PLANETE PHOTOS (LE BLOG DE GENEVE) - Page 6

  • Deux semaines sur Instragram (12 et 13)

    Imprimer

    Instragram 1.jpg

    Instragram 2.jpg

    La production de Planète photos sur Instragram ici

    Et demain est un autre jour!

    Lien permanent Catégories : Instragram 0 commentaire
  • Arrêtez-moi ce tunisien et qu’on en parle plus !

    Imprimer

    médias,tunisien,stigmatisation,racisme,tunisie,terrorismeMarre. Trop y’en a marre ! Cette traque au terroriste de Berlin à qui on n’arrête pas de faire référence à sa nationalité. Oui il est tunisien, on le sait. La planète entière est au parfum. Il s’agit bien d’un tunisien. Ils ont trouvé ses papiers et ses empreintes et en attendant de le mettre hors d’état de nuire les 11 millions de tunisiens doivent subir la stigmatisation des médias internationaux qui martèlent à longueur d’heures sa nationalité. Pourquoi lors de la cavale du colombien Escobar, du vénézuélien Carlos, du français Mesrine, du mexicain El Chapo…on n’a jamais évoqué la couleur de leur passeport ? Marre des raccourcis et de ce racisme ordinaire de certains médias et ils sont nombreux à utiliser la nationalité à la place d’autres mots du vocabulaire pourtant riche de la langue française. Le terroriste, le criminel, le meurtrier, le sanguinaire, le boucher, l’inhumain, le diabolique, le barbare…le tueur du marché de Noël de Berlin est toujours en fuite.

    Et demain est un autre jour!  

  • Une promenade en photos à Plainpalais

    Imprimer

    DSC_8264.JPGCoincé entre Carouge, les Acacias et Genève, Plainpalais est l’un des quartiers les plus attachants du canton et l’un des plus fréquentés. De jour comme de nuit, le quartier ne désemplit point. Entre ses universités, ses nombreux bistrots, restaurants et bars branchés et sa célèbre plaine qui abrite un espace de jeux pour les enfants, un skatepark, un marché aux puces et un marché de fruits et de légumes, un cirque s’y installe ainsi qu’un Luna  DSC_8502aaaaaaaaa.jpgpark au rythme de 2 fois par année.
    Le Geneva Lux Festival a choisie pour sa 3ème édition 2 lieux dans ce quartier pour y installer 2 animations nocturnes. La première est l’œuvre d’Eric Barray à la station du tram de Plainpalais et la deuxième signée par la créatrice protéiforme, Camille Nesonson à la Place des Vingt-trois-cantons sur l’esplanade de l’université Uni Mail. Et c’est l’occasion d’aller faire un tour avec mon inséparable compagnon, mon appareil photo.

    Ligne (pas)sages par Camille Nesonson

    DSC_8447aaaaaaaaa.jpg

    DSC_8474aaaaaaaaa.jpg

    DSC_8476aaaaaaaaa.jpg

    DSC_8506aaaaaaaaa.jpg

    DSC_8529aaaaaaaaa.jpg

    DSC_8555aaaaaaaaa.jpg

    HFMr0aaaaaaaaa.jpg

    Grapp'lum par Eric Barray

    DSC_8170.jpg

    DSC_8175.jpg

    DSC_8183.jpg

    DSC_8190.jpg

    DSC_8193.jpg

    DSC_8200.jpg

    DSC_8204.jpg

    DSC_8222.jpg

    DSC_8231.jpg

    Lunapark

    8258.jpg

    DSC_8278.JPG

    DSC_8284aaaaaaaaa.jpg

    DSC_8269.JPG

    DSC_8293.JPG

    DSC_8333.JPG

    9qOUM.jpeg

    AQiTA.jpeg

    DSC_8357.JPG

    DSC_8366.JPG

    DSC_8362aaaaaaaaa.jpg

    DSC_8372.JPG

    DSC_8382.JPG

    DSC_8385.JPG

    DSC_8390.JPG

    DSC_8398.JPG

    DSC_8400.JPG

    DSC_8423.JPG

    DSC_8312aaaaaaaaa.jpg

    DSC_8426.JPG

    DSC_8431.JPG

    g1dUU.jpeg

    JqOJN.jpeg

    MLCLO.jpeg

    twT8I.jpeg

    xiJ4K.jpeg

    DSC_8572.JPG

    DSC_8577.JPG

    DSC_8567.JPG

    Et demain est un autre jour!

  • Meilleure photo du Festival Geneva Lux

    Imprimer

    Suite à un concours organisé la semaine dernière par Ig_geneva, la communauté Instagram de Genève ma photo a été élue meilleure photo du Festival Geneva Lux. Merci à tous ceux et celles qui ont voté pour moi.
    D’autres photos du Festival Geneva Lux ici

    Geneva lux.jpg

    Et demain est un autre jour!

  • Une semaine sur Instragram (11)

    Imprimer

    1111A.jpg

    1A.jpg

    A2.jpg

    La production de Planète photos sur Instragram ici

    Et demain est un autre jour!

  • 3ème édition de Geneva Lux Festival, un régal!

    Imprimer

    DSC_6533.jpgLa 3ème édition de Geneva lux festival est un régal pour les yeux. Et une occasion même pour les plus frileux de sortir à la tombée de la nuit pour contempler ou prendre en photos les 18 œuvres exposées en ville aussi bien sur la rive droite que sur la rive gauche. ça vaut le déplacement parole de photographe-blogueur, blogueur-photographe ou blogueur tout court. Et vous pouvez vous y rendre jusqu’au 15 janvier 2017, donc pas d’excuse!
    Pour l’actuelle édition, 11 nouveautés sont venues s’ajouter aux 7 œuvres déjà exposées l’année dernière comme l’incontournable série des « Voyageurs » de Cédric le Borgne à Bel Air ou les « Hivernales Népenthèses » de Sophie Guyot à la Place Longemalle ou encore « Les lanternes Physalis, l’amour en cage » de Gaspard Lautrey au Jardin Anglais.
    Il faut prévoir plusieurs sorties car vous ne pouvez voir les 18 œuvres dispersées entre les deux rives en un seul coup. Un conseil, pour réussir vos photos, prenez un trépied pour ceux qui possèdent un appareil reflex et pour tout le monde choisissez le crépuscule pour un meilleur rendu.
    PS: Une mise à jour sera ajoutée prochainement à cette note avec de nouvelles photos

    Quartier des Grottes-Montbrillant "Pinta Cura" de Frédéric Post

    DSC_6535.jpg

    DSC_6538.jpg

    DSC_6598.jpg

     Promenade de la Treille "Onde" de Marie-Hélène Richard

    DSC_7113.jpg

    DSC_7116.jpg

    DSC_7129.jpg

    DSC_7131.jpg

    DSC_7132.jpg

    DSC_7138.jpg

    DSC_7140.jpg

    DSC_7150.jpg

    DSC_7153.jpg

    DSC_7141.jpg

    DSC_7146.jpg

    Bel Air, "Les voyageurs" de Cédric le Borgne

    7559.jpg

    Sans titre.jpg

    DSC_7500.jpg

    DSC_7505.jpg

    DSC_7514.jpg

    Sans titresssss.jpg

    wuUed.jpeg.jpg

    Sans titreaSsaaaaaaaaa.jpg

    7594.jpg

    7571.jpg

    7578.jpg

    Place Longemalle "Hivernales Népenthèses de Sophie Guyot

    DSC_7987aaaaaaaaa.jpg

    2.jpg

    DSC_8023aaaaaaaaa.jpg

    DSC_8044aaaaaaaaa.jpg

    DSC_8052aaaaaaaaa.jpg

    G9PkNaaaaaaaaa.jpg

    Rue de Coutance "Invica Lucis" de Micael Pereira Santos et David Sentkar

    DSC_7428.jpg

    DSC_7453.jpg

    DSC_7458.jpg

    DSC_7470.jpg

    DSC_7481.jpg

    sp79E.jpeg

    Les rues basses "Les Edelweiss" de Mourka Glogowski

    DSC_7918.jpg

    DSC_7945.JPG

    Sans titre.jpg

    DSC_7985.JPG

    DSC_7974.JPG

    Rue du Rhône "La voie lactée" de Daniel Schlaepfer

    DSC_7904.jpg

    0LGHs.jpeg.jpg

    DSC_7893.jpg

    DSC_7897.jpg

    Le Pont de la machine de Mourka Glogowski

    DSC_7631.jpg

    L65EG.jpeg.jpg

    DSC_7720.jpg

    Lîle Rousseau "Poésie d'Orient,
    Lumière d'Occident "
    Sébastien Lefèvre

    geneva lux festival,décoration de noel,décoration fin d'année à genève,hôtel métropole,hôtel des bergues,l'ile rousseau

    geneva lux festival,décoration de noel,décoration fin d'année à genève,hôtel métropole,hôtel des bergues,l'ile rousseau

    geneva lux festival,décoration de noel,décoration fin d'année à genève,hôtel métropole,hôtel des bergues,l'ile rousseau

    geneva lux festival,décoration de noel,décoration fin d'année à genève,hôtel métropole,hôtel des bergues,l'ile rousseau

    geneva lux festival,décoration de noel,décoration fin d'année à genève,hôtel métropole,hôtel des bergues,l'ile rousseau

    geneva lux festival,décoration de noel,décoration fin d'année à genève,hôtel métropole,hôtel des bergues,l'ile rousseau

    Les Bergues "Les flotteuses de Stéphane Durand

    1kEf1.jpg

    7704.jpg

    7705.jpg

    7706.jpg

    U6kVw.jpg

    xPQgU.jpg

    SCEKe.jpeg.jpg

    L'Hôtel des Bergues "La pêche miraculeuse" par Casa Magica, Friedrich Förster
    Sabine Weißinger

    DSC_6917.jpg

    DSC_6879.jpg

    DSC_6821.jpg

    DSC_6925.jpg

    DSC_6834.jpg

    DSC_6837.jpg

    DSC_6885.jpg

    DSC_6920.jpg

    DSC_6896.jpg

    DSC_6954.jpg

    La rue du Mont-Blanc "Lux-Ige" de Ben Busche

    DSC_6613.JPG

    DSC_6603.JPG

    DSC_6654.JPG

    DSC_6662.JPG

    9oTlC.jpeg

    J4PCi.jpeg

     Hôtel Métropole The Light/House
    Alexandre Burdin-François
    Boris Edelstein

    7639.jpg

    7644.jpg

    Place de la Navigation "Sens dessus dessous"
    Maro Avrabou
    Dimitri Xenakis

    Sans titre 5.jpg

    Sans titre 4.jpg

    DSC_7160.jpg

    DSC_7198.jpg

    DSC_7201.jpg

    DSC_7228.jpg

    ioooo.jpg

    Navigation 2.jpg

    Sans titree.jpg

    Sans titre mb.jpg

    Sans titrehrthr.jpg

    Sans titreihh.jpg

    Sans titremnj.jpg

    Sans titrekjgj.jpg

    Sans titre54t45.jpg

    DSC_7214.jpg

    Sans titre343434.jpg

    Sans titreeteer.jpg

    Sans titrelkhh.jpg

    L'inauguration de "Geneva lux festival" ici

    Et demain est un autre jour!

  • Graffiti: JAZI à Onex

    Imprimer

    Sans titre 2.jpg

    JAZI, un nom bien ancré dans le milieux du street art genevois. Depuis la fin des années 80 il peint sans relâche et réalise des mandats divers aussi bien en Suisse qu’à l’étranger tout en participant à des expositions et à des performances « live » avec d’autres graffeuses et graffeurs, la dernière DSC_5460.jpga eu lieu aux halles de la Fonderie de Carouge dans le cadre de l’exposition « Geneva propaganda ». A quelques mètres de là, au « Chat noir » Keziah Jones occupe un mur avec sa guitare grâce au graffiti que lui a consacré JAZI. Ici même le 12 septembre 2015  sur ce blog  je lui ai consacré une note pour parler de sa fresque réalisée à la rue Rodo à Plainpalais répondant à une commande d’une régie immobilière. Les régies font souvent appel à ses services. Et sa dernière réalisation est visible au chemin de la Traille non loin du Cycle d’orientation du Marais à Onex.
    DSC_5419.jpgUne longue fresque de 134 m2 admirablement graffée qui lui a demandé 6 semaines de travail sous le regard bienveillant des habitants du quartier contents que le béton s’est transformé en une décoration et que le quartier attire même des photographes à commencer par votre serviteur.
    JAZI a eu beaucoup de plaisir a réalisé cette fresque et garde un bon souvenir des habitants du quartier qui lui ont fait un bon accueil et lui ont offert à plusieurs reprises à boire et à manger.

    DSC_5417.jpg

    DSC_5421.jpg

    DSC_5422.jpg

    DSC_5442.jpg

    DSC_5444.jpg

    DSC_5445.jpg

    DSC_5446.jpg

    DSC_5454.jpg

    DSC_5450.jpg

     

    DSC_5493.jpg

    DSC_5457.jpg

    DSC_5463.jpg

    DSC_5473.jpg

    DSC_5477.jpg

    DSC_5479.jpg


    L'actualité du graffiti genevois ici

    Et demain est un autre jour!

  • Une semaine sur Instragram (10)

    Imprimer

    A.jpg

    B.jpg

    C.jpg

    La production de Planète photos sur Instragram ici

    Et demain est un autre jour!

  • La Course de la marmite version 2016

    Imprimer

    DSC_6971.jpgLes participants et participantes sont là fidèles au poste. La Course de la marmite se transmet de génération à une autre et se court en famille et entre amis dans la bonne humeur. On parle de 3000 participants pour cette édition.
    L’engouement pour cette compétition sans challenge, sans prix, sans classement est de plus en plus grandissant. Et tant pis si ces deux dernières années l’originalité des déguisements laisse à désirer. L’essentiel c’est la DSC_6977.jpgparticipation et l’ambiance qui règne avant,  pendant et après la course. A noter la présence remarquée de Foyer Handicap avec 60 personnes entre handicapés et accompagnateurs. Deux ou 3 étincelles comme ces 3 amies déguisées en toaster géant, frigo et machine à laver ou encore la fausse Maryline Monroe sinon le reste c’est du classique entre Batman, Superman, papillons et autres pirates ou prisonniers. De quoi économiser l’utilisation du déclencheur de l’appareil photo. Pas de messages politiques ou de revendications sociales comme on l’a relevé durant plusieurs années de suite. Mais le plaisir de voir tout ce beau monde réuni dans la joie est suffisant pour que je revienne au mois de décembre 2017 afin de mémoriser la prochaine Course de la marmite.

    DSC_6964.jpg

    DSC_6974.jpg

    DSC_6975.jpg

    DSC_6976.jpg

    DSC_6978.jpg

    DSC_6979.jpg

    DSC_6980.jpg

    DSC_6981.jpg

    DSC_6982.jpg

    DSC_6983.jpg

    DSC_6993.jpg

    DSC_6996.jpg

    DSC_7000.jpg

    DSC_7006.jpg

    Sans titrevccxxffn.jpg

    DSC_7007.jpg

    DSC_7009.jpg

    DSC_7016.jpg

    DSC_7019.jpg

    DSC_7025.jpg

    DSC_7027.jpg

    DSC_7029.jpg

    DSC_7030.jpg

    DSC_7033-1 (glissées).jpg

    DSC_7036-1 (glissées).jpg

    DSC_7043.jpg

    DSC_7045.jpg

    DSC_7046.jpg

    Sans titre.jpg

    Sans titreefwe.jpg

    Sans titreer2.jpg

    Ruz9s.jpeg.jpg

    DSC_7053.jpg

    Sans titrefeqw.jpg

    Sans titre-2 ., .jpg

    1.jpg

    2.jpg

    DSC_6992.jpg

    DSC_6997.jpg

    DSC_6998-1 (glissées).jpg

    DSC_7023.jpg

    DSC_7037.jpg

    DSC_7042.jpg

    DSC_7051-1 (glissées).jpg

    Sans titreetet.jpg

    Sans titrefeae.jpg

    La course de la marmite en 2015 ici, 2014 ici, en 2012 ici, en 2010 ici,

    en 2009 ici

    Et demain est un autre jour!

  • Et c’est parti pour Geneva Lux Festival

    Imprimer

    Sans titreaaaaaaaaa.jpgLe Maire de Genève, Guillaume Barazzone et Sami Kanaan, Conseiller administratif en charge du Département de la culture et du sport ont donné vendredi soir le coup d’envoi du Geneva Lux Festival pour une 3ème édition pleine de couleurs et de lumières. 18 œuvres en tout dont 11 nouveautés nous accompagneront jusqu’au 15 janvier 2017. De toutes les belles capitales qui brillent à la fin de l’année Genève sera à coup sûr parmi les plus séduisantes avec un Sans titre-1.jpgparcours repensé et coloré à souhait.
    Pour l’inauguration de Geneva Lux Festival, la Ville a choisie l’Ile Rousseau et la façade de l’Hôtel des Bergues avec un spectacle vidéo et son qui tourne autour de la peinture « La pêche miraculeuse » de Konrad Witz. A côté d’artistes de renommée internationale des genevois participeront aussi par le biais de la Haute Ecole d’Art et de Design de Genève aux illuminations de ce festival qui d’année en année se bonifie pour le plus grand plaisir des promeneurs genevois et des touristes. A vos appareils photos! A suivre!

    DSC_6917.jpg

    DSC_6879.jpg

    DSC_6821.jpg

    DSC_6925.jpg

    DSC_6920.jpg

    DSC_6834.jpg

    DSC_6837.jpg

    DSC_6885.jpg

    DSC_6886.jpg

    DSC_6896.jpg

    DSC_6903.jpg

    Et demain est un autre jour!

  • Le bilan de "Bilan" sur les "300 plus riches de Suisse"

    Imprimer

    Sans titre1.jpgComme le :Beaujolais nouveau" qui chaque année arrive à la même période la cuvée des « 300 plus riches de Suisse » sur papier glacé débarque dans nos kiosques grâce au magazine Bilan et son pendant alémanique Bilanz juste avant la fin de l’année à prendre comme un compte de fée.
    Les chiffres mentionnés donnent le tournis. On parle de millards et de millions et les journalistes qui ont mené cette sérieuse enquête à travers toute la Suisse ont su garder leur distance avec ce milieux très aisé. Je ne sais pas dans quel état ils sont actuellement après avoir pioché de longs mois, croisé les informations, comparé les sources, Sans titre-5.jpgcompulser de nombreux documents pour arriver à sortir pour chacun des 300 riches vivant en Suisse le montant de sa fortune. Une question me chiffonne mais qui ne va pas m’empêcher de dormir « pourquoi les grands écarts dans les chiffres de ce classement? Il n y a pas un seul riche qui a une fortune définitive. Je prends comme exemple le palmarès des « Nouveaux venus du classement 2016 », le premier a une fortune estimée entre 12 et 13 milliards, le deuxième entre 6 et 7 milliards...et ça continue jusqu’au 14ème dont l’écart est de seulement 100 millions! Il y a certainement une raison technique à ce grand écart comptable: déclaration de fortune incomplète, arrivée du nouveau milliardaire ou millionnaire pendant l’année en cours, achat ou vente d’actifs pas encore comptabilisés...Qu’à cela ne tienne! L’essentiel à retenir est que notre pays continue à attirer les grosses fortunes et que pour montrer la perfection Suisse on a réussi bon an mal an à contenir le nombre de riches depuis des années à 300. Oui voici une autre preuve de la perfection Suisse!

    PS: photos site internet de Bilan

    Et demain est un autre jour!

  • Graffiti: retour sur l’exposition « Geneva propaganda »

    Imprimer

    DSC01150.jpgUne dizaine de jours après la fin de l’exposition « Geneva propaganda » aux Halles de la Fonderie à Carouge organisée par ID-Room et le graffeur Nadib Bandi, le blog Planète photos est de retour sur les lieux pour mémoriser les fresques qui ont été graffées durant les 16 jours qu’a duré ce grand raout du street art.
     Plusieurs graffeurs et graffeuses ont pris part à cette manifestation et ont travaillé dans des conditions climatiques souvent pénibles. Mais le résultat est magnifique. A Genève nous avons énormément de chances car nos artistes ont du talent. Je cite quelques noms qui ont laissé leurs empreintes à la Fonderie: Ludo Basto, Amikal, EVO, KAL DEA, DIEM ONER, DAB 2, NADIB BANDI, JAZI, HEURK ONER, REY ONER, HERO, EKLA, BRKNWRLD...

    DSC01145.jpg

    DSC01125.jpg

    DSC01139.jpg

    DSC01342.jpg

    DSC01167.jpg

    DSC01188.jpg

    DSC01194.jpg

    DSC01196.jpg

    DSC01198.jpg

    DSC01201.jpg

    DSC01202.jpg

    DSC01332.jpg

    DSC01333.jpg

    DSC01334.jpg

    DSC01205.jpg

    DSC01329.jpg

    DSC01340.jpg

    DSC01331.jpg

    DSC01210.jpg

    DSC01215.jpg

    DSC01337.jpg

    DSC01324.jpg

    L'actualité du graffiti genevois ici

    Et demain est un autre jour!

  • Une semaine sur Instragram (9)

    Imprimer

    1.jpg

    2.jpg

    3.jpg

    4.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    La production de Planète photos sur Instragram ici

    Et demain est un autre jour!

  • Opinion: Les Emplois de solidarité, un échec presque total!

    Imprimer

    © pixarno - Fotolia.com.jpgQui dit Emploi de solidarité, dit précarité. Avec un salaire mensuel à partir de 2900.- net on ne peut aller loin. Au contraire, on accumule les dettes sans pour autant entrevoir le bout du tunnel. Pas d’avenir pour ce genre d’employés « au rabais » qui font le même travail que d’autres employés payés des fois le double. Ils sont des centaines à Genève à galérer, leur nombre avoisine les 800 et travaillent dans des associations ou institutions privées à but non lucratif qui font de leur mieux pour contenir les frustrations générées par ce statut. Pas de plan de carrière et pour certains qui sont animés par une ambition de gravir les échelons c’est l’enterrement. D’ailleurs ce n’est pas le but des EDS d’offrir un plan de carrière.

    Le département de l'emploi, des affaires sociales et de la santé dont dépend les EDS bouge mais il a les mains liées. Le conseiller d’État Mauro Poggia a mis la pression sur les employeurs afin que ces derniers instaurent des programmes de formations pour permettre aux employés en EDS de se former, de changer d'orientation professionnelle et enfin de retrouver un emploi sur le marché ordinaire. Facile sur le papier! Une partie des personnes en Emploi de solidarité peut physiquement et eds,emploi de solidarité,précarité à genèveintellectuellement s’investir dans des formations, alors que l’autre catégorie est rattrapée par l’âge. Comme on le sait à Genève comme ailleurs, les quinquagénaires ont peu de chance d’intégrer le marché ordinaire de l’emploi même s’ils sont qualifiés. Combien sont-ils dans ce cas? Un bon nombre.  Ils sont condamnés à rester dans ce système et attendre l’âge de 60 ans pour avoir une gratification de 250.- chf par mois! D’ici là déjà fragilisés ils augmentent les statistiques de l’absentéisme à coup de dépression, de maladie et d’accident! Les Emplois de solidarité ont montré leur limite et à défaut de sauver ce système complètement miné par la politique il faut avoir le courage de le supprimer car on est entrain de pérenniser la précarité.
    On peut se poser des questions au sujet du maintien de ce magnifique marché parallèle de l’emploi qui offre de la main d’œuvre bon marché à des employeurs qui font de l’utilité publique leur fond de commerce. Je cite  un article publié par la Tribune de Genève le 5 janvier 2016. « Sous eds,emploi de solidarité,précarité à genèvel’injonction du Secrétariat fédéral à l’économie (SECO) et à la demande du Conseil d’Etat, le Grand Conseil a retiré à l’Etat, le 18 septembre, la responsabilité de fixer lui-même le niveau des salaires des EDS. Afin que Berne considère que ce sont de «vrais emplois» (ce qui donne droit potentiellement aux indemnités de chômage), c’est donc aux employeurs de s’y atteler. ». A ce jour, aucune augmentation de salaire de qui que ce soit n’a été enregistrée.
    Les dirigeants des entreprises qui emploient les EDS sont réduits par manque de moyens à proposer à leurs employés de recourir à une carte de réduction chez Caritas pour s’approvisionner en denrées alimentaires à moindre coût. Précaire tu es, précaire tu resteras.  

    A ceux qui pensent q4.jpgue c’est un système provisoire qui permet aux personnes fragilisées une insertion socio-professionnelle pour un retour sur le marché principal de l'emploi c’est faux. Rares ceux qui retrouvent un emploi dans le circuit ordinaire, ils représentent en moyenne moins de 15%. Le salaire minimum de 2900.- net est attribué aux employés sans qualifications. Mais la qualification ne tient compte que d’un seul critère, la possession d’un CFC ou équivalent. L’équivalent veut dire entamer de longues démarches d’équivalences couteuses ou avoir un « CFC d’équivalence européenne de préférence d’un pays où on connait le système éducatif ». L’expérience passe à la trappe! Vous avez beau travailler pendant une vingtaine d’années dans le privé par exemple avec un poste de cadre mais une fois tomber au chômage puis accepter un 1.jpgtravail en EDS tout le parcours professionnel est effacé d’un seul coup. Et vous voilà avec un salaire minimum de 2900.-. Comment peuvent-ils vivre à Genève avec un tel salaire sans perdre sa dignité ou devenir tricheur?  Certains ont choisi la filière de l’Hospice qui offre à ses bénéficiaires le payement du loyer, de l’assurance maladie et une somme décente pour vivre en contrepartie d’un travail à 50% dans une association ou institution privée à but non lucratif. Ceux qui refusent le confort de cette aide sociale se retrouvent en EDS avec un vrai faux emploi qui demande énormément d’investissement...pour 2900.- net par mois. Est-ce raisonnable? Le sort de ces employés de solidarité n’intéresse personne. La population genevoise va bientôt atteindre les 500.000 habitants, les 800 personnes occupant un emploi de solidarité ne pèsent pas lourds dans la balance!

    Et demain est un autre jour!

  • Une semaine sur Instragram (8)

    Imprimer

    1.jpg

    2.jpg

    3.jpg

    4.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La production de Planète photos sur Instragram ici

    Et demain est un autre jour!