04/03/2018

Note de lecture: «Lights Geneva graffiti magazine»pour une meilleure visibilité de l’art urbain genevois

693760742.jpgOn ne peut que saluer la naissance d’un nouveau magazine dédié au street art genevois. «Lights Geneva graffiti magazine» imprimé à 200 exemplaires et disponible pour le moment chez «Graphic Shop» a sorti il y a quelques jours son premier numéro. Plutôt de bonne facture avec davantage de photos que de textes, une mise en page aérée et des sujets qui ne manqueront pas d’intéresser les fans de l’art urbain. Au sommaire un article sur le rappeur ZIPPY, une interview avec la graffeuse LIF, une compilation des meilleures œuvres du crew genevois BCF (Bench crew family) spécialisé dans la réalisation de fresques, un coup de projecteur sur les «Latinos Artistes Sprayers» qui forment la «Old School» très prolifiques dans les années 90, six pages consacrées à l’artiste Tapaloy qui graffe sur les trains, un clin d’œil aux deux jeunes artistes franco-suisse qui forment le collectif «Industrie25», un reportage photos sur sur la 2ème 27867156_831147180425860_7401110147587758180_n.jpgédition du Festival international du graffiti «Shake Well» qui a eu lieu du 7 au 9 juillet dernier à Bordeaux, deux pages de photos de graffitis d’outre-frontières, une double page de tags...Dabtwo qui est l’initiateur de cette revue nous a ouvert le carnet de dessin du «The bench», le rendez-vous discret et hebdomadaire qu’il a crée avec Deter en 2011 pour partager sa passion avec d’autres graffeurs, un concours «Sketch» et un hommage à DETER ONE, un graffeur de l’ombre au talent immense et qui graffe depuis une vingtaine d’année.
1588316994.3.jpgL’un des meilleurs atouts de cette publication est de voir ou de revoir des fresques dont certaines ont disparu des murs de Genève. Pour l’actuel numéro à part les artistes cités plus haut vous pouvez contempler également le travail de TIMER, PANCHO, JAG, DETER, NUTS, BANDI, SPASM, QWEST et DABTWO.
Réalisé par un graffeur qui s’est entouré pour ce premier numéro d’artistes qui lui sont proches, «Lights» continuera son bonhomme de chemin avec de nouvelles rubriques et d’autres graffeurs et graffeuses qui brillent à Genève. Bonne continuation et vivement le deuxième numéro. 

En rapport avec cette note:

Bienvenue à «Light Geneva graffiti magazine»

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

14/02/2018

Bienvenue à «Light Geneva graffiti magazine»

27267523_1554624784653563_1332701612_o-724x1024.jpgC’est fait, Genève connaîtra à partir de demain sa première revue sur le graffiti. A ma connaissance cette première est carrément la seule expérience éditoriale à l’échelle du canton. «Light Geneva graffiti magazine» mettra sous les projecteurs 3 à 4 fois par année les artistes du street art qui font l’actualité. Une belle façon de garder une trace sur ce trésor éphémère qu’est le graffiti. Une excellente initiative de la part de son initiateur le graffeur talentueux Dabtwo.
Le numéro 1 sera présenté au public le jeudi 15 février à partir de 20h à l’Ecurie à Ilôt 13. Un vernissage ponctué de musique avec la présence de DJ Tenor Rock, Zippy (DGZ) et ZINZ.
En attendant, Dabtwo a bien voulu répondre à mes questions histoire de présenter ce nouveau venu dans l’édition qui va certainement faire plaisir à plus d’un aficionado du graffiti.
================================================

Sans titre4.jpgDabtwo je te laisse te présenter aux lecteurs de ce blog :
Mon blaze est Dabtwo. Je pratique le graffiti dit «légal» depuis une dizaine d’année. Auparavant, je me suis surtout consacré à la pratique du skateboard qui demande beaucoup de temps et d’énergie. Depuis que j’ai commencé le graffiti j’ai toujours essayé de m’ouvrir aux autres. Je suis notamment le fondateur du Bench puis du Bench Crew. Je suis aujourd’hui à la tête de Lights Magazine et de LTS Production. J’espère pouvoir continuer à rassembler les gens et donner un maximum de force à ceux qui œuvrent dans la bonne direction. Sans titre.jpg
- Comment t’es venu l’idée pour cette revue sur le graffiti?
J’achète et conserve des magazines depuis mon adolescence. Ces dernières années avec la multiplication des sites et réseaux sociaux sur internet et parallèlement la chute des ventes dans l’industrie de la presse écrite j’ai pu constater que le comportement des graffeurs avait considérablement changé et qu’aujourd’hui  pratiquement toutes les œuvres réalisées finissent en photo sur internet (fini la boite à chaussure et les pressbook photo caché au fond d’un tiroir). Chacun veut voir sa pièce tourner et être admirée par le plus grand nombre mais voilà que reste-t-il comme trace après les quelques likes vu que les publications s’enchainent et que par ailleurs la plus part de ces même sites ont une durée de vie bien plus courte qu’un magazine soigneusement conservé dans une bibliothèque. J’ai donc décidé de me lancer dans la réalisation de ce magazine pour d’une part permettre la conservation des œuvres réalisées par les graffeurs locaux et d’autre part répondre au besoin de visibilité d’un mouvement en constante évolution et malheureusement toujours pas respecté à sa juste valeur.

Sans titre2.jpg- Quelle sera la ligne directrice de «Lights»?
Ce magazine est avant tout indépendant et du graffiti pour le graffiti si je peux dire. Je compte donc lui permettre d’évoluer en ce sens. Il y aura d’autres rubriques dans les prochains numéros et surtout d’autres artistes, j’espère qu’il permettra de fédérer la scène locale et que chacun y trouvera son compte.
 - Quelle sera sa fréquence, sa distribution et qui seront les contributeurs?
J’espère pouvoir sortir 3 à 4 numéros par année. Concernant la distribution les choses sont en train de se mettre en place mais vous pouvez déjà le trouver chez Graphic Shop à Genève (Rue Caroline 13, 1227 Genève). Pour l’instant je travaille avec plusieurs graffeurs et photographes afin d’avoir un contenu original mais je suis intéressé à ouvrir encore l’équipe et bien sûr permettre au plus grand nombre possible d’acteur du mouvement de figurer dans le magazine.
27173413_943017832534960_4614038420734397732_o.jpg-Une présentation du sommaire du premier numéro
Le premier numéro est surtout composé d’artistes avec qui j’ai eu la chance d’évoluer ces dernières années car je ne voulais pas trop ébruiter ce projet avant qu’il se concrétise. Vous pouvez aussi y retrouver notamment une rubrique old-school, une rubrique internationale avec dans chaque numéro un focus sur un des événements important de la scène graffiti, une rubrique world wild avec divers photos d’œuvres et d’ambiance prise pour la plus part en voyage, un article sur Zippy (DGZ Muzik) un artiste Rap/Trap genevois, un concours de sketch et une double page consacrée aux tags.
28124731_953026311534112_2128717732_o.jpg-Actuellement sur la scène du graffiti à Genève règne la loi des clans entre graffeurs et graffeuses. Les tensions ne manquent pas dans ce domaine. Certains artistes s’évitent et d’autres s’invectivent à travers les réseaux sociaux. Quand penses-tu ?
Effectivement, il y a toujours eu et je pense qu’il y aura toujours certaines tensions ou rivalités entre les différents individus qui pratiquent le graffiti au sens large. Je pense que souvent tout cela est dû au fait que certains ne se connaissent pas et on donc du mal à accepter le travail ou les actions des autres. Parfois, il suffit juste de se croiser pour régler le problème, d’autre fois il est nécessaire de rappeler certaines règles à ceux qui ont tendance à les oublier ou les ignorer. Il faut aussi prendre en compte le fait que de plus en plus de personnes pratique et que les espaces vierges sont limités ou nécessitent plus d’investissement que simplement repasser ceux d’avant. Rester humble et faire ses preuves au fil des ans permettent d’obtenir le respect des autres plus facilement que d’essayer de s’imposer.

PS: pour contacter Dabtwo sur FB ici ou sur le site internet de LTS production ici

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

24/09/2017

«Genève aime le train»...et le graffiti

Sans titre-3.jpg

Lors des «Journées portes ouvertes» cff / Léman express (le 23 et 24 septembre) sur le site d'une future gare pour Vernier-Châtelaine, 4 artistes du street art ont graffé sur 2 bus. Michael Vauthey (Mic Plasti) représentant de "Loop Colors Swiss" a été mandaté par le DETA (département de l'environnement des transports et de l'agriculture) pour mener à bien ce projet. Les 2 Bus graffés circuleront sur la ligne 61, jusqu'a ce que celle ci soit remplacée par le train d'ici fin 2019 avec les lignes du Léman Express.

Les TPG et le graffiti c’est une nouvelle histoire d’amour qui dure depuis le mois de septembre 2015. C’est pour la quatrième fois que dans le cadre du CEVA, les Transports publics genevois et les CFF font appel à des artistes du street art pour une collaboration. Souvenez-vous pour les «Journées portes ouvertes du CEVA» du mois de septembre 2015, Julien, Dabtwo et Elif ont réalisé 2 grandes fresques à la Gare des Eaux-Vives avant que Wozdat, Keim, Ygrek 1 et Dkor two ne fassent de même sur des supports et des bDSC_4097.JPGâches au même endroit. Au mois de février de cette année Joule de la Jonxion et Bandi ont décoré un bus qui fait la liaison entre Genève et Annemasse. Notons que ces deux derniers événements ont été organisés par l’association Desstres.  Face à l’intérêt qu’a suscité cette première intervention artistique sur un bus, et dans le cadre des «Journées portes ouvertes ferroviaires» de ce week-end, 2 autres bus (N. 61) qui font la liaisons entre les 2 villes frontalières ont été décoré par 2 artistes genevois, un vaudois et un français, histoire de rappeler que le CEVA par le biais du Léman Express aux 230 km de ligne desservira 45 gares genevoises, vaudoises et françaises.
DSC_3939.JPGJIMOX et AMIKAL du côté genevois ont travaillé sur un bus alors que le deuxième a été graffé par le vaudois INSO MUNDO et le français CHUFY. Le résultat est magnifique avec 2 approches différentes, une figurative et une abstraite. Les 4 artistes sont aux anges et il y a de quoi, comme le rappelle la graffeuse AMIKAL: «un bus est beaucoup mieux qu’une galerie d’art. Et voir son travail exposé sur un véhicule roulant tout au long de la journée et de la nuit entre Genève et Annemasse a de quoi apporter à ses auteurs satisfactions et fiertés».

DSC_3926.JPG

DSC_4027.JPG

DSC_4077.JPG

DSC_3952.JPG

DSC_4053.JPG

DSC_3934.JPG

DSC_3924.JPG

Sans titre.jpg

DSC_4000.JPG

DSC_3968.JPG

DSC_3974.JPG

DSC_3991.JPG

DSC_4011.JPG

DSC_4044.JPG

DSC_3928.JPG

DSC_3939.JPG

DSC_3942.JPG

DSC_3945.JPG

DSC_3955.JPG

DSC_3956.JPG

DSC_3957.JPG

DSC_3964.JPG

DSC_3984.JPG

DSC_4016.JPG

DSC_4020.JPG

DSC_4023.JPG

DSC_4075.JPG

DSC_4041.JPG

DSC_4048.JPG

DSC_4050.JPG

DSC_4059.JPG

DSC_4079.JPG

DSC_4084.JPG

DSC_4093.JPG

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

12/02/2017

Graffiti: Pump up the jam! Skate & graff session à Châtelaine

DSC_0072.JPGUne quarantaine de graffeurs réunis à Châtelaine durant deux jours! Du jamais vu! Quel bonheur!
2 jours pour préparer ce grand raout du street art qui s’est tenu ce week-end au 79 avenue de Châtelaine à l’ancien garage Kawasaki voué à une démolition prochaine. Mic de LoopColors et le Musée du skateboard de Genève (Pulp68) ont organisé cette session sous le signe de l’éphémère en ayant pris les autorisations nécessaires pour graffer en toute légalité. La commune de Vernier, la DSC_9955.JPGpolice et les services en charge des bâtiments publics ont donné leur accord pour 48 heures de graffitis et de skate avant l’entrée des bulldozers. A partir du lundi 13 février le 79 avenue de Châtelaine va se transformer en chantier. Et c’est dommage! A cette adresse une vingtaine de graffeurs dont une graffeuse, Amikal ont laissé leur empreinte...pour 48 heures seulement! Ah ce maudit chantier! Il va priver les nombreux amoureux du street art à venir contempler les œuvres des artistes genevois et français parmi lesquels  ont peut citer: TEXAS, LORDZ ONER, AMK, JIMOX, DAB, CITRON, WORLD, SAVER, SYPE 31, GROCK, PADRI, SEVEN LAB, ESPRIT TZP, JESS, KANO, EASYONE, KOAS, NAGINI, AKOZ, STOL, WOZDAT...
Pour la postérité 47 photos et une vidéo restituent l’ambiance de cette session spécialement éphémère.

DSC_0037.JPG

DSC_0115.JPG

DSC_0041.JPG

DSC_0116.JPG

DSC_9894.JPG

DSC_9895.JPG

DSC_0046.JPG

DSC_0043.JPG

11111.jpg

DSC_9922.JPG

DSC_9956.JPG

DSC_9960.JPG

aaa.jpg

DSC_0065.JPG

DSC_0058.JPG

DSC_0120.JPG

DSC_0111.JPG

DSC_9962.JPG

DSC_9963.JPG

DSC_0034.JPG

DSC_9990.JPG

DSC_9987.JPG

DSC_9980.JPG

DSC_9996.JPG

DSC_9997.JPG

DSC_9983.JPG

DSC_9989.JPG

DSC_9993.JPG

DSC_0002.JPG

DSC_0007.JPG

DSC_000ss3.jpg

DSC_0020.JPG

DSC_0016.JPG

DSC_0010.JPG

DSC_0027.JPG

DSC_0028.JPG

DSC_0021.JPG

DSC_0033.JPG

DSC_9930.JPG

DSC_9931.JPG

DSC_9924.JPG

DSC_9927.JPG

DSC_9939.JPG

DSC_0122.JPG

DSC_0047.JPG

DSC_0055.JPG

DSC_0121.JPG

DSC_0074.JPG

 

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

19/10/2016

Graffiti: 2 fresques pour un barbecue à Thônex

DSC_3131-s.jpgNombreux sont les espaces barbecues à Genève. Au bord de l’eau, dans les parcs, dans des lieux complètement décentrés...les amateurs des grillades ont le choix. Si vous avez l’occasion de passer un jour par Thônex allez voir leur espace barbecue qui se trouve à quelques mètres de la mairie, ça vaut le détour.
Fruit d’une collaboration entre la commune d’une part, la graffeuse Lif et le graffeur Dabtwo ainsi que les jeunes du quartier les deux fresques inaugurées le 7 juin 2015 illuminent les lieux et attirent l’œil par ses couleurs chatoyantes.  Les deux DSC_3136-s.jpgartistes chevronnés qui ne sont pas à leur première collaboration ont eu beaucoup de plaisir à peindre ces deux fresques qui a réuni autour d’eux les jeunes du quartier. Un bon souvenir que tient à souligner Lif qui saisit l’occasion pour remercier Didi, Beto, Rey, Mehdi, Marc...
Comme on le constate ces dernières années le graffiti sort de plus en plus de son « ghetto » et de la clandestinité et devient un élément comme un autre pour embellir le mobilier urbain grâce aux efforts de certaines communes. Qui va s’en plaindre?

DSC_3147-s.jpg

DSC_3111-s.jpg

DSC_3116-s.jpg

DSC_3140-s.jpg

DSC_3150-s.jpg

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

19:22 Écrit par Haykel dans graffiti | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : graffiti, graffiti genevois, street art, dabtwo, dab2, lif, graffeur, graffeuse | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook