26/10/2010

La famille

Le sens de la famille


Sans titre-1.jpgAvoir le sens de la famille, c’est rare. Difficile à l’assumer et à le conserver! Surtout quand on est un handicapé. Une histoire véridique où les rôles sont inversés. Et par la force des choses et la nature du vécu...la progéniture se transforme en tutrice. La mère atteinte de la maladie d’Alzheimer, le père croule sous le poids du surpoids. Deux êtres chers difficiles à entretenir avec un handicap physique. Mais quand on est un enfant unique on n’a pas trop le choix. Et c’est ainsi que notre ami, un quadragénaire à la beauté exquise et à la générosité indéniable s’est mis en tête que ses parents qui l’ont supporté avec son handicap pendant la première partie de sa vie a un devoir éternel envers eux pour leur rendre un peu de leur disponibilité d’autrefois.
Ses journées sont chronométrées. Il fait fit de son infirmité éternelle et fait avec pour soulever le poids des charges quotidiennes. Il se lève à 5h00 du matin avec le chant du coq et se couche à 23h30 juste après le dernier téléjournal de la soirée. C’est imagé tout cela, oublions le gallinacé. Il faut bien un repère pour se réveiller et un autre pour mettre fin à toutes les corvées quotidiennes. Quelle corvée? Entretenir ses parents, sa seule famille est plutôt un devoir. Chaque jour, dans l’ordre il aide ses parents à prendre leur douche, puis prend la sienne. Il les installe confortablement au salon, met à leur disposition tout dont ils ont besoin  pendant son absence, s’en va pour faire les courses, revient, prépare le petit déjeuner, lave la vaisselle, va travailler, revient pour préparer le déjeuner, déjeune , fait la vaisselle, repart travailler, revient à la maison, se repose un moment, prépare le dîner, fait la vaisselle, aide ses parents pour leur toilette, regarde le dernier téléjournal du soir et va se coucher. Cela dure maintenant depuis 23 ans avec quelques variantes. Je l’ai rencontré dernièrement et je lui ai posé la question bête et très ordinaire comment ça va?
Il m’a répondu que son handicap physique l’empêche de s’occuper davantage de ses parents et que cet état le rend malheureux dans l’exercice quotidien du sens familial.

Haykel Ezzeddine

(illustration: © Pelz - Fotolia.com)

Texte paru dans le blog collectif du 23 octobre. Pour lire la contribution de John Goetelen, Robert Conrad et Danièle Bianchi, appuyez ici

23:33 Écrit par Haykel dans blog,blogueur,blogueuse, Fiction | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : la famille | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook