11/03/2016

Victime de son succès, la “Bibliothèque de la Cité” doit revoir sa copie!

Bien avant sa rénovation en 2015 et depuis son inauguration le 13 mai 1991 la “Bibliothèque de la Cité” à la Place des Trois-Perdriex ne désemplit point. Au contraire, certains jours comme les mercredis et les samedis les 5’500 m2 de la bibliothèque semblent insuffisants pour contenir les nombreux papivores. Mais c’est surtout l’espace dédié à la lecture des quotidiens et revues qui souffre le plus de bon nombre de nuisances. Situé à l’entrée de la bibliothèque qui sert d’accueil aussi pour les informations et le retour des livres l’espace “lecture” est très perturbé par les bruits et le manque de chaises mises à disposition.

Bibli.jpg

Plusieurs fois il m’est arrivé de m’installer un peu plus loin ou carrément à l’étage supérieur pour pouvoir m’adonner à une lecture sans contrariétés. Mais faire l’aller et retour chaque 20 minutes pour chercher un nouveau magazine ou un autre journal, vous conviendrez que ce n’est pas pratique. A plusieurs reprises j’ai entendu les usagers de cet espace se plaindre auprès du personnel pour baisser la voix mais la réponse est la même: “nous ne pouvons faire autrement, nous sommes  en train de travailler” ou encore: “nous sommes conscients de ce désagrément et on vous invite à écrire directement à notre direction”.
Je trouve dommage ce déplacement de l’accueil chez l’espace “lecture” à la “Bibliothèque de la Cité”. Personne ne trouve son compte et ça dissuade même certains de venir lire alors que le but initial de toute bibliothèque est d’encourager la lecture. A bon entendeur, salut!
PS: photo d’archive

La réponse de Madame Véronique PÜRRO, Directrice des Bibliothèques municipales:

Monsieur,

Votre courriel de 11 mars au sujet du réaménagement de la Bibliothèque de la Cité a retenu ma meilleure attention.
La rénovation de la Cité a été pensée pour répondre à l’évolution des besoins et usages du public. Bon nombre d’améliorations ont été aujourd’hui réalisées pour le plaisir et la satisfaction de la majorité de celui-ci (un taux de satisfaction de 91% selon une récente étude menée auprès des usager-ères) : accès gratuit à l’ensemble de nos collections, introduction d’un nouvel espace musical, augmentation des espaces à 3000 m2 et du nombre de places de travail, mise en valeur des collections par une complète réorganisation, remplacement des anciens bureaux de prêt par du mobilier favorisant l’autonomie des usagers-ères et l’interaction avec les collaborateur-trices et je terminerai par l’utilisation des technologies actuelles et ressources numériques.
Néanmoins, j’en conviens le public des Bibliothèques municipales est diversifié et il est difficile de satisfaire aujourd’hui les besoins de tous les usager-ères; besoins qui se trouvent être parfois en complète contradiction. Pour faire suite aux doléances concernant l’espace presse, nous avons réaménagé un espace polyvalent supplémentaire au rez-de-chaussée, qui propose davantage de tranquillité aux personnes qui souhaitent lire les documents, journaux ou autres magazines sur place. Cet espace, pour lequel nous avons été attentifs à la luminosité est ouvert au public depuis novembre 2015. J’ose espérer qu’à défaut de retrouver la salle de lecture « à l’ancienne », ce nouvel espace vous procurera à nouveau le plaisir des lectures à la bibliothèque de la Cité dans un environnement plus calme.
Enfin, si vous êtes un adepte des nouvelles technologies, sachez qu’avec l’application PressRaeder vous pouvez accéder à plus de 5000 titres de journaux et les consultez gratuitement depuis votre ordinateur portable ou sur votre tablette numérique en vous connectant à notre réseau wi-fi. Ceci pourrait vous éviter de devoir vous déplacer toutes les 20 minutes comme vous le mentionnez dans votre blog.

Et demain est un autre jour!

08/05/2015

“Putain de portraits” aux Bains des Pâquis

Sans titreefefff.jpgIl n’y a pas mieux que les Bains des Pâquis pour accueillir la sortie du dernier livre de Patrice Mugny consacré aux “asphalteuses” ou encore “les belles de nuits” qui arpentent inlassablement nuit et jour le quartier. Livre entretiens-témoignages sur la dure profession qu’est la prostitution. Photos sublimes empreintes de retenue prises par le photographe Philippe Curchod pour illustrer un sujet délicat. Quelques unsDSC_6108efefff.jpg des clichés sont exposés aux Bains des Pâquis jusqu’au 31 mai. Je n’ai pas eu l’occasion de poser une question à Patrice Mugny: c’est quand un livre portrait sur les clients consommateurs du sexe tarifé?
“Putain de portraits” édité par Slatkine a bénéficié de la collaboration de l’association Aspasie et du Bus Boulevards qui apportent soutiens et réconforts aux travailleurs et travailleuses du sexe. A noter que c'est le deuxième livre de Patrice Mugny consacré au quartier des Pâquis.

DSC_6075efefff.jpg

DSC_6074efefff.jpg

DSC_6102efefff.jpg

DSC_6112efefff.jpg

DSC_6085efefff.jpg

DSC_6090efefff.jpg

DSC_6094efefff.jpg

DSC_6098efefff.jpg

DSC_6099efefff.jpg

DSC_6113efefff.jpg

DSC_6104efefff.jpg

DSC_6111efefff.jpg

DSC_6078efefff.jpg

DSC_6076efefff.jpg

DSC_6120efefff.jpg

DSC_6125efefff.jpg

DSC_6139efefff.jpg

DSC_6136efefff.jpg

DSC_6121efefff.jpg

DSC_6126efefff.jpg

DSC_6129efefff.jpg

DSC_6130efefff.jpg

DSC_6131efefff.jpg

DSC_6132efefff.jpg

DSC_6133efefff.jpg

DSC_6137efefff.jpg

DSC_6138efefff.jpg

DSC_6140efefff.jpg

DSC_6141efefff.jpg

DSC_6143efefff.jpg

DSC_6142efefff.jpg

sans titre2.jpg

Et demain est un autre jour!

03/05/2015

Une petite promenade en photos au Salon international du livre et de la presse

Sans titre-2.jpg

DSC_5973efefff.jpg

Sans titre-2efefff.jpg

DSC_5985efefff.jpg

DSC_5990efefff.jpg

DSC_5987efefff.jpg

DSC_5991efefff.jpg

DSC_5998efefff.jpg

DSC_6000efefff.jpg

DSC_6017efefff.jpg

DSC_6018efefff.jpg

DSC_6047efefff.jpg

DSC_6048efefff.jpg

Sans titre-5.jpg

DSC_5992efefff.jpg

DSC_5972efefff.jpg

DSC_5996efefff.jpg

DSC_5982efefff.jpg

DSC_5983efefff.jpg

DSC_5997efefff.jpg

DSC_6002efefff.jpg

DSC_6005efefff.jpg

DSC_6007efefff.jpg

DSC_6014efefff.jpg

DSC_6001efefff.jpg

DSC_6049efefff.jpg

DSC_6042efefff.jpg

DSC_6008efefff.jpg

DSC_6009efefff.jpg

DSC_6010efefff.jpg

DSC_6016efefff.jpg

DSC_6019efefff.jpg

DSC_6020efefff.jpg

DSC_6021efefff.jpg

DSC_6022efefff.jpg

DSC_6024efefff.jpg

DSC_6025efefff.jpg

DSC_6026efefff.jpg

DSC_6029efefff.jpg

DSC_6027efefff.jpg

DSC_6028efefff.jpg

DSC_6050efefff.jpg

Darius.jpg

DSC_6038efefff.jpg

DSC_6039efefff.jpg

DSC_6043efefff.jpg

DSC_6044efefff.jpg

DSC_6045efefff.jpg

DSC_6041efefff.jpg

DSC_6057efefff.jpg

DSC_6053efefff.jpg

DSC_6054efefff.jpg

Et demain est un autre jour!

18:40 Écrit par Haykel dans Lettres, Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/03/2015

Livre: “Voyage à la rue de Fribourg...” écrit par Patrice Mugny et photographié par Haykel Ezzeddine

3.jpgJournaliste et politicien Patrice Mugny vient de publier un livre au titre évocateur: “Voyage à la rue de Fribourg ou une Nouvelle Andalousie à Genève” chez l’éditeur Slatkine et photographies de Haykel Ezzeddine. Une première incursion de votre serviteur dans le monde de l’édition en attendant la concrétisation d’un projet à titre personnel chez le même éditeur. Ce septième livre de Patrice Mugny se lit comme un recueil de nouvelles regroupant 22 histoires vraies sur “22 personnalités” qui font vivre la rue de fribourg en plein quartier des Pâquis. 22 histoires, 22 parcours et un seul dénominateur commun: la rue de Fribourg comme lieu de travail.
La diversité est magnifiquement représentée dans cet ouvrage de témoignages. Jugez plutôt l’origine des personnages réels qui constituent la matière première de ce livre: Espagnole, Arménienne, Iranienne, Tunisienne, Kurde de Syrie, Soudanaise, Tanzanienne, Italienne, Bangladeshienne, Congolaise de4.jpg kinshasa, Libanaise, Ethiopienne, Érythréenne, Pakistanaise. Il y a même 2 suisses de souche pour faire respecter la parité entre les autochtones et les citoyens issus de l’immigration. Patrice Mugny nous rappelle que “70% des habitants du canton de Genève ont un papa ou une maman étranger(ère)”. Et Pierre Maudet à qui l’auteur a donné le mot de la fin conclu que “la problématique de la drogue, des consommateurs et des dealers dans ce quartier comme ailleurs à Genève reste du ressort du politique qui doit donner à la police et à la justice les moyens de Sans titre-1.jpgmettre à jour ses instruments de lutte contre cette criminalité qui évolue sans cesse”.
“Voyage à la rue de Fribourg...” est un formidable témoignage sur la Genève internationale qui est l’essence même de ce canton. Patrice Mugny a su garder ses distances avec ses personnages en se contentant de transcrire leur parcours sans le romancer ni à chercher de forcer le trait de certains ou rendre d’autres plus sympathiques. A quand d’autres témoignages sur la rue de Neuchâtel, de Zurich, du Valais...?

Sans titre-2.jpg

Et demain est un autre jour!

04/05/2014

La photo du jour: le Salon du livre et de la presse et les TPG!

TPG final.jpgLa cuvée du Salon du livre et de la Presse 2014 est aussi bonne que les précédentes. Une fréquentation en légère hausse 95’000 contre 94’000 pour l’année 2013, des débats intéressants, des livres de plus en plus nombreux sur les étales des libraires, une animation à la hauteur et quelques couacs à corriger. Le prix de la location du mètre carré est exorbitant pour des petites maisons d’édition et les libraires qui ont du mal à se présenter à ce grand raout littéraire. 300.- chf le mètre carré pour avoir le privilège de rencontrer le public de Palexpo, c’est fort payé! Autre grief, les transports. A l’aller comme au retour les bus sont bondés...Dimanche, dernier jour du Salon et à une heure de la fermeture du côté de Palexpo, les TPG se sont distingués par leur rareté. Il est vrai que les Transports Publics Genevois ont eu fort à faire avec les nombreuses déviations de leurs véhicules à cause du 10ème Genève marathon mais ça n’explique pas cette attitude envers les usagers. Je n’ose pas une comparaison avec le salon de l’auto pour qui le même transporteur met les bouchées doubles dans les 2 sens. Il est vrai que les Ferrari et autres Porsche ont attiré 670’00’ visiteurs alors que le livre n’a même pas dépassé la barre des 100’000 papivores! Oui je sais, “comparaison n’est pas raison” mais j’ai au moins tenté de titiller le géant orange qui m’a contrarié ce dimanche avec mes 5 kilos de livres... Pour éviter la foule j’ai dû passer par l’aéroport pour aller jusqu’à Bel Air ma destination finale!!!

D'autres photos du jour ici
Et demain est un autre jour!

06/04/2014

La photo du jour: la voyageuse du tram 12

Dame.jpg

“La lecture agrandit l’âme” disait Voltaire mais hélas force est de constater que beaucoup parmi les jeunes délaissent cet extraordinaire moyen de s’enrichir intellectuellement. Ils sont nombreux à penser à tort que “la lecture encombre la mémoire et empêche de penser” (1). Il y’ a de quoi disserter sur le sujet et remplir des livres sur les prétextes farfelus qui éloignent certains du chemin conduisant à une bibliothèque, une librairie ou un kiosque à journaux. A quelques jours de l’ouverture du 28ème Salon du livre et de la presse de Genève cette photo est une belle promotion à cet évènement. Une dame âgée littéralement absorbée par sa lecture tient entre ses mains le dernier numéro de Vivre Ensemble. Le droit d’asile mérite tout autant que la lecture un petit clin d’œil‎. Merci pour cette voyageuse du tram 12 qui a permis cette conjonction.

PS: photo prise avec un Iphone, dimanche 30 mars 2014
(1) de Herbert George Wells Extrait de Le joueur de croquet

D'autres photos du jour ici
Et demain est un autre jour!

29/06/2013

La photo du jour: J’ai enfin rencontré l’ex-Julie!

JULIE.jpg
La Julie mythique au talent immense et au grand cœur qui distillait ses bonnes paroles dans la chronique légendaire “Encre bleue” a dédicacé aujourd’hui chez Payot rive droite et gauche. Son humour décapant ma fait découvrir et aimé la Tribune de Genève en 2010 quand j’ai commencé à m’intéresser de près aux journaux romands. Sandra Mamboury c’est son vrai nom ne laisse point indifférent. Elle a du caractère, du mordant, le sens de la répartie et bien sûr cet humour fin et si je peux me le permettre “humaniste” qui a fait de sa chronique le succès qu’on connait!
Bien que sa rubrique occupait la dernière page c’est de là que je commençais comme des milliers de lecteurs ma visite quotidienne au quotidien Tribune de Genève. Son premier roman que je viens d’acquérir s’intitule “L’improbable Genève de Clémentine Pinson" publié chez Slatkine. Je l’ai juste parcouru et ça promet. Je vais me le garder pour le retour du soleil afin de le déguster sur une terrasse. Sa dédicace m’a fait plaisir: “Pour Haykel, Les uns bloguent, les autres débloguent! Cordialement, Sandra, ex-Julie". Je vous ai dis que le sens de l’humour est inné chez cette grande chroniqueuse!

D'autres photos du jour ici

Et demain est un autre jour!

22/06/2011

Rencontre avec John Goetelen, un homme libre!

IMGP5437-ssssss1111.jpgJohn Goetelen est un homme charmant, plein de ressources, très actif et pétri de talent. Je ne compte plus les activités qu’il embrasse avec un certain bonheur. Blogueur infatigable et patenté sur cette plate-forme mais sur d’autres aussi, John alias Homme libre au pluriel aime séduire ses interlocutrices mais fait de même avec les hommes. Il a besoin de ce contact aussi bien avec la gente féminine que masculine pas pour prouver quelque chose, c’est sa nature, sa façon d’être. John c’est l’ami que tout le monde s’arrache. Il sait parler aussi bien aux femmes qu’aux hommes et c’est ainsi et logiquement qu’il possède le blog le plus lu et le plus commenté sur TDG. Il sait y faire, trouver le mot juste, le ton adéquat et le sujet qui fera un carton. John est un professionnel! Dans son blog il parle souvent d’histoires d’hommes... et de femmes, des choses de la vie, de l’actualité, de tout... ce qui touche l’humain. Je viens de résumer sommairement une légende, un vétéran des blogs et maintenant un écrivain. Ce soir avec une assistance à 90 % féminine a eu lieu une séance de dédicace du nouveau roman de John Goetelen. “Le diable en été” publié aux éditions Publibook d’après une idée qui a germé sur son blog, "soufflée" par une commentatrice pertinente: Loredana que j’ai eu l’honneur de faire sa connaissance à cette occasion. Pour les aficionados, je vous réserve une petite surprise, un entretien de 11 minutes avec ce ” passionné de la vie” comme il se plait à le dire.
Voici les questions que j’ai posées à John Goetelen ce soir:

-Racontes-nous la genèse de ce roman et combien de temps tu as mis pour le terminer?

-Peux-tu nous faire un résumé succinct?
IMGP5434-ssssss1111.jpg
-N’ayant pas encore lu ce roman, est-ce que “Le diable en été” est une suite logique avec la thérapie que tu as  entamé avec “La femme est-elle vraiment l’avenir de l’homme” ou est-ce un roman qui rompt diamétralement avec le passé?

-John tu as été un homme blessé, est-ce que tu l'es encore?

-Parlons de blogs, pourquoi tu blogues?

-Dans ton blog. Il est souvent question de relations homme-femme et de sexisme. Ces sujets reviennent tel un leitmotiv. Y a-t-il une raison?

-Comment tu trouves le temps de bloguer quotidiennement, de composer et de chanter, de tourner des clips, d’écrire des livres, d’entretenir tes 4 sites internet d’exercer ton travail de coach, de naturopathe et de formateur d’adultes? Est-ce qu’il t’arrive de dormir ou de partir en vacances? D’où tu puises toute cette énergie?

-Si on te donnait à choisir entre écrire des romans ou bloguer? 

-Selon toi quel est l’avenir des blogs?

-Des projets?

Sans titreA.jpg
Loredana, Micheline...une autre admiratrice et l'incontournable John
IMGP5431-ssssss1111.jpg
Sans titreB.jpg
IMGP5432-ssssss1111.jpg
PS: Merci John pour ta dédicace:
"Pour Haykel dont le regard est si attentif au monde"

D'autres portraits de blogueurs:

Et demain est un autre jour!

13/05/2011

La Tunisie honore la librairie Payot

Vendredi 13 mai la Mission diplomatique de la Tunisie à Genève a honoré la librairie Payot ainsi que les partenaires de l'opération " “Des livres pour la Tunisie”.

Reportage photos et vidéos d'Ali Zghal

IMG_7569-ssssss1111.jpg
IMG_7602-ssssss1111.jpg
Sans titre-ssssss1111.jpg
IMG_7585-ssssss1111.jpg





Reportage photos et vidéos: Ali Zghal

Et demain est un autre jour!

23:37 Écrit par Haykel dans Genève, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : librairie payot, tunisie, ridha ben boubaker | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/04/2011

Une centaine de milliers de livres pour la Révolution tunisienne!

logo_payot.gifDepuis maintenant 3 ans la plus grande librairie en Suisse Payot qui détient 11 succursales à travers le pays organise une collecte de livres destinée à alimenter les bibliothèques de certains pays africains et associations d’entraides helvétiques. Cette opération débutera cette année le 15 avril et se terminera 8 jours plus tard, le 23 avril précisément, décrétée  par l’UNESCO Journée mondiale du livre.
La nouveauté pour cette édition est le choix de la Tunisie comme principale bénéficiaire de cette action de solidarité avec l’Hospice général. Une amicale Tuniso-Suisse vient d’être créée à cet effet pour faciliter les échanges entre les deux pays dans un esprit animé par un engagement citoyen, dépourvu de toute arrière pensée politique. Aider la Tunisie dans cette période difficile et consolider les liens avec les tunisiens surtout avec ceux des régions qui ont été constamment abandonnées par l’Etat. Tel est le but de cette amicale dont c’est la première initiative.
Ridha Ben Boubaker.jpgPLANETE PHOTOS a pris contact avec l’un de ses membres fondateurs, Ridha Ben Boubaker qui travaille dans le domaine culturel dans la commune de Meyrin, banlieue de Genève. Emballé et porté par ce projet dès le départ, Ben Boubaker insiste sur le travail collectif qui s’est mis en route entre tunisiens et suisses afin de réussir cette opération jamais réalisée en faveur de la Tunisie. Il va y avoir entre 100’000 et 110’000 livres à collecter et ensuite à acheminer vers Sidi-Bouzid, Kasserine, Le Kef ou Gafsa. Une grande opération qui nécessitera une conjugaison d’efforts et de moyens entre plusieurs protagonistes. En frappant à toutes les portes, Ridha Ben Boubaker a réussi à mettre sur pied cette extraordinaire opération, aidé il est vrai par la Mission tunisienne auprès de l’ONU à Genève. Du côté Suisse, il y a bien sûr, les livres de la Librairie Payot, ceux de la bibliothèque de la Cité de Genève et ceux qui seront collectés  par la commune de Meyrin. Ensuite l’acheminement en camions  vers le Port de Gênes se fera avec l’aide de la Mairie de Meyrin qui payera le transport. Côté tunisien la CTN (Compagnie tunisienne de navigation) se chargera de les transporter jusqu’à Tunis, ensuite des transporteurs tunisiens seront appelés à les acheminer vers leur destination finale le tout sous le contrôle du Ministère de l’Education et celui de la culture. Tunisair fournira par la suite des billets d’avion à la délégation qui partira en Tunisie pour superviser sur place l’acheminement et un tour opérateur tunisien Le Must Air Marin s’occupera de l’hébergement et fournira son assistance.
Chez l’Amicale Tuniso-Suisse on croise les doigts et on compte les jours pour fêter comme il se doit ce premier acte citoyen envers ce pays qui nous est très cher.

Cet article a paru également dans Kapitalis

Et demain est un autre jour!

00:25 Écrit par Haykel dans Culture, Lettres, Livre, Suisse, Tunisie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : amicale tuniso-suisse | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/04/2011

La révolution tunisienne (mal) racontée aux Français

Ecrit à la hâte, “Vivre libre”, petit livre de Claire Gallois, consacré à la révolution tunisienne, est pleins d’imprécisions voire d’intox. Haykel Ezzeddine, Genève

vivrelibre.jpg

Après avoir inspiré plusieurs «rues arabes», la révolution tunisienne investit le monde des livres. Le dernier à trouver le chemin des libraires est “Vivre libre” de Claire Gallois publié par les éditions L’Editeur.
Livre court (une vingtaine de pages) écrit visiblement dans l’urgence pour restituer les derniers jours de Mohamed Bouazizi et la fin de règne de l’ex-président Ben Ali. Romancé à souhait, jouant sur le conditionnel pour masquer l’absence de vérifications des faits et à la limite superficiel, ce livre ne fera pas date. Et pour cause : il embrouille plus qu’il n’informe.

 

Fausses fuites à propos de la fuite de Ben Ali  
“Vivre libre” se lit en un seul trait en une dizaine de minutes et ne nous apprend rien hélas à part le fait que son auteur, qui n’est pourtant pas un débutant, se contente de relayer des rumeurs sans prendre la peine de vérifier les informations  présentées.
On a prélevés au moins quatre erreurs, qui concernent le départ précipité du dictateur Ben Ali vers son exil en Arabie Saoudite. L’auteur de “La vie n’est pas un roman” (Grasset 1978) écrit: «L’avion (présidentiel l’A340) compte parmi les biens volés au peuple dont la restitution est exigée suite au mandat d’arrêt international lancé contre le président criminel»). Et poursuit sur sa lancée: «Ben Ali n’a emporté que le strict nécessaire pour un honnête voyageur: une tonne et demie d’or et de bijoux», avant de continuer quelques lignes plus loin: «on raconte aussi que son pilote attiré aurait refusé de prendre les commandes de l’avion et que le fils de celui-ci aurait été tué en représailles. On ne sait pas».

Le pilote de Tunisair qui a ramené Ben Ali à Djeddah
Et bien, nous à Kapitalis, on le sait. On a co20110402_6372-ssssss1111.jpgntacté ce pilote qui est en fait un commandant de bord chevronné doublé d’un instructeur connu et reconnu. Sa longue carrière atteste de ses compétences et de son dévouement à son employeur Tunisair. Sur son lieu de travail et parmi ses amis, on ne tarit pas d’éloges à son égard. Employé modèle, sérieux et honnête, ce commandant de bord, qui veut rester loin des feux de l’actualité plus par modestie que par peur de s’exposer, nous a confirmé ce que nous savons déjà. L’avion présidentiel est à Tunis 24h00 après avoir fait le voyage vers l’Arabie-Saoudite et c’est un Boeing et non l’Airbus. Donc, parler de restitution est le moins que l’on puisse dire incorrecte et archi-faux. Pour ce qui est de son refus supposé de conduire l’ex-président déchu vers son exil, c’est également faux. Faux aussi, la tonne et demie d’or et de bijoux dans la soute de l’avion qui est parti vers Djeddah et, enfin, le fils du pilote, dieu merci, continue de piloter les avions de Tunisair. Claire Gallois parle de l’A340 alors que c’est le Boeing 737-700 qui a été utilisé.
Ce genre de littérature, il faut s’en méfier et rester vigilant pour que la chronique de la révolution tunisienne ne soit pas atteinte par l’imprécision et la rumeur véhiculée pas seulement par la rue et relayée comme des vérités par des écrivains soucieux de surfer sur la vague de l’actualité.

Article paru dans Kapitalis le 7 avril

Et demain est un autre jour!

12:16 Écrit par Haykel dans Livre, Tunisie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre sur la révolution tunisienne | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook