont travaillé sur un bus alors que le deuxième a été graffé par le vaudois INSO MUNDO et le français CHUFY. Le résultat est magnifique avec 2 approches différentes, une figurative et une abstraite. Les 4 artistes sont aux anges et il y a de quoi, comme le rappelle la graffeuse AMIKAL: «un bus est beaucoup mieux qu’une galerie d’art. Et voir son travail exposé sur un véhicule roulant tout au long de la journée et de la nuit entre Genève et Annemasse a de quoi apporter à ses auteurs satisfactions et fiertés».

DSC_3926.JPG

DSC_4027.JPG

DSC_4077.JPG

DSC_3952.JPG

DSC_4053.JPG

DSC_3934.JPG

DSC_3924.JPG

Sans titre.jpg

DSC_4000.JPG

DSC_3968.JPG

DSC_3974.JPG

DSC_3991.JPG

DSC_4011.JPG

DSC_4044.JPG

DSC_3928.JPG

DSC_3939.JPG

DSC_3942.JPG

DSC_3945.JPG

DSC_3955.JPG

DSC_3956.JPG

DSC_3957.JPG

DSC_3964.JPG

DSC_3984.JPG

DSC_4016.JPG

DSC_4020.JPG

DSC_4023.JPG

DSC_4075.JPG

DSC_4041.JPG

DSC_4048.JPG

DSC_4050.JPG

DSC_4059.JPG

DSC_4079.JPG

DSC_4084.JPG

DSC_4093.JPG

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

22/09/2017

Graffiti: Le sac de Jazi pour le centre commercial la Praille

DSC_3897.JPGLes graffeurs et graffeuses genevois sont très sollicités ces derniers mois. Nadib Bandi vient de finir 2 fresques géantes pour le bureau d’architectes Beric à la rue des Voisins, à Plainpalais Serval et Jazi ont terminé cette semaine la fresque géante du projet «Zup» alors que d’autres artistes continuent de décorer les murs de maisons ou d'appartements répondant à une demande de plus en plus forte. Les expositions se poursuivent aussi à travers le canton. Joule de la Jonxion, Charles Drawin, Heurkone, Rey Oner et Timer EDK et d’autres encore exposent leurs œuvres dans des galeries d’art et dans des lieux de la culture alternative. Mic Plasti vient d’ouvrir au 38 chemin des Semailles au GranSans titre 2.jpgd-Lancy, «Walls Street», une boutique dédiée au graffiti. Ce dimanche à la Place Chateaubriand, «Wilson» aux Pâquis, l’association Desstres organise des démonstrations de graffitis dans le cadre du «O.G.Skate Game of SKATE SWISS FINAL». Ce samedi et dimanche dans le cadre des "Journées portes ouvertes ferroviaires" à Vernier-Châtelaine de 10h à 17h trois graffeurs genevois, vaudois et français repeindront deux bus de la ligne 61 aux couleurs du Léman Express...Oui ça bouge à Genève du côté du street-art.
Aujourd’hui, on va parler d’une démarche originale que vient de lancer le Centre commercial et de loisirs  la Praille qui a mandaté Jazi pour la réalisation d’un nouveau visuel. Il a donné carte blanche à l’artiste habitué des commandes pour remplacer les sacs du centre commercial. 10’000 exemplaires sont à la disposition gratuitement des clients du centre commercial  la Praille conçus 100% en matière recyclée et 100% recyclable. Une belle entreprise qui ne manquera pas d’inspirer certainement d’autres centres commerciaux.

DSC_3880.JPG

DSC_3895.JPG

graffiti,graffeur,graffeuse,centre commercial la praille,heurone,joule,timer edk,rey oner,serval

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

19/08/2017

Du graffiti au «Festival Plein les Watts»

Sans titre.jpgDurant 2 jours, une dizaine de graffeurs et une graffeuse ont étalé leur talent devant le public de Plan-les-Ouates. Retour en photos sur cet évènement estival qui a marqué la scène du street-art genevois.
Dans le cadre du «Festival Plein Les Watts», Loop colors a organisé une session graf en live avec entre autres DSC_3439aaaaaaaaa.jpgles graffeurs JIMOX, SID, WHYRE, TEMIS, SOAK, TCHOUK, SYPE, ARTSOCE, BENJ BICHE et la graffeuse AMIKAL. Une belle brochette d’artistes pour une toute aussi belle vitrine pour promouvoir le graffiti genevois lors de ce festival populaire qui draine de nombreux mélomanes.
L’organisateur connu sous le nom de Mic DSC_3434aaaaaaaaa.jpgPlasti est satisfait de cette première incursion au «Festival Plein les Watts» et compte revenir l’année prochaine avec une plus grande surface à graffer et plus d’artistes à faire connaître au grand public. Dans l’après-midi du samedi, JIMOX et AMIKAL ont graffé en direct sur une voiture Jeep Wrangler qui sillonnera Genève et la France voisine avec au volant une admiratrice du street art toute heureuse de réaliser son rêve. 

DSC_3471aaaaaaaaa.jpg

DSC_3487aaaaaaaaa.jpg

DSC_3454aaaaaaaaa.jpg

DSC_3488aaaaaaaaa.jpg

DSC_3489aaaaaaaaa.jpg

Sans titre-cxyx1aaaaaaaaa.jpg

DSC_3484aaaaaaaaa.jpg

DSC_3483aaaaaaaaa.jpg

DSC_3482aaaaaaaaa.jpg

DSC_3461aaaaaaaaa.jpg

DSC_3462aaaaaaaaa.jpg

DSC_3474aaaaaaaaa.jpg

DSC_3478aaaaaaaaa.jpg

DSC_3480aaaaaaaaa.jpg

DSC_3476aaaaaaaaa.jpg

DSC_3477aaaaaaaaa.jpg

DSC_3473aaaaaaaaa.jpg

DSC_3481aaaaaaaaa.jpg

DSC_3468aaaaaaaaa.jpg

DSC_3465aaaaaaaaa.jpg

DSC_3498-1 (glissées)aaaaaaaaa.jpg

DSC_3433aaaaaaaaa.jpg

DSC_3501aaaaaaaaa.jpg

DSC_3443aaaaaaaaa.jpg

DSC_3437aaaaaaaaa.jpg

DSC_3441aaaaaaaaa.jpg

DSC_3449aaaaaaaaa.jpg

DSC_3452aaaaaaaaa.jpg

DSC_3495aaaaaaaaa.jpg

graffiti,graffitis,graffeurs,graffeuses,jimox,sid,whyre,temis,soak,tchouk,sype,artsoce,benj biche,amikal,amk

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

22:50 Écrit par Haykel dans graffiti | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : graffiti, graffitis, graffeurs, graffeuses, jimox, sid, whyre, temis, soak, tchouk, sype, artsoce, benj biche, amikal, amk, mic plasti | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/05/2017

Retour sur "Graffiti jam session de Champel"

DSC_1981.JPGSuccès total de la dernière sortie des graffeurs genevois à Champel et plus exactement au 21 avenue de Champel. Depuis dimanche 30 avril le public n’arrête pas d’affluer sur les lieux pour contempler et prendre en photo les belles fresques d’une trentaine de graffeuses et de graffeurs dont on peut citer AMK, JIMOX, GAMO, SEIKA, LIF, WHYRE, IDEO, WOZDAT, TONES, DELPH, FMR, SWICK, NICKO, EASY ONE, EVO, SAL, SERVAL, TEXAS, AVID, LEZA, LA VAKA, DAB2, DEFS...
Le talentueux IDEO a fait son baptême en réalisant sa première œuvre sur un mur. Alors que d'autres graffeurs se sont mis à 3 ou 4 pour réaliser des fresques dont le résultat est époustouflant.
Laissé à l’abandon depuis plusieurs années, l’ancien local du restaurant «Le fair play» retrouve une seconde vie. Le changement de propriétaire accompagne de belle manière la mutation de ce commerce qui a fait les beaux jours du quartier avant sa faillite. On ne sait pas trop ce qui va se passer à cet endroit. Un nouvel immeuble? Destruction complète du local actuel? Une chose est sûre cette ensemble d’œuvres est appelé à DSC_1944.JPGdisparaître un jour. Les habitants du quartier ne savent pas non plus la teneur de ce projet immobilier mais ils sont contents que ce lieu qui a longtemps défiguré le paysage urbain de Champel change de couleur.
Ce n’est pas la première fois et certainement pas la dernière qu’une régie ou un propriétaire immobilier fait appel aux artistes du street art. L’investissement n’est pas forcément  plus cher qu’une couche de peinture faite par des professionnels. L’association Desstres qui est derrière cette session de graffitis abonde dans ce sens et met tout son savoir faire et ses compétences pour servir de pont entre les artistes et les décideurs qui ont le pouvoir de transformer les sinistres murs de nos quartiers en œuvres d’art.

DSC_1865.JPG

DSC_1861.JPG

DSC_1863.JPG

DSC_1864.JPG

DSC_1874.JPG

DSC_1889.JPG

DSC_1895.JPG

DSC_1875.JPG

DSC_1904.JPG

DSC_1908.JPG

DSC_2080.JPG

DSC_2031.JPG

DSC_1986.JPG

DSC_1919.JPG

DSC_1977.JPG

DSC_1970.JPG

DSC_1926.JPG

DSC_1929.JPG

DSC_1930.JPG

DSC_1961.JPG

DSC_1999.JPG

DSC_1945.JPG

DSC_1937.JPG

DSC_1933.JPG

DSC_2018.JPG

DSC_1949.JPG

DSC_2014.JPG

DSC_1947.JPG

DSC_1939.JPG

DSC_1962.JPG

DSC_2000.JPG

DSC_2004.JPG

DSC_2026.JPG

DSC_2007.JPG

DSC_2054.JPG

DSC_2048.JPG

DSC_2049.JPG

DSC_2039.JPG

DSC_2057.JPG

DSC_2066.JPG

DSC_2069.JPG

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

11/04/2017

Des graffitis sur la Costa del Sol

DSC_1454.JPGL’Espagne est un paradis pour les graffeurs. On est même tenté de dire que la péninsule ibérique est la capitale du street art en Europe. Bon nombre de commerces choisissent ce mode d’expression pour décorer leur devanture. Des circuits à la découverte des graffitis y sont organisés comme aussi des festivals qui font la part belle au graff. Sur le long littoral de la Costa del Sol qui compte 150 kilomètres des graffeurs et des graffeuses ont investi les lieux en toute légalité pour un spectacle grandiose. Ballade en photos dans une zone qui balance entre le tourisme de luxe et les espaces naturels.

DSC_0582.JPG

DSC_0585.JPG

DSC_0587.JPG

DSC_0588.JPG

DSC_0589.JPG

DSC_0591.JPG

DSC_0669.JPG

DSC_0672.JPG

DSC_0674.JPG

DSC_0675.JPG

DSC_0677.JPG

DSC_0678.JPG

DSC_0679.JPG

DSC_0680.JPG

Sans titrewwww.jpg

DSC_0684.JPG

DSC_0686.JPG

DSC_0688.JPG

DSC_0691.JPG

DSC_0693.JPG

DSC_0694.JPG

DSC_0698.JPG

DSC_0700.JPG

DSC_0702.JPG

DSC_0703.JPG

DSC_0709.JPG

DSC_0712.JPG

DSC_0715.JPG

DSC_0719.JPG

DSC_0723.JPG

DSC_0725.JPG

DSC_0728.JPG

DSC_0733.JPG

DSC_0734.JPG

DSC_0735.JPG

DSC_0736.JPG

DSC_0737.JPG

DSC_0738.JPG

DSC_0739.JPG

DSC_0740.JPG

DSC_0743.JPG

DSC_0746.JPG

DSC_0749.JPG

DSC_0750.JPG

DSC_0752.JPG

DSC_0753.JPG

DSC_0773.JPG

Sans titreeqwdqwdq.jpg

DSC_0793.JPG

DSC_0794.JPG

DSC_0796.JPG

DSC_1306.JPG

DSC_1373.JPG

DSC_1374.JPG

DSC_1390.JPG

DSC_1398.JPG

DSC_1379.JPG

DSC_1380.JPG

DSC_1388.JPG

DSC_1403.JPG

DSC_1405.JPG

DSC_1409.JPG

DSC_1413.JPG

DSC_1416.JPG

DSC_1421.JPG

DSC_1431.JPG

DSC_1435.JPG

DSC_1456.JPG

DSC_1437.JPG

DSC_1441.JPG

DSC_1443.JPG

DSC_1444.JPG

DSC_1455.JPG

DSC_1447.JPG

En rapport avec cette note:

Graffiti: Tenerife, un paradis...

Le street-art à Barcelone, un paradis

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

16/02/2017

Graffiti: encore des fresques pour le CEVA

Sans titrehdhfh.jpg

Les travaux du CEVA avancent à grands pas. Du côté de l’ancienne Gare des Eaux-Vives des fresques viennent d’être réalisées en deux parties de quoi occuper un large mur de tôles qui défigurent le paysage urbain. La première partie située au niveau de la rue de la Gare des Eaux-Vives est l’œuvre de DKOR TWO. Elle date de quelques jours et représente sur 3 grandes bâches des locomotives «Léman express, le futur RER franco-DSC_0130.JPGvaldo-genevois. La seconde partie fraichement terminée cette semaine sur la route de Chêne occupant 5 grands panneaux attire l’attention pour son côté artistique. Du noir, du blanc, du jaune, du gris et de l’orange comme couleurs choisies par les artistes Wozdat, Keim et Ygrek 1 qui forment un crew (une équipe) au nom de «Leitmotiv». Ce trio franco-suisse est la meilleure preuve de la coopération entre artistes des deux pays voisins. Avec cette production, les auteurs ont voulu donné leur vision du futur autour du CEVA. Ils ont graffé une famille, une ville, de l’eau, des rails et quelques instruments couvrant les arts et métiers. Pas besoin de traduire tout ça par la nécessité d’avoir une liaison transfrontalière de qualité pour DSC_0172.JPGle bien de l’agglomération franco-valdo-genevoise.
C’est la deuxième commande qui tourne autour du CEVA pour les graffeurs. Toujours dans le même quartier le 26 septembre 2015 à l’occasion des journées portes ouvertes du CEVA deux graffeurs (Julien et Dabtwo) et une graffeuse (ELIF) ont signé une fresque géante sur des containers de chantier pour le compte des CFF. Cette fois-ci le crew «Leitmotiv» a été engagé par le département des Transports du Conseiller d’Etat Luc Barthassat pour embellir de belle manière la large clôture de ce chantier sur le chemin de la France voisine.

Bravo l’association Desstres qui une fois de plus en jouant les intermédiaires a permis la réalisation de ce projet comme ceux qui ont précédé et d’autres encore qui vont affluer. Desstres est un interlocuteur précieux entre les institutions et les artistes pour mener à bien et accompagner les futures réalisations de graffitis sur Genève.

DSC_0176.JPG

DSC_0139.JPG

DSC_0154.JPG

DSC_0182.JPG

DSC_0163.JPG

Sans titre.jpg

DSC_0169.JPG

DSC_0123.JPG

DSC_0124.JPG

DSC_0125.JPG

DSC_0127.JPG

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour! 

01:53 Écrit par Haykel dans graffiti | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : graffiti, ceva, graffeur, graffeuse, dkor two, wozdat, keim, ygrek 1, leitmotiv, crew leitmotiv | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/02/2017

Graffiti: Pump up the jam! Skate & graff session à Châtelaine

DSC_0072.JPGUne quarantaine de graffeurs réunis à Châtelaine durant deux jours! Du jamais vu! Quel bonheur!
2 jours pour préparer ce grand raout du street art qui s’est tenu ce week-end au 79 avenue de Châtelaine à l’ancien garage Kawasaki voué à une démolition prochaine. Mic de LoopColors et le Musée du skateboard de Genève (Pulp68) ont organisé cette session sous le signe de l’éphémère en ayant pris les autorisations nécessaires pour graffer en toute légalité. La commune de Vernier, la DSC_9955.JPGpolice et les services en charge des bâtiments publics ont donné leur accord pour 48 heures de graffitis et de skate avant l’entrée des bulldozers. A partir du lundi 13 février le 79 avenue de Châtelaine va se transformer en chantier. Et c’est dommage! A cette adresse une vingtaine de graffeurs dont une graffeuse, Amikal ont laissé leur empreinte...pour 48 heures seulement! Ah ce maudit chantier! Il va priver les nombreux amoureux du street art à venir contempler les œuvres des artistes genevois et français parmi lesquels  ont peut citer: TEXAS, LORDZ ONER, AMK, JIMOX, DAB, CITRON, WORLD, SAVER, SYPE 31, GROCK, PADRI, SEVEN LAB, ESPRIT TZP, JESS, KANO, EASYONE, KOAS, NAGINI, AKOZ, STOL, WOZDAT...
Pour la postérité 47 photos et une vidéo restituent l’ambiance de cette session spécialement éphémère.

DSC_0037.JPG

DSC_0115.JPG

DSC_0041.JPG

DSC_0116.JPG

DSC_9894.JPG

DSC_9895.JPG

DSC_0046.JPG

DSC_0043.JPG

11111.jpg

DSC_9922.JPG

DSC_9956.JPG

DSC_9960.JPG

aaa.jpg

DSC_0065.JPG

DSC_0058.JPG

DSC_0120.JPG

DSC_0111.JPG

DSC_9962.JPG

DSC_9963.JPG

DSC_0034.JPG

DSC_9990.JPG

DSC_9987.JPG

DSC_9980.JPG

DSC_9996.JPG

DSC_9997.JPG

DSC_9983.JPG

DSC_9989.JPG

DSC_9993.JPG

DSC_0002.JPG

DSC_0007.JPG

DSC_000ss3.jpg

DSC_0020.JPG

DSC_0016.JPG

DSC_0010.JPG

DSC_0027.JPG

DSC_0028.JPG

DSC_0021.JPG

DSC_0033.JPG

DSC_9930.JPG

DSC_9931.JPG

DSC_9924.JPG

DSC_9927.JPG

DSC_9939.JPG

DSC_0122.JPG

DSC_0047.JPG

DSC_0055.JPG

DSC_0121.JPG

DSC_0074.JPG

 

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

08/02/2017

Graffiti: rencontre avec Amikal à l’occasion de la sortie du livre « Behind the wall »

3998958995.JPGLe graffiti reste l’enfant pauvre de l’édition en Suisse. Rares sont les livres qui traitent sur le street art helvétique. C’est pourquoi il faut saluer toutes entreprises qui tendent à encourager, à faire connaître et à vulgariser le graffiti genevois. En 2016, Joule de la Jonxion a publié à compte d’auteur un livre sur son œuvre, Amikal, une graffeuse au don certain lui emboite le pas en ce début d'année 2017 avec un livre qui fait office de carnet de croquis pour 11 artistes graffeurs. Et c’est l’occasion de faire le point avec elle en marge de la sortie de « Behind the wall » tiré à 250 exemplaires et dont le vernissage a eu lieu la semaine dernière à la galerie The Square.
 
-Comment t’es venu l’idée pour Sans titre2.jpgfaire ce livre?
Je trouve que les blackbooks représentent quelque chose de magique, non seulement on découvre un artiste de façon plus authentique (le mur c'est le show ou le hasard et l'impulsif est bien moins présent que dans le carnet de croquis) mais en plus la qualité des tracés y est bien plus spontanée et parfois moins crispée que sur les murs qui tentent de reproduire le croquis.


-Pourquoi ton choix s’est porté sur ces 10 artistes précisément ? Quel est le point commun que tu partages avec eux?

Il s'agit principalement de 10 artistes dont j'admire particulièrement le travail, nous avons probablement en commun une passion pour le graffiti qui s'exprime de différentes façons.


DSC01929.JPG-Les dessins qui sont publiés ont déjà été graffés sur des murs? Ou ce sont des graffitis en devenir?

Ils ont été spécialement réalisés pour ce livre? Je ne saurais le dire, chacun était assez libre de faire comme il l'entendait, il y a probablement des dessins qui sont déjà apparus sur des murs, certains ont été également produits pour le livre c'est d'ailleurs mon cas pour quelques pages, mais il n'y a pas de vraies raisons, j'aurais pu prendre uniquement des pages de livre de croquis.


-Qu’y a-t-il derrière le mur?

Nous, peut-être...


Sans titre3.jpg-Tu participes en tant que contributrice et éditrice comment tu as travaillé avec tes 10 collègues? Tu as fait des choix? Ou tu as donné carte blanche? Raconte-nous la genèse de ce livre.

Chacun a contribué financièrement au livre, les 10 ont couvert la moitié des frais d'impression et je me suis chargée du reste avec des fonds propres et en démarchant des sponsors. Les contraintes graphiques concernaient uniquement les deux premières pages, pour les 8 suivantes il n'y avait que la recommandation de ne pas trop mettre d'infographie pour rester au plus proche de l'esprit "carnet de croquis". C'était intéressant parce que j'ai eu la surprise des choix de chacun au moment de la reddition des travaux, mais aussi un peu stressant parce que je ne maîtrisais pas l'entier du processus et étais par conséquent tributaire des impulsions graphiques des participants. Je ne trouve pas facile de s'en remettre à des gens que l'on ne connait presque pas.


Sans titre5.jpg-A Genève, l’année dernière Joule de la Jonxion a publié un livre à compte d’auteur et en ce début d’année c’est ton tour. Comment expliquer la pauvreté éditoriale dans le domaine du graffiti à Genève alors que chez nos voisins français l’édition sur le street art est florissante? En France plusieurs livres de graffitis sont publiés chaque année sans parler de revues spécialisées vendues en kiosques.

Je pense qu'en Suisse on est encore très frileux au niveau du graffiti, souvent associé à tort à l'insécurité et la saleté, deux concepts que la Genève internationale cherche à tout prix à cacher à ses visiteurs fortunés. Il y a aussi un passé historique étroitement lié au graffiti en France, c'est dans ce pays que ce sont rendus beaucoup d'artistes qui ont importé le graffiti en Europe. Cela fait donc partie de la culture française. Au contraire, en Suisse, l'art ne se veut pas populaire et est souvent réservé à une élite fortunée, donc pas de place pour les graffeurs une fois de plus. Je présume qu'il y a encore une tonne d'autres raisons sociales, historiques et financières la question est en tout cas très intéressante.


Sans titre6.jpg-Grâce à une impression en Italie tu as pu proposer la vente de ce livre à un prix raisonnable de 15.- chf pour 115 pages tout en y insérant 3 pages de publicité. Est-ce le meilleur moyen de parler du graffiti made in Genève tout en gardant une trace pour l’histoire?

Ce n'est sans doute pas le meilleur, mais c'est un moyen (notre livre est du reste archivé à la Bibliothèque nationale) et puis un beau livre ça fait plaisir à feuilleter et ça va toucher des personnes qui n'iront pas forcément errer sur les terrains de jeu urbains des artistes. En ce qui concerne le prix, il s'explique aussi par le fait que le livre n'a pas été engendré dans une optique de profit mais à l'instar de notre art en extérieur, pour montrer ce que nous savons faire.


DSC01931.jpg-Suite au succès de cette belle aventure, y aura-t-il une suite maintenant qu’on sait ce qu’il y a derrière le mur?

Oui, mais cette fois-ci, on va regarder plus loin. Je peux déjà dire qu'il y aura quelques artistes du premier volume et d'autres provenant d'autres pays, certains graffeurs sont connus, d'autres moins mais tous ont en commun qu'ils font de très jolis dessins qui méritent d'être partagés.

Les 11 artistes qui ont participé à ce livre:

Wozdat

Moru

Grock

Doer

Amikal

Padkoi

Zcäpe

Sevenlab

Kornflex

TCK

Slamer

Pour prendre contact avec AMIKAL: http://amikal.xyz/

DSC01930.jpg

DSC01932.jpg

Sans titre 1.jpg

Sans titre4.jpg

Sans titre7.jpg

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

06/12/2016

Graffiti: JAZI à Onex

Sans titre 2.jpg

JAZI, un nom bien ancré dans le milieux du street art genevois. Depuis la fin des années 80 il peint sans relâche et réalise des mandats divers aussi bien en Suisse qu’à l’étranger tout en participant à des expositions et à des performances « live » avec d’autres graffeuses et graffeurs, la dernière DSC_5460.jpga eu lieu aux halles de la Fonderie de Carouge dans le cadre de l’exposition « Geneva propaganda ». A quelques mètres de là, au « Chat noir » Keziah Jones occupe un mur avec sa guitare grâce au graffiti que lui a consacré JAZI. Ici même le 12 septembre 2015  sur ce blog  je lui ai consacré une note pour parler de sa fresque réalisée à la rue Rodo à Plainpalais répondant à une commande d’une régie immobilière. Les régies font souvent appel à ses services. Et sa dernière réalisation est visible au chemin de la Traille non loin du Cycle d’orientation du Marais à Onex.
DSC_5419.jpgUne longue fresque de 134 m2 admirablement graffée qui lui a demandé 6 semaines de travail sous le regard bienveillant des habitants du quartier contents que le béton s’est transformé en une décoration et que le quartier attire même des photographes à commencer par votre serviteur.
JAZI a eu beaucoup de plaisir a réalisé cette fresque et garde un bon souvenir des habitants du quartier qui lui ont fait un bon accueil et lui ont offert à plusieurs reprises à boire et à manger.

DSC_5417.jpg

DSC_5421.jpg

DSC_5422.jpg

DSC_5442.jpg

DSC_5444.jpg

DSC_5445.jpg

DSC_5446.jpg

DSC_5454.jpg

DSC_5450.jpg

 

DSC_5493.jpg

DSC_5457.jpg

DSC_5463.jpg

DSC_5473.jpg

DSC_5477.jpg

DSC_5479.jpg


L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

11:11 Écrit par Haykel dans graffiti | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : graffiti, graffiti genevois, street art, street art geneva, jazi, graffeur jazi | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/11/2016

Des graffitis fluorescents à Carouge

Sans titre 233-s.jpgDes graffitis en 3D ou en fluo c’est la nouvelle tendance dans le street art.
Le graffiti n’arrête pas de se renouveler et de se transformer pour suivre la mode et coller à son époque. Plusieurs établissements nocturnes font appel aux graffeurs et aux graffeuses pour des décorations d’intérieur visibles à faible lumière. Le graffiti fluo fait fureur dans les bars branchés suffisamment de quoi donner du travail aux artistes. Dans le cadre de l’exposition « Geneva propaganda » et pour l'atelier organisé par Desstres AMIKAL, IDEO, TROCKS, SPELO, PTITLUT et LUTIN ont utilisé cette technique spéciale pour graffer sur des tableaux dont les motifs n’apparaissent que dans un endroit sombre. Résultat spectaculaire pour cette performance que vous pouvez visiter jusqu’au 19 novembre aux Halles de la Fonderie à Carouge.

Sans titre 2eff.jpg

DSC01107-s.jpg

DSC01108-s.jpg

DSC01112-s.jpg

graffiti,graffeurs,graffeuse,graffeurs genevois,graffeuses genevoises,desstres,idéo,amikal,geneva propaganda,lutin,street art

Sans titre 24e.jpg

DSC01113-s.jpg

DSC_5734-s.jpg

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!