djemâa chraiti

  • Genève: Le carrousel des exclus, ronde infernale

    Imprimer

    © swingvoodoo - Fotolia.com.jpgCela fait un moment que la talentueuse blogueuse Djemâa Chraiti n’a pas abreuvé ses blogs. Un coup de fatigue ou lassitude, une démotivation à court ou à long terme? Rien n’est définitif rien n’est figé pour l’éternité. Voilà qu’elle se manifeste par le biais de mon blog pour raconter l’histoire poignante d’un exclu du système. A travers son histoire beaucoup se reconnaitront. La Suisse compte par milliers des exclus qui n’ont pas droit au même traitement. On a beau posséder le fameux passeport rouge avec la croix blanche mais rien a faire quand on se présente pour un travail. Les noms à consonances exotiques n’ont pas la même valeur que d’autres dont l’appellation est de souche purement helvétique. Le désarroi de certains conduit aux pires actes.   

    ====================================================================
    "Un homme est allongé, plus blanc que ses draps, le souffle court, la tension basse, le regard perdu légèrement vitreux, la voix n’est plus qu’un filet inaudible. Aux urgences tout n’est que bip, roulement rapide de brancards, cathéter posés rapidement, prises de sang, scanner, cris de douleurs, les soubresauts d’un infarctus secouent un vieil homme. Lui n'entend rien, il ne sait pas précisément où il se trouve, il ne sait plus, peut-être qu'il est passé de l'autre côté sans le savoir. Enfin parti !
    © creative soul - Fotolia.com.jpgJe me penche sur ce visage fatigué, le drame s’est préparé lentement et s’est joué sur des années ; il s’est déroulé sous mes yeux sans que je puisse ralentir cette longue et pénible chute. Il y a eu les années de l’espoir, de l’apprentissage de la langue, des études réussies trop brillamment sans doute, on ne lui en demandait pas tant , ses bras et moins d’ambition auraient largement suffis, mais il ne l’a pas compris, il a foncé dans cette vie nouvelle après avoir échappé au génocide bosniaque.
    Un doctorat en poche, un nom en « vic » et des années de refus, trop qualifié, pas assez, pas encore, moins de, plus de, repassez nous voir dans un an………… la déchéance, le chômage, puis l’hospice, les emplois de solidarité qui soulignent avec effroi et une forme de violence certaine, la désolidarisation d’une société maltraitante qui exclut avec une extrême bonté, le sourire aux lèvres. Quelques compassionnels pétris de bons sentiments ont rencontré ce candidat avec une politesse obséquieuse, quelques autres, politiciens engagés ont grimpé sur son dos à lui et ceux de nombreux réfugiés, précaires et exclus pour arriver à se hisser jusqu’à Berne et les laisser en plan, exactement là où on les a trouvés 20 ans plus! tôt. En 22 ans, cet exclu peut tout vous décrire, vous expliquer, vous pointer du doigt les failles du système.
    Du systFotolia_7513393_XS.jpgème et de sa maltraitance institutionnelle, il a en eu assez et il a crié avec la dernière énergie qui lui restait : ASSEZ ! ASSEZ ! Il s’est couché pour ne jamais plus se relever, ne plus essuyer de refus, ne plus se sentir humilié de devoir tendre la main pour l’aide minimum. Il a laissé mourir les plantes qu’il aimait tant et il les a suivies dans cette forme terrible de dessèchement du corps devenu inerte, l’âme en charpille, sans boire et sans manger, les jours ont passé. Il a fallu forcé la porte, l’extraire de ce lit transformé en cercueil tapi sous un duvet transformé en linceul.
    Hagard, il vous répète, je suis fatigué de cette vie, de l’injustice, laissez-moi partir !
    Au-delà de ce drame humain, il serait intéressant d’analyser de manière objective, ce qu’il est advenu des réfugiés des Balkans arrivés dès 1991, que deviennent leurs enfants suisses et nés en Suisse, tous ces noms qui se terminent  en « vic » qu’on évacue avec une politesse si exquise. La réponse on la pressent et même on la connaît parfaitement, ils sont nettement discriminés comme tous ceux qui malgré le fait qu’ils soient nationaux, ne portent pas un nom appartenant à un Suisse de souche. Combien sont-ils à s’être laissés mourir ou enfermés dans les hôpitaux psychiatriques?  L’exclusion tue et nous le savons tous !
    Il va bientôt sortir de l’hôpital et puis quoi après ? Un nouvel emploi de solidarité forcé, dès le mois de janvier 2014 et tourne tourne le carrousel de l’exclusion…….
    Djemâa Chraïti

    En rapport avec cette note:

    Pour trouver un job changez de nom


    Illustration 1: © swingvoodoo - Fotolia.com

    Illustration 2: © creative soul - Fotolia.com

    Illustration 3: © absfred - Fotolia.com

    Et demain est un autre jour!

  • 2 plaintes et mes remerciements à vous lecteurs, à Chraiti, à Lala, à 20minutes, à Décaillet...

    Imprimer

    2-ssssss1111.jpgJe ne sais plus par où commencer. Je ne vous cache rien ami(e)s lecteurs. Après tout, c’est à vous que je dois rendre des comptes en premier, vous sans qui ce blog n'existerait même pas. L’introduction faite,  je reviens à l’affiche controversée du MCG, le droit d’informer et le chemin qui m’a conduit jusqu’au tribunal. Ayant reçu un mandat de comparution de la Police judiciaire section Brigade de criminalité générale je me suis rendu mardi comme prévu au rendez-vous. Premier contact avec l’inspectrice, une dame charmante et avenante qui contraste avec les locaux lugubres et la cellule où s’est passé l’interrogatoire. Une chaise, un bureau, une petite table le tout bien fixé au sol avec un ordinateur portable sur lequel prend noteSans titre 2.jpg l’inspectrice et c’est tout. Pas de fenêtres, une pièce traumatisante et étouffante! La porte est restée ouverte car aucun risque de délit de fuite...vous connaissez un blogueur qui va se défiler face à ses responsabilités et prendre la poudre d’escampette à la première occasion? Cette même porte fait plus peur que tout le reste. J’ai compté 3 grandes serrures de quoi décourager tous les MacGyvers de la planète. La pièce d’à côté à ma gauche était fermée, à l’intérieur il y avait un homme. Comment je le sais?  Ses chaussures sont restées à l’extérieur parce qu’avec des lacets on peut jouer à la grande évasion. Moi j’ai eu la chance de garder les miennes et d’avoir la porte ouverte pendant une heure de questions-réponses. Deux  plaintes déposées contre moi et la clique du MCG. Au moins je ne suis pas seul dans cette galère. Qui sait peut être on partagera un jour la même cellule... Je vais très loin, j’arrête de faire peur à mon entourage avec ce genre de plaisanterie.
    Deux plaintes...
    Je disais donc deux plaintes pour diffamation et calomnie ainsi qu’insoumission à une décision du tribunal. Pour cette dernière plainte je ne suis pas très sûr du terme exact, étant très peu rompu au langage judiciaire. Je n’ai pas eu de copie de mon interrogatoire à la fin de mon audition parce qu’il faut respecter les démarches administratives. C’est mon avocat qui doit la réclamer et la recevoir à ma place. Mercredi à 16h00 j’ai rencontré enfin mon avocat, un homme de loi certes mais ancienne vedette politique. Comme mon inspectrice de charme, il est réfractaire à tout ce qui est réseau social. Les deux ne savent pas très bien comment fonctionne un blog. ça promet! Je ne dirais pas plus ni sur l’un ni sur l’autre. Quant aux honoraires de mon défenseur, j’ai trouvé un sponsor évidement dans le domaine politique. J’y reviendrai!
    Je tiens à remercier ici tous ceux qui m’ont témoigné leur soutien et ils sont nombreux. Depuis la parution de l’article de 20minutes, il y a 3 jours  je croule sous les gestes d’attention, des sms, des téléphones, des  commentaires sur ce blog et de nombreux messages sur Facebook. Je n’arrête pas d’être ému du matin au soir de quoi supporter cette double action en justice. Je remercie tout particulièrement les blogueurs Djemâ Chraiti et Lala qui m’ont consacré une note et le grand Pascal Décaillet pour qui je constitue cette semaine le coup de cœur de GHI.

    PS: Merci également pour le soutien: Demir SÖNMEZ et Memet Asker

    Et demain est un autre jour!
  • Après Genève, la Tunisie honore Djemâa Chraiti

    Imprimer

    IMG_7604-ssssss1111.jpgUne année faste pour  Djemâa Chraiti qui continue de collectionner les honneurs. Après le Prix genevois de “Femme exilée, femme engagée” des tiné à rendre hommage aux femmes de toutes nationalités «capables de rester debout quand tout les pousse sous l’eau» pour reprendre les mots d’Alba Viotto, fondatrice du prix, notre collègue Chraiti a été honorée hier par la Tunisie son pays d’origine. En effet, en marge de la soirée organisée par la Mission diplomatique tunisienne à Genève pour rendre hommage aux différents partenaires qui ont organisé l’opération “Des livres pour la Tunisie” Djemâa Chraiti a reçu deux cadeaux dont un poisson rouge sous les applaudissements des présents. Oui un poisson rouge de quoi inspirer notre talentueuse écrivaine pour un nouveau roman. Pour ceux qui ne le savent pas Djemâa Chraiti vient de perdre la mascotte de son roman Sarajevo...qui n’est rien d’autre qu’un poisson rouge qui a vécu 2 ans le temps d’inspirer et d’accompagner la blogueuse-écrivaine dans ses pérégrinations romanesques. Et c’est tout naturellement que ses compatriotes tunisiens ont pensé à remplacer “l’être cher” qui vient de disparaître. Bravo Chraiti!

    IMG_7605-ssssss1111.jpg
    Photos et vidéo: Ali Zghal
    A lire également concernant Djemâa Chraiti

    Et demain est un autre jour!
  • Rencontre avec la blogueuse Djemâa Chraiti

    Imprimer

    1.jpgCela fait maintenant un peu plus de deux ans qu’on se connait virtuellement à travers nos blogs. Et le destin nous a réunis aujourd’hui autour d’une table dans un restaurant turc de qualité à la Rue du Cendrier. On se lisait mutuellement on s’envoyait des mails et on gérait ensemble un blog collectif sur cette même plate-forme. Le “On” se conjugue avec moi votre serviteur et l’une des blogueuses les plus brillantes de la suisse romande: Djemâa Chraiti. Rencontre improbable entre deux blogueurs au style différent. Le chasseur d’images, pourfendeur des contradictions et la blogueuse romancière.
    Une heure et demi de pur bonheur, le temps qu’a duré le déjeuner. Djemâa est pressée. Elle a un rendez-vous à Plainpalais qu’elle ne peut décommander. Le rendez-vous est pris pour plus tard dans un bistrot à côté de la gare. J’avais des questions à lui poser sur les blogs.
    20110426_6529.jpgLa première impression est généralement la meilleure. Djemâa Chraiti ne laisse pas indifférent. Elle a un caractère bien trempé. Exubérante, mais rien d’excessif. Une boule d’énergie. Le temps passe vite en sa compagnie.

    Djemâa Chraiti est un roman!

    Elle a mille et un projets, je ne sais pas si elle arrive à suivre le rythme qu’elle s’impose. Certainement, vu qu’elle se réserve des plages de détente et des “absences” des blogs...pour “rêvasser” et “contempler les nuages”. C’est de là qu’elle puise son inspiration. Celle qui lui a permis d’écrire plusieurs romans, d’entretenir trois blogs, de s’occuper de ses enfants, de travailler, de lutter pour dévoiler la vérité et donner une sépulture à son père, de voyager, de vivre pleinement chaque instant de la vie. Djemâa Chraiti est un roman qui se vit au présent, ouvert sur les autres. Les autres se sont les communautés étrangères qu’elle continue à côtoyer...nombreuses et diversifiées comme ses nombreuses qualités. Avec elle on est toujours gagnant. Elle m’a raconté plusieurs histoires et m’a donné envie d’acheter un livre de nouvelles Kiss Kiss de Roald Dahl. Et je l’ai acheté! Elle a un grand talent celui de raconter des histoires. Elle a ce don naturel de transformer le récit le plus banal en un conte de fée.

    20110426_6523.jpg

    Je lui ai posé ces questions sur les blogs:
    -Pourquoi tu blogues?
    -Tu es une brillante blogueuse mais tu n’es pas constante. Tu te fais rare. Est-ce un manque d’inspiration, une retenue pour un quelconque raisonnement ou un besoin de s’exposer le moins possible?
    -Et si on te demande de choisir entre écrire des romans ou bloguer?
    -Comment tu vois l’impact des blogs sur la société des médias?
    -Quels sont tes projets?
    -Le prochain voyage c’est à Tunis...


    Djemaa chraiti par PLANETEPHOTOS

    20110426_6531.jpg

    PS: vous pouvez rencontrer Djemâa Chraiti au Salon du livre vendredi 29 avril

    Les blogs de Jemâa Chraiti:

    -Pâquis j'adôôôre!

    -Regards croisés

    -Bienvenu chez les rroms

    Cet article a paru également sur Kapitalis

    Et demain est un autre jour!
  • Djemâa Chraiti, une tunisienne à l’honneur en Suisse

    Imprimer



    Djemâa Chraiti, blogueuse et écrivaine, fille du fellaga Lazhar Chraiti, vient de recevoir, à Genève, le prix “Femme exilée femme engagée”, décerné aux femmes militantes contre les injustices.
    Haykel Ezzeddine, Genève.


    Depuis 2001, date de sa création, le prix “Femme exilée femme engagée” a récompensé 108 femmes pour leur courage, leur lutte contre les injustices et leur militantisme. Malgré leur exil, ces femmes se sont distinguées en aidant d’autres à faire entendre leur voix et en leur montrant le chemin à suivre. Genève, sait reconnaître la valeur de ses citoyennes qui s’engagent pour défendre l’égalité.
    Comme on l’a déjà annoncé précédemment, la fille du valeureux fellaga Lazhar Chraiti, la blogueuse et écrivaine Djemâa Chraiti figure parmi les sept lauréates de l’édition 2011.
    Vendredi 1er avril, à l’Université de Genève, dans une salle pleine, composée en majorité d’un public féminin, la Tuniso-Suisse, très émue, a reçu une statuette et un diplôme sous les applaudissements des présents, dont quelques députées et la maire de Genève, la socialiste Sandrine Salerno.

    La mémoire des laissés-pour-compte
    djemaa chraitiKapitalis a posé à Djemâa Chraiti, qui milite également au sein d’Amnesty International, la question suivante: «Que vous procure cet honneur de la part de la Ville de Genève?» Voici sa réponse: «C’est une belle occasion de relayer, face aux projecteurs, des causes qui me tiennent à cœur, notamment celles des personnes sans statut légal, qui œuvrent auprès de nos personnes âgées et auprès de nos enfants, et qui sont devenues indispensables; ainsi que celle de tous les exilés qui, malgré les diplômes, malgré la langue apprise, et parfois malgré la nationalité suisse obtenue, n’ont encore jamais trouvé leur place dans cette société supposée traiter tout un chacun sur pied d’égalité. Le parcours des autres lauréates vaut aussi le détour, chacune d’entre elles mène un combat digne et courageux.  Quant à moi, ériger ma statue me gêne, il est temps de disparaître des feux de la rampe pour continuer le travail de terrain et reprendre une plume délaissée depuis quelques jours. Au-delà de la révolution tunisienne et des espoirs qu’elle a engendrés, malgré le chantier en cours, ce fut aussi le bon moment de rappeler que nous avons quitté la Tunisie suite à des circonstances dramatiques et que nous continuons de lutter pour un devoir qui nous incombe à tous, celui d’enterrer dignement nos morts et de respecter la mémoire de nos laissés-pour-compte qui sont encore dans une fosse commune dans une Tunisie du XXIe siècle».
    Djemâ Chraiti fait ici allusion, on l’a compris, à tous les martyrs de la Tunisie, mais aussi, et surtout, à son propre père, Lazhar Chraïti, condamné à mort et exécuté, puis enterré dans une fosse commune, ce qui empêche ses fils et filles, devenus des hommes et des femmes adultes, de faire leur deuil et d’aller fleurir sa tombe… qui n’existe pas.

    Photos de Demir SÖNMEZ

    Lire aussi:
    Tunisie. La fille de Lazhar Chraiti récompensée à Genève

    Article paru sur Kapitalis le 5 avril 2011

  • La fille de Lazhar Chraiti récompensée à Genève

    Imprimer

    Chraiti.jpgDjemâa Chraiti, la fille du célèbre fellaga Lazhar Chraiti, exécuté en 1963, sera l’une des 7 femmes qui recevront le Prix “Femme exilée, femme engagée” à Genève.


    Ce n’est pas un poisson d’avril: le premier jour du quatrième mois de l’année, 7 femmes recevront à Genève le Prix honorifique de “Femme exilée, femme engagée” destiné à rendre hommage aux femmes de toutes nationalités «capables de rester debout quand tout les pousse sous l’eau» pour reprendre les mots d’Alba Viotto, fondatrice du prix.
    Un prix que remettra la maire socialiste de Genève Sandrine Salerno. Pour cette édition, une Suissesse d’origine tunisienne sera parmi les 7 lauréates. Il s’agit de Djemâa Chraiti, la fille du célèbre syndicaliste Lazhar Chraiti, exécuté en 1963. La Tuniso-suisse, Djemâa Chraiti, femme engagée, blogueuse patentée sur la plate-forme de la ‘‘Tribune de Genève’’ et écrivaine de talent mérite ce titre qui fait d’elle la première tunisienne voir arabe à remporter ce prix.
    Haykel Ezzeddine, Genève.
    Lien permanent Catégories : Résistance, Solidarité, Tunisie 6 commentaires
  • Le silence, je t’aime moi non plus!

    Imprimer


    712138140.jpgIl y a de quoi être interloqué. Dans plusieurs endroits le silence est imposé. Hôpital, train, cinéma, théâtre, bibliothèque... Des écriteaux viennent même rappeler les étourdis leur devoir à respecter le mutisme le plus complet. Muet comme une carpe pour mieux apprécier le son, l’image, l’art, le transport en commun...et le respect aux malades... Jamais je n’ai vu une pancarte indiquer le contraire. “Ici, défense d’honorer le silence!” “Le bavardage est une obligation”.
    Face à la pollution sonore qui nous entoure force est de constater que quand le bruit se fait rare, le silence se remarque à coup sûr. Vous savez l’histoire du vide qui impressionne, de l’être qui vous manque, du repos du guerrier après la bataille... J’habite et je travaille dans un quartier fâché avec le mot silence. Les décibels battent tous les records du lundi au vendredi après-midi, 24h00 sur 24. Du vendredi soir au dimanche soir j’ai rendez-vous avec le silence. Une escapade chaque week-end au valais pour me ressourcer. Les premières heures sont les plus belles parce qu’elles marquent la transition. Pas de Klaxons, seul le bruit des cloches des vaches et le gazouillis des oiseaux rompent de temps en temps la quiétude des lieux. Un natel qui sonne est c’est la honte chez ce relais de silence. Un jour plus tard le citadin prend le dessus sur le villageois de transit. Le bruit me manque et le silence m’étourdit. J’ai trop été exposé au vacarme de la ville comme si j’ai reçu une dose de radiation contre le silence. Et me revoilà sur le chemin du retour ravi de retrouver le tumulte de ma ville. Les premières heures sont les plus belles parce qu’elles marquent la transition...jusqu’à vendredi après-midi...

    Haykel Ezzeddine

    (photo: Haykel)

    Texte paru ce jour dans le Blog collectif. Pour lire les contributions de Jean-Marie Gumy, Robert Conrad, Luzia, John Goetelen, Danièle Bianchi et Djemâa Chraiti cliquez ici

     

    Et demain est un autre jour!
  • Le prix du meilleur lecteur

    Imprimer


    Sans titre-7-ssssss.jpgComme toute peine mérite salaire, toute distinction aboutit forcement à un prix. Qu’il soit symbolique ou concret, le prix qui récompense le plus valeureux, c’est ainsi qu’on doit le prendre ne remporte pas toujours l’adhésion totale. Dans le sport en général il y a le score qui départage les joueurs alors que dans d’autres domaines c’est l’appréciation personnelle qui fait foi. Les miss, les écrivains, les cinéastes, les musiciens et j’en passe en savent quelque chose. Cette entrée en matière est un prélude pour parler d’un lecteur assidu qui mérite un prix. Anonyme parmi les anonymes mais qui a un visage. Je le rencontre souvent dans les bistrots de quartier, ceux qui ont gardé une âme et qui favorisent par leur ambiance la lecture et l’écriture, des lieux qu’affectionne feu Georges Haldas. Je me débrouille pour m’assoir à côté de lui sans toute fois déranger le cérémonial qu’il se livre à chaque occasion. Son histoire m’intrigue et je n’ose pas le faire sortir de son monde...pour mieux le connaître. Jamais plus de deux mots échangés avec le serveur. “Une limonade” et “encaissez”!
    Des écouteurs dans les oreilles, il commence par lire un journal puis sort un premier livre, un deuxième et enfin un troisième. Jamais les mêmes. Il se déplace avec un sac à dos ou un grand sac. Il détache l’étiquette du prix sur les livres, c’est une manie et commence religieusement sa lecture. Il souligne méticuleusement certains passages au stylo, revient en arrière pour mieux avancer. Abandonne le premier livre et entame le second et le scénario se renouvelle avec le troisième. Deux heures après il prend ses affaires et quitte les lieux pour aller jouer la même partition ailleurs. Comment je le sais? Le hasard de mes pérégrinations nocturnes m’a mis devant ce personnage deux fois de suite la même soirée.
    A cet inconnu au visage connu je décerne le prix du lecteur assidu. Ne pouvant le récompenser concrètement je me contente de lui octroyer le prix symboliquement. Si vous le rencontrez ne lui dites rien. Observez-le et laissez-le dans son monde!

    Haykel Ezzeddine

    (Photos: Haykel)

    Texte paru dans le blog collectif du 21 novembre. Pour lire les contributions de Jean-Marie Gumy, Robert Conrad, John Goetelen et Djemâa Chraiti cliquez ici

  • La fontaine et les politiciens

    Imprimer

    Texte paru dimanche 4 juillet dans le Blog collectif. Je vous invite à lire les contributions de Marie-France de Meuron, Robert Conrad, Luzia, Djemâa Chraïti et John Goetelen

    36838_442110286795_236413916795_6027634_631957_n.jpg
    La fontaine et les politiciens

    1913791560.jpgEn consultant le thème de ce qui nous occupe cette semaine  sur wikipédia, j'apprends que notre Jet d'eau national est considéré comme une fontaine au même titre que la célèbre fontaine de Trevi de Rome. Pourquoi pas ? Il a tout ou presque pour être admiré comme une fontaine si je me réfère à la définition de la célèbre encyclopédie libre. « Une fontaine est une construction généralement accompagnée d'un bassin d'où jaillit de l'eau. Une fontaine peut être naturelle au sens d'être alimentée par une source ».

    Au lieu de disserter sur le sujet,  j'ai préféré interpeller notre dynamique Maire de Genève pour connaître son avis en tant que politicienne-blogeuse sur les fontaines. Madame Sandrine Salerno a eu la gentillesse de prendre de son temps et a répondu à mes trois questions avant de m'envoyer au Département de Monsieur Rémy Pagani, responsable entre autre des 60 fontaines qui égaillent joliment notre ville. Voici leur contribution au blog collectif:

    Sandrine.jpg1. Que représentent pour vous les fontaines ?

    Genève est connue et reconnue pour la très symbolique fontaine qu'est le Jet d'eau. La fontaine est source de vie et source de fraîcheur.
    La fontaine, c'est également la source, dans le sens abstrait de l'origine, de la cause, du principe. La fontaine nous rappelle à donc la tradition et fait jaillir la vie.
    Genève sans fontaine ne serait pas Genève!

    2. Pourquoi bon nombre de fontaines à Genève ne sont plus actives ?

    Il y a quelques années, la gestion économe de l'eau est devenue une priorité pour la Ville. Des raisons écologiques et financières ont, avant la législature en cours, poussé le Conseil administratif à repenser l'administration des fontaines. La plupart ont été rénovées dans le cadre de la politique énergétique de la Ville de Genève, mise en place en 2006. Une fois techniquement transformées, les fontaines actuelles économisent jusqu'à 90% de l'eau, en comparaison avec les fontaines anciennes.

    3. Penseriez-vous rendre à ces fontaines une seconde vie ?


    Oui. D'ailleurs, à ma connaissance, la plupart d'entre elles revivent déjà, au fur et à mesure que leur rénovation se poursuit.
    Cependant, la gestion des fontaines ne relève des compétences ni de mon Département des finances et du logement, ni de ma fonction de Maire.
    Je vous laisse donc vous adresser à mon collègue, l'excellent Rémy Pagani qui, j'en suis sûre, prendra le soin d'apporter une réponse à la fois plus politique et plus technique à vos interrogations.

    Sandrine Salerno

    Maire de Genève

    =============================

    La réponse de M. Rémy Pagani à mes trois questions:

    IMGP5815.jpgLes fontaines sont très importantes pour moi, c'est le symbole de la vie. Nous sommes en effet constitués à 60% d'eau. Je m'emploie à chaque fois que c'est possible techniquement à réhabiliter les fontaines de Genève, il y en a environ 60.
    Cordiales salutations.


    Rémy Pagani

    Conseiller administratif

     


    36838_442110296795_236413916795_6027636_2003884_n.jpg
    34047_442110761795_236413916795_6027664_6355756_n.jpg
    34047_442110756795_236413916795_6027663_1903624_n.jpg
    Et demain est un autre jour!