23/03/2013

La semaine contre le racisme, c'est aussi des débats...

3.jpgEn marge de la Semaine contre le racisme, une conférence débat a eu lieu vendredi 22 mars 2013 au Centre islamique de Genève. Le thème de cette conférence est “Religions dans l’espace public, quelle place?” Tout un programme, fort instructif qui a réuni les personnalités suivantes: Swami Amarananda (centre Védantique de Genève), André Castella, Délégué à l'intégration, Henri Maudet, membre de la Plate-forme interreligieuse de Genève et protestant (Réformé) genevois, Hélène Quélen et Jean-Claude Mokry (Eglise catholique-chrétienne), Hafid Ouardiri, directeur de la fondation de l'Entre-connaissance et Vise-président de la Plate forme inter religieuse de Genève et Claire Regad (Eglise catholique romaine). Le débat s’est poursuivi samedi 23 mars à la Grande Mosquée avec 2.jpgun sujet intéressant à plus d’un titre: “Islam et laïcité, mariage impossible ?”. Avec comme intervenants: Jean-Claude BASSET, Pasteur réformé à Genève et Professeur à la faculté de théologie deLausanne. André CASTELLA, Délégué à l'intégration. Ariane HENTSCH-CISNEROS, Présidente de la Plate-forme interreligieuse. Lucia DAHLAB, enseignante et ex-vice-Présidente de l’UOMG. Sabine TIGUEMOUNINE, infirmière et membre de l’Association Culturelle Musulmane Meyrinoise (ACMM).
Cette Semaine internationale contre le racisme et ce genre de débats interreligieux sont précieux pour la communauté. La diversité de Genève est une valeur ajoutée pour la Suisse. Lors de ces 2 débats des sujets d’actualités ont été abordés tels que laïcité, l’exclusion, la spiritualité, la religion…Voici quelques photos prises prises par un participant lors de la conférence-débat de vendredi:

1.jpg

5.jpg

6.jpg

4.jpg

Et demain est un autre jour!

27/01/2013

Mon invité: Hafid Ouardiri. "Dieu, ils sont devenus fous ces « islamistes » sanguinaires qui tuent en Ton Nom !"

848693086.jpgHafid Ouardiri actuel directeur de la fondation de l'Entre-Connaissance ne mâche pas ses mots et on le sait. Il le prouve encore une fois dans cette tribune où il fustige les “islamises” coupables de crimes au nom d’Allah

Partout dans ce que l'on appelle les pays musulmans le sang coule à flot.
Les révoltes arabes qu'on a appelé le « printemps arabe » se sont transformées en enfer pour les peuples qui croyaient s'être libérés de la tyrannie.
La démocratie naissante et le vote sont exploités par une stratégie trompeuse fondée sur une rhétorique émotionnelle qui met au pouvoir des personnalités qui divisent  la population en provoquant de graves conflits qui risquent de se transformer en guerre civile.

© JMDZ - Fotolia.com.jpgPartout, les groupes extrémistes « religieux » armés sèment la terreur et détruisent le patrimoine historique de l’humanité sous prétexte qu'ils épurent la foi pour la rendre au Dieu unique.
Comment peut-on prétendre faire œuvre de foi en massacrant et détruisant en Ton Nom ?
Les dictatures qui sont enracinées dans ces pays dits « musulmans » depuis la décolonisation ainsi que les monarchies obscurantistes ont engendré l'ignorance, la misère et l’injustice soutenues en cela par toutes les puissances qui ne songent qu'à leurs intérêts économiques et géopolitiques.
Le pétrole, le népotisme et le despotisme valent-ils pour elles plus cher que le sang des humains ?
Le colonialisme a cédé la place à l'abrutissement des masses populaires entretenu par les «nouveaux anciens » dirigeants qui continuent à leur faire croire qu'ils sont les révolutionnaires incontournables qui les ont libéré en leur redonnant une vraie patrie.
De l'Est à l'Ouest, du Nord au Sud, dans ces pays, la haine et la violence se répandent comme la peste au détriment des innocents qui n'aspirent qu'à la liberté et à une vie décente.
Leur faillite est double aujourd'hui, ils ont donné naissance à ces groupes d'égarés sanguinaires qui menacent leur pouvoir les obligeant à faire appelle aux anciens colonisateurs pour les protéger et les réinstaller au pouvoir.
Et si ces barbares sanguinaires armés ne sont rien d'autre que des alibis au service de ces puissances pour leur permettre de s’installer là où se trouvent les richesses minières qui leur permettront de faire face aux graves crises que traversent leurs pays.
Ne les ont-elles pas fabriqué pour servir leurs stratégies de domination et armé jusqu'aux dents ?
Souvent, leurs vassaux dictatoriaux deviennent mégalomanes au point de devenir fous. Ils assassinent leurs peuples pour rester au pouvoir. Le cas de la Syrie est flagrant, que font les grandes puissances à l'origine amies du dictateur sinon à regarder mourir le peuple dans un silence assourdissant ? Elles prétendent, comme si nous étions stupides et dupes ne pas vouloir mettre en danger l'équilibre instable qui règne dans la région.
Et combien même est-ce une raison pour que ces fous tuent au nom de leur pouvoir ou au nom de Dieu ?
Musulman, j'ai mal à mon âme car le dernier prophète que je prends pour exemple pour ma vie avec moi-même et avec mes semblables n'a été envoyé qu'en signe de miséricorde pour les mondes. Que font de cette Miséricorde ces adeptes de l'islam qui sèment le désordre, la corruption et la mort ?
© ~lonely~ - Fotolia.com.jpgIls accusent le diable d'être à l'origine du mal mais ils oublient qu'aujourd'hui le diable lui-même est surpris de se voir dépasser par eux au point qu'il prend certains d'entre eux pour maîtres.
Que les humains ne se laissent pas abuser par ces fous qui font de la parole sacrée et de l'idéologie politique des armes de destruction massive !

Je dénonce du plus profond de mon corps, de mon esprit et de mon cœur ces pouvoirs aveugles qui s'abreuvent du sang des peuples.
Après quelques années que ces révoltes bien inspirées nous aient laissé espérer en un monde meilleur pour celles et ceux qui étaient anéanties par la détresse et l'angoisse, voilà que les voleurs d'âmes usurpent leur liberté et leur dignité durement acquises pour les enterrer dans un immense cimetière fait d'incertitude et de chaos.
Dieu, ils sont devenus fous ces sanguinaires qui s'affrontent pour ou contre Toi. Ne les laissent pas faire de Ton humanité et de Ton monde un abîme sans fond.
Mais ne dis-Tu pas avec clarté dans le Coran :
« Dieu ne changera rien en l'état d'un peuple tant que les individus qui le composent ne changent en eux-même. »
Ces fous sanguinaires, qu'ils se réclame de l'islam ou de l’idéologie politique ne viennent pas de nulle part, ils sont issus de nous alors pourquoi les accepte-t-on comme une malédiction incontournable ?
Ils n'ont rien à faire ni avec l'islam ni avec la démocratie, ni avec l'essence de la vie à savoir, le respect, la dignité et l'équité.
Ne les soutenons pas avec notre silence et/ou notre impuissance complice.

Il nous faut résister, nous responsabiliser et anticiper pour barrer la route à ces fous sanguinaires qui s'affrontent pour ou contre Dieu là-bas en terre d'islam et ailleurs dans le monde.

Hafid Ouardiri, le 27 janvier 2013

Et demain est un autre jour!

25/09/2012

Les musulmans, les brutes et les truands!

Nabil.jpgNabil Abdennadher, professeur HES  émérite à l’Université des Sciences appliquées de Suisse occidentale analyse dans ce billet les derniers événements qui ont secoué la planète toute entière à cause d’un ramassis de film anti-islam et les caricatures parues dans Charlie Hebdo pour jeter de l’huile sur le feu non sans arrière pensée commerciale! Un regard pertinent pour alimenter le débat.

=================================
Les musulmans se trouvent encore une fois, à leur insu, dans une énième tourmente, pris en otage entre un film provocateur et des actes de vandalismes meurtriers qui ne peuvent représenter en aucun cas leur religion. Après les versets sataniques de Salman Rujdi trois décennies en arrière, les propos « troublants » du pape Benoit XVI en 2006, les caricatures des certaines presses européennes et l’interdiction des minarets en Suisse, vient le tour du film innocence des musulmans … Et la liste continue de se prolonger avec les récentes caricatures de Charlie hebdo. Bien qu’ils soient de natures différentes, ces évènements placent l’islam et ses adeptes au centre de polémiques qu’ils n’ont jamais cherchées.
Un film truand
La publication des caricatures dans Charlie Hebdo semble être guidée tout simplement par l’appât du gain et l’instrumentalisation du contexte actuel.  Le film innocence des musulmans est une autre “histoire”. Tourné aux Etats-unis  par un réalisateur inconnu, des acteurs obscurs et une mise en sc1.jpgène médiocre, celui-ci est une succession d’insultes et de calomnies à l’encontre de l’islam et de son prophète Mohamed. Celles et ceux qui auront vu les quelques extraits en ligne sur Internet pourront affirmer qu’il a été réalisé avec l’intention de ridiculiser, de réduire, d’offenser, de blasphémer… en un mot,  de blesser. L’arrogance et l’ignorance (des vérités historiques) sont omniprésentes. Il s’agit à mon sens d’un film « truand », condamnable du point de vue moral.
Présent sur Internet depuis Juillet 2012, dans l’indifférence générale, l’innocence des musulmans connaît en ce moment un buzz extraordinaire. Le timing est troublant. Certains signalent que nous sommes à quelques semaines des élections américaines et que ce genre d’évènements risque de profiter à un candidat plus qu’à l’autre.
Malheureusement, la dynamique médiatique créée autour de ce film est principalement « alimentée » par les musulmans eux même. Pour être précis, elle est l’œuvre d’une fraction intégriste de la communauté musulmane très minoritaire mais très active et extrêmement populiste. Ces intégristes crient aujourd’hui à la vengeance par la violence. Charlie.jpgIls oublient, ou font semblant d’oublier, que face à la provocation, l’islam a prêché le calme et la clémence. Il suffit de revenir au coran et aux actes et propos du prophète Mohamed pour s’en rendre compte :
-Rien ne peut justifier une violence aveugle prétendant défendre l'islam alors même que le mot islam vient de salam (paix en arabe).
-Rien ne peut justifier une hystérie incontrôlée alors même que le prophète Mohamed nous a ordonné de maîtriser, voire de cacher notre colère et que face à la provocation, il est nécessaire de s’armer de patience. Omar Ibn Al-Khattâb, second calife du prophète Mohamed et figure incontestée de l’islam rationnel avait dit un jour : occultez le mal par le silence et ne polémiquez pas pour ne pas éveiller les détracteurs.
-Rien ne peut justifier l’assassinat d’un ambassadeur alors que le prophète Mohamed a toujours respecté les messagers de ses pires ennemis.
-Rien ne peut justifier la mort de dizaines de musulmans au nom de la défense du prophète Mohamed alors que l’islam nous enseigne que la vie est sacrée et que tuer une âme est comme tuer toute l’humanité.
-Rien ne peut justifier les écoles saccagées alors que l’islam a appelé à l’éducation et à la science.
Vigilance
Nous devons nous rendre à l’évidence, les groupuscules fanatiques qui prétendent défendre l’islam ont réussi la où les détracteurs de l’islam ont échoué. Ils ont fait de l’innocence des musulmans une réussite médiatique, un « success story », un symbole de la liberté d’expression !
Les actes brutales commis par les intégristes sont aussi condamnables que l’élément déclencheur lui même. Ces actes discréditent l’islam et accréditent la thèse de ses détracteurs.
La liberté que nous avons acquise il y a quelques mois grâce à ce qui est communément appelée aujourd’hui le printemps arabe (en référence aux révolutions tunisiennes et égyptiennes) ne doit pas être confondue avec manque de responsabilité. La vraie liberté est souvent un équilibre instable entre deux extrémismes ravageurs : la dictature d’un coté et l’anarchie de l’autre.
La communauté musulmane doit aujourd’hui se ressaisir et prendre acte de cette situation critique. Elle doit faire barrage à cet extrémisme destructeur, résultat d’un vide culturel et de l’ignorance de notre propre religion. Un travail soutenu de communication et de pédagogie doit aujourd’hui commencer. Son objectif est de transmettre le vrai message de l’islam : celui de la tolérance et de l’ouverture sur autrui.

Dr. Nabil Adennadher
Professeur HES, Université des Sciences appliquées de Suisse occidentale
Membre du bureau exécutif de l’association de la communauté Tunisienne en Suisse

En rapport avec cette note:

"Mon invité: Hafid Ouardiri qui répond au film qui insulte les musulmans!"

Et demain est un autre jour!

24/12/2011

Un conte de Noël!

Vidéo tournée vendredi 23 décembre 2011 à Sion
2.jpg
Et demain est un autre jour!
...Et que le père Noël soit à la hauteur de vos attentes!

11:59 Écrit par Haykel dans Religion, valais | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noël | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/12/2011

Une crèche humaine!

DSC04427-ssssss1111.jpg
DSC04428-ssssss1111.jpg
DSC04447-ssssss1111.jpg
DSC04448-ssssss1111.jpg
DSC04433-ssssss1111.jpg
DSC04434-ssssss1111.jpg
Sans titre-ssssss1111.jpg
DSC04436-ssssss1111.jpg
DSC04437-ssssss1111.jpg
DSC04438-ssssss1111.jpg
DSC04439-ssssss1111.jpg
Photos prises par Memet Asker pour PLANETE PHOTOS samedi 17 décembre sur la Place du Molard (Genève)
Et demain est un autre jour!

10:06 Écrit par Haykel dans Genève, genève,les rues de genève, Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crèche de noël genève | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/11/2011

Les révolutions arabes : et après ? par Hafid Ouardiri

1753458224.jpgça toujours était d’actualité que de “taper” sur les musulmans et l’islam. L’occident a une peur bleue des intégristes musulmans et n’arrive pas à faire la différence entre l’intégrisme et l’islam ordinaire tel qu’il est pratiqué actuellement à travers bon nombre de pays dans le monde. L’avant dernier numéro de Charlie-Hebdo et la chronique de Maitre Marc Bonnant dans le Matin Dimanche de la semaine dernière n’arrangent pas les choses et font creuser davantage le fossé de l’incompréhension entre musulmans et intellectuels européens. Le “pompier professionnel” BHL, le fringant avocat à la verve facile et au raisonnement simpliste Marc Bonnant ainsi que le canard boiteux en perte de vitesse Charlie-Hebdo se livrent à un même combat avec des variantes mais tous les trois sont unis par leur insoutenable légèreté d’analyse face à un islam qui ne veut ni conquérir ni déclarer des croisades et encore moins s’imposer en Europe ou ailleurs. C’est le cauchemar de l’extrême droite qui manipule l’opinion! L’amalgame et le mélange des genres font que on met tous les musulmans dans le même sac, feignant leurs différences. C’est comme si il n’existe qu’un seul courant chez les autres religions et que parmi elles il n’y a point d’extrémistes (la tuerie d’Oslo). Certes il y a des intégristes chez les musulmans mais qui n’a pas dans sa communauté des méchants ou des brebis galeuses? On ne va pas refaire l’histoire et l’intégrisme quel qu’il soit a été nourri par la manipulation politique!
Hafid Ouardiri qui a carte blanche sur ce blog comme d’autres intellectuels d’ailleurs n’a pas voulu rester un simple spectateur devant le fait accompli de l’intelligentsia occidentale qui est entrain de reprendre le même chemin paternaliste qui a conduit jadis à l’occupation puis à la complicité avec des régimes dictatoriaux qu’ils ont contribué à mettre en place au nom d’un hypothétique rempart contre un islamisme considéré comme dangereux. Il nous livre plus bas une longue analyse sur les révolutions arabes, une approche clairvoyante et intéressante à plus d’un titre.
Je partage entièrement l’analyse du directeur de la Fondation de l’Entre-connaissance sauf quand il a évoqué la Charia pour la Tunisie. Ennahdha, ne prône pas la Charia comme ligne de conduite mais veut appliquer un islam moderne. Concrètement, on ne sait pas ce que donnera cette nouvelle donne. Et comme dit le célèbre adage: “qui ne tente rien n’a rien”. Et puis pourquoi cette ingérence? Laissez ces peuples vivres leur propre expérience!

Haykel Ezzeddine

======================================

Headshot HO 002362FE-64F2-49BB-BF10-868A975422EC.jpgLes révolutions arabes : et après ?
C’est une question intéressante mais quelque peu lancinante qui revient sans cesse depuis que s’est déclanché ce que l’on appelle « le printemps arabe ». Il est vrai que personne ne s’y attendait, même les experts les plus chevronnés se sont trouvés dépassés par cet événement extraordinaire.
Les outils d’analyse des sciences politiques se sont avérés inadaptés pour comprendre ce qui se passait dans ces pays arabo-musulmans qui se soulevèrent alors qu’on les croyait totalement asservis et définitivement rayés de l’Histoire.
Hier…
Tous les peuples des pays arabo-musulmans ont subi le colonialisme et le néo-colonialisme sous la tyrannie de dictateurs avides de pouvoir et à la botte des anciennes puissances coloniales.
Ces peuples ont été soustraits à leurs histoires et à l’Histoire de l’Humanité. D’abord colonisés après des luttes chèrement payées en vies humaines pour accéder à leurs indépendances, les voilà livrés, dans l’euphorie d’une fausse liberté, à des systèmes totalitaires à la solde des anciens maîtres et avec leur bénédiction. J’ai personnellement vécu ces différentes périodes d’une indépendance sans liberté qui devient rapidement une vie sous perfusion malgré les richesses de ces pays. Pour les démocraties occidentales, les opprimés ne devaient en aucun cas être un obstacle pour leurs intérêts économiques et géostratégiques. Tant que les dictateurs en place acceptaient ce marchandage, non seulement ils n’avaient pas à s’inquiéter pour leur pouvoir mais plus encore ils étaient considérés comme des remparts infranchissables contre l’extrémisme qui ne pouvait être qu’islamique ou islamiste selon leur propre terminologie.
Dans tous les pays arabo-musulmans et bien au-delà c’était la règle à ne pas transgresser sinon c’est la prison, la torture ou la mort. Les droits de l’homme n’était ni plus ni moins qu’un alibi. Il suffit de se souvenir de l’accueil qui a été fait à ses dictateurs par tous les dirigeants de toutes les démocraties occidentales. Le siècle des lumières des uns a été celui des ténèbres et de la souffrance extrême pour tous ces peuples. A tel point que j’ai cru que jamais ces peuples ne goûteraient à la saveur de la liberté et que jamais ils ne vivraient dans la dignité avec des droits et des devoirs. J’ai connu l’époque du « tais-toi les murs ont des oreilles!» et du « pourquoi cherches-tu à comprendre?». Ce sentiment était tellement fort qu’il nous poursuivait partout même jusqu’ici en Suisse et partout ailleurs.
16362_1225093480407_1621127854_612462_3086116_n.jpgSouvenons-nous, en 1988, le soulèvement du peuple algérien qui ne réclamait qu’un droit citoyen celui d’élire librement ses responsables politiques. Les élections ont eu lieu, elles ont désigné à la majorité écrasante un parti politique musulman. Aussitôt, un coup d’Etat eu lieu soutenu par des intellectuels et politiciens français et européens qui déclarèrent que ces musulmans avaient utilisé la démocratie pour tuer la démocratie, parmi eux le fameux BHL qui, en mars 2011, a volé au secours des libyens qui étaient menacés par Kadhafi. Une instrumentalisation  « sarkozienne » pour rattraper son absence dans la révolution Jasmin en Tunisie et puis pour s’assurer quelques barils de pétrole libyen et des contrats pour la reconstruction du pays. Aujourd’hui, la Libye est libre dans un chaos de fer et de feu avec des centaines de milliers de morts, un nombre considérable de blessés et des armes très sophistiquées éparpillées sur tout le territoire. J’espère que les combattants feront preuve de sagesse en les remettant entre de bonnes mains pour le bien de toute la population qui a assez souffert.
Au fait, l’Algérie vit dans un traumatisme qui l’enfonce toujours plus sous la botte du régime des généraux. Dès que le peuple manifeste pacifiquement, il est réprimé sans pitié, pour 3000 manifestants, le système mobilise 30’000 policiers lourdement armés et prêts à tuer. Ce terrorisme d’Etat a donné naissance et entretenu un autre terrorisme aveugle et dévastateur qui a permis à certaines puissances d’envahir des pays (les Etats-Unis en tête) pour soi disant le combattre (Irak, Afghanistan, Yémen etc.)
Aujourd’hui…
L’Irak qui était le berceau de la civilisation mésopotamienne et arabo-musulmane, longtemps sous la terreur d’un dictateur implacable, puis envahi par les Etats-Unis d’Amérique pour soi disant instaurer la démocratie n’est plus un pays. C’est devenu un laboratoire militaire américain comme l’Afghanistan.
La Tunisie est libre et la démocratie a commencé à faire ses preuves sans pour autant convaincre les occidentaux qui se méfient du choix « musulman » du peuple malgré le fait que la pluralité est là et qu’elle veut installer un gouvernement d’union nationale avec tous les acteurs politiques de la société. De nouveau, les régimes occidentaux veulent imposer leur choix au peuple tunisien qui, dans sa majorité, veut rester attacher à son histoire et à ces valeurs musulmanes ainsi qu’à son corpus de lois « la charia » qui invite à la vie et non à la mort comme certains extrémistes veulent le faire croire à la satisfaction de certains détracteurs de l’islam en Occident. La charia se résume en 5 principes : la libre observation de la religion, le respect de la vie, la conservation de l’espèce humaine et de son environnement naturel, le maintien et l’usage de la raison et le bon usage de l’argent et des biens matériels - des valeurs de vie universelles incontestables.
Le parti musulman « Ennahdha » ne cesse de rassurer les opinions occidentales et les autres partis politiques en Tunisie en leur rappelant qu’aucune liberté acquise par le passé ne sera remise en question et que l’islam ne s’impose à personne.
L’Egypte est libre et le processus démocratique est en marche malgré les difficultés qui se dressent sur son chemin à cause des partisans de l’ancien régime qui sont toujours à l’œuvre à travers des réseaux financés parHafid.jpg des sources obscures. L’armée est toujours là, menaçant la liberté et la démocratie durement arrachée par tout le peuple égyptien toute confession et culture confondue. Ce n’est pas la religion, qu’elle soit majoritaire ou minoritaire, qui définira à l’avenir le droit de chacune et chacun dans l’Etat égyptien, c’est la citoyenneté qui est la même pour toutes et tous. Il en sera de même pour la Libye et pour tous les pays qui se libéreront les uns après les autres car il n’est plus possible de battre en retraite face aux régimes totalitaires pour ces peuples où les jeunes forment la majorité écrasante et agissante.
Je me permets d’énumérer, pour leur exprimer mon profond respect, les pays qui doivent se libérer et qui le font sans armes sous le regard inquiet mais indifférent du monde dit libre : le Maroc, les pays du Golfe, la Jordanie, l’Algérie déjà meurtrie, la Syrie très meurtrie où l’on massacre à huis clos. Peut-on espérer que la Palestine et son peuple puissent connaître leur « printemps arabe » mais cela ne peut se faire qu’en coordination avec une vraie révolution des indignés israéliens ? Chacun de ces pays, une fois libéré, devra s’organiser pour gérer au mieux l’héritage historique qui est le sien avec la grande richesse que représente sa diversité culturelle et confessionnelle en respectant : la liberté, la dignité, l’équité et la paix pour toutes et tous, parce que toutes et tous CITOYENS !

L’urgence aujourd’hui c’est remettre en état les institutions lorsqu’elles existent et les créer lorsqu’elles sont absentes en respectant les règles démocratiques. Il faut faire l’inventaire et rétablir l’ordre sans violence ni règlement de compte, rendre obligatoire une bonne éducation pour tous dans le but de former les futures élites du pays, remettre l’économie en marche afin que chaque citoyen puisse avoir accès à une vie décente et surtout faciliter l’émergence d’une société civile responsable et engagée pour le bien public. Bref, ces révolutions doivent laisser place à une véritable évolution de ces peuples longtemps traités en sous-hommes. Il  faut réinventer une autre manière de vivre responsable libérée de tout sentiment de culpabilité.
Demain…
1-ssssss1111.jpgEnfin, j’ai ressuscité de mon passé longtemps sans issue. Ces révolutions m’ont permis de relever la tête ici et partout ailleurs. Mes peuples ont réintégré la grande Histoire pour continuer à écrire la leur tombée en panne depuis bien longtemps.
Durant tout ce temps ces peuples, génération après génération, avaient gardé intact leur rêve d’une vraie souveraineté au cœur des cauchemars qu’ils subissaient en silence. Ce n’est que justice, alors cessons de les accabler en ne leur accordant pas notre confiance.
Ils savent que c’est la fin d’une mauvaise époque sombre et le début d’une autre qu’ils ont gagné grâce à leur espérance et à leur résistance.
Ils savent aussi que personne n’a le droit de les priver de cette victoire et jamais plus ils n’accepteront qu’une autre dictature vienne se substituer à celle qu’ils ont anéantie, qu’elle soit idéologique, politique ou religieuse. Ils se souviennent tous de cette parole extraordinaire qui a longtemps était le fondement de la magnifique civilisation qu’ils ont offert au monde :
« Depuis quand avez-vous assujetti les gens alors que Dieu les a créés libres ! » (Paroles du 2ème calife Omar Ibn Al Khattab)
Pour répondre à la question de « l’après » de ses révolutions arabes, je dirai que la garantie de leur avenir, c’est les peuples qui ne se laisseront plus confisquer leur liberté, bafouer leur dignité et priver de leurs droits. Ils n’ont plus peur. Ces peuples qui se sont libérés, avaient une arme de destruction massive redoutée par les dictateurs : « DEGAGE » en français, « ARHAL » en arabe. Ils l’utiliseront si ceux qu’ils ont choisis en toute liberté, les trompent. Alors de grâce, laissons leur le temps de nous le prouver et aidons les à réaliser leur rêve sans leur imposer nos modèles qui aujourd’hui sont eux-mêmes remis en question.
La démocratie n’est plus rien qu’une grande entreprise de démagogie qui trompe les peuples occidentaux en les sacrifiant sur l’autel du dieu argent. C’est le règne de l’euphorie et de la panique, c’est la dictature des marchés qui méprisent l’homme. Personne de s’inquiète de la crise des valeurs morales et tout le monde pleure à cause de la crise boursière. 
Aujourd’hui, tous les peuples devraient préparer leur après, un destin commun et solidaire, loin de toutes les tyrannies. Nous ne devons pas seulement nous indigner mais nous devons surtout nous engager, au delà de nos frontières, à construire ensemble une citoyenneté UNIVERSELLE.

Hafid Ouardiri,

Directeur de la Fondation de l'Entre-connaissance

Photo 1: Nabil

Photo 2: archive FEC

Photos 3, 4 et 5: Haykel

Et demain est un autre jour!

04/11/2011

Charlie Hebdo incendié. Un attentat. Un auteur? par Karl Grünberg

381993_284980381525107_106626879360459_943244_755931424_n.jpgDes caricatures du prophète Mohamed qui se transforme en “rédacteur en chef”, le local de Charlie Hebdo incendié, leur site piraté, une opération de marketing dans Libération de jeudi 3 novembre qui offre l’hospitalité et une vitrine à l’hebdomadaire satirique...Karl Grünberg d’ACOR Association romande Contre le Racisme ne peut rester insensible, voici sa réaction à chaud:

Charlie Hebdo a été victime d'un attentat le 2 novembre, à la veille de la diffusion de son dernier numéro, Charia Hebdo, dont la publication avait été largement annoncée. Charlie-Hebdo avait déjà été menacé il y a quelques années à propos de "l'affaire des caricatures". Il ne semble pas que le journal bénéficiait avant-hier d'une protection policière.
La classe politique française tout entière, les associations, les intellectuels condamnent cette atteinte à la liberté d'expression. Cette magnifique unanimité est réconfortante. ACOR SOS Racisme joint évidemment son indignation à toutes celles qui se sont exprimées.
Mais la défense des droits humains ne peut être saucissonnée. Si l'un d'entre eux est attaqué tous sont menacés.
A l'heure où aucune revendication n'était formulée pourquoi tant de prises de parole suggèrent-elles une évidente piste musulmane?
1.jpgUn exemple:
A dessein nous n'avons pas pris cet exemple sur la droite de l'échiquier politique:
"Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche à la présidentielle, a qualifié jeudi 3 novembre de "répugnant" l'incendie dont a été victime Charlie Hebdo, dans l'hypothèse où serait confirmé son caractère criminel. "Si c'est un incendie volontaire, c'est tout à fait répugnant, je veux dire ma sympathie mon affection à l'équipe de Charlie Hebdo, je suis sûr que le journal va trouver la force en lui de rebondir", a déclaré le député européen sur Europe 1.
Il a appelé les auditeurs et le public à "avoir la discipline intellectuelle de ne pas confondre une poignée d'imbéciles, d'abrutis qui seront rudement châtiés, je l'espère, avec la masse de nos compatriotes musulmans qui pratiquent leur foi en toute tranquillité".
Interrogé sur l'aspect provocateur de l'édition de Charlie rebaptisé "Charia Hebdo" avec comme rédacteur en chef "Mahomet", Jean-Luc Mélenchon a répondu: "Si on doit commencer à mettre une entrave à la liberté d'expression, on met le doigt dans un engrenage dont on ne sait pas comment on sortira". "Charlie assume ses choix éditoriaux, c'est la loi de la liberté de la presse. Le délit de blasphème n'existe pas pour la raison que le blasphème n'existe pas, nous sommes ici la République française, c'est cette loi là qui s'applique" (...) Le Figaro, 2 novembre 2011.
L'auteur de l'attentat, qui qu'il soit, musulman ou pas, attente à la liberté d'expression et son auteur doit être jugé.
Pourquoi donc s’empresser d’affirmer que «la masse des musulmans» ne saurait se voir reprocher un acte que personne n’a revendiqué et dont on ne sait pas si son auteur se réclame de l’islam ?
Certes, une dizaine années d’informations orientées attribue automatiquement tout attentat à un musulman. Mais pourquoi le porte-parole d’une nouvelle gauche ne s’est-il pas limité à répéter cette évidence pénale que quelle que soit la cause ou la communauté dont se revendique un délinquant il est le seul responsable de son délit ?
Et ce d’autant plus que ce responsable politique s’était déjà lourdement trompé et dans les mêmes termes. Après l’attentat commis par l’extrémiste de droite Breivik il avait dans des termes très voisins déjà condamné des «actes de barbarie (qui) soulignent l'abjection des fanatismes religieux de tous bords». «Toutes les religions connaissent un vague d'intégrisme», mais pour autant «dans aucun cas [...] il ne faut imputer le crime à tous les croyants».
Karl Grünberg ACOR Association romande Contre le Racisme

A lire également:
Et demain est un autre jour!

00:00 Écrit par Haykel dans Médias, Religion | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : karl grünberg, charlie hebdo | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook