amk

  • «Genève aime le train»...et le graffiti

    Imprimer

    Sans titre-3.jpg

    Lors des «Journées portes ouvertes» cff / Léman express (le 23 et 24 septembre) sur le site d'une future gare pour Vernier-Châtelaine, 4 artistes du street art ont graffé sur 2 bus. Michael Vauthey (Mic Plasti) représentant de "Loop Colors Swiss" a été mandaté par le DETA (département de l'environnement des transports et de l'agriculture) pour mener à bien ce projet. Les 2 Bus graffés circuleront sur la ligne 61, jusqu'a ce que celle ci soit remplacée par le train d'ici fin 2019 avec les lignes du Léman Express.

    Les TPG et le graffiti c’est une nouvelle histoire d’amour qui dure depuis le mois de septembre 2015. C’est pour la quatrième fois que dans le cadre du CEVA, les Transports publics genevois et les CFF font appel à des artistes du street art pour une collaboration. Souvenez-vous pour les «Journées portes ouvertes du CEVA» du mois de septembre 2015, Julien, Dabtwo et Elif ont réalisé 2 grandes fresques à la Gare des Eaux-Vives avant que Wozdat, Keim, Ygrek 1 et Dkor two ne fassent de même sur des supports et des bDSC_4097.JPGâches au même endroit. Au mois de février de cette année Joule de la Jonxion et Bandi ont décoré un bus qui fait la liaison entre Genève et Annemasse. Notons que ces deux derniers événements ont été organisés par l’association Desstres.  Face à l’intérêt qu’a suscité cette première intervention artistique sur un bus, et dans le cadre des «Journées portes ouvertes ferroviaires» de ce week-end, 2 autres bus (N. 61) qui font la liaisons entre les 2 villes frontalières ont été décoré par 2 artistes genevois, un vaudois et un français, histoire de rappeler que le CEVA par le biais du Léman Express aux 230 km de ligne desservira 45 gares genevoises, vaudoises et françaises.
    DSC_3939.JPGJIMOX et AMIKAL du côté genevois ont travaillé sur un bus alors que le deuxième a été graffé par le vaudois INSO MUNDO et le français CHUFY. Le résultat est magnifique avec 2 approches différentes, une figurative et une abstraite. Les 4 artistes sont aux anges et il y a de quoi, comme le rappelle la graffeuse AMIKAL: «un bus est beaucoup mieux qu’une galerie d’art. Et voir son travail exposé sur un véhicule roulant tout au long de la journée et de la nuit entre Genève et Annemasse a de quoi apporter à ses auteurs satisfactions et fiertés».

    DSC_3926.JPG

    DSC_4027.JPG

    DSC_4077.JPG

    DSC_3952.JPG

    DSC_4053.JPG

    DSC_3934.JPG

    DSC_3924.JPG

    Sans titre.jpg

    DSC_4000.JPG

    DSC_3968.JPG

    DSC_3974.JPG

    DSC_3991.JPG

    DSC_4011.JPG

    DSC_4044.JPG

    DSC_3928.JPG

    DSC_3939.JPG

    DSC_3942.JPG

    DSC_3945.JPG

    DSC_3955.JPG

    DSC_3956.JPG

    DSC_3957.JPG

    DSC_3964.JPG

    DSC_3984.JPG

    DSC_4016.JPG

    DSC_4020.JPG

    DSC_4023.JPG

    DSC_4075.JPG

    DSC_4041.JPG

    DSC_4048.JPG

    DSC_4050.JPG

    DSC_4059.JPG

    DSC_4079.JPG

    DSC_4084.JPG

    DSC_4093.JPG

    L'actualité du graffiti genevois ici

    Et demain est un autre jour!

  • Du graffiti à "l’OCTOPODE FESTIVAL"

    Imprimer

    DSC_3708.JPGVoilà un évènement musical qui n’attire pas les médias mais qui est entrain  de se construire une belle réputation. Depuis 2013, OCTOPODE FESTIVAL de Meyrin attire la foule grâce à une programmation variée étalée sur deux jours. Chanteurs locaux et internationaux se sont succédés durant ce dernier week-end sur les 2 scènes du Festival. Un festival qui depuis sa création offre une tribune d’expression pour les artistes du street art.
    DSC_3666.JPGPour cette édition, la graffeuse AMIKAL et les graffeurs JIMOX, TCK 127 et SevenLab ont réalisé une double fresque sur 2 jours. Histoire de faire durer le plaisir et de montrer au public qui s’intéresse à leur travail l’étendu de leur talent. Cette collaboration entre un festival de musique et des artistes du street art est une belle initiative de l’association Sub-Session derrière l’organisation de ce festival grand public et gratuit qui gagne chaque année en maturité. Bravo Sub-Session dont l’objectif principale est d'organiser des manifestations musicales pour promouvoir la culture et mettre en relations des artistes avec des professionnels du spectacle.

    Sans titre.jpg

    DSC_3682.JPG

    DSC_3674.JPG

    DSC_3668.JPG

    DSC_3677.JPG

    DSC_3671.JPG

    DSC_3719.JPG

    DSC_3720.JPG

    DSC_3723.JPG

    DSC_3721.JPG

    DSC_3717.JPG

    DSC_3696.JPG

    DSC_3761.JPG

    DSC_3721.JPG

    DSC_3762.JPG

    DSC_3714.JPG

    DSC_3707.JPG

    DSC_3764.JPG

    DSC_3745.JPG

    DSC_3748.JPG

    DSC_3752.JPG

    L'actualité du graffiti genevois ici

    Et demain est un autre jour!

    DSC_3758.JPG

    Lien permanent Catégories : graffiti 0 commentaire
  • Du graffiti au «Festival Plein les Watts»

    Imprimer

    Sans titre.jpgDurant 2 jours, une dizaine de graffeurs et une graffeuse ont étalé leur talent devant le public de Plan-les-Ouates. Retour en photos sur cet évènement estival qui a marqué la scène du street-art genevois.
    Dans le cadre du «Festival Plein Les Watts», Loop colors a organisé une session graf en live avec entre autres DSC_3439aaaaaaaaa.jpgles graffeurs JIMOX, SID, WHYRE, TEMIS, SOAK, TCHOUK, SYPE, ARTSOCE, BENJ BICHE et la graffeuse AMIKAL. Une belle brochette d’artistes pour une toute aussi belle vitrine pour promouvoir le graffiti genevois lors de ce festival populaire qui draine de nombreux mélomanes.
    L’organisateur connu sous le nom de Mic DSC_3434aaaaaaaaa.jpgPlasti est satisfait de cette première incursion au «Festival Plein les Watts» et compte revenir l’année prochaine avec une plus grande surface à graffer et plus d’artistes à faire connaître au grand public. Dans l’après-midi du samedi, JIMOX et AMIKAL ont graffé en direct sur une voiture Jeep Wrangler qui sillonnera Genève et la France voisine avec au volant une admiratrice du street art toute heureuse de réaliser son rêve. 

    DSC_3471aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3487aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3454aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3488aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3489aaaaaaaaa.jpg

    Sans titre-cxyx1aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3484aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3483aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3482aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3461aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3462aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3474aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3478aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3480aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3476aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3477aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3473aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3481aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3468aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3465aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3498-1 (glissées)aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3433aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3501aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3443aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3437aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3441aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3449aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3452aaaaaaaaa.jpg

    DSC_3495aaaaaaaaa.jpg

    graffiti,graffitis,graffeurs,graffeuses,jimox,sid,whyre,temis,soak,tchouk,sype,artsoce,benj biche,amikal,amk

    L'actualité du graffiti genevois ici

    Et demain est un autre jour!

  • Retour sur "Graffiti jam session de Champel"

    Imprimer

    DSC_1981.JPGSuccès total de la dernière sortie des graffeurs genevois à Champel et plus exactement au 21 avenue de Champel. Depuis dimanche 30 avril le public n’arrête pas d’affluer sur les lieux pour contempler et prendre en photo les belles fresques d’une trentaine de graffeuses et de graffeurs dont on peut citer AMK, JIMOX, GAMO, SEIKA, LIF, WHYRE, IDEO, WOZDAT, TONES, DELPH, FMR, SWICK, NICKO, EASY ONE, EVO, SAL, SERVAL, TEXAS, AVID, LEZA, LA VAKA, DAB2, DEFS...
    Le talentueux IDEO a fait son baptême en réalisant sa première œuvre sur un mur. Alors que d'autres graffeurs se sont mis à 3 ou 4 pour réaliser des fresques dont le résultat est époustouflant.
    Laissé à l’abandon depuis plusieurs années, l’ancien local du restaurant «Le fair play» retrouve une seconde vie. Le changement de propriétaire accompagne de belle manière la mutation de ce commerce qui a fait les beaux jours du quartier avant sa faillite. On ne sait pas trop ce qui va se passer à cet endroit. Un nouvel immeuble? Destruction complète du local actuel? Une chose est sûre cette ensemble d’œuvres est appelé à DSC_1944.JPGdisparaître un jour. Les habitants du quartier ne savent pas non plus la teneur de ce projet immobilier mais ils sont contents que ce lieu qui a longtemps défiguré le paysage urbain de Champel change de couleur.
    Ce n’est pas la première fois et certainement pas la dernière qu’une régie ou un propriétaire immobilier fait appel aux artistes du street art. L’investissement n’est pas forcément  plus cher qu’une couche de peinture faite par des professionnels. L’association Desstres qui est derrière cette session de graffitis abonde dans ce sens et met tout son savoir faire et ses compétences pour servir de pont entre les artistes et les décideurs qui ont le pouvoir de transformer les sinistres murs de nos quartiers en œuvres d’art.

    DSC_1865.JPG

    DSC_1861.JPG

    DSC_1863.JPG

    DSC_1864.JPG

    DSC_1874.JPG

    DSC_1889.JPG

    DSC_1895.JPG

    DSC_1875.JPG

    DSC_1904.JPG

    DSC_1908.JPG

    DSC_2080.JPG

    DSC_2031.JPG

    DSC_1986.JPG

    DSC_1919.JPG

    DSC_1977.JPG

    DSC_1970.JPG

    DSC_1926.JPG

    DSC_1929.JPG

    DSC_1930.JPG

    DSC_1961.JPG

    DSC_1999.JPG

    DSC_1945.JPG

    DSC_1937.JPG

    DSC_1933.JPG

    DSC_2018.JPG

    DSC_1949.JPG

    DSC_2014.JPG

    DSC_1947.JPG

    DSC_1939.JPG

    DSC_1962.JPG

    DSC_2000.JPG

    DSC_2004.JPG

    DSC_2026.JPG

    DSC_2007.JPG

    DSC_2054.JPG

    DSC_2048.JPG

    DSC_2049.JPG

    DSC_2039.JPG

    DSC_2057.JPG

    DSC_2066.JPG

    DSC_2069.JPG

    L'actualité du graffiti genevois ici

    Et demain est un autre jour!

  • Graffiti jam session à Champel

    Imprimer

    t0WpD.jpeg

    En plein centre du quartier chic de Champel une trentaine de graffeurs et de graffeuses (AMK, JIMOX, GAMO, SEIKA, LIF, WHYRE, IDEO, WOZDAT, TONES, DELPH, FMR, SWICK, NICKO, EASY ONE, EVO, SAL, SERVAL, TEXAS, AVID, LEZA...) ont répondu à l’appel de l’Association Desstres qui a reçu un mandat pour embellir un local  à l’abandon. Au 21 avenue de ChDSC_1619.JPGampel se situé le restaurant «Le fair play» qui a fermé ses portes en 1995. Un dossier a été déposé auprès du Département de l’aménagement du logement et de l’énergie du canton de Genève (DALE) pour la construction sur la même parcelle de terrain d’un immeuble de logements avec surfaces commerciales. Mais à la fin de l’année 2015, le projet a été abandonné avant de redevenir d’actualité. C’est dans cet esprit que l’association Desstres a été approchée. Et c’est sans peine qu’elle a réussi a réunir une trentaine de talentueux graffeurs et graffeuses autour d’un thème choisi à l’avance. Personnage, animaux, BD, mangas, DSC_1823.JPGpochoirs...sont les bienvenus avec un ton bleu. La seule contrainte pas de lettrage. Le tout en 48 heures chrono entre samedi 29 et dimanche 30 avril pour une grande surface de 4 faces. Plusieurs graffeurs n’ont pas pu prendre part à ce raout  par manque de surface à graffer. Comme la session de Châtelaine qui a rassemblé une quarantaine de graffeurs et de graffeuses de talent le 11 et le 12 février dernier, la jam de Champel restera également par la qualité des artistes comme l’un des meilleurs moments du street art genevois pour l’année en cours. Et ce n’est pas fini. Desstres promet d’autres rendez-vous du même acabit pour 2017. Qui va s’en plaindre?

    DSC_1704.JPG

    7aimn.jpeg

    nyg3z.jpeg

    P5Ldb.jpeg

    B4EzA.jpeg

    DSC_1725.JPG

    DSC_1666.JPG

    DSC_1745.JPG

    Ll4Yg.jpeg

    DSC_1651.JPG

    DSC_1786.JPG

    QRfEO.jpeg

    Z3xfA.jpeg

    DSC_1649.JPG

    DSC_1641.JPG

    DSC_1785.JPG

    DSC_1633.JPG

    DSC_1646.JPG

    DSC_1638.JPG

    DSC_1632.JPG

    DSC_1625.JPG

    DSC_1773.JPG

    DSC_1621.JPG

    DSC_1604.JPG

    6p5F6.jpeg

    DSC_1596.JPG

    DSC_1598.JPG

    DSC_1617.JPG

    Sans titreaaaaaaaaa.jpg

    w9wEN.jpeg

    DSC_1611.JPG

    DSC_1777.JPG

    eIYn4.jpeg

    RQwMw.jpeg

    DSC_1782.JPG

    DSC_1772.JPG

    DSC_1676.JPG

    DSC_1701.JPG

    DSC_1703.JPG

    DSC_1684.JPG

    DSC_1819.JPG

    vcJGR.jpeg

    QhNEn.jpeg

    lUibt.jpeg

    Nohkt.jpeg

    DinVd.jpeg

    bJ1jh.jpeg

    DSC_1689.JPG

    DSC_1690.JPG

    2CqDa.jpeg

    2eHcF.jpeg

    LiBMK.jpeg

    jlQ3C.jpeg

    UEcZY.jpeg

    DSC_1668.JPG

    DSC_1671.JPG

    DSC_1673.JPG

    gbS1W.jpeg

    DSC_1793.JPG

    VOIHv.jpeg

    qix4h.jpeg

    DSC_1660.JPG

    L'actualité du graffiti genevois ici

    Et demain est un autre jour!

  • Graffiti: Pump up the jam! Skate & graff session à Châtelaine

    Imprimer

    DSC_0072.JPGUne quarantaine de graffeurs réunis à Châtelaine durant deux jours! Du jamais vu! Quel bonheur!
    2 jours pour préparer ce grand raout du street art qui s’est tenu ce week-end au 79 avenue de Châtelaine à l’ancien garage Kawasaki voué à une démolition prochaine. Mic de LoopColors et le Musée du skateboard de Genève (Pulp68) ont organisé cette session sous le signe de l’éphémère en ayant pris les autorisations nécessaires pour graffer en toute légalité. La commune de Vernier, la DSC_9955.JPGpolice et les services en charge des bâtiments publics ont donné leur accord pour 48 heures de graffitis et de skate avant l’entrée des bulldozers. A partir du lundi 13 février le 79 avenue de Châtelaine va se transformer en chantier. Et c’est dommage! A cette adresse une vingtaine de graffeurs dont une graffeuse, Amikal ont laissé leur empreinte...pour 48 heures seulement! Ah ce maudit chantier! Il va priver les nombreux amoureux du street art à venir contempler les œuvres des artistes genevois et français parmi lesquels  ont peut citer: TEXAS, LORDZ ONER, AMK, JIMOX, DAB, CITRON, WORLD, SAVER, SYPE 31, GROCK, PADRI, SEVEN LAB, ESPRIT TZP, JESS, KANO, EASYONE, KOAS, NAGINI, AKOZ, STOL, WOZDAT...
    Pour la postérité 47 photos et une vidéo restituent l’ambiance de cette session spécialement éphémère.

    DSC_0037.JPG

    DSC_0115.JPG

    DSC_0041.JPG

    DSC_0116.JPG

    DSC_9894.JPG

    DSC_9895.JPG

    DSC_0046.JPG

    DSC_0043.JPG

    11111.jpg

    DSC_9922.JPG

    DSC_9956.JPG

    DSC_9960.JPG

    aaa.jpg

    DSC_0065.JPG

    DSC_0058.JPG

    DSC_0120.JPG

    DSC_0111.JPG

    DSC_9962.JPG

    DSC_9963.JPG

    DSC_0034.JPG

    DSC_9990.JPG

    DSC_9987.JPG

    DSC_9980.JPG

    DSC_9996.JPG

    DSC_9997.JPG

    DSC_9983.JPG

    DSC_9989.JPG

    DSC_9993.JPG

    DSC_0002.JPG

    DSC_0007.JPG

    DSC_000ss3.jpg

    DSC_0020.JPG

    DSC_0016.JPG

    DSC_0010.JPG

    DSC_0027.JPG

    DSC_0028.JPG

    DSC_0021.JPG

    DSC_0033.JPG

    DSC_9930.JPG

    DSC_9931.JPG

    DSC_9924.JPG

    DSC_9927.JPG

    DSC_9939.JPG

    DSC_0122.JPG

    DSC_0047.JPG

    DSC_0055.JPG

    DSC_0121.JPG

    DSC_0074.JPG

     

    L'actualité du graffiti genevois ici

    Et demain est un autre jour!

  • Graffiti: rencontre avec Amikal à l’occasion de la sortie du livre « Behind the wall »

    Imprimer

    3998958995.JPGLe graffiti reste l’enfant pauvre de l’édition en Suisse. Rares sont les livres qui traitent sur le street art helvétique. C’est pourquoi il faut saluer toutes entreprises qui tendent à encourager, à faire connaître et à vulgariser le graffiti genevois. En 2016, Joule de la Jonxion a publié à compte d’auteur un livre sur son œuvre, Amikal, une graffeuse au don certain lui emboite le pas en ce début d'année 2017 avec un livre qui fait office de carnet de croquis pour 11 artistes graffeurs. Et c’est l’occasion de faire le point avec elle en marge de la sortie de « Behind the wall » tiré à 250 exemplaires et dont le vernissage a eu lieu la semaine dernière à la galerie The Square.
     
    -Comment t’es venu l’idée pour Sans titre2.jpgfaire ce livre?
    Je trouve que les blackbooks représentent quelque chose de magique, non seulement on découvre un artiste de façon plus authentique (le mur c'est le show ou le hasard et l'impulsif est bien moins présent que dans le carnet de croquis) mais en plus la qualité des tracés y est bien plus spontanée et parfois moins crispée que sur les murs qui tentent de reproduire le croquis.


    -Pourquoi ton choix s’est porté sur ces 10 artistes précisément ? Quel est le point commun que tu partages avec eux?

    Il s'agit principalement de 10 artistes dont j'admire particulièrement le travail, nous avons probablement en commun une passion pour le graffiti qui s'exprime de différentes façons.


    DSC01929.JPG-Les dessins qui sont publiés ont déjà été graffés sur des murs? Ou ce sont des graffitis en devenir?

    Ils ont été spécialement réalisés pour ce livre? Je ne saurais le dire, chacun était assez libre de faire comme il l'entendait, il y a probablement des dessins qui sont déjà apparus sur des murs, certains ont été également produits pour le livre c'est d'ailleurs mon cas pour quelques pages, mais il n'y a pas de vraies raisons, j'aurais pu prendre uniquement des pages de livre de croquis.


    -Qu’y a-t-il derrière le mur?

    Nous, peut-être...


    Sans titre3.jpg-Tu participes en tant que contributrice et éditrice comment tu as travaillé avec tes 10 collègues? Tu as fait des choix? Ou tu as donné carte blanche? Raconte-nous la genèse de ce livre.

    Chacun a contribué financièrement au livre, les 10 ont couvert la moitié des frais d'impression et je me suis chargée du reste avec des fonds propres et en démarchant des sponsors. Les contraintes graphiques concernaient uniquement les deux premières pages, pour les 8 suivantes il n'y avait que la recommandation de ne pas trop mettre d'infographie pour rester au plus proche de l'esprit "carnet de croquis". C'était intéressant parce que j'ai eu la surprise des choix de chacun au moment de la reddition des travaux, mais aussi un peu stressant parce que je ne maîtrisais pas l'entier du processus et étais par conséquent tributaire des impulsions graphiques des participants. Je ne trouve pas facile de s'en remettre à des gens que l'on ne connait presque pas.


    Sans titre5.jpg-A Genève, l’année dernière Joule de la Jonxion a publié un livre à compte d’auteur et en ce début d’année c’est ton tour. Comment expliquer la pauvreté éditoriale dans le domaine du graffiti à Genève alors que chez nos voisins français l’édition sur le street art est florissante? En France plusieurs livres de graffitis sont publiés chaque année sans parler de revues spécialisées vendues en kiosques.

    Je pense qu'en Suisse on est encore très frileux au niveau du graffiti, souvent associé à tort à l'insécurité et la saleté, deux concepts que la Genève internationale cherche à tout prix à cacher à ses visiteurs fortunés. Il y a aussi un passé historique étroitement lié au graffiti en France, c'est dans ce pays que ce sont rendus beaucoup d'artistes qui ont importé le graffiti en Europe. Cela fait donc partie de la culture française. Au contraire, en Suisse, l'art ne se veut pas populaire et est souvent réservé à une élite fortunée, donc pas de place pour les graffeurs une fois de plus. Je présume qu'il y a encore une tonne d'autres raisons sociales, historiques et financières la question est en tout cas très intéressante.


    Sans titre6.jpg-Grâce à une impression en Italie tu as pu proposer la vente de ce livre à un prix raisonnable de 15.- chf pour 115 pages tout en y insérant 3 pages de publicité. Est-ce le meilleur moyen de parler du graffiti made in Genève tout en gardant une trace pour l’histoire?

    Ce n'est sans doute pas le meilleur, mais c'est un moyen (notre livre est du reste archivé à la Bibliothèque nationale) et puis un beau livre ça fait plaisir à feuilleter et ça va toucher des personnes qui n'iront pas forcément errer sur les terrains de jeu urbains des artistes. En ce qui concerne le prix, il s'explique aussi par le fait que le livre n'a pas été engendré dans une optique de profit mais à l'instar de notre art en extérieur, pour montrer ce que nous savons faire.


    DSC01931.jpg-Suite au succès de cette belle aventure, y aura-t-il une suite maintenant qu’on sait ce qu’il y a derrière le mur?

    Oui, mais cette fois-ci, on va regarder plus loin. Je peux déjà dire qu'il y aura quelques artistes du premier volume et d'autres provenant d'autres pays, certains graffeurs sont connus, d'autres moins mais tous ont en commun qu'ils font de très jolis dessins qui méritent d'être partagés.

    Les 11 artistes qui ont participé à ce livre:

    Wozdat

    Moru

    Grock

    Doer

    Amikal

    Padkoi

    Zcäpe

    Sevenlab

    Kornflex

    TCK

    Slamer

    Pour prendre contact avec AMIKAL: http://amikal.xyz/

    DSC01930.jpg

    DSC01932.jpg

    Sans titre 1.jpg

    Sans titre4.jpg

    Sans titre7.jpg

    L'actualité du graffiti genevois ici

    Et demain est un autre jour!