04/04/2016

Jorge Luis Ospina Hincapié, le collectionneur de Cali qui traque des étoiles

DSC_9532.jpgBien que cinéphile averti Star Wars, ou “La guerre des étoiles” ne m’attire point. De toute la saga qui compte 7 opus je n’ai vu qu’un ou deux je ne me rappelle plus. Il est vrai que le premier de la série est sorti en 1977, un bail maintenant. Toute une génération d’amateurs de science fiction ont suivi et suivent encore le combat sur une galaxie lointaine entre le bien  (les chevaliers Jedi) et le mal (les seigneurs noirs de Sith). J’ai rencontré la semaine dernière à Cali (Colombie) un des nomDSC_9525.jpgbreux aficionados de Star Wars qui fait parti d’un club presque fermé. Il s’appelle Jorge Luis Ospina Hincapié, travaille dans les assurances et porte pour cette série une passion qui ne connait pas de limite. Depuis 20 ans il en a 37 ans aujourd’hui il n’arrête pas de collectionner et d’accumuler objets, affiches, livres et autres babioles se rapportant à l’univers de Dark Sidious et autres Dark Vador. Il en possède des milliers...ils remplissent une grande pièce qui est devenu très étroite pour contenir ce trésor qui n’a pas DSC_9524.jpgde prix. Pourquoi après les timbres Jorge Luis Ospina Hincapié s’est mis à collectionner et entasser des objets de Star Wars? La réponse du collectionneur et cordon bleu: “J’ai toujours été attiré par la science fiction et l’univers cosmique. Et particulièrement séduit par le côté mystique d’un univers parallèle où les forces du bien combattent le mal.”
A la question combien lui a couté sa collection, il répond par: “qui aime ne compte pas!”. Jolie pirouette pour ce passionné qui partage sa ferveur immodérée avec le club des amateurs de Star Wars Cali qui ont organisé DSC_9530.jpgune exposition et s’apprêtent à monter une autre bientôt. Qu’elle est la pièce la plus importante de sa collection? Une figurine rare et signée représentant l’acteur Kenny Baker qui a incarné le rôle du robot R2-D2. Mais pour son épouse, la belle et séduisante Jackeline Gallego qui le soutient dans sa passion en lui apportant son aide logistique Jorge Luis Ospina Hincapié est tellement marqué par la “Guerre des étoiles” qu’il a nommé sa fille Leia en rDSC_9534.jpgéférence à la Princesse Leia qui appartient à l’Univers du bien qu’est le “Jedi”. En attendant de réaliser son rêve, rencontrer l’américain Steve Sansweet, le plus grand collectionneur de Star Wars, Jorge bichonne son trésor intergalactique et n’arrête pas de le renforcer avec de nouveaux éléments. 2 valises entières remplies de livres estampillés “Guerre des étoiles” sont arrivées spécialement d’Espagne par mon biais. Oui j’ai joué le rôle de “la mule” pour ce drogué des étoiles.

DSC_9526.jpg

DSC_9529.jpg

DSC_9531.jpg

DSC_9533.jpg

DSC_9535.jpg

DSC_9536.jpg

DSC_9537.jpg

DSC_9528.jpg

DSC_9521.jpg

Et demain est un autre jour!

13/03/2016

FESTICHOC 2016: un franc succès

DSC_7757aaaaaaaaa.jpgLa commune de Versoix a vécu ce week-end et pour la 12ème année consécutive son Festichoc. Le plus grand festival de Suisse dédié au chocolat avec animations, ateliers, stands (25 artisans) et autres dégustations pour les amoureux du chocolat. Des maîtres chocolatiers ont exposé et vendu leur produit et les nombreux visiteurs ont dû faire la queue pour prendre part notamment à la visite payante de la fabrique Fabergé. Malgré la bise du dimanche le Festichoc a fait un carton sur les 2 jours. Merci Daniela pour ces belles photos.  

DSC_7687aaaaaaaaa.jpg

DSC_7688aaaaaaaaa.jpg

DSC_7743aaaaaaaaa.jpg

DSC_7744aaaaaaaaa.jpg

DSC_7758aaaaaaaaa.jpg

DSC_7745aaaaaaaaa.jpg

DSC_7746aaaaaaaaa.jpg

DSC_7748aaaaaaaaa.jpg

DSC_7751aaaaaaaaa.jpg

DSC_7752aaaaaaaaa.jpg

DSC_7756aaaaaaaaa.jpg

DSC_7760aaaaaaaaa.jpg

DSC_7782aaaaaaaaa.jpg

DSC_7765aaaaaaaaa.jpg

DSC_7766aaaaaaaaa.jpg

DSC_7769aaaaaaaaa.jpg

DSC_7772aaaaaaaaa.jpg

DSC_7763aaaaaaaaa.jpg

DSC_7762aaaaaaaaa.jpg

DSC_7777aaaaaaaaa.jpg

DSC_7775aaaaaaaaa.jpg

DSC_7773aaaaaaaaa.jpg

DSC_7776aaaaaaaaa.jpg

DSC_7771aaaaaaaaa.jpg

DSC_7761aaaaaaaaa.jpg

DSC_7783aaaaaaaaa.jpg

DSC_7778aaaaaaaaa.jpg

DSC_7779aaaaaaaaa.jpg

Sans titre-2.jpg

Sans titre-3.jpg

Sans titre-4.jpg

Sans titre-6.jpg

Sans titre-7.jpg

Sans titre-8.jpg

Sans titre-9.jpg

Sans titre-A.jpg

Sans titre-B.jpg

Sans titre-C.jpg

Sans titre-D.jpg

Sans titre-e.jpg

Sans titre-F.jpg

Sans titre-G.jpg

DSC_7740aaaaaaaaa.jpg

DSC_7741aaaaaaaaa.jpg

Sans titre-G.jpg

Sans titre-A2.jpg

DSC_7727aaaaaaaaa.jpg

DSC_7729aaaaaaaaa.jpg

DSC_7732aaaaaaaaa.jpg

DSC_7737aaaaaaaaa.jpg

DSC_7739aaaaaaaaa.jpg

DSC_7742aaaaaaaaa.jpg

Et demain est un autre jour!

11/03/2016

Victime de son succès, la “Bibliothèque de la Cité” doit revoir sa copie!

Bien avant sa rénovation en 2015 et depuis son inauguration le 13 mai 1991 la “Bibliothèque de la Cité” à la Place des Trois-Perdriex ne désemplit point. Au contraire, certains jours comme les mercredis et les samedis les 5’500 m2 de la bibliothèque semblent insuffisants pour contenir les nombreux papivores. Mais c’est surtout l’espace dédié à la lecture des quotidiens et revues qui souffre le plus de bon nombre de nuisances. Situé à l’entrée de la bibliothèque qui sert d’accueil aussi pour les informations et le retour des livres l’espace “lecture” est très perturbé par les bruits et le manque de chaises mises à disposition.

Bibli.jpg

Plusieurs fois il m’est arrivé de m’installer un peu plus loin ou carrément à l’étage supérieur pour pouvoir m’adonner à une lecture sans contrariétés. Mais faire l’aller et retour chaque 20 minutes pour chercher un nouveau magazine ou un autre journal, vous conviendrez que ce n’est pas pratique. A plusieurs reprises j’ai entendu les usagers de cet espace se plaindre auprès du personnel pour baisser la voix mais la réponse est la même: “nous ne pouvons faire autrement, nous sommes  en train de travailler” ou encore: “nous sommes conscients de ce désagrément et on vous invite à écrire directement à notre direction”.
Je trouve dommage ce déplacement de l’accueil chez l’espace “lecture” à la “Bibliothèque de la Cité”. Personne ne trouve son compte et ça dissuade même certains de venir lire alors que le but initial de toute bibliothèque est d’encourager la lecture. A bon entendeur, salut!
PS: photo d’archive

La réponse de Madame Véronique PÜRRO, Directrice des Bibliothèques municipales:

Monsieur,

Votre courriel de 11 mars au sujet du réaménagement de la Bibliothèque de la Cité a retenu ma meilleure attention.
La rénovation de la Cité a été pensée pour répondre à l’évolution des besoins et usages du public. Bon nombre d’améliorations ont été aujourd’hui réalisées pour le plaisir et la satisfaction de la majorité de celui-ci (un taux de satisfaction de 91% selon une récente étude menée auprès des usager-ères) : accès gratuit à l’ensemble de nos collections, introduction d’un nouvel espace musical, augmentation des espaces à 3000 m2 et du nombre de places de travail, mise en valeur des collections par une complète réorganisation, remplacement des anciens bureaux de prêt par du mobilier favorisant l’autonomie des usagers-ères et l’interaction avec les collaborateur-trices et je terminerai par l’utilisation des technologies actuelles et ressources numériques.
Néanmoins, j’en conviens le public des Bibliothèques municipales est diversifié et il est difficile de satisfaire aujourd’hui les besoins de tous les usager-ères; besoins qui se trouvent être parfois en complète contradiction. Pour faire suite aux doléances concernant l’espace presse, nous avons réaménagé un espace polyvalent supplémentaire au rez-de-chaussée, qui propose davantage de tranquillité aux personnes qui souhaitent lire les documents, journaux ou autres magazines sur place. Cet espace, pour lequel nous avons été attentifs à la luminosité est ouvert au public depuis novembre 2015. J’ose espérer qu’à défaut de retrouver la salle de lecture « à l’ancienne », ce nouvel espace vous procurera à nouveau le plaisir des lectures à la bibliothèque de la Cité dans un environnement plus calme.
Enfin, si vous êtes un adepte des nouvelles technologies, sachez qu’avec l’application PressRaeder vous pouvez accéder à plus de 5000 titres de journaux et les consultez gratuitement depuis votre ordinateur portable ou sur votre tablette numérique en vous connectant à notre réseau wi-fi. Ceci pourrait vous éviter de devoir vous déplacer toutes les 20 minutes comme vous le mentionnez dans votre blog.

Et demain est un autre jour!

10/03/2016

Une balade en photos

DSC_2872.jpgPhotos d’archive. En nettoyant  mes cartes photos, je suis tombé sur ces images qui ont été prises par une belle journée d’hiver comme celle d’aujourd’hui. Même lumière et j’imagine même ambiance autour de la rade. Une petite balade en photos entre le Parc de la Grange et la jetée du Jet d’eau.

DSC_2850.jpg

DSC_2851.jpg

DSC_2852.jpg

Sans titre.jpg

DSC_2864.jpg

DSC_2872.jpg

DSC_2868.jpg

DSC_2869.jpg

DSC_2876.jpg

DSC_2884.jpg

DSC_2894.jpg

DSC_2979.jpg

DSC_2904.jpg

DSC_2961.jpg

DSC_2920.jpg

DSC_2978.jpg

DSC_2948.jpg

Sans titre3.jpg

Sans titreACXY.jpg

Sans titre5.jpg

Sans titre1.jpg

Sans titreADF.jpg

Et demain est un autre jour!

18:19 Écrit par Haykel dans Genève, genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lac léman, genève, dans les rues de genève | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/03/2016

Des graffitis en pendentif ou en bague, ça vous dit?

Sans titre-1.jpg

Le 8 mars c'est la Journée internationale pour les droits des femmes et c'est l'occasion de mettre sous les projecteurs une artiste qui puise son inspiration dans le street art genevois.

En attendant de porter des vêtements dont le motif est inspiré de graffitis, voici une nouvelle approche du street art qui a attiré mon attention. Catherine D. Ferret, originaire de la Rochelle (France), propose une approche originale en créant des pendentifs, et des tableaux émaillés (technique de cuisson à 1000 degrés), ainsi que des objets en transposant des détails des murs catherine d. ferret,graffiti,graffitis genevois,graffeuses,graffeurs,graffeurs genevois,graffeuses genevoise,street art,street art genevagraffés de Genève sur de la pierre et pas n’importe laquelle. Un bout de mur sur un bout de pierre comme elle dit. On reste dans le même domaine. C’est sur la Lave, pierre noble, naturelle et puissante que l’artiste, peintre et photographe Catherine D. Ferret travaille en utilisant le graffiti comme motif. Pièces uniques, façonnées à la main avec passion et respect pour les graffeuses et les graffeurs dont elle s’inspire. Elle commence une production avec des pièces à partir des graffitis d’artistes genevois tels que Joule, Rey, Jazy, Joy, Blinx, Delph, Amikal, Pedro Rebelo, Sid et d'autres catherine d. ferret,graffiti,graffitis genevois,graffeuses,graffeurs,graffeurs genevois,graffeuses genevoise,street art,street art genevadont les noms viendront s'ajouter, ou encore ceux, anonymes, qu'elle espère rencontrer dans le futur. Elle prépare également une exposition de photos sur le street art de Genève tout en y montrant au public ses œuvres exécutées sur les laves, cette pierre pure et authentique venant du magma de la terre qui permet aux gens selon notre artiste Catherine D. Ferret de garder les pieds sur terre grâce au magnétisme de celle-ci. Chaque pièce sera vendue avec un certificat d’authenticité et de traçage avec une photo à l’appui pour présenter le travail du graffeur ou de la graffeuse et le situer dans la ville.
Sans titre-A2.jpgZoom sur Catherine Ferret
Si vous êtes allés l'année passée au marché des Céramistes de Carouge ou l'année précédente au marché de noël, vous l’avez certainement rencontré car elle y a exposé son travail. L’année dernière, elle était présente aussi à l’Usine et aux Journées des arts du feu des Gruyères.
Même si elle regrette de ne pas avoir fait les beaux arts, Catherine D. Ferret, possède une expérience de 15 ans et un long parcours d’apprentissage sur le tas. Plusieurs stages appropriés et surtout une immersion complète à l’école de Volvic, école spécialisée en taille de pierre, gravure et émaillage sur lave lui a permis de tracer sa voie et de continuer à explorer ce domaine qu’elle apprécie. “A la recherche constante de chocs esthétiques et de trouvailles originales”, Catherine D. Ferret puise son inspiration dans la peinture et la photo comme complément à ses oeuvres sur la pierre. Elle a déjà exposé en 2013 à Genève à la galerie Tox’n’co aux Eaux-Vives dans le cadre d’une exposition de peinture. Et en 2015 elle a pris part à une exposition collective à NEXT DOOR sur le thème du tarot des bohémiens. Auparavant, en 2002 à Clermont-Ferrand en tant que photographe elle a exposé au forum Michelin un travail minutieux qui l’avait conduit à suivre pSans titre-6.jpgendant plusieurs années un grand tailleur de pierre qui fait de la dentelle dans la lave. Cette expérience formidable a renforcé sa passion envers la pierre. En 1988, elle avait monté une exposition de photos sur les graffitis Parisiens avec au passage, la réalisation de 2 séries de cartes postales. Elle a réalisé une broche pour BB KING lors de son dernier concert à Montreux. Et a exécuté une restauration de catelles, reproduites à l’identique, pour une maison classée au patrimoine de Genève. Pour 2016, Catherine D. Ferret sera à Gruyères du 11 au 17 avril et plus précisément à la galerie d’art le Calvaire avant de partir pour la Drôme, Paris...Il paraît que c’est l’année “Bohème-street-chic” ça tombe bien, Catherine D. Ferret en est l’excellente ambassadrice! Vous pouvez voir, admirer ou acheter une de ses pièces uniques en cliquant ici et ici

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

03/03/2016

La photo du jour: et l’UDC devient mouton!

IMG_20160303_105013 copie.jpg

L’arroseur arrosé. Le mouton qui n’a rien demandé surtout pas de figurer sur une affiche UDC vient de prendre sa revanche. Des âmes bien intentionnées viennent de le mettre à l’affiche en brocardant les coupables. C’est autour des dirigeants du parti de l’Union démocratique du centre d’entrer dans la peau du mouton. Christoph Blocher, Oskar Freysinger, Céline Amaudruz et un autre grand responsable du parti populiste qui tape sur les immigrés sont placardés depuis plusieurs jours à Bel Air sur un conteneur qui sert de magasin de journaux provisoire. Le montage est réussi et l’effet aussi. Au lendemain d’une votation historique, les Suisses ont montré qu’ils ne sont pas des moutons de panurge qui votent les yeux fermés.
Voilà un sérieux avertissement qui envoi les moutons-politiciens à leur pâturage. Savourons le moment!

D'autres photos du jour ici
Et demain est un autre jour! 

01/03/2016

Politique Suisse: quand l’extrême droite essuie un sérieux revers

Mouton 1.jpg

L'UDC, le parti d'extrême droite suisse n'a pas réussi à faire passer une initiative raciste «pour le renvoi effectif des
étrangers criminels».

Dorénavant, l'Union démocratique du centre (UDC), le parti d'extrême droite suisse, l'équivalent du Front national français, n'a plus les coudés franches. En montant au créneau, les opposants de gauche et la société civile ont réussi à lui faire barrage, en trouvant la recette pour le contenir à défaut de pouvoir encore le battre. L'espoir de voir une Suisse à la "démocratie propre" sans peur de l'étranger fait son chemin.
La Suisse a connu, dimanche dernier, une journée de votation populaire udc,votations 28 février 2016,union démocratique du centre,racisme,xénophobie,suisse,politique suissebien fournie en objets soumis au peuple. Les électeurs de chaque canton étaient appelés à se prononcer sur plusieurs initiatives et modifications de loi cantonales et fédérales. La plus controversée et la plus suivie est celle présentée par le premier parti du pays, l'UDC.
Ce parti d'extrême droite, qui a été à l'origine d'autres initiatives racistes qui ont abouti: «Contre la construction de minarets» (2009), «Pour le renvoi des étrangers criminels» (2010) et «Contre l'immigration de masse» (2014), a présenté, dimanche 28 février 2016, aux électeurs suisses, une énième initiative xénophobe qui heureusement n'est pas passée. En effet, 58,86% des votants (pour un taux de participation de 63,1%) ont rejeté la votation N. 597: «Pour le renvoi effectif des étrangers criminels»«démocratie propre» sans peur de l'étranger fait son chemin.

Mouton 3.jpg

L'initiative demande que la question du renvoi des étrangers criminels soit à nouveau soumise à votation. L'UDC entend ainsi imposer sa conception de la mise en oeuvre de l'initiative sur le renvoi, alors que cette mise en oeuvre a déjà été décidée par le Parlement, qui a durci les lois pertinentes.
Double emploi et surtout une action gratuite qui vise les 2 millions d'étrangers sur un total de 8.237.700 habitants (statistique de 2014) qui vivent en Suisse, susceptibles de renvois en cas de certaines infractions quelle que que soit la gravité de l'acte.
Les partis politiques de gauche et la société civile se sont formidablement mobilisés et ont fait campagne contre la dernière initiative de ce parti populiste qui a dépensé des millions pour rallier les électeurs à sa cause. Les réseaux sociaux et particulièrement Facebook ont largement contribué à ce succès. Les partisans contre l'initiative de l'UDC ont admirablement occupé le terrain médiatique devant les initiateurs de cette initiative qui étaient en manque d'arguments. 

udc,votations 28 février 2016,union démocratique du centre,racisme,xénophobie,suisse,politique suisseL'UDC va-t-il vraiment être isolé?
Dans les médias du pays, au lendemain des votations, la Suisse s'est réveillée avec un nouvel uniforme celui d'une démocratie propre
avec une belle conscience envers les étrangers.
Il y aura dorénavant un après le 28 février 2016, comme il y a eu d'autres dates par très flatteuses pour le citoyen suisse épris
d'égalité et d'ouverture.
Prochaine initiative de l'UDC: «Pour l'interdiction de tout couvre-chef dans les écoles publiques»; ça se traduit par: «Contre le port du voile islamique». Car, avec l'UDC, il y a toujours une deuxième lecture à la recherche du mouton noir, vedette de toutes les campagnes haineuses qu'il met sur pied.

Article paru dans Kapitalis le 2 mars 2016

Illustrations internet

Et demain est un autre jour!

27/02/2016

Cinéma: Genève-Tunis "Si loin...si proche"

Tunis-Geneve-Si-loin-si-proche.jpg

L'affiche de l'évènement et Jalel Matri président de l'association Le Pont

L'association Le Pont Genève organise des projections simultanées de films tunisiens en Suisse et de films suisses en Tunisie.  

Deuxième grande initiative de l'association Le Pont Genève après celle organisée en 2015 avec Air Marin (“Un avion pour Tunis”) pour relancer le tourisme tunisien, une journée cinématographique aura lieu le 12 mars 2016, simultanément, à Genève, dans le cadre du Festival du Film et Forum international sur les Droits humains (FIFDH), et au Kram et à Menzel Bourguiba, avec des films tunisiens pour le public genevois et des films suisses pour les cinéphiles tunisiens. Un échange pour tisser et renforcer les liens entre les deux peuples durant cette période de transition démocratique.
La 14e édition du Festival du Film et le Forum international sur les Droits humains (FIFDH)  auront lieu à Genève du 4 au 13 mars avec un programme riche et varié. Le cinéma mais aussi la photo et le théâtre seront à l'honneur durant 10 jours dans 37 lieux différents. 200 cinéastes et professionnels de l'image et des médias sont invités pour débattre de sujets qui font l'actualité comme le climat, les droits humains, la liberté et la politique sécuritaire, le saccage du patrimoine, le flux migratoire à cause des conflits, la lutte des peuples autochtones pour leur terre sacré, les violences conjugales...
Les participants concourront dans trois compétitions officielles dotées de prix entre 500 et 10.000 francs suisses (entre 1030 et 20.550 dinars tunisiens). Mais le but premier pour cette manifestation c'est la condamnation des atteintes au droit de l'homme et les moyens d'y mettre fin.
L'association le Pont Genève, dont l'objectif est de promouvoir les échanges entre Suisses et Tunisiens pour un meilleur vivre ensemble, participe à cette rencontre cinématographique. Fort des multiples évènements qu'il a mis sur pied durant sa première année d'existence, le Pont s'est associé au FIFDH pour organiser une journée du cinéma tunisien avec la projection du long-métrage “C'était mieux demain” de Hind Boujemaa, de 3 cours métrages (“Hors-Je” de Moufida Fedhila, “La nuit de Badr” de Mehdi Hmili, et “Et Roméo épousa Juliette'' de Hind Boujemaa ) et de 2 documentaires (“El Gort” de Hamza Ouni et “7 Vies” de Lilia Blaise et Amine Boufaied).
Le même jour, et presque simultanément aux mêmes heures au Cinévog au Kram et au cinéma Métropole à Menzel Bourguiba, des courts métrages et des documentaires suisses seront projetés au public tunisien. Le long-métrage de fiction “Narcisse” de la tunisienne Sonia Chamkhi fera partie du programme de cette journée cinématographique comme “Heidi” d'Alain Gsponer qui sera projeté en avant-première.
Pour Jalel Matri, président de l'association Le Pont, cette initiative citoyenne sera certainement renouvelée l'année prochaine, qui s'en plaindra?
Genève et Tunis, la Suisse et la Tunisie, “Si loin...si proche”, grâce à la passerelle du Pont qui unit l'espace d'un jour les cinéphiles des deux pays.
Articles liés:
Tourisme : La Suisse se mobilise pour la relance de la destination Tunisie
Tourisme : Des Suisses au Bardo et à Hammamet    

Article paru dans Kapitalis le 27 février 2016

Et demain est un autre jour!

12/02/2016

Une ballade à Genève sous la neige

B.jpgQue s’est beau la neige à Genève. Tiendra? Tiendra pas? Difficile de le prédire même si MétéoSuisse prévoit entre 10 et 15 centimètres de neige pour cette journée. Toute cette abondance de neige est propice pour prendre des photos. L’or blanc ne fait pas souvent son entrée à Genève et quand ça arrive il ne faut pas bouder son plaisir. Voilà une petite promenade en photo à travers notre belle ville qui s’est emballée aujourd’hui d’un magnifique manteau neigeux! Du Parc des Bastions au Jardin anglais mon objectif n’a vu que du blanc!

DSC_2550aaaaaaaaa.jpg

DSC_2551aaaaaaaaa.jpg

DSC_2552aaaaaaaaa.jpg

DSC_2554aaaaaaaaa.jpg

DSC_2555aaaaaaaaa.jpg

DSC_2616aaaaaaaaa.jpg

DSC_2557aaaaaaaaa.jpg

DSC_2559aaaaaaaaa.jpg

DSC_2566aaaaaaaaa.jpg

DSC_2568aaaaaaaaa.jpg

D.jpg

DSC_2582aaaaaaaaa.jpg

DSC_2580aaaaaaaaa.jpg

DSC_2589aaaaaaaaa.jpg

F.jpg

DSC_2588aaaaaaaaa.jpg

DSC_2581aaaaaaaaa.jpg

DSC_2573aaaaaaaaa.jpg

DSC_2583aaaaaaaaa.jpg

DSC_2558aaaaaaaaa.jpg

DSC_2570aaaaaaaaa.jpg

DSC_2586aaaaaaaaa.jpg

DSC_2605aaaaaaaaa.jpg

DSC_2612aaaaaaaaa.jpg

C.jpg

DSC_2617aaaaaaaaa.jpg

DSC_2619aaaaaaaaa.jpg

DSC_2627aaaaaaaaa.jpg

DSC_2628aaaaaaaaa.jpg

DSC_2642aaaaaaaaa.jpg

DSC_2635aaaaaaaaa.jpg

DSC_2637aaaaaaaaa.jpg

DSC_2639aaaaaaaaa.jpg

DSC_2641aaaaaaaaa.jpg

DSC_2643aaaaaaaaa.jpg

DSC_2644aaaaaaaaa.jpg

DSC_2654aaaaaaaaa.jpg

DSC_2656aaaaaaaaa.jpg

DSC_2661aaaaaaaaa.jpg

DSC_2660aaaaaaaaa.jpg

DSC_2665aaaaaaaaa.jpg

DSC_2670aaaaaaaaa.jpg

DSC_2672aaaaaaaaa.jpg

DSC_2679aaaaaaaaa.jpg

DSC_2681aaaaaaaaa.jpg

DSC_2683aaaaaaaaa.jpg

DSC_2684aaaaaaaaa.jpg

DSC_2691aaaaaaaaa.jpg

DSC_2694aaaaaaaaa.jpg

DSC_2698aaaaaaaaa.jpg

DSC_2696aaaaaaaaa copie.jpg

DSC_2704aaaaaaaaa.jpg

DSC_2705aaaaaaaaa.jpg

DSC_2709aaaaaaaaa.jpg

DSC_2710aaaaaaaaa.jpg

DSC_2723sss.jpg

DSC_273mmmm6.jpg

DSC_2741ccc.jpg

DSC_2745aaaaaaaaa.jpg

DSC_2750aaaaaaaaa.jpg

DSC_2753aaaaaaaaa.jpg

DSC_2759aaaaaaaaa.jpg

DSC_2765aaaaaaaaa.jpg

Et demain est un autre jour!

17:01 Écrit par Haykel dans Genève, genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/02/2016

La brume sur Genève

Photos prises samedi 6 février 2016 au Port noir, au Parc des Eaux-Vives et au Parc La Grange.

Sans titre.jpg

DSC_2298.jpg

DSC_2201.jpg

DSC_2205.jpg

DSC_2249.jpg

DSC_2290.jpg

DSC_2282.jpg

DSC_2288.jpg

DSC_2297.jpg

DSC_2177.jpg

DSC_2254.jpg

DSC_2180.jpg

DSC_2208.jpg

DSC_2213.jpg

DSC_2216.jpg

DSC_2225.jpg

DSC_2226.jpg

DSC_2227.jpg

DSC_2229.jpg

DSC_2236.jpg

DSC_2253.jpg

DSC_2257.jpg

DSC_2260.jpg

DSC_2281.jpg

DSC_2255.jpg

Sans titre3.jpg

Sans titre4.jpg

DSC_2301.jpg

DSC_2313.jpg

DSC_2314.jpg

DSC_2323.jpg

DSC_2366.jpg

Sans titre5.jpg

Sans titre6.jpg

DSC_2333.jpg

DSC_2337.jpg

DSC_2339.jpg

DSC_2355.jpg

DSC_2379.jpg

DSC_2381.jpg

DSC_2401.jpg

DSC_2384.jpg

DSC_2388.jpg

DSC_2390.jpg

DSC_2393.jpg

DSC_2399.jpg

Et demain est un autre jour!

20:38 Écrit par Haykel dans Genève, genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brume à genève | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/02/2016

Une petite promenade aux Bains des Pâquis

DSC_1992.jpg

DSC_2040.jpg

DSC_2043.jpg

DSC_2063.jpg

DSC_2065.jpg

DSC_2131.jpg

DSC_2073.jpg

DSC_2085.jpg

DSC_2114.jpg

DSC_2143.jpg

DSC_2163.jpg

Sans titre.jpg

Et demain est un autre jour!

21:26 Écrit par Haykel dans Genève, genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les bains des paquis, les paquis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/02/2016

Intervention policière à la Grande Boissière

Importante intervention policière depuis 8h ce matin au niveau de l'Ecole Internationale de Genève "La Grande Boissière". Plusieurs véhicules de la gendarmerie sont actuellement sur les lieux. La circulation du côté de la route de Chêne direction Chêne-Bougerie est déviée par la Police municipale par l'avenue Amandelier.

============================================

Il s'agissait d'une fausse alerte à la bombe qui a obligé la police à faire évacuer l'établissement.

DSC_1970.JPG

DSC_1970.JPG

DSC_1975.JPG

DSC_1977.JPG

DSC_1978.JPG

DSC_1980.JPG

Et demain est un autre jour!

29/01/2016

Des graffitis sur des voitures, pourquoi pas?

Sans titre-1.jpgLe graffiti genevois se diversifie et s’adapte aux différents supports de notre quotidien. Après la rue, les tunnels et autres endroits difficiles d’accès à la visibilité quasi nulle voilà que le street art s’empare d’autres surfaces qui se prêtent au graffiti.
De plus en plus de demandes pour graffer dans les maisons ou chez des commerçants et entreprises et certaines communes font appel aux graffeurs pour embellir les murs et autres Maisons de quartier et établissements scolaires. La dernière tendance est de décorer son véhicule à 4 ou à 2 roues jantes et casque à moto compris. L’entreprise PlastiCover à Veyrier s’est spécialisée dans ce domaine et fait appel pour chaque DSC_1936aaaaaaaaa.jpgréalisation au prolifique graffeur genevois JIMOX. Grâce à un produit plastique facile à enlever on customise sur n’importe quel objet lisse en graffant dessus. Le travail peut prendre quelques jours comme pour cette voiture que j’ai photographié ce vendredi 29 janvier 2016 au skatepark de la Praille et qui a nécessité une intervention technique et artistique d’une semaine. Le prix varie bien sûr selon les surfaces traitées. Un exemple, la décoration de cette voiture qui fait l’objet de cette note coûte 2000.- chf. Si vous voulez offrir à votre objet fétiche (ordinateur, iPad, voiture, vélo...) une nouvelle vie tout en restant tendance JIMOX et PlastiCover réaliseront vos souhaits. 

DSC_1930aaaaaaaaa.jpg

DSC_1938aaaaaaaaa.jpg

DSC_1944aaaaaaaaa.jpg

DSC_1952aaaaaaaaa.jpg

DSC_1955aaaaaaaaa.jpg

Sans titre-2.jpg

DSC_1947aaaaaaaaa.jpg

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

23/01/2016

Variation autour de la lumière (3)

DSC_1780.jpgTroisième sortie autour de la lumière et de l’eau. Les photos ont été prises à partir du pont de la Coulevrenière et du côté du Bâtiment des Forces Motrices (BFM) le vendredi 22 janvier 2016 entre 17h30 et 18h00.  Après le Léman, le Rhône. Même lumière, même plaisir de saisir le reflet de la lumière sur l’eau avant qu’on bascule dans la nuit. Quand la lumière rencontre l’eau ça donne un spectacle magnifique.

DSC_1757.jpg

DSC_1681.jpg

DSC_1693.jpg

DSC_1695.jpg

DSC_1711.jpg

DSC_1722.jpg

DSC_1733.jpg

DSC_1763.jpg

DSC_1793.jpg

DSC_1804.jpg

DSC_1831.jpg

En rapport avec cette note:

"Variation autour de la lumière (1)"

"Variation autour de la lumière (2)"

Et demain est un autre jour!

11:42 Écrit par Haykel dans Genève, genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : genève, genève la nuit, genève by night, geneva | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/01/2016

Variation autour de la lumière (2)

DSC_1273.jpgUn peu avant l'entrée dans la nuit, notre belle rade offre au regard du promeneur et du photographe un excellent panorama qui se prête à la photo. Après la première série publiée sur ce blog le 10 janvier dernier voici la suite en 21 photos ou comment revisiter la rade au crépuscule. Indispensable pour réaliser un tel reportage, une paire de gant, des habits chauds, un trépied, de la patience et l’œil aiguisé pour immortaliser cet instant exquis entre le coucher du soleil et l’entrée dans la nuit.

DSC_1221.jpg

DSC_1241.jpg

DSC_1234.jpg

DSC_1243.jpg

DSC_1256.jpg

DSC_1440.jpg

DSC_1193.jpg

DSC_1197.jpg

DSC_1203.jpg

DSC_1470.jpg

DSC_1482.jpg

DSC_1403.jpg

DSC_1505.jpg

DSC_1537.jpg

DSC_1541.jpg

DSC_1547.jpg

DSC_1563.jpg

DSC_1568.jpg

DSC_1580.jpg

DSC_1533.jpg

En rapport avec cette note:

"Variation autour de la lumière (1)"