06/11/2010

Sandrine Salerno reçoit le Prix de la Fondation de l’Entre-Connaissance

Une information Planète photos.

FEC 6 Nnovembre 2010 086.jpgDans le cadre des journées portes ouvertes organisées ce jour par la Fondation de l’Entre-Connaissance, Sandrine Salermo maire de Genève a reçu un prix. Un prix symbolique décerné par la même fondation qui œuvre pour la connaissance et la compréhension des cultures et des peuples. Une récompense pour son engagement au service du dialogue interculturel qui s’est concrétisé lors des Salons Citoyens de la Ville de Genève qui avait pour thème « Citoyenneté genevoise et cultures musulmanes » le 23 novembre 2009.
Sandrine Salerno accompagnée par Sami Kanaan la nouvelle coqueluche des socialistes qui se présente sur le même ticket électoral pour les élections au Conseil administratif ont fait le déplacement au 14 rue du Môle pour honorer une invitation dont le slogan est:"Discuter c'est partager : l'islam parlons-en !"FEC 6 Nnovembre 2010 157.jpg
Après le discours de Salerno, le pasteur William McComish a lu une déclaration condamnant le dernier attentat criminel contre l’église Notre Dame à Bagdad. Une déclaration faite auparavant par les responsables religieux chrétiens et musulmans réunis au siège du Conseil oecuménique des Eglises de Genève du 1er au 4 novembre dernier lors d’une rencontre internationale. L’engagement de Sandrine Salerno dans la vie active des différents courants religieux est à mettre à son actif. Une maire qui roule pour toutes les religions de sa ville il faut le relever et le signaler.
Nemat Mardam-Bey, Présidente de la Fondation de l’Entre-Connaissance qui a remis le prix à Sandrine Salerno et son infatigable directeur Hafid Ouardiri se réjouissent de ce genre de rencontres et nous promettent d’autres rendez-vous de partages et de dialogues avec les différentes communautés pour un mieux vivre ensemble.

FEC 6 Nnovembre 2010 115.jpg
Sandrine Salerno maire de genève, Hafid Ouardiri directeur de l'Entre-Connaissance et Sami Kanaan candidat au Conseil administratif de la ville de Genève
Sans titre 2.jpg
Nemat Mardam-Bey présidente de l'Entre-Connaisance, Hafid Ouardiri directeur de l'Entre-Connaissance et Sandrine Salerno maire de genève
Et demain est un autre jour!

26/02/2010

Hafidh Ouardiri répond à Kadhafi

848693086.jpgSuite à la dernière sortie de l’infatigable Président Libyen Mouammar Kadhafi qui appelle au “Jihad” contre la Suisse, j’ai interpellé Hafidh Ouardiri directeur de la Fondation de l'Entre-Connaissance pour connaître son avis sur la question et pour nous expliquer le sens du mot “Jihed”. Voici sa réponse:

Vivement la paix Monsieur Khadafi !

"Apparemment la colère de Kadhafi a atteint des degrés culminants  de la démence. Il appelle au jihad contre la Suisse et déclare mécréant tout musulman qui ne répond pas à son appel.
Non, mais pour qui se prend-il ?
Pourtant, il sait mieux quiconque qu'il n'a aucune autorité pour faire une telle déclaration. Les musulmans ne sont ni ses sujets ni ses objets. Mais que voulez-vous il est habitué à l’abus de pouvoir. Il prend ses délires pour des réalités. Nous avons toujours espéré et nous espérons encore que le différent qu'il a avec la Suisse se réglera loin de ses stratégies médiocres et contre productives.
Je crois qu'il faut saisir cette malheureuse occasion pour expliquer, encore une fois, aux uns et aux autres ce que le mot jihad signifie. En effet, ce mot qui veut dire "effort" a deux usages bien distincts.         
Le premier est celui qui consiste à repousser une agression lorsqu'un pays musulman est injustement agressé par un pays tiers ou une puissance ennemie afin de l'occuper, de  le dominer pour spolier ses richesses et assujettir sa population. 215px-Muammar_al-Gaddafi_at_the_AU_summit.jpgLorsque cette situation est avérée, les autorités politiques et religieuses, suite à une consultation mûrement menée avec la population, appellent au jihad (c'est-à-dire à l'effort de libération) pour repousser l'agresseur et préparer la paix. Ce n'est donc pas n'importe qui, qui peut se prévaloir d'une telle autorité pour agir ainsi. Le dialogue est la clé première dont il faut faire usage pour désamorcer ce genre de situation et ce  n'est que lorsque cela devient impossible que cet appel peut être décrété.
La deuxième signification qui est bien plus importante et essentielle, est celle qui consiste en ce que chacune et chacun des musulmans fasse un effort sur lui même pour combattre ses mauvais penchants et ses pulsions négatives afin d'affiner son caractère et de le rendre meilleur pour être utile et solidaire au genre humain en général.
La gesticulation à laquelle on assiste aujourd’hui n'est rien d'autre qu'un coup d'épée dans l'eau qui a des effets négatifs pour nous musulmans et surtout pour la paix de tous. C'est vrai que la malheureuse votation contre les minarets est utilisée et sera utilisée pour servir ce genre de coups d'éclats médiocres.
En tout cas, nous musulmans de Suisse nous nous trouvons condamné à la double peine. Celle causée par ce type de provocation stupide  et celle venant de ceux, adeptes d'une politique populiste, qui saisiront cette occasion rêvée pour l'instrumentaliser contre nous comme ils savent bien le faire. Je crois que le véritable "jihad" à savoir « l’effort » qui devrait être fait de toute urgence est celui de réunir toutes les bonnes volontés de chaque côté pour régler au plus vite cette situation envenimée qui a des accents belliqueux pour régler ce problème, libérer l’otage emprisonné et rétablir des relations normales et fécondes entre les deux pays, pour l'Europe, pour le monde et pour tous les musulmans qui ne sont rien d'autres que des victimes prises en otages dans cette affaire à épisodes multiples.  Vivement la paix !"

Hafidh.jpg
Hafid 2.jpg