commentaire

  • Aux commentatrices et aux commentateurs!

    Imprimer

    Commentaire.jpgEn réponse à un commentaire posté par Mère-Grand sous ma note: “Les révolutions arabes: et après?” et au risque de décevoir la communauté des commentateurs et des commentatrices, il m’arrive de censurer les commentaires. Tout d’abord voici le texte de Mère-Grand: “A l'auteur du blog: Il semble que vous ne censurez rien, même si cela peut vous déplaire. Je vous en félicite. C'est cette attitude-là qui peut favoriser l'entente entre les Musulmans et les autres dans notre pays, et non celle qui consiste à se poser sans cesse en victime et à dénoncer toute opinion non en accord avec ses propres principes comme un acte hostile.”
    La semaine dernière j’ai rejeté deux commentaires pour racisme manifeste. Leur auteur m’invite à quitter la Suisse alors que je possède le fameux passeport rouge et que je vis à Genève depuis bientôt un quart de siècle! Décidément, je dérange!  Pas plus tard que dimanche j’ai publié un commentaire de Patoucha et ensuite je l’ai supprimé le lendemain à cause d’une attaque frontale contre deux blogueuses de TDG “accusées” de plagiat. Au nom d’une certaine liberté d’expression on ne peut tout publier quitte à devenir le punching-ball de tous les refoulés, les méchants, les racistes, les excités, les complexés et j’en passe. Attention je ne vise ni Patoucha, ni Mère-Grand qui des fois font mouche avec des commentaires inspirés et pertinents bien que je ne partage pas toujours leur façon de voir les choses.
    Le responsable de cette plate-forme ne cesse de rappeler que le contenu du blog et les commentaires qu’il engendre sont sous la responsabilité du blogueur. Etant responsable de cet espace et ayant goûté au délice d’un tribunal genevois qui m’a condamné (à cause d’une affiche publiée sur mon blog avant qu’elle ne soit interdite par la justice) a versé une amende de chf. 3000.-, qui en passant a été payée par le MCG, je m’applique plus qu’avant à respecter scrupuleusement les règles de précautions.
    Des commentateurs et des commentatrices se cachent derrière l’anonymat à bon ou à mauvais escient, d’autres accusent sans preuve, d’autres encore usent de la propagande pour soutenir leur cause en usant interminablement des mêmes liens qui relayent leur conviction...Et beaucoup heureusement sont à la hauteur!
    Sans titre-2.jpgCe qui devrait être un complément à une note, un déclencheur de débat sur les choses de la vie, un partage d’opinions et d’expérience dérape des fois et se transforme en foire d’empoigne et  gare à celui ou à celle qui contredit ceux qui sont  adeptes de la pensée unique, celle par laquelle ils ou elles se drapent sans forcément l’admettre. C’est rare que je me plie à pratiquer l’art de répondre aux commentaires pour la simple raison que je ne me vois pas obligé d’y répondre puisque tout est dans la note que j’ai rédigée et qu’il n’y a pas besoin d’y rajouter sauf des éclaircissements quand cela s’impose. Chacun prend ce qu’il veut et libre à vous d’interpréter selon votre vécu “le contenu de mon blog”. En étant courtois et respectueux de l’autre et en appliquant les règles les plus élémentaires du savoir vivre, logiquement aucun commentaire n’est passible de rejet. Qui aime être insulté ou agressé dans son être ou ses croyances? Se soumettre à cette logique et se mettre à la place de celui ou celle qu’on attaque devrait suffire à dissuader plus d’un à poster n’importe quoi.
    Une note comme son auteur peut déranger, incommoder ou carrément agacer plus d’un. On peut le dire sans franchir la ligne rouge. La langue de Molière est suffisamment riche en vocabulaire qu’éviter la facilité devient un jeu plus subtil et o combien enrichissant!
    Je ne détiens pas le record du blog le plus commenté et je n’ai pas une statistique à vous fournir. En trois ans sur un total de 2210 commentaires qui regroupent les rejetés, les supprimés et les publiés je n’ai pas le souvenir d’avoir censuré plus d’une cinquantaine de fois si on enlève bien évidement les spams!

     

    Et demain est un autre jour!
  • Le commentaire, Israël et l’anonymat

    Imprimer

    Fotolia_5631747_XS.jpgAujourd'hui dimanche 18 avril le philosophe Michel Onfray publie une intéressante chronique dans Le Monde intitulée "Littérature de Vespasiennes". L'auteur de “La Puissance d’exister” (Grasset, 2006) prend la défense de Florence Aubenas qui vient de publier un livre “Le Quai de Ouistreham” (L’Olivier 2010). Depuis la parution de son livre l’ex-otage en Irak a reçu plusieurs commentaires sur internet déplaisants et de mauvaise foi. Michel Onfray comme beaucoup de personnes n’aime pas l’anonymat d’internet.  Il écrit notamment: “Internet offre tous les avantages de la lettre anonyme: vite fait, bien fait, caché dans la nuit du pseudonyme, posté en catimini d’un simple clic, le sycophante peut laisser libre cours à ses passions tristes, l’envie, la jalousie, la méchanceté, la haine, le ressentiment, l’amertume, la rancœur, etc...” Une diatribe qui se poursuit sur plusieurs lignes et qui me donne l’occasion de parler des commentaires sur mon blog et surtout d’une note publiée le 30 mars dernier.

    L'antisémitisme à Genève...
    Retour sur la banderole du pont de la Coulouvrenière. Ma note du 30 mars dernier m’a valu un déluge de commentaires. A cette heure je comptabilise 97 commentaires publiés 3 ou 4 censurés. C’est mon record! Il faut dire que je ne cherche pas spécialement ce genre de réaction et quand j’écris je ne puise pas mes sujets dans la polémique. Mon terrain de prédilection est Genève qui m’inspire. 534725557.jpgJe n’ai pas hésité une seconde la matinée du 30 mars à quitter mon travail pour mémoriser cette banderole qui n’avait pas sa place sur ce pont un jour de semaine dépourvu de toute manifestation. Un acte citoyen spontané qui peut donner libre court à bon nombre d’interprétations en l’absence d’une quelconque revendication réelle. Je parle du ou des poseurs de cette banderole.
    J’étais agréablement surpris par le niveau des commentaires. Mêmes si plusieurs sont écrits par des anonymes et signés avec un pseudonyme. Débat dans l’ensemble intéressant, poli et sans dérapage. C’est tellement rare qu’il faut le signaler. Le conflit Israëlo-palestinien est un grand pourvoyeur de malentendus. C’est un sujet qui fâche et qui divise. Pour résumer le dialogue par commentaires interposés qui a porté essentiellement sur le boycott d’Israël et la souffrance des palestiniens (on dirait que ces deux sujets vont de paire) est resté courtois mais passionné et j’ai eu l’intervention de quelques collègues blogueurs dont je remercie leur passage sur mon blog. Ce soir j’ai décidé de fermer les commentaires de la note sur Israël. C’est aussi une première pour moi. Je remarque que les commentateurs ont fait le tour et ça commence un peu à s’orienter vers des attaques personnelles. Je terminerai comme j’ai commencé par une citation de Michel Onfray: “Le commentaire anonyme sur internet est une guillotine virtuelle. Il fait jouir les impuissants qui ne jubilent que du sang versé....” Et demain est un autre jour!

    Crédit photos: la première photo a été achetée sur Fotolia. La deuxième photo: Haykel

    Rubrique Pierre Maudet
    9535_1176173217431_1621127854_489806_6205408_n.jpg

    Conseiller administratif responsable du Département de l'environnement urbain et de la sécurité entre autre chasseur d'affiches sauvages: en rapport avec cette rubrique, les liens suivants:Affiches sauvages, Genève, n'est pas une poubellePierre Maudet, j'adore!, Maudet et Longchamps ouvrent le bal électorel, Sécu-municipaux-cop!Maudet aux Pâquis!, Maudet promoteur de graffitis, Maudet-Moutinot, combat des titans, Le dernier joujou de Maudet et Encore du boulot pour Maudet

    25300_414971781795_236413916795_5315661_8122204_n.jpg
    Avant de partir, visitez mes autres blogs:

    2.jpg
    1.jpg
    Et le
    Blog collectif 1.jpg

    Et demain est un autre jour!
    1068008157.jpg
    Toutes nos pensées pour Max Göldi victime du terrorisme d'état
    1360572638.jpg