28/02/2017

Bou Al Az, mon père repose en paix!

Bou.jpg

Je fais mienne cette citation du philosophe et écrivain roumain d’expression française Emil Michel Cioran: «la vieillesse, en définitive, n’est que la punition d’avoir vécu». Le patriarche de la famille Ezzeddine vient de nous quitter ce jour, à 84 ans las et fatigué. Bel âge pour mourir? Pas tout à fait certains atteignent les cieux en centenaire et en bonne forme. Mon père qui n’a pas de pouvoir sur la vie comme tout être humain est partit rejoindre ma grand mère maternelle Mayma et paternelle Mahsouna, mon oncle To, ma tante Oum Ezzine, mon ami Néji et d’autres encore comme Lotfi et Per Amann. Là haut, il y a du joli monde. Une communauté sympathique est entrain de se former. ça sera plus facile pour moi quand ça sera mon tour.

DSC00924.JPG

Abdelkader, alias Bou Al Az, Kaddour ou le Prince est parti comme il a vécu sur la pointe des pieds. Sa devise « Ne pas déranger ». Il l’a appliqué jusqu’au bout. Pas un mot de trop, pas de présence insistante, pas de faux calculs, pas de faux fuyants. Générosité, don de soit et respect pour tout le monde. En appliquant sa devise il ne s’est pas fait des ennemis au contraire il ne compte que des amis et des personnes bienveillantes à son égard aussi bien dans la famille, que parmi ses amis ou ses relations de  travail. Chez les musulmans pas besoin de prononcer d’éloges funèbres. Allah reprend ses enfants sans maquillage, sans fioritures, sans intermédiaires...
Bou Al Az paix à ton âme. Tu m’a appris beaucoup de choses...positives qu’il serait fastidieux de les énumérer ici. Je t’aime et personne ne prendra ta place dans mon cœur…pour toujours!

Et demain est un autre jour!

12:02 Écrit par Haykel dans Tunisie | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/02/2017

Des entrepreneurs tunisiens à la rencontre de leurs homologues suisses

Maison-Economie-Geneve.jpgUne délégation d’hommes d’affaires du sud de Tunisie va à la rencontre d’opérateurs économiques suisses, lundi, à Genève. 

 La Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève (CCIG) organise, le lundi 27 février, à 16h00 dans ses locaux (4 BV du Théâtre) une rencontre avec une délégation constituée de chefs d’entreprises du sud de la Tunisie représentant les secteurs de l’agro-alimentaire, du textile, de l’artisanat, de l’industrie chimique, de l’industrie métallique et de la géothermie.

Vincent Subilia, directeur adjoint et responsable des affaires internationales à la CCIG, Taoufik Chebbi, ministre plénipotentiaire à l’ambassade de Tunisie à Berne, Florence Kraft-Babel, présidente de l’Association pour le développement et l’accompagnement de projets en Tunisie (Adapt), et Lilia Naas, présidente de l’Association des compétences tunisiennes en Suisse (ACTS) prendront la parole avant la présentation des membres de la délégation tunisienne à leurs homologues genevois.

Contacté, la CCIG n’a pas souhaité communiquer sur cet évènement qu’elle considère comme «une rencontre avec des entrepreneurs tunisiens organisée dans un cadre privé». Cependant l’entrée est libre mais sur inscription. Pour faire des affaires, il faut rester discret, c’est une devise spécialement suisse.

Article paru dans Kapitalis le 26 février 2017

Et demain est un autre jour!

12:09 Écrit par Haykel dans Tunisie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : acts, adapt, ccig, florence kraft-babel, lilia naas, taoufik chebbi, vincent subilia | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/02/2017

Genève: table ronde sur le système de santé en Tunisie

CTS.jpg

Excellente initiative de la part de l’Association CTS (Communauté tunisienne en Suisse) qui se penche sur le système de santé en Tunisie. Elle organise samedi 25 février 2017 une table ronde avec des spécialistes tunisiens et un Conseiller d’Etat de Genève (l’équivalent de ministre) en charge de la santé.
L’association CTS (Communauté tunisienne en Suisse) organise le samedi 25 février 2017 aux HUG (Hôpitaux Universitaires Genève) à l’auditoire Michel Jenni une table ronde intitulée « Système de santé en Tunisie » état des lieux et perspectives. Beaucoup reste à faire dans le système de santé en Tunisie qui souffre de bon nombre d’insuffisances matérielles et de problèmes structurels engendrant négligences et erreurs médicales. La Tunisie possède pourtant un vivier énorme de spécialistes et de personnels qualifiés.
Prendront la parole côté tunisien, 2 ex ministres de la Santé publique, le docteur Abdellatif Mekki  et Mohamed Salah Ben Ammar, le docteur Moez Ben Ali, expert international en développement et recherches et l’ingénieur en solutions des déchets médicaux, Tarek Draoui. Côté genevois Mauro Poggia, Conseiller d’Etat chargé du département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé, mariée à une tunisienne et converti à l’islam prendra la parole pour parler du système de santé Suisse, une référence dans le monde. On ne sait pas si cette rencontre débouchera sur des actions concrètes qui peuvent être menées en Tunisie mais pour les organisateurs «informer et sensibiliser» est déjà une étape importante en attendant que d’autres prennent le relais pour faire avancer le système de santé en Tunisie.   

Article paru dans Kapitalis du samedi 25 février 2017

Et demain est un autre jour!

23/02/2017

Festival du cinéma suisse au Kef (Tunisie)

5 films suisses pour les kéfois (habitants du Kef en Tunisie) et visites guidées pour un groupe de Suisses qui feront le déplacement dans cette région riche en trésors archéologiques.
suisse,kef,cinéma suisse,association «le pont genève»,association act,ambassade de suisse en tunisieCinéma suisse au Kef
Plus qu’un festival de cinéma. C’est un échange interculturel que propose l’association «Le pont Genève» qui organise un double évènement du 9 au 12 mars prochain en Tunisie et plus exactement au Kef. Avec la collaboration de l’ambassade Suisse en Tunisie, de l’Office du tourisme et de l’association «ACT» (Arts pour le Cinéma et lesuisse,kef,cinéma suisse,association «le pont genève»,association act,ambassade de suisse en tunisie Théâtre du Kef) se tiendra un petit festival de cinéma avec la projection de 5 films suisses au Théâtre de poche: «Tapis rouge» de Frédéric Baillif et Kantarama Gahigiri, «L’abri» de Fernand Melgar, «Cyclique» de Frédéric Favre, «Une cloche pour Ursli» de Xavier Koller et «Heidi» d’Alain Gsponer. Pas de strass et paillettes, ni de tapis rouge et aucune star invitée, pas de récompenses non plus. Ce suisse,kef,cinéma suisse,association «le pont genève»,association act,ambassade de suisse en tunisiefestival a pour but de faire découvrir le cinéma suisse aux cinéphiles tunisiens. L’année dernière une journée cinématographique a eu lieu le 12 mars 2016, simultanément, à Genève, dans le cadre du Festival du Film et Forum international sur les Droits humains (FIFDH), et au Kram et à Menzel Bourguiba, avec des films tunisiens pour le public genevois et des films suisses pour les cinéphiles tunisiens.
Voyage organisé à la découverte du Kef et de sa région
Pour la même période, «Le pont Genève» accompagnera un groupe de Suisses et de Tunisiens au Kef où il a prévu des excursions et des visites guidées avec le professeur Mohamed Tlili à la découverte d’une belle région qui reste méconnue auprès du grand public... Au programme, la visite du plateau de Jugurtha, de Dougga, du fort espagnol ainsi que de la basilique et le centre ville du Kef. L’objectif de ce genre d’évènements est de promouvoir des échanges culturels entre la Suisse et la Tunisie afin de renforcer la culture de la démocratie et de la citoyenneté. Telle est également la mission de l’association «Le pont Genève» qui continue son bonhomme de chemin en respectant à la lettre le but pour lequel elle a été créée.
Article paru dans Kapitalis le 1er mars 2017
Et demain est un autre jour!

16/02/2017

Graffiti: encore des fresques pour le CEVA

Sans titrehdhfh.jpg

Les travaux du CEVA avancent à grands pas. Du côté de l’ancienne Gare des Eaux-Vives des fresques viennent d’être réalisées en deux parties de quoi occuper un large mur de tôles qui défigurent le paysage urbain. La première partie située au niveau de la rue de la Gare des Eaux-Vives est l’œuvre de DKOR TWO. Elle date de quelques jours et représente sur 3 grandes bâches des locomotives «Léman express, le futur RER franco-DSC_0130.JPGvaldo-genevois. La seconde partie fraichement terminée cette semaine sur la route de Chêne occupant 5 grands panneaux attire l’attention pour son côté artistique. Du noir, du blanc, du jaune, du gris et de l’orange comme couleurs choisies par les artistes Wozdat, Keim et Ygrek 1 qui forment un crew (une équipe) au nom de «Leitmotiv». Ce trio franco-suisse est la meilleure preuve de la coopération entre artistes des deux pays voisins. Avec cette production, les auteurs ont voulu donné leur vision du futur autour du CEVA. Ils ont graffé une famille, une ville, de l’eau, des rails et quelques instruments couvrant les arts et métiers. Pas besoin de traduire tout ça par la nécessité d’avoir une liaison transfrontalière de qualité pour DSC_0172.JPGle bien de l’agglomération franco-valdo-genevoise.
C’est la deuxième commande qui tourne autour du CEVA pour les graffeurs. Toujours dans le même quartier le 26 septembre 2015 à l’occasion des journées portes ouvertes du CEVA deux graffeurs (Julien et Dabtwo) et une graffeuse (ELIF) ont signé une fresque géante sur des containers de chantier pour le compte des CFF. Cette fois-ci le crew «Leitmotiv» a été engagé par le département des Transports du Conseiller d’Etat Luc Barthassat pour embellir de belle manière la large clôture de ce chantier sur le chemin de la France voisine.

Bravo l’association Desstres qui une fois de plus en jouant les intermédiaires a permis la réalisation de ce projet comme ceux qui ont précédé et d’autres encore qui vont affluer. Desstres est un interlocuteur précieux entre les institutions et les artistes pour mener à bien et accompagner les futures réalisations de graffitis sur Genève.

DSC_0176.JPG

DSC_0139.JPG

DSC_0154.JPG

DSC_0182.JPG

DSC_0163.JPG

Sans titre.jpg

DSC_0169.JPG

DSC_0123.JPG

DSC_0124.JPG

DSC_0125.JPG

DSC_0127.JPG

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour! 

01:53 Écrit par Haykel dans graffiti | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : graffiti, ceva, graffeur, graffeuse, dkor two, wozdat, keim, ygrek 1, leitmotiv, crew leitmotiv | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/02/2017

Saint-Valentin: que choisir? Une brosse à dents ou des fraises?

St valentin.jpgFaut-il fêter la Saint-Valentin? C’est un débat qui s’est imposé ces dernières années face à l’insistance des commerçants. Libre à vous de choisir votre camp. Les arguments sont nombreux pour le «pour» et encore plus nombreux pour le «contre», normal c’est mon choix. Je ne vais pas vous sortir le couplet classique «on n’attend pas la St-Valentin pour offrir un cadeau à sa dulcinée. Je m’adresse aux «pour» et je vous suggère une idée cadeau que j’ai reçu par mail de la part de Fust, magasin d’électroménager qui a fêté l’année dernière ses 50 ans grâce en partie à ses idées lumineuses. L’entête du mail est interessante voir alléchante: « Affaires à faire à St-Valentin chez Fust». J’ai eu droit à une missive électronique personnalisée avec mon nom et prénom. Mais je ne sais pas si je dois être flatté ou plutôt vexé. Jugez plutôt:
«Monsieur Haykel Ezzeddine»
C’est bientôt la St-Valentin, il est alors temps de rendre ses proches heureux. Pour le jour de la St-Valentin, tout doit être parfait et rien ne doit gâcher l’ambiance romantique, chacun et chacune a besoin d’une haleine fraîche.
Nous vous aidons volontiers pour que tout se passe bien et vous accordons maintenant jusqu’à 55% de rabais en Cash back sur des brosses à dents... ».
Le titre de cette offre est: «haleine frfraise.jpgaîche à la St-Valentin».
Je ne sais pas si c’est romantique d’offrir une brosse à dents à sa conjointe car ça sous entend qu’elle a des problèmes d’haleine. C’est contre productif, un tue-l'amour pire qu’un aspirateur ou autre appareil domestique. Peut-être que Fust fait dans la pub décalée comme celles de la Migros, vous savez celles qui sont traduites du Suisse-allemand. En parlant du géant orange, une photo est largement partagée sur Facebook (2540 fois mardi 14 février à 11h) montrant des barquettes de fraises vendues à Aigle comme des fruits de saison, une sorte de clin d’œil aux amoureux qui veulent rejouer la scène mythique du couple Rourke-Basinger du film «9 semaines 1/2».
Un conseil, laissez tomber l’offre de Fust car ce n’est pas une bonne affaire pour votre couple et pourquoi ne pas rejouer le remake de «9 semaines 1/2» même si la saison des fraises est plutôt au mois de juin?

Et demain est un autre jour!

12/02/2017

Graffiti: Pump up the jam! Skate & graff session à Châtelaine

DSC_0072.JPGUne quarantaine de graffeurs réunis à Châtelaine durant deux jours! Du jamais vu! Quel bonheur!
2 jours pour préparer ce grand raout du street art qui s’est tenu ce week-end au 79 avenue de Châtelaine à l’ancien garage Kawasaki voué à une démolition prochaine. Mic de LoopColors et le Musée du skateboard de Genève (Pulp68) ont organisé cette session sous le signe de l’éphémère en ayant pris les autorisations nécessaires pour graffer en toute légalité. La commune de Vernier, la DSC_9955.JPGpolice et les services en charge des bâtiments publics ont donné leur accord pour 48 heures de graffitis et de skate avant l’entrée des bulldozers. A partir du lundi 13 février le 79 avenue de Châtelaine va se transformer en chantier. Et c’est dommage! A cette adresse une vingtaine de graffeurs dont une graffeuse, Amikal ont laissé leur empreinte...pour 48 heures seulement! Ah ce maudit chantier! Il va priver les nombreux amoureux du street art à venir contempler les œuvres des artistes genevois et français parmi lesquels  ont peut citer: TEXAS, LORDZ ONER, AMK, JIMOX, DAB, CITRON, WORLD, SAVER, SYPE 31, GROCK, PADRI, SEVEN LAB, ESPRIT TZP, JESS, KANO, EASYONE, KOAS, NAGINI, AKOZ, STOL, WOZDAT...
Pour la postérité 47 photos et une vidéo restituent l’ambiance de cette session spécialement éphémère.

DSC_0037.JPG

DSC_0115.JPG

DSC_0041.JPG

DSC_0116.JPG

DSC_9894.JPG

DSC_9895.JPG

DSC_0046.JPG

DSC_0043.JPG

11111.jpg

DSC_9922.JPG

DSC_9956.JPG

DSC_9960.JPG

aaa.jpg

DSC_0065.JPG

DSC_0058.JPG

DSC_0120.JPG

DSC_0111.JPG

DSC_9962.JPG

DSC_9963.JPG

DSC_0034.JPG

DSC_9990.JPG

DSC_9987.JPG

DSC_9980.JPG

DSC_9996.JPG

DSC_9997.JPG

DSC_9983.JPG

DSC_9989.JPG

DSC_9993.JPG

DSC_0002.JPG

DSC_0007.JPG

DSC_000ss3.jpg

DSC_0020.JPG

DSC_0016.JPG

DSC_0010.JPG

DSC_0027.JPG

DSC_0028.JPG

DSC_0021.JPG

DSC_0033.JPG

DSC_9930.JPG

DSC_9931.JPG

DSC_9924.JPG

DSC_9927.JPG

DSC_9939.JPG

DSC_0122.JPG

DSC_0047.JPG

DSC_0055.JPG

DSC_0121.JPG

DSC_0074.JPG

 

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

08/02/2017

Graffiti: rencontre avec Amikal à l’occasion de la sortie du livre « Behind the wall »

3998958995.JPGLe graffiti reste l’enfant pauvre de l’édition en Suisse. Rares sont les livres qui traitent sur le street art helvétique. C’est pourquoi il faut saluer toutes entreprises qui tendent à encourager, à faire connaître et à vulgariser le graffiti genevois. En 2016, Joule de la Jonxion a publié à compte d’auteur un livre sur son œuvre, Amikal, une graffeuse au don certain lui emboite le pas en ce début d'année 2017 avec un livre qui fait office de carnet de croquis pour 11 artistes graffeurs. Et c’est l’occasion de faire le point avec elle en marge de la sortie de « Behind the wall » tiré à 250 exemplaires et dont le vernissage a eu lieu la semaine dernière à la galerie The Square.
 
-Comment t’es venu l’idée pour Sans titre2.jpgfaire ce livre?
Je trouve que les blackbooks représentent quelque chose de magique, non seulement on découvre un artiste de façon plus authentique (le mur c'est le show ou le hasard et l'impulsif est bien moins présent que dans le carnet de croquis) mais en plus la qualité des tracés y est bien plus spontanée et parfois moins crispée que sur les murs qui tentent de reproduire le croquis.


-Pourquoi ton choix s’est porté sur ces 10 artistes précisément ? Quel est le point commun que tu partages avec eux?

Il s'agit principalement de 10 artistes dont j'admire particulièrement le travail, nous avons probablement en commun une passion pour le graffiti qui s'exprime de différentes façons.


DSC01929.JPG-Les dessins qui sont publiés ont déjà été graffés sur des murs? Ou ce sont des graffitis en devenir?

Ils ont été spécialement réalisés pour ce livre? Je ne saurais le dire, chacun était assez libre de faire comme il l'entendait, il y a probablement des dessins qui sont déjà apparus sur des murs, certains ont été également produits pour le livre c'est d'ailleurs mon cas pour quelques pages, mais il n'y a pas de vraies raisons, j'aurais pu prendre uniquement des pages de livre de croquis.


-Qu’y a-t-il derrière le mur?

Nous, peut-être...


Sans titre3.jpg-Tu participes en tant que contributrice et éditrice comment tu as travaillé avec tes 10 collègues? Tu as fait des choix? Ou tu as donné carte blanche? Raconte-nous la genèse de ce livre.

Chacun a contribué financièrement au livre, les 10 ont couvert la moitié des frais d'impression et je me suis chargée du reste avec des fonds propres et en démarchant des sponsors. Les contraintes graphiques concernaient uniquement les deux premières pages, pour les 8 suivantes il n'y avait que la recommandation de ne pas trop mettre d'infographie pour rester au plus proche de l'esprit "carnet de croquis". C'était intéressant parce que j'ai eu la surprise des choix de chacun au moment de la reddition des travaux, mais aussi un peu stressant parce que je ne maîtrisais pas l'entier du processus et étais par conséquent tributaire des impulsions graphiques des participants. Je ne trouve pas facile de s'en remettre à des gens que l'on ne connait presque pas.


Sans titre5.jpg-A Genève, l’année dernière Joule de la Jonxion a publié un livre à compte d’auteur et en ce début d’année c’est ton tour. Comment expliquer la pauvreté éditoriale dans le domaine du graffiti à Genève alors que chez nos voisins français l’édition sur le street art est florissante? En France plusieurs livres de graffitis sont publiés chaque année sans parler de revues spécialisées vendues en kiosques.

Je pense qu'en Suisse on est encore très frileux au niveau du graffiti, souvent associé à tort à l'insécurité et la saleté, deux concepts que la Genève internationale cherche à tout prix à cacher à ses visiteurs fortunés. Il y a aussi un passé historique étroitement lié au graffiti en France, c'est dans ce pays que ce sont rendus beaucoup d'artistes qui ont importé le graffiti en Europe. Cela fait donc partie de la culture française. Au contraire, en Suisse, l'art ne se veut pas populaire et est souvent réservé à une élite fortunée, donc pas de place pour les graffeurs une fois de plus. Je présume qu'il y a encore une tonne d'autres raisons sociales, historiques et financières la question est en tout cas très intéressante.


Sans titre6.jpg-Grâce à une impression en Italie tu as pu proposer la vente de ce livre à un prix raisonnable de 15.- chf pour 115 pages tout en y insérant 3 pages de publicité. Est-ce le meilleur moyen de parler du graffiti made in Genève tout en gardant une trace pour l’histoire?

Ce n'est sans doute pas le meilleur, mais c'est un moyen (notre livre est du reste archivé à la Bibliothèque nationale) et puis un beau livre ça fait plaisir à feuilleter et ça va toucher des personnes qui n'iront pas forcément errer sur les terrains de jeu urbains des artistes. En ce qui concerne le prix, il s'explique aussi par le fait que le livre n'a pas été engendré dans une optique de profit mais à l'instar de notre art en extérieur, pour montrer ce que nous savons faire.


DSC01931.jpg-Suite au succès de cette belle aventure, y aura-t-il une suite maintenant qu’on sait ce qu’il y a derrière le mur?

Oui, mais cette fois-ci, on va regarder plus loin. Je peux déjà dire qu'il y aura quelques artistes du premier volume et d'autres provenant d'autres pays, certains graffeurs sont connus, d'autres moins mais tous ont en commun qu'ils font de très jolis dessins qui méritent d'être partagés.

Les 11 artistes qui ont participé à ce livre:

Wozdat

Moru

Grock

Doer

Amikal

Padkoi

Zcäpe

Sevenlab

Kornflex

TCK

Slamer

Pour prendre contact avec AMIKAL: http://amikal.xyz/

DSC01930.jpg

DSC01932.jpg

Sans titre 1.jpg

Sans titre4.jpg

Sans titre7.jpg

L'actualité du graffiti genevois ici

Et demain est un autre jour!

04/02/2017

Lundi 6 février : Une journée sans téléphone portable

telephone.pngLe lundi 6 février 2017, le monde célèbre les «17e journées mondiales sans téléphone portable & smartphone» et la «Journée internationale contre les mutilations génitales». La Tunisie, quant à elle, célèbre la «Journée nationale contre le terrorisme et l’assassinat politique»

Qui veut relever le défi? Y a-t-il une personne de par le monde capable de célébrer comme il se doit les «17e journées mondiales sans téléphone portable & smartphone»? Qui peut vivre 3 longues et interminables journées (6, 7 et 8 février) sans surfer, tchatcher, raconter sa vie ou écouter de la musique avec cet extraordinaire appareil multitâche qui est devenu indispensable pour rester connecté voire exister dans une société constamment à jour.

Cette addiction que nous avons pour les téléphones mobiles est pour le moment incurable mais rien ne nous empêche de se poser des questions et d’engager une réflexion sur le sujet.

Demain, ces mêmes téléphones intellPhil-Marso.jpgigents seront encore plus performants pour nous faciliter la vie tout en nous «fliquant» aussi davantage. 80 milliards d’objets connectés vont contrôler nos gestes en 2020 grâce à cet incontournable instrument qu’est le smartphone.

L’instigateur de ces 3 journées destinées aux accros du petit téléphone est Phil Marso, écrivain français de romans policiers. Il a consacré à ce sujet très vendeur plusieurs livres édités par sa propre société Mégacom-ik.

Vous n’avez toujours pas répondu. Êtes-vous prêts à éteindre durant 3 jours votre joujou de communication à travers lequel vous existez dans ce monde hyper connecté?

Phil Marso sait d’avance que la réponse sera négative. C’est pourquoi il a balisé le chemin avec cette initiative annuelle pour que vous puissiez mesurer le degré de votre addiction en essayant de vous déconnecter l’espace de quelques heures histoire de voir que le monde continue de tourner… sans subir le diktat du smartphone.

Vous ne pouvez pas car vous ne voulez pas rater une miette de connexion à votre journée du lundi 6 février.

SaChokri-Belaid-Mohamed-Brahmi.jpgchez, cependant, que vous pouvez célébrer, le même jour, la «Journée internationale contre les mutilations génitales» pour dénoncer cet acte horrible contre les femmes.

Pour la Tunisie, le lundi 6 février c’est la «Journée nationale contre le terrorisme et l’assassinat politique» initiée par les mouvements d’opposition, dont le Parti unifié des patriotes démocrates (Watad). C’est du moins ce qu’indique le site internet Journée mondiale qui comptabilise les journées mondiales fruits la plus part du temps d’initiatives citoyennes.
Faut-il rappeler qu’en ce jour-là de l’année 2013, l’ex-secrétaire général du Watad, Chokri Belaïd, avait été assassiné, par des extrémistes religieux ?

Article paru dans Kapitalis le 4 février 2017

Et demain est un autre jour!

31/01/2017

Deux semaines sur Instragram (17 et 18)

1AAA.jpg

1b.jpg

A.png

La production de Planète photos sur Instragram ici

Et demain est un autre jour!

11:07 Écrit par Haykel dans Instragram | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : instragram, instragram haykel ezzeddine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/01/2017

Genève autour de l’eau: Glace et verglas pour un spectacle éphémère

DSC_9773.JPGOn est loin du Lac de Joux qui s’est transformé en patinoire géante mais la bise et le froid ont façonné les 2 rives de la rade pour un spectacle grandiose. La jetée menant au Jet d’eau est devenue glissante empêchant ainsi le symbole de Genève de s’élancer vers le ciel. Le débarcadère de la CGN aux Eaux-Vives comme du côté de la Perle du Lac sur le chemin du Jardin botanique le sol hyper glissant rappellent les conditions météo de ces derniers jours. Avec le redoux qui a déjà commencé samedi et se prolongera la semaine prochaine s’est fini le spectacle éphémère prisé par les photographes et autres promeneurs. Retour en photos sur ce classique qui embellie presque toutes les années la belle Genève.

PS: 177 photos prises vendredi 27 janvier 2017

DSC_9352.JPG

DSC_9355.JPG

DSC_9361.JPG

Sans titre.jpg

DSC_9362.JPG

DSC_9363.JPG

DSC_9364.JPG

DSC_9365.JPG

DSC_9370.JPG

DSC_9380.JPG

DSC_9371.JPG

DSC_9376.JPG

DSC_9375.JPG

DSC_9382.JPG

DSC_9391.JPG

DSC_9390.JPG

DSC_9411.JPG

DSC_9412.JPG

DSC_9423.JPG

DSC_9424.JPG

DSC_9426.JPG

DSC_9429.JPG

DSC_9430.JPG

DSC_9432.JPG

DSC_9433.JPG

DSC_9434.JPG

DSC_9436.JPG

DSC_9440.JPG

DSC_9443.JPG

DSC_9447.JPG

DSC_9450.JPG

DSC_9453.JPG

Sans titree.jpg

DSC_9445.JPG

DSC_9452.JPG

DSC_9454.JPG

DSC_9455.JPG

DSC_9456.JPG

DSC_9462.JPG

DSC_9466.JPG

DSC_9467.JPG

DSC_9469.JPG

DSC_9470.JPG

DSC_9463.JPG

DSC_9472.JPG

DSC_9458.JPG

DSC_9476.JPG

DSC_9486.JPG

DSC_9490.JPG

DSC_9491.JPG

DSC_9497.JPG

DSC_9499.JPG

DSC_9503.JPG

DSC_9570.JPG

DSC_9515.JPG

DSC_9524.JPG

DSC_9526.JPG

DSC_9557.JPG

DSC_9568.JPG

DSC_9569.JPG

DSC_9520.JPG

DSC_9570.JPG

DSC_9578.JPG

DSC_9575.JPG

DSC_9576.JPG

DSC_9514.JPG

DSC_9478.JPG

DSC_9479.JPG

DSC_9482.JPG

DSC_9485.JPG

DSC_9483.JPG

DSC_9488.JPG

DSC_9489.JPG

DSC_9498.JPG

DSC_9500.JPG

DSC_9505.JPG

DSC_9509.JPG

DSC_9510.JPG

DSC_9513.JPG

DSC_9516.JPG

DSC_9519.JPG

DSC_9521.JPG

DSC_9523.JPG

DSC_9527.JPG

DSC_9530.JPG

DSC_9536.JPG

DSC_9539.JPG

DSC_9540.JPG

DSC_9541.JPG

DSC_9543.JPG

DSC_9544.JPG

DSC_9564.JPG

DSC_9534.JPG

DSC_9529.JPG

DSC_9537.JPG

DSC_9550.JPG

DSC_9538.JPG

DSC_9581.JPG

DSC_9582.JPG

DSC_9587.JPG

DSC_9591.JPG

DSC_9594.JPG

DSC_9612.JPG

DSC_9602.JPG

DSC_9609.JPG

DSC_9613.JPG

DSC_9618.JPG

DSC_9623.JPG

DSC_9630.JPG

DSC_9632.JPG

DSC_9633.JPG

DSC_9637.JPG

DSC_9639.JPG

DSC_9648.JPG

DSC_9635.JPG

DSC_9642.JPG

DSC_9645.JPG

DSC_9658.JPG

DSC_9660.JPG

DSC_9661.JPG

DSC_9671.JPG

DSC_9677.JPG

DSC_9681.JPG

DSC_9686.JPG

DSC_9690.JPG

DSC_9692.JPG

DSC_9705.JPG

DSC_9706.JPG

DSC_9697.JPG

DSC_9698.JPG

DSC_9699.JPG

DSC_9701.JPG

DSC_9702.JPG

DSC_9707.JPG

DSC_9709.JPG

DSC_9710.JPG

DSC_9713.JPG

DSC_9715.JPG

Sans titre5.jpg

DSC_9717.JPG

DSC_9718.JPG

DSC_9719.JPG

DSC_9722.JPG

DSC_9723.JPG

DSC_9728.JPG

DSC_9743.JPG

DSC_9748.JPG

DSC_9766.JPG

DSC_9759.JPG

DSC_9762.JPG

DSC_9848.JPG

DSC_9768.JPG

DSC_9770.JPG

DSC_9771.JPG

DSC_9772.JPG

DSC_9779.JPG

DSC_9783.JPG

DSC_9785.JPG

DSC_9787.JPG

DSC_9795.JPG

DSC_9797.JPG

DSC_9802.JPG

DSC_9843.JPG

DSC_9804.JPG

DSC_9808.JPG

DSC_9810.JPG

DSC_9814.JPG

DSC_9815.JPG

DSC_9821.JPG

DSC_9824.JPG

DSC_9838.JPG

DSC_9831.JPG

DSC_9834.JPG

DSC_9839.JPG

DSC_9844.JPG

DSC_9859.JPG

Et demain est un autre jour!

19/01/2017

Photo: Vernissage de « One shot 300 DPI »

Sans titre-2.jpgVernissage ce soir à la galerie « Regards croisés » de l’exposition photos « One shot 300 DPI » par le photographe kurde Karwan Abdulkarim. Pour sa première exposition à Genève Karwan a réussi le double exploit de drainer de nombreux passionnés de la photo et de vendre plusieurs de ses œuvres en l’espace de 2 heures.
exposition photos,expositions photographique à genève,galerie regards croisés,karwan,karwan abdulkarimLa beauté de sa production sur Genève et à couper le souffle. Genève en noir et blanc avec un temps de pose très long ça donne une ambiance féérique on dirait que le temps a suspendu son vol.
Je vous invite vivement à aller admirer Genève sous l’objectif de Karwan ça vaut vraiment le déplacement. Cette première exposition de l’année pour la dynamique galerie « Regards croisés » qui se trouve au 108B rue de Carouge se tient jusqu’au 10 mars 2017. Les horaires: du lundi au vendredi de 7h45 à 12h00 et de 13h00 à 17h45. Samedi et dimanche la galerie est fermée.

DSC_9324aaaaaaaaa.jpg

DSC_9334aaaaaaaaa.jpg

DSC_9335sssssaaaaaaaaa.jpg

DSC_9333aaaaaaaaa.jpg

DSC_9337aaaaaaaaa.jpg

Sans titre-1aaaaaaaaa.jpg

DSC_9347aaaaaaaaa.jpg

Et demain est un autre jour!

18/01/2017

Une semaine sur Instragram (16)

1A.jpg

3B.jpg

2B.jpg

La production de Planète photos sur Instragram ici

Et demain est un autre jour!

22:58 Écrit par Haykel dans Instragram | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : instragram, instragram haykel ezzeddine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/01/2017

Photo: Karwan raconte Genève en 300DPI

DSC_4773.JPGA la galerie d’art « Espace Regards Croisés » au 108b, rue de Carouge, les expositions photos se succèdent à un rythme bien soutenu. La prochaine exopisition aura lieu du 19 janvier au 10 mars 2017 avec le photographe de talent Karwan Abdulkarim qui vit à Genève depuis 11 ans.
Tous ceux qui connaissent Karwan, moi en premier ne pourront que vanter les mérites de l’homme, sa générosité et son art. Toujours disponible et de bon conseil, ce kurde passionné par la photo connait son sujet sur les bouts des doigts. Il répond à toutes les sollicitations sans hésiter et avec dextérité aussi bien sur les appareils photos toutes marques confondues  que sur le logiciel Photoshop. Rien ne lui échappe même l’infiniment petit. Karwan est perfectionniste et chaque photo prise par ses soins est un chef d’oeuvre. Vitesse du vent, lumière, Sans titre.jpgchoix de la focale, temps de pose, angle de la prise de vue...tout passe au crible avant de déclencher l’appareil photo. Passionné par la photographie et par sa ville d’adoption, Karwan a sillonné la cité de Calvin et a choisi une série de photos pour cette exposition: « One shot-300DPI ». Un choix difficile tellement sa base de données est impressionnante. Karwan invite tous les amoureux de la photo et de Genève au vernissage de sa première exposition genevoise ce jeudi 19 janvier de 18h30 à 20h30.

Sans titre-2.jpgEt demain est un autre jour!   

11/01/2017

Une semaine sur Instragram (15)

A.jpg

Sans titreB.jpg

Sans titre C.jpg

La production de Planète photos sur Instragram ici

Et demain est un autre jour!

19:24 Écrit par Haykel dans Instragram | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : instragram, instragram haykel ezzeddine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook