florence kraft babel

  • Politique genevoise: Ah ce racisme ambiant!

    Imprimer

    87666097_2797047153735769_8842832823418093568_o.jpgDernièrement, je n’étais pas surpris par l’échange sur Facebook entre la conseillère municipale Florence Kraft Babel (PLR) et son homologue Omar Azzabi, (Vert) qui a conduit lundi 2 mars à un article du Courrier dont le titre résume le contenu: «Un élu renvoyé à ses origines». Un dérapage radical et non surprenant de la part d’une élue d’un parti de droite envers un autre élu écologique franco-tunisien, naturalisé Suisse et vivant à Genève depuis 27 ans! Je ne compte plus les anciens candidats politiques qui ont jeté l’éponge à cause de ce racisme ordinaire et ambiant qui règne à Genève, une ville pourtant hétéroclite dont la grande majorité des habitants sont des étrangers ou des naturalisés Suisses. «Le Suisse de souche» qui compose l’électorat de droite et de son extrême est loin d’être majoritaire. 2020-03-03 (2).pngSur 500'000 habitants il y a 200'000 étrangers et 300'000 suisses y compris les naturalisés. Si les partis de droite et d’extrême droite arrivent à siéger, à gagner des élections ou à obtenir une issue favorable à leurs initiatives c’est grâce ou à cause de tous ces naturalisés qui sèchent les urnes.

     La discrimination électorale existe ici plus qu’ailleurs. Les noms à consonances «exotiques» sont systématiquement biffés aussi bien auprès de l’électorat de droite que de celui de la gauche. A cela s’ajoute les humiliations sur les réseaux sociaux et les attaques sur les stands lors des divers campagnes électorales. «Vous avez un joli nom, de quel pays vous venez?», «Vous avez un accent qui ne vient pas d’ici». «Vous avez appris l’hymne national Suisse?». «Vous avez accompli vos études en Suisse?», «Depuis quand vous êtes à Genève?». «Pourquoi vous ne vous engagez pas dans la politique de votre pays d’origine?»…Telles sont quelques-unes des questions auxquelles les candidats de la diversité et les naturalisés doivent répondre. Et tant pis pour le programme du candidat ou de la candidate, ça n’a pas d’importance! Et tout ça bien entendu bien enrobé, bien dit d’une façon polie et aseptisée qui n’inspirent aucun relent de racisme ou un sous-entendu calculé!

    37_300x300_acf_cropped-200x200.jpgEn résumé: on connaît la musique, vous êtes une blonde aux yeux bleus ou verts, vous avez du bagout, vous présentez bien, vous passez sans encombre et vous pouvez même vous offrir le luxe de donner des leçons aux autres qui n’ont pas eu la chance de naître dans cette belle ville. Vous êtes beau comme un arabe, extrêmement qualifié et humaniste on vous appliquera le délit de faciès. Mais on ne vous la fait pas Omar Azzabi, vous avez du sang tunisien dans les veines, cela veut dire que vous êtes un brave combattant, rien ne vous arrêtera, vous irez loin et qu’à votre tour un jour, vous donnerez la leçons aux autres donneurs de leçons dans une ville qui vous appartient aussi grâce à votre engagement utile.

    Et demain est un autre jour!