03/03/2016

La photo du jour: et l’UDC devient mouton!

IMG_20160303_105013 copie.jpg

L’arroseur arrosé. Le mouton qui n’a rien demandé surtout pas de figurer sur une affiche UDC vient de prendre sa revanche. Des âmes bien intentionnées viennent de le mettre à l’affiche en brocardant les coupables. C’est autour des dirigeants du parti de l’Union démocratique du centre d’entrer dans la peau du mouton. Christoph Blocher, Oskar Freysinger, Céline Amaudruz et un autre grand responsable du parti populiste qui tape sur les immigrés sont placardés depuis plusieurs jours à Bel Air sur un conteneur qui sert de magasin de journaux provisoire. Le montage est réussi et l’effet aussi. Au lendemain d’une votation historique, les Suisses ont montré qu’ils ne sont pas des moutons de panurge qui votent les yeux fermés.
Voilà un sérieux avertissement qui envoi les moutons-politiciens à leur pâturage. Savourons le moment!

D'autres photos du jour ici
Et demain est un autre jour! 

01/03/2016

Politique Suisse: quand l’extrême droite essuie un sérieux revers

Mouton 1.jpg

L'UDC, le parti d'extrême droite suisse n'a pas réussi à faire passer une initiative raciste «pour le renvoi effectif des
étrangers criminels».

Dorénavant, l'Union démocratique du centre (UDC), le parti d'extrême droite suisse, l'équivalent du Front national français, n'a plus les coudés franches. En montant au créneau, les opposants de gauche et la société civile ont réussi à lui faire barrage, en trouvant la recette pour le contenir à défaut de pouvoir encore le battre. L'espoir de voir une Suisse à la "démocratie propre" sans peur de l'étranger fait son chemin.
La Suisse a connu, dimanche dernier, une journée de votation populaire udc,votations 28 février 2016,union démocratique du centre,racisme,xénophobie,suisse,politique suissebien fournie en objets soumis au peuple. Les électeurs de chaque canton étaient appelés à se prononcer sur plusieurs initiatives et modifications de loi cantonales et fédérales. La plus controversée et la plus suivie est celle présentée par le premier parti du pays, l'UDC.
Ce parti d'extrême droite, qui a été à l'origine d'autres initiatives racistes qui ont abouti: «Contre la construction de minarets» (2009), «Pour le renvoi des étrangers criminels» (2010) et «Contre l'immigration de masse» (2014), a présenté, dimanche 28 février 2016, aux électeurs suisses, une énième initiative xénophobe qui heureusement n'est pas passée. En effet, 58,86% des votants (pour un taux de participation de 63,1%) ont rejeté la votation N. 597: «Pour le renvoi effectif des étrangers criminels»«démocratie propre» sans peur de l'étranger fait son chemin.

Mouton 3.jpg

L'initiative demande que la question du renvoi des étrangers criminels soit à nouveau soumise à votation. L'UDC entend ainsi imposer sa conception de la mise en oeuvre de l'initiative sur le renvoi, alors que cette mise en oeuvre a déjà été décidée par le Parlement, qui a durci les lois pertinentes.
Double emploi et surtout une action gratuite qui vise les 2 millions d'étrangers sur un total de 8.237.700 habitants (statistique de 2014) qui vivent en Suisse, susceptibles de renvois en cas de certaines infractions quelle que que soit la gravité de l'acte.
Les partis politiques de gauche et la société civile se sont formidablement mobilisés et ont fait campagne contre la dernière initiative de ce parti populiste qui a dépensé des millions pour rallier les électeurs à sa cause. Les réseaux sociaux et particulièrement Facebook ont largement contribué à ce succès. Les partisans contre l'initiative de l'UDC ont admirablement occupé le terrain médiatique devant les initiateurs de cette initiative qui étaient en manque d'arguments. 

udc,votations 28 février 2016,union démocratique du centre,racisme,xénophobie,suisse,politique suisseL'UDC va-t-il vraiment être isolé?
Dans les médias du pays, au lendemain des votations, la Suisse s'est réveillée avec un nouvel uniforme celui d'une démocratie propre
avec une belle conscience envers les étrangers.
Il y aura dorénavant un après le 28 février 2016, comme il y a eu d'autres dates par très flatteuses pour le citoyen suisse épris
d'égalité et d'ouverture.
Prochaine initiative de l'UDC: «Pour l'interdiction de tout couvre-chef dans les écoles publiques»; ça se traduit par: «Contre le port du voile islamique». Car, avec l'UDC, il y a toujours une deuxième lecture à la recherche du mouton noir, vedette de toutes les campagnes haineuses qu'il met sur pied.

Article paru dans Kapitalis le 2 mars 2016

Illustrations internet

Et demain est un autre jour!

17/09/2015

9 tunisiens participent à un circuit en Suisse: "La démocratie ne tombe pas du ciel"

Neufs-Tunisiens-en-Suisse.jpgUne belle expérience humaine, l’espace de quelques jours, 9 jeunes tunisiens invités en Suisse pour s’initier à la démocratie et pas n’importe laquelle.

Il s’agit, bien sûr, de la démocratie suisse, celle où le peuple constitue l’autorité politique suprême. 9 jours d’immersion, inspiration, apprentissage pour ces 9 privilégiés. Depuis mardi et jusqu’au lundi prochain, 9 jeunes tunisiens sont les invités de l’association la Nouvelle Société Helvétique Groupe Genève, qui fête cette année son centenaire.

L’apprentissage de la démocratie

Excellente initiative pour l’apprentissage de la démocratie. La conseillère municipale Florence Kraft, à l’origine de cette entreprise, a invité, au nom de l’association qu’elle préside, 9 tunisiens dont 2 membres de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) pour un apprentissage de la démocratie made in Suisse.

Nous avons posé la question à l’organisatrice: «Pourquoi faire venir ces Tunisiens en Suisse?» Réponse: «Nous voulons contribuer à former les futurs leaders de la Tunisie. Jusqu’à maintenant, ils ne connaissent que le système politique français et nous aimerions les initiés au modèle suisse.»

Même discours tenu par Raymond Loretan, ex-diplomate, ex-président de la SSR (Société suisse de radiodiffusion et télévision) et candidat pour les élections au Conseil des États. Il a animé mercredi un débat à l’intention des hôtes tunisiens où il était question de l’histoire de la Suisse, de sa construction, de sa neutralité, des différences culturelles de sa population, de sa politique collégiale, de son fédéralisme, de la démocratie directe avec le peuple comme autorité politique suprême…

Raymond-Loretan.jpgInitiatives, référendums et pétitions

La recette de la Suisse? C’est le consensus, la liberté des institutions, le dialogue dans le respect de l’autre. Ce modèle reste hélas unique et non exportable car il puise sa force dans les urnes avec les fameuses initiatives, référendums et pétitions dont les Suisses sont champions du monde.

Pour clôturer sa conférence-débat, Raymond Loretan, qui trouve la Tunisie comme une belle source d’inspiration, a suggéré aux apprentis démocrates de commencer par rédiger une charte pour le respect des identités et donner aux communes et aux villages des compétences constituant ainsi le début vers une démocratie participative.

Les 9 invités de ce circuit qui s’intitule «La démocratie ne tombe pas du ciel» parcourront des centaines de kilomètres et visiteront plusieurs villes. Ils iront également en Suisse centrale et plus exactement au Grütli, les racines de la Suisse, là où tout a commencé avec le serment historique du mythe fondateur de la Suisse. Et ce n’est pas tout, des rencontres avec des politiciens et participations comme spectateur aux débats du Conseil municipal et du Grand Conseil de la ville de Genève, ainsi que du Conseil national et du Conseil des États à Berne, sont programmées pendant ce séjour fort bénéfique pour cette jeunesse tunisienne qui fourmille d’idées et piaffe d’impatience pour qu’à son retour à Tunis elle sème les graines de la démocratie à la mode Suisse.

Laurence-Kraft-et-Ikbel-Msaddaa.jpgIkbel Msadaa (CPR, El-Moatamar), l’une des 2 filles qui fait parti de ce voyage, est très heureuse de cette expérience nouvellement acquise. En cette période de transition difficile, Ikbel veut transmettre ce qu’elle a appris de son voyage en Suisse: «Le dialogue, le consensus, la décentralisation, le maintien des liens, le respect des institutions, l’échange et la démocratie de la petite Suisse, un grand modèle de réussite». Pari gagné? On le saura l’année prochaine, quand la conseillère municipale Florence Kraft, présidente d’une autre association Adapt (Association pour le développement, et l’animation des sites et du patrimoine en Tunisie) se rendra à Tunis avec un groupe de Suisses pour consolider les relations avec ses 9 protégés.

9-Tunisiens-en-Suisse-2.jpg

Les 9 Tunisiens faisant partie du voyage :

– Ayoub Salah Edin Ben Hassen, ingénieur en électromécanique ;

– Meriem Ben Romdhane, diplômée de l’Institut des hautes études commerciales de Tunis et maîtrise en administrations des affaires de l’Université du Québec ;

– Brahim Ben Said, député ARP ;

– Ikbel Chammakhi Msadda, professeur en informatique à l’ENSTAB, Université de Carthage ;

– Ghassen Dridi, informaticien et diplômé en sciences politiques

– Marouen Habita, maîtrise en informatique, master en management

– Raed Jelali, maîtrise en informatique, master de la faculté de droit, sciences économiques et politiques de Tunis.

– Hrizi Mabrouk, député ARP.

– Ahmed Marzouk.

Tunisiens-en-Suisse-4.jpg

9-Tunisiens-en-Suisse-3.jpg  

nouvelle société suisse,tunisie,démocratie,raymond loretan,florence kraft

nouvelle société suisse,tunisie,démocratie,raymond loretan,florence kraft

nouvelle société suisse,tunisie,démocratie,raymond loretan,florence kraft 

nouvelle société suisse,tunisie,démocratie,raymond loretan,florence kraft Et demain est un autre jour!

01/04/2015

Politique suisse: “l’initiative populaire” à la trappe!

initiative.jpgSale temps pour la démocratie directe en Suisse. Par la voix de la Chancellerie fédérale on vient d’apprendre que “l’initiative populaire” va disparaitre à partir du 1er avril 2016. En effet, croulant sous les initiatives souvent farfelues présentées la plupart du temps par des partis politiques en manque d’électeurs, les 7 membres du Conseil fédéral qui passeront à 9 le 1er avril 2017 ont décidé à l’unanimité non pas de réduire mais de supprimer définitivement “l’initiative populaire”. Moins d’arbres à abattre, moins de papier à utiliser et d’argent à dépenser et surtout beaucoup moins de travail pour l’imprimerie de la Confédération. Le premier partie politique à s’exprimer est sans surprise celui des Verts. Il y voit un argument écologique de taille qu’il ne manquera pas de rajouter pompeusement dans les actifs de son bilan annuel. Sans titre-2.jpgQuant à l’UDC, en attendant de recourir contre le Conseil fédéral, il pense sérieusement à exclure son conseiller Ueli Maurer qui ne sait plus faire la différence entre un Gripen (avion de combat), un objet et une femme ni monter au créneau pour défendre la poule aux œufs d’or, “l’initiative populaire” qui est l’arme fatale de son parti. Pour le moment, les autres partis attendent le 2 avril pour donner leur avis de peur que l’annonce de la chancellerie ne soit et c’est la vérité qu’un poisson du 1er jour du quatrième mois de l’année!

En rapport avec cette note:

"Eric Stauffer lance une nouvelle compagnie aérienne: "Staufair"

"Pagani donne son nom à une voiture super-sportive!"

Et demain est un autre jour!

01/10/2014

Neutralité, humanitaire et cynisme suisse!

Palestine.jpgUn article sur le site internet de la Julie a attiré mon attention: “Berne exige des garanties avant d’investir à Gaza” dixit Manuel Bessler, délégué de l'aide humanitaire suisse. 120 millions de francs pour reconstruire ce qui a été détruit par Tsahal. Mais notre chère Suisse qui en passant participe également à l’effort de guerre en soutenant Israël avec la fourniture de quelques babioles meurtrières pour 126’000.- chf.- rien que pour le premier semestre de l’année, c’est un peu embarrassant. Certes ça ne vaut pas le prix d’un Pilatus mais ça pèse lourd dans la comptabilisation des morts civils côté palestinien. Ce ne n’est pas du cynisme que de fournir à l’un de quoi détruire et à l’autre du béton pour reconstruire le tout made in Suisse? “Berne veut des garanties du Hamas et de Tsahal” avant d’envoyer les entrepreneurs et les maçons pas forcément portugais ou espagnols payés avec du franc suisse. Mais quelle garantie l’“État” oppresseur (Israël) peut fournir à part de donner à la Suisse quelques années de répit pour rentabiliser les 120 millions chf....de béton investi et de recommencer inlassablement par la suite le travail de destruction? Il y a eu la neutralité suisse et l’humanitaire suisse et maintenant le cynisme suisse. Forcement c’est un cas d’école!

Illustration: Fotolia

Et demain est un autre jour!

00:37 Écrit par Haykel dans Moyen orient, Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : palestine, israel, politique suisse, proche orient | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/08/2013

Et revoilà l’UDC, ce parti raciste...qui tape maintenant sur les musulmans!

1116172_10151581061262602_1114328845_o.jpgCoutumier des campagnes chocs et racistes le plus grand parti suisse, l’UDC (Union démocratique du centre) récidive après le succès remporté par son initiative “contre la construction des minarets”. Cette fois-ci l’objet du délit est une affiche islamophobe. Elle représente une femme musulmane portant un voile menaçant un petit garçon aux cheveux blonds avec le slogan "Stop à la torture du bon allemand”. Ce support qui sera placardé dans tout le canton de Lucerne (à 278 km de Genève) illustre l’initiative des jeunes UDC qui réclament par voix de vote l’utilisation exclusive de la langue suisse allemande dans les écoles enfantines. Le tout inspiré par la vraie histoire d’une enseignante remplaçante dans une école enfantine à Kriens (canton de Lucerne) qui au mois de juin dernier a refusé d’ôter son voile.
Le vote populaire qui aura lieu à Lucerne (78’093 habitants en 2011) le 22 septembre prochain commence déjà à mobiliser les militants anti racistes.
Réactions et condamnations
Sans titre.jpgLa première réaction officielle est venue de Martine Brunschwig Graf, Présidente de la commission fédérale contre le racisme qui voit en cette affiche “une instrumentalisation d’une femme qui porte le voile pour animer la peur de l’islam”. Pour Hafid Ouardiri, directeur de la Fondation de l’Entre-connaissance, cette dernière sortie de l’UDC confirme l’évidence que l'islamophobie en Suisse n'est pas qu'une vue de l'esprit mais une horrible et réelle agression haineuse qui se propage contre une partie des citoyennes et des citoyens du pays."
Quant à l’association des Tunisiennes et Tunisiens en Suisse très active ces derniers mois elle a dans un communiqué non seulement condamné cette affiche “honteuse” mais elle va plus loin en exigeant son interdiction et la poursuite de ses auteurs pour incitation à la haine raciale. A ce jour et à notre connaissance aucune plainte n’a été déposée dans ce sens.
A chacun son tour après les moutons noirs pour parler des étrangers, symbole maintes fois utilisé par le même groupe politique, après le frontalier constamment brocardé par un autre parti de droite le MCG (Mouvement citoyen genevois), place maintenant aux musulmans. Elle est belle la Suisse!

Article paru dans Kapitalis le 8.8.2013

En rapport avec cette note:

Et demain est un autre jour!

23:55 Écrit par Haykel dans Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags : udc | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/08/2012

Pas de prélèvement systématique d’ADN pour les délinquants maghrébins en Suisse!

adn suisse,immigration,sans papiers,maghébins,clandestins,délinquantsDes hauts fonctionnaires de la police Suisse se sont réunis la semaine dernière à Bâle pour trouver une solution à la délinquance galopante des demandeurs d’asile qui ont déferlé sur la confédération suite au printemps arabe.

Par Haykel Ezzeddine, correspondant à Genève


Dans un précédent article publié mercredi 22 août (Des tests Adn pour contrôler les délinquants tunisiens en Suisse!) nous avons évoqué la possibilité d’utiliser en Suisse les empreintes Adn contre les requérants d’asile surtout ceux d’origine tunisienne qui ont augmenté ces derniers mois d’une façon spectaculaire les statistiques de la délinquance.

Une disposition disproportionnée et anticonstitutionnelle

Une proposition émise par le chef de la police du canton du Jura, Olivier Guéniat, qui la soumise à ses collègues, réunis jeudi 23 août à Bâle, lors du Comité de la conférence des directeurs cantonaux de justice et police (Ccdjp). Cette mesure contre les requérants d’asile coupables de vols et agressions ne sera pas applicable du moins dans l’immédiat.

Jugée disproportionnée et anticonstitutionnelle car dans la législation suisse ne figure nulle part le prélèvement d’Adn à titre préventif, les six haut gradés de la police suisse qui siègent au Ccdjp ont décidé de ne pas donner suite à la proposition d’Olivier Guéniat. Une mesure inutile car rares sont les délinquants qui laissent derrière eux une trace d’Adn lors d’un vol à l’étalage ou à la tire.

adn suisse,immigration,sans papiers,maghébins,clandestins,délinquantsAccélération des procédures pour le rapatriement

Le Ccdjp préconise d’autres mesures comme l’emprisonnement, l’éloignement, et l’accélération des procédures pour le rapatriement de tous requérants d’asile ayant commis un délit. Plus facile à dire qu’a faire. Mais bien que le nombre de retours volontaires des sans papiers est en progression cette année (2.054 pour les 6 premiers mois de l’année contre 2.771 pour l’ensemble de 2011), il est fort à parier que ces mesures resteront insuffisantes pour régler cet épineux problème.

Le cas de Genève, par exemple, est emblématique. Rien que la prison principale du canton croule sous le poids d’une surpopulation carcérale à majorité maghrébine, arabe et africaine. Au mois de mai dernier, 668 délinquants s’entassaient dans des cellules conçues pour recevoir 370 prisonniers. Dans ces conditions, on doute fort que de telles mesures soient suivies d’effets!

On n’a donc pas encore fini de parler des délinquants maghrébins en Suisse et ce pour un bon moment au grand bonheur des partis d’extrême droite qui profitent de la misère des immigrés clandestins!

Photo: Olivier Guéniat dont la propostion augrenue a été rejetée par ses collègues.

Article lié :

Des tests Adn pour contrôler les délinquants tunisiens en Suisse!

Article paru dans Kapitalis lundi 27 août 2012

Et demain est un autre jour!

23/08/2012

Recours à l'ADN pour contrôler les délinquants tunisiens en Suisse!

Les Tunisiens réfugiés alimentaires en Suisse font beaucoup parler d’eux, mais en mal, en faisant exploser les chiffres de la délinquance. Ce qui inspire aux autorités des mesures vexatoires à la limite de la stigmatisation.

Par Haykel Ezzeddine, correspondant à Genève


Les sans papiers tunisiens candidats à l’asile en Suisse ne sont pas nombreux, mais ils se distinguent suffisamment sur la scène de la délinquance. Leurs méfaits répétés font exploser les statistiques de la criminalité et donnent à leurs traqueurs l’occasion de pondre des idées farfelues comme celle de généraliser les tests Adn pour les requérants d’asile! Une proposition disproportionnée? Un délit de faciès? Une stigmatisation en marche?

Ces requérants tunisiens, vrais et faux réfugiés, sont champions toutes catégories pour les délits commis en Suisse. Selon les dernières statistiques nos compatriotes, qui ne représentent pourtant que 6% de la population des requérants ayant commis une effraction, cumulent a eux seuls le tiers des délits. Ils bénéficient d’une double étiquette dont on se serait bien passé: «multirécidivistes» et «impunis»!

Des statistiques effarantes

C’est énorme quand on regarde de près les chiffres effarants de la délinquance pour un petit pays comme la Suisse qui vient de franchir le cap de 8 millions d’habitants.

Le hit-parade de la désolation évoque des augmentations vertigineuses du pourcentage de délits imputés aux Maghrébins et surtout aux Tunisiens. Jugez plutôt les chiffres qui viennent d’être communiqués par 8 cantons et qui relèvent une augmentation de 77% des infractions rien que pour les 6 premiers mois de l’actuelle année par rapport à 2011: «Effraction de véhicule: + 1.500%», «vol à l’étalage: +390%», «vol par effraction: +150%», «vol à la tire +130%», «lésion corporelles simples : +50%».

Le nombre de Tunisiens présents en Suisse candidats au statut de requérants d’asile est dérisoire: quelques centaines, en majorité des hommes entre 18 et 30 ans, livrés à eux-mêmes, et qui profitent d’un certain laxisme de la justice suisse, comme la mesure de substitution à la prison des «jours amendes» pour punir les délits mineurs.

alt

Le 12 juin 2012, la conseillère fédérale suisse Simonetta Sommaruga et le ministre tunisien des Affaires étrangères Rafik Abdessalem 

Ces mêmes Tunisiens, qui n’obtiendront jamais de papiers pour régulariser leur situation parce qu’ils sont considérés par les autorités suisses comme réfugiés économiques, commettent d’innombrables délits pour pouvoir survivre dans un pays où les travailleurs au noir sont constamment traqués et les employeurs mis à l’amende.

Loin de généraliser mais voici une autre statistique qui démontre que les vrais réfugiés tunisiens sont rares. Sur 1.275 demandes déposées au premier semestre 2012 seules 3 personnes ont vu leur dossier aboutir.

Des tests Adn comme ultime solution

Dans ce climat d’insécurité, les instances judiciaires sont dépassées. C’est dans cette atmosphère qu’Olivier Guéniat, chef de la police du canton du Jura, a lancé un pavé dans la mare. Face à la recrudescence d’actes criminels perpétrés par les réfugiés du printemps arabe sur le sol helvétique, l’officier jurassien compte interpeller prochainement ses collègues pour l’instauration systématique d’un prélèvement Adn de tous les requérants d’asile, surtout les hommes seuls, ce qui permettrait d’accélérer l’incarcération et la clôture rapide des enquêtes policières.

Les partis de droite applaudissent à cette proposition alors que la gauche se tâte et se dit prête à accepter la solution Adn.

Dans un pays où certains citoyens ont été fichés à leur insu durant des années par les services de renseignement, ce qui a traumatisé plus d’un, c’est qu’on est prêt à accepter le prélèvement de l’Adn pourvu que l’on contrôle mieux ces Tunisiens fauteurs de trouble.

Reste à attendre la réaction des associations qui militent pour les droits de l’homme et un éventuel référendum en cas où la solution Adn sera instaurée contre les méchants requérants d’asile.

alt

Olivier Guéniat, chef de la police du canton du Jura.

La honte a envahi les Tunisiens de Suisse!

La communauté tunisienne vivant en Suisse est consternée face aux méfaits de leurs concitoyens-délinquants. Les Tunisiens en situation régulière, et dont certains possèdent également la nationalité suisse, craignent qu’un jour ils devront payer pour ce printemps des révolutions qui a certes sauvé les pays arabes de la dictature mais a entrainé aussi, dans son sillage, l’exode et la délinquance que connait actuellement la confédération Suisse.

A noter que, depuis la mi-juillet, la Confédération suisse a mis en application une aide au retour des déboutés du droits d’asile, des demandeurs en attente d’une réponse et d’autres qui s’apprêtent à déposer un dossier. Ça ratisse large, histoire de motiver le maximum de personnes. Les Tunisiens qui peuvent en bénéficier doivent avoir un casier judiciaire vierge.

Cette aide sous forme de prime – 1000 francs suisses (Chf ) pour chaque adulte, 500 Chf pour chaque enfant, 4.000 Chf pour financer des projets sur place, voire 15.000 Chf en cas de projet collectif – a déjà permis le retour volontaire d’une trentaine de Tunisiens.

Artcile paru mercredi 22 août sur Kapitalis

Et demain est un autre jour!

10:59 Écrit par Haykel dans Politique suisse, Politique-Tunisie, Tunisie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : adn, maghébin, tunisien, tunisie, asile, droit d'asile | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/06/2012

Oskar Freysinger et la banalisation du racisme

Encore une réflexion sur l’UDC et son infatigable mentor Oskar Freysinger par Karl Grünberg d’ACOR SOS Racisme

172875086.jpgUne véritable gauche universaliste, cosmopolite, internationaliste va-t-elle enfin entreprendre la lutte contre le racisme?
 A force d’être responsables, les partis socialistes et leur pilotage de l’impossible projet européen des magnats qui ont étouffé les parlements nationaux se sont discrédités. La droite traditionnelle, quant à elle, a usé jusqu’à la corde le costume de la «réforme», de la destruction des progrès sociaux du XXe siècle. Sans peine, les démagogues brandissent les intérêts de l’ethnie (de la race) pour défendre les peuples qu’ont lâchés les parlements (la délégocratie dixit Oskar Freysinger, RSR la Première, 31 mai 2012). 
Dans le tintamarre des cloches de son fan club valaisan le congrès de l'UDC a élu le 5 mai 2012 Oskar Freysinger à sa vice-présidence.
 Après les élections fédérales des divergences étaient apparues dans l'UDC. Estimant que le parti ne devait pas aller plus loin dans la provocation, Yvan Perrin, son vice-président romand brigue un nouveau mandat. Oskar Freysinger le combat: «On attend de l'UDC qu'il soit le vilain garçon qui met le doigt dans les plaies, pour réveiller les consciences des partis gouvernementaux». 
Yvan Perrin jette l'éponge, seul candidat à sa succession Oskar Freysinger est élu le 5 mai flanqué d’un second vice-président romand, l’apparatchik Claude-Alain Voiblet. Fringant, se love avec délice dans ses nouvelles responsabilités: «Jamais je ne deviendrai quelqu’un d’autre». 
Annoncée depuis quelques mois, la candidature d’Oskar Freysinger n'a pas suscité la moindre émotion. ACOR SOS Racisme a vainement tenté de stimuler une opposition à cette ambition. Aucune réaction à droite. A gauche, c’est consternant, on a pu entendre qu'il ne faut pas donner à penser que certains UDC seraient meilleurs que d'autres.
La promotion de ce roublard démagogue et menteur accentue la banalisation du racisme alors qu’il est urgent d’engager, y compris auprès des électeurs et des électrices de l’UDC, un vrai combat contre ce fléau!
 L'homme qui dit l'islam incompatible avec la démocratie, la race blanche menacée, la guerre civile en marche serait donc à sa place à la direction du plus puissant parti bourgeois de Suisse ?

Les Inrocks ont perçu le danger

«Ce député populiste est pourtant l’une des voix les plus importantes dans le paysage politique suisse. Vice-président de l’Union démocratique du centre depuis mai 2012, Freysinger a infusé une ligne xénophobe à ce parti conservateur. Régulièrement de passage en France, Freysinger fait figure de modèle politique pour les mouvements islamophobes français tels que le Bloc identitaire ou Riposte laïque. Âgé de 52 ans, cet ancien prof de littérature a acquis une dimension internationale en décembre 2009 en devenant l’homme du “oui” au référendum suisse contre la construction de minarets, qui a rassemblé plus de 57% des suffrages».
 Arrêt sur image 
Oskar Freysinger et l’antisémitisme: «Dieudonné pousse un peu loin le bouchon, mais au moins, nom d’un chien, il ose! (…) La personne qui est profondément convaincue que la Shoah n’a jamais eu lieu (…) mais laissez-la dire ! Sinon il devient un martyr (…) et on finit, peut-être, par susciter dans l’esprit de certains ah mais si on le met en prison, c’est que peut-être il y a quelque chose de vrai dans ce qu’il dit - même si personnellement je trouve ça complètement idiot et je vous le dis pour ne pas avoir des emmerdes. 
Selon le militant antisémite Alain Soral, Freysinger «a l’honnêteté de reconnaître que se déclarer sioniste était une obligation pour accéder aux médias en Occident, et pouvoir jouer un rôle politique de premier plan! »
Oskar Freysinger et l’islamophobie, petit florilège : «La construction des minarets doit être interdite. En revanche il n'est pas raisonnable de vouloir interdire de planter un drapeau nazi dans son jardin» . «Franchement, le Français moyen, il frôle les murs, il rase les murs et il baisse le regard, cet homme-là, né sur sol français, Français de souche, souchien comme on l’appelle, n’est-ce pas, dans certaines bouches, eh bien, il baisse le regard et il frôle les murs. Alors, ça, c’est une dhimmitude pour moi. C’est pas normal». Non content de fricoter avec le gratin des islamophobes européens, les Geert Wilders, les Filip Dewinter, les Carl Lang, les Identitaires et Riposte laïque, Oskar Freysinger a rejoint le staff de Stop Islamization of Europe, le puissant lobby islamophobe étatsunien qui mène une violente campagne contre la Suisse accusée d’accepter l’or musulman après avoir caché l‘or nazi.

MCG.jpgOskar Freysinger et le mensonge :
◦    Contre la naturalisation facilitée, l'UDC affiche dans toute la Suisse des mains rapaces puisant les passeports que bradent les autorités. Freysinger exprime son credo: «un mensonge bien formulé vaut mieux qu'une vérité mal exprimée». Le 31 mai 2012, sur la Première, le nouveau vice-président de l’UDC suisse affirme que « Pour le milliard qu’on a payé aux pays de l’est on n’a pas eu de référendum obligatoire » Ah l’effronté ! La Loi fédérale sur la coopération avec les Etats d’Europe de l’Est a été adoptée le 26 novembre 2006 à 53,4 % sur référendum par le peuple.

Oskar Freysinger et le racisme le plus gras :
◦    Eric Stauffer fait campagne avec une des affiches les plus crades vues à Genève depuis longtemps. Allié à l’UDC, son mouvement singe son mentor: vêtu de l’orange de Guantanamo son Salamovitch S. est le répugnant personnage qu’Eric Stauffer promet d’éliminer. Qu’en pense Oskar Freysinger? «Le MCG d’Eric Stauffer a accepté notre convention. Quand la centralisation et l’étatisation de ce pays deviendront insupportables pour les partis centristes, ils comprendront peut-être que l’UDC est un allié plus intéressant que le PS. Ce dernier reste le parti socialiste le plus à gauche de toute l’Europe, avec des idéologues comme Levrat tout droit sortis de la cuisse de Marx».

Karl Grünberg
 ACOR SOS Racisme

A lire également:

00:45 Écrit par Haykel dans Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : oskar freysinger, karl grünberg | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/01/2012

«La sécurité, première des libertés » L’UDC emprunte un slogan au Front National (FN)!

gogos-nigauds-sel-sur-queue-karl-grunberg-L-PDkjhF.jpgUne nouvelle contribution de Karl Grünberg.

A trois mois de l’élection présidentielle, le FN qu’ont fondé de vieux fascistes rassemble avec Marine Le Pen des millions d’intentions de vote dont celles de nombreux travailleurs.
Ce slogan banalise vingt ans de propagande. Il aseptise son racisme. Chacun le comprend. L’insécurité c’est la racaille, le jeune de cité, l’étranger, le musulman, et non pas la misère, la maladie, l’avenir volé.
Doté de députés entre 1986 et 1988 seulement, le FN n’a eu aucune responsabilité dans les réformes de tous les gouvernements depuis le «tournant de la rigueur» qu’a pris Mitterrand en 1983. Jean-Marie moquait la «bande des quatre», (PS, PC, RPR et UDF). Marine, ce qu’il en reste: «l’UMPS»! N’avoir pas participé à cette politique antisociale contribue aux succès électoraux du FN.
L’UDC y a contribué mais cela ne lui a pas aliéné un électorat populaire qui vote contre ses intérêts. Vieux parti gouvernemental l’UDC est pourtant responsable du démembrement des lois protégeant les travailleurs, les jeunes en formation, les personnes âgées, les malades, les invalides, les chômeurs, les locataires.
La jeune présidente et conseillère nationale de l’UDC/Genève, Céline Amaudruz, affiche elle aussi ce slogan racoleur.
L’UDC était un petit parti agrarien et conservateur (11,5% des suffrages en 1991). «Dénonçant le système» sous la férule de Blocher, il en rassemble 26,5% en 2011 (29% en 2007). Né de presque rien et à la même époque, le FN connaît une progression semblable.
Auraient-ils réussi si les régimes qu’ils contestent avaient poursuivi les politiques qui ont fait leur succès au cours des années 1945-1985? L’incapacité des partis gouvernementaux de gauche à refuser les politiques antisociales des secteurs dominants de la bourgeoisie, la volonté de leurs homologues de droite de les satisfaire ont conduit à la désaffection que les nouvelles classes politiques populistes ont saisie.
© kentoh - Fotolia.com.jpgLeur carte de visite? Le racisme identitaire.
Le FN soi-disant social et l’UDC libérale déclinent l’argumentaire de la préférence nationale, contre le regroupement familial, les prétendus abus aux prestations sociales, la «criminalité étrangère» et «l’altération de l’identité nationale» (islamophobie). Ils veulent réformer le code de la nationalité pour protéger cette dernière. Leurs insertions dans leurs pays respectifs sont différentes, mais leur ethnoracisme est le même. Pas grand-chose ne distingue Marine Le Pen et Oskar Freysinger qui ne se fréquentent pas encore ouvertement.
Comment ne pas comprendre l’écrasante responsabilité des exécutifs européens et des partis gouvernementaux de gauche et de droite pour expliquer que des formations minoritaires il y a quelque vingt ans sont désormais créditées d’un tiers de leurs électorats nationaux respectifs?
Ayant laissé les secteurs dominants de la bourgeoisie prendre la «gouvernance» par dessus les parlements, ils ont permis au racisme de régenter la vie politique:
• Depuis le rétablissement de la démocratie en 1945, les parlements négociaient le progrès social et la répartition des gains de productivité. Les voilà devenus des casseurs de législation. Comment s’étonner si la préférence nationale se substitue à la répartition sociale?
• S’imposant contre la représentation démocratique la nouvelle gouvernance européenne fonde sur les valeurs judéo-chrétiennes et la civilisation occidentale ce qu’elle ne peut légitimer politiquement.
• Les vieux partis racistes(1) ont compris au milieu des années 1980 qu’en dénonçant la trahison des partis traditionnels de gauche et de droite ils se frayaient une nouvelle voie. Rabâchant un nationalisme nostalgique ils proposent pour toute perspective aux masses paupérisées d’expulser «étrangers» et «faux réfugiés» pour récupérer leurs biens qu’ils prétendent indûment acquis, les fameux abus.
Lutter contre le racisme et pour un véritable programme social sont les deux pans indissociables de la riposte. La gauche tout entière finira-t-elle par le comprendre?
Karl Grünberg
ACOR SOS Racisme

(1) Si l’antisémitisme de Le Pen est bien connu, il faut rappeler que von Steiger, le conseiller fédéral qui a fermé la Suisse aux Juifs alors qu’il savait que la solution finale était mise en œuvre, était agrarien (UDC).

Et demain est un autre jour!

12:05 Écrit par Haykel dans Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : karl grünberg, udc, front national, oskar freysinger | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/11/2011

Oskar Freysinger candidat à la vice-présidence de l’UDC ! par Karl Grünberg

299453_2419849504703_1505378376_32594634_1686880874_n.jpgDes faits. Des noms. Des dates.
La direction du plus grand parti gouvernemental suisse s’ouvrira-t-elle à un raciste déclaré ?
Au porte-parole suisse de l’islamophobie européenne ?
Pour Oskar Freysinger l’islam est génétique, des mondialistes - des Sages de Sion? - complotent contre les peuples, le bradage de la race blanche provoque une situation de guerre civile(voir ici). Le 26 septembre 2011, il annonce à la Tribune de Genève sa disponibilité pour la vice-présidence de l’UDC, et confirme le 25 octobre sa candidature à la Télévision Suisse romande.
S’il appartient à l’UDC de désigner ses responsables, il nous appartient de prendre position! Oskar Freysinger n’a pas sa place à la présidence du plus grand parti de Suisse.

Le site Novopress du Bloc identitaire français a posté l’an dernier une vidéo interview où il défend «des millénaires de culture occidentale et judéo-chrétienne» et veut régénérer les peuples européens soumis aux adeptes d’un dogme globalisateur qui manipuleraient l’islam pour «détruire l’identité, les frontières, les systèmes immunitaires des Etats-nations et créer une sorte de magma global pour détenir le pouvoir démesuré qu’ils convoitent»
Oskar.jpgLes groupes néonazis sont connus pour tenir de tels propos. Entre 1998 et 2004, ACOR SOS Racisme s’est associée au réalisateur Daniel Schweizer pour faire connaître son travail documentaire sur les nouvelles formes du racisme; sur leur impact auprès de milieux alors minoritaires (Skin or Die, Skinhead Attitude, White Terror).
Alors, les hammerskins organisaient des concerts clandestins pour diffuser les propos qu’Oskar Freysinger tient aujourd’hui ouvertement. Alors, les pouvoirs publics les interdisaient lorsqu’ils en étaient informés.
Le porte-drapeau victorieux de l’initiative contre la construction de minarets en Suisse, coqueluche des médias, se pavane sur des plateaux télé qui l’accueillent jusqu’à plus soif et fait carrière en professant son racisme.
Il ne doit pas être interdit, mais combattu. ACOR SOS Racisme appelle à développer la volonté politique de combattre le racisme.
Automne 2011, toile de fond
Ses bailleurs de fonds spéculent sur les parts de marché et l’UDC sur la «part électorale». Il espérait 30% des suffrages aux élections de 2011, il tombe à 26,6%, reculant de 2,3% par rapport à 2007. Si le Journal télévisé relève son score personnel, Freysinger est déçu. L’UDC a mené «une campagne trop centriste, trop molle». Il marque sa différence: «il faut être plus intelligent, plus malin, plus rusé» et espère «jouer un rôle plus important dans la direction du parti». Divergence au sommet? Pour le patron du parti, Christoph Blocher, son erreur est au contraire d’avoir péché par arrogance, d’en avoir trop voulu.
Cador de l’islamophobie européenne, familier du Vlaams Belang de Filip Dewinter (Belgique), de Geert Wilders (Hollande), star du Bloc Identitaire, de Riposte Laïque et du Front National en France, Oskar Freysinger est populaire en Suisse pour ses coups de gueule et sa dégaine d’animateur de camp de vacances. Sa vice-présidence, il la veut au moment où l’UDC, au nom de la concordance démocratique, revendique 2 des 7 sièges gouvernementaux. Le prend-on pour un bouffon? Ses excès dédouanent-ils ses concurrents? Son racisme sans complexe laisse indifférent. Sa vision politique devra être étudiée. Ici, nous le citons et vous invitons à le lire attentivement.
Islamophobie et passage à l’acte
Le 31 octobre, à la veille de la publication très annoncée de Charia Hebdo, un incendie apparemment criminel a brûlé Charlie Hebdo. Le buzz. Gouvernement français, opposition, opposition de l’opposition, tous bombent le torse, le regard tendu sur la ligne bleue des Vosges. L’islam ne passera pas, etc.
Jeudi 10 novembre, le feu ravage dans l’indifférence la mosquée de Montbéliard.
Vendredi 11 novembre le terrain de la future mosquée de Granges est souillé de déchets de porc. Granges et Montbéliard… sont proches de Wangen bei Olten.
«On n’a pas pu empêcher le minaret de Wangen bei Olten et c’est pour cette raison qu’on a réagi», expliquait Oskar Freysinger dans la vidéo-interview qu’a postée Novopress.
Le bouillant député n’y a pas mis le feu. «Il a longuement réfléchi, on butait contre la constitution, contre des lois, contre les conventions internationales. Lorsque vous n’avez pas d’autre angle d’attaque que ce que permet le juridisme moderne, le seul possible devient par définition le meilleur».
1.jpgPourquoi s’en prendre au minaret? «Le minaret n’étant pas une obligation doctrinale, il n’est pas nécessaire à la pratique de la foi et on ne peut pas nous accuser de les empêcher de pratiquer».
Pourquoi s’en prendre aux musulmans? «Parce que leur dogme est en contradiction flagrante avec l’Etat de droit».
Posture démocratique cocasse dans la bouche d’un homme qui explique comment tourner l’Etat de droit. «Ça nous a permis à travers ce symbole de donner un message qui a été très, très clairement entendu».
«En France, à peu près 6 millions de musulmans ont imposé partiellement leur loi dans certains ghettos la dégénérescence, je parle bien d’une dégénérescence, au niveau de l’Etat de droit et de la République, est tellement avancée que les corps d’autodéfense sont comme paralysés».
«La société occidentale a créé autour de l’islam une ceinture de protection comme celle que crée le corps autour de cellules cancéreuses. C’est lui-même qui produit les ceintures de protection et peu à peu l’organisme est bouffé et ne peut plus se défendre».
L’islam un cancer, une maladie mortelle? Oskar Freysinger est raciste. «Raciste? On parle de n’importe quoi, ça n’a rien à voir, depuis quand l’islam est-il une race - hin hin - ce n’est pas une race - hin hin - c’est un dogme politique». «Un mensonge bien formulé vaut mieux qu'une vérité mal exprimée», aime-t-il dire.
L’islam est génétique! Protégé pas sa précaution oratoire de la disposition pénale 261bis qui, en Suisse, réprime - mal - certaines manifestations du racisme, il développe sa «pensée», «la menace musulmane est démographique»!
«La France n’a plus le monopole du dernier village gaulois, d’Asterix et d’Obelix qui résistent à l’envahisseur, la Suisse l’a remplacée – comme nous sommes des Helvètes et donc des Celtes, ça ne pose aucun problème que nous ayons pris la place des Français dans le rôle des Gaulois qui préfèrent prendre leur destin en mains plutôt que de se le faire dicter par une lointaine Rome».
«Sans haine, sans frustration particulière, constater froidement puis agir».
Le constat? Oskar Freysinger invente l’existence d’un complot musulman qui «n’a pas caché sa stratégie imposée par le djihad: la volonté d’islamiser le monde. C’est leur vision du monde, ils jouent leur partition - et moi si j’étais musulman je ferais comme eux -j’essaierais d’éviter des attentats sur sol européen et j’avancerais au niveau de la démographie, avec la création de sociétés parallèles et j’occuperais le territoire jusqu’au point de non retour. Ils font juste on ne peut pas leur en vouloir. C’est leur doctrine, leur manière, leur volonté, leur but. Longtemps je n’ai pas compris tant de complaisance à se laisser faire puis compris qu’elle est due à quelques personnes prêtes à s’allier au diable au nom d’un dogme globalisateur, à détruire l’identité, les frontières, les autodéfenses - les systèmes immunitaires - des Etats-nations, pour créer une sorte de magma global et détenir un pouvoir démesuré en le chapeautant».
N’est-il pas antisémite celui qui croit en l’existence d’un complot pour dominer le monde?
L’action? Il y aura une réaction, les gens se soulèveront, et ce sera sanglant, une sorte de guerre civile, ça va faire des dégâts, ça sera pas beau à voir».
L’action? «Je pense que le combat européen ne sera possible que lorsque l’union européenne aura volé en éclats. Le système actuel paralyse les systèmes d’immunité, d’autodéfense des communautés que sont les nations pour créer cet internationalisme factice. Je pense que la prochaine crise verra la fin de l’Union européenne. La prochaine crise financière est quasiment programmée. Du point de vue structurel rien n’a été modifié depuis la dernière, on a essayé de boucher les trous comme on jette une goutte d’eau sur une pierre chaude. Je souhaite de tout mon cœur que ce système vole en éclats. Les Etats-nations reprendront l’initiative, reprendront leur destin en mains et pourront de nouveau agir dans le cadre de frontières à mesure humaine.»
«En France, vous avez besoin d’un nouveau Charles Martel - je ne peux pas jouer ce rôle depuis la Suisse» conclut-il modestement.

Karl Grünberg
ACOR SOS Racisme

Et demain est un autre jour!

00:05 Écrit par Haykel dans Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (41) | Tags : oskar freysinger, karl karl grünberg | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/10/2011

Lendemain d’élections nationales en Suisse: L’UDC s’est-elle plantée ? Oskar Freysinger explique:

180898_1595226372684_1596716979_31411146_8220105_n.jpgAu lendemain des élections fédérales, la TSR a consacré son téléjournal aux résultats du vote du 23 octobre. Parmi les invités de ce direct, l’incontournable Oskar Freysinger (UDC). Karl Grünberg d’ACOR Association romande Contre le Racisme a suivi pour PLANETE PHOTOS le débat entre la journaliste Romaine Jean et l’agitateur de l’UDC, l’homme à la queue de cheval qui mérite tous les “OSKAR” de la médiocrité...sieur Freysinger. Décryptage:

• Lendemain d’élections nationales en Suisse.
• Souvent présentée comme extrémiste, l'Union Démocratique du Centre (UDC) s’est-elle plantée? Oskar Freysinger explique pourquoi à la journaliste de la TSR Romaine Jean.
Pour sa part, le bel Oskar, a, lui, fait une forte campagne. Il a promis à ses électeurs de rester fidèle à son engagement pour nos familles, nos racines, nos traditions ... pour que notre aventure commune continue pour que la chienlit marxiste ait un contrepoids politique. Mais oui. Notre philosophe n'a pas la langue de bois. Autre échantillon de sa propagande électorale: "Depuis la deuxième guerre mondiale, des esprits dits « éclairés » cherchent à « globaliser les consciences », à « décloisonner la pensée ». La liberté, disent-ils, s’est de s’ouvrir à tout, s’est de faire tomber toute limite entre les différentes identités, ethnies et nations".
Le petit monde des sites racistes de l’extrême-droite française, le Bloc identitaire, Alsace d’Abord, Français de souche - l’illustre porte-parole des Souchiens - recensent l’intervention télé de leur idole islamophobe qui, elle, se réjouit d'une éventuelle promotion au sein de son parti.
Ainsi, le Bloc identitaire affirme: «Contrairement à ce que clament la majorité des médias - plus empreints d'idéologie que d'analyse malheureusement - les populistes de l'Union Démocratique du Centre n'ont pas connu un "net recul" lors des élections fédérales en Suisse. Les sièges perdus coïncident avec la scission de son aile agrarienne voilà plus de 4 ans désormais (pour créer le Parti Bourgeois Démocratique), et si l'on ajoute les résultats de ce parti à ceux de l'UDC, on obtient un résultat supérieur à celui de l'UDC aux dernières élections fédérales. L'UDC a donc en réalité progressé ! Et elle reste - de loin - la première formation politique 1.jpgde la Confédération Helvétique, cela après une campagne largement menée contre l'immigration massive et incontrôlée. Mieux encore, Oskar Freysinger qui fut l'un des participants aux Assises sur l'Islamisation co-organisées par le Bloc Identitaire et l'un des artisans de l'initiative pour l'interdiction des minarets - parfois critiqué d'ailleurs au sein même de son parti comme trop "remuant" et proche des partis identitaires et populistes européens - a réalisé l'une des meilleures progressions de l'UDC en se plaçant, dans le canton du Valais en seconde position dans la course au Conseil National et en troisième pour celle au Conseil des États.
Télévision Suisse Romande
Romaine Jean: Oskar Freysinger bonsoir.
Oskar Freysinger: Bonsoir.
RJ : On vous rejoint à Sion on va déjà parler de votre score personnel, hier, en Valais, extraordinaire, vous êtes le deuxième mieux élu derrière Christophe Darbellay, vous l’expliquez ?
OF : Bin oui, une manière de faire de la politique un peu différente, un style direct, pas peur de dire les choses, la langue de bois c’est pas mon style, des valeurs, Suisse indépendante, la neutralité, la démocratie directe, que je propage un peu partout même en Europe, euh bin voilà, c’est en rupture, c’est, c’est, c’est pas comme la plupart des gens font de la politique ou sont habités à la faire, c’est tout.
RJ : Alors curieusement Oskar Freysinger, ailleurs, dans le reste de la Suisse c’est précisément peut-être ce style qu’on a rejeté hier puisque l’UDC perd nettement, c’est la grande surprise, perd 7 à 8 sièges, comment l’expliquer là encore.
OF : Alors moi c’est les pourcentages qui comptent, parce que les sièges, évidement, il y a un problème avec les apparentements, les apparentements permettent à certaines formations de se maintenir plus fortement de ce que de ce qui serait normal, ça c’est c’est on l’a vu aussi en Valais, bon, c’est une chose, ensuite bon on perd pourquoi parce qu’on a voulu jouer sur deux tableaux à la fois, on analyse est simple on peut pas courir en même temps des élections au Conseil des Etats au système majoritaire et puis au National. Parce que c’est pas le même style, vous ne faites pas le même style de campagne, ensuite, moi j’ai franchement.
RJ : La campagne était pas assez, était trop centriste, était pas assez, euh…
OF : Exactement, elle était trop molle.
RJ : … marquée, trop molle.
OF : Elle était trop molle, et puis ça suffit pas de placarder les murs de ce pays à grand renfort d’affiches euh qui qui qui devenaient lassantes à la fain, toujours cette même affiche, avec ces pieds, non mais il faut il faut être plus intelligent, plus malin, il faut être plus rusé, il faut avoir plus d’imagination, et j’espère franchement pouvoir jouer un rôle un peu plus important aussi dans la direction du parti.
RJ : Et bien oui puisque.
OF : Pour varier un peu le style, parce que là c’était un peu lassant.
RJ : Et bien oui, puisqu’on parle de vous pour la vice-direction de votre parti. Vous restez avec nous.
OF : Oui.
RJ : On vous retrouve tout à l’heure pour parler de l’élection du 14 décembre.
Karl Grünberg ACOR Association romande Contre le Racisme, mardi 25 octobre 2011, 21:21

Photo 1: Demir SÖNMEZ

Photo 2: copie d'écran téléjournal TSR

A lire également:

23:57 Écrit par Haykel dans Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : udc, oskar freysinger, karl grünberg | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook