14/05/2011

La ville est à vous à Plainpalais

DSC01904.JPG
DSC01907.JPG
DSC01908.JPG
DSC01911.JPG
DSC01913.JPG
DSC01925.JPG
DSC01961.JPG

Et des pompiers à l'œuvre dans la même rue pour un de cave:
Photos: Memet Asker
Et demain est un autre jour!

17:55 Écrit par Haykel dans genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la ville est à vous plainpalais | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/05/2011

Un parapluie pour la Conseillère Michèle Künzler!

Parapluie.jpg
Jeudi vers 14h15 un peu avant le déluge
1.jpg
2.jpg
Et demain est un autre jour!

11/05/2011

A la rencontre de la communauté portugaise. Portrait de Fátima Velluz

Quatrième contribution de Gabriela de Albuquerque(*). Après le portrait de João Roque, une synthèse sur la révolution des œillets et la couverture de la fête de la célébration du cinquantième anniversaire de la révolution portugaise, place maintenant à un autre portrait sur Fátima Velluz, un personnage haut en couleur bien connu du quartier de la Gare routière à Genève.


Fátima Velluz
Sans titre2.jpgQuando veio de Portugal a Genève para passar duas semanas com o marido, Fátima não podia imaginar as alterações que estavam prestes a mudar a sua vida. Fátima não regressou a Pousada de Saramagos, a aldeia onde vivia. Trabalhando na restauração e nas limpezas, afastada da filha por cinco anos, Fátima lutou com determinação até conseguir realizar o seu sonho : ser dona do seu próprio negócio. O breve resumo da vida de uma vencedora.

Nascida numa família numerosa, Fátima viveu até aos 18 anos em Requião, pequena aldeia do concelho de Vila Nova de Famalição, quando o pai, por diferendos políticos com um superior, abandona o cargo de Guarda Florestal e muda-se, com a mulher e os 11 filhos para Vermoim. O pai, apesar dos graves problemas pulmonares, empregou-se como operério fabril.
Aos 11 anos de idade, e após concluir o quarto ano do ciclo primário, Fátima foi trabalhar para casa do médico da aldeia, doutor Joaquim Alves. A mãe acreditava que, trabalhando com pessoas tão distintas, a filha teria melhores oportunidades na vida. Com tão tenra idade, Fátima ficou responsável pelos recados da casa e pequenas compras, mas aos poucos, tornou-se na pessoa de confiança do médico e da esposa. Aos 17 anos, com autorização do médico, foi para o Porto, trabalhar em casa do filho mais velho, mas rapidamente regressou para Requião, para casa da família Alves. Insatisfeita com o trabalho doméstico, Fátima pediu ao doutor Joaquim que lhe fizesse o exame médico, do qual dependia a sua admissão na fábrica Riopele. Inicialmente relutante, o médico acabou por ceder às pressões da sua pupila, passando-lhe o atestado de saúde, garantindo assim a sua admissão, mas impondo condições. Acreditando que as fábricas só formavam mulheres de moral duvidosa, Joaquim Alves certificou-se que Fátima apenas trabalharia num departamento onde só houvesse mulheres e impôs que dormisse todos, fosse dormir a sua casa. Com um desvelo paternal por Fátima, o médico e a esposa zelavam pela sua educação religiosa e também pela sua reputação. Fátima nem podia falar com rapazes ! Durante cerca de quatro meses, conseguiu conciliar o trabalho diurno na fábrica com a vigilância nocturna ao casal Alves, entretanto, já idoso. Após esse período, cansada do trabalho fabril e sem tempo para descansar, para atender às necessidades cada vez mais exigentes do casal de idosos, Fátima regressou a casa dos pais. Inconformados com a partida da protegida, Joaquim Alves e a esposa deserdaram-na e durante alguns meses recusaram-se a dirigir-lhe a palavra. Apesar de terem reatado os laços, Fátima não voltou a ser incluída no testamento.
Aos 22 anos e ainda a trabalhar na mesma fábrica têxtil, deixa a casa dos pais para casar.
A nova vida tem início em Pousada de Saramagos onde, dois anos depois, nasce a sua única filha. Quatro anos passados, o marido de Fátima recebe uma proposta de trabalho e parte para Genève, deixando a família em Portugal. No ano seguinte,  Fátima e a filha, então com cinco anos, partem numa viagem de mais de 25 anos, com destino a Genève, ao encontro do marido, a fim de usufruirem de duas semanas de férias.
2011-04-21_16-36-58.jpgE assim a vida de Fátima muda completamente. Em 15 dias, sem procurar, encontrou  trabalho e com o primeiro ordenado, 1.100chf, comprou um bilhete de avião para a filha, que regressou a Portugal e ficando entregue aos cuidados da ama durante cinco anos e meio. Apesar de estarem todos juntos nas férias de Verão e de Natal, Fátima ansiava por obter o permis B, pois só assim conseguiria trazer a filha para junto de si.
Durante 5 anos trabalhou arduamente no mesmo restaurante. Fátima recorda, com alguma tristeza esses tempos difícieis. Em 1985, por exemplo, na grande neve que quase bloqueou Genève, era obrigada a deixar a sua casa em Meryn para trabalhar no restaurante, no Paquis. Tão logo obteve o permis B, trouxe a filha, que rapidamente se adaptou à nova vida e mudou de trabalho. Sempre na área da restauração, foi trabalhar para o bar Capricorn, na Rue de la Servette ;  era concièrge a femme de menáge. O ordenado do bar eram 1000chf, o aluguel  1400chf mas, como concierge, a régie deduzia 500chf. As restantes despesas eram suportadas com o trabalho de menage. Mas o objectivo era juntar dinheiro e regressar para Portugal. Definitivamente.
Após 10 anos de vida em Genève, com todas as dificuldades para ajudar no sustento da família e trabalhando sem parar, Fátima enfrentou ainda o processo do divórcio. Sozinha, com uma filha menor e cansada de trabalhar por conta de outrem, decidiu que era hora de investir no seu próprio negócio. Através de um conhecido seu, soube de um café que estava à venda. Telefonou de imediato ao proprietário, expôs-lhe a sua intenção e marcou uma reunião para o final da tarde. Nesse mesmo dia, no seu local de trabalho, Fátima foi abordada por um desconhecido que lhe disse: hoje é o seu dia de sorte. Com a simpatia que lhe é característica, Fátima atendeu o estranho, sem fazer grande caso das suas palavras.
Ao final da tarde, conforme combinado, dirigiu-se para a reunião e qual não foi o seu espanto quando foi recebida pelo estranho de horas atrás. O proprietário do  estabelecimento que ela tencionava adquirir for ao seu local de trabalho, para a observar. E confiou no que viu. Quatro horas se passaram desde o primeiro telefonema até à conclusão do negócio. Fátima realizava assim o seu sonho !
Há dez anos que Fátima é proprietária do "Buffet Express", o café-restaurante mais pequeno de Genève. E talvez o mais simpático. Com cinco bancos no interior, e quatro mesas na esplanda, o pequeno café oferece um cardápio adaptado ao gosto de clientes portugueses e suiços e apresenta uma decoração sui-generis: as paredes do interior estão forradas com notas de todo o mundo. Mas o que mais cativa neste pequeno café, é a simpatia de Fátima. A prova disso são alguns clientes que a seguem há 20 anos !
Longo e árduo foi o percurso desta Senhora do Norte, mas a coragem e a determinação com que lutou fizeram dela uma vencedora. Em 1992, Fátima voltou a casar com Christian, ajuda indispensável na gestão do Buffet-Express. A  filha tem agora 35 anos, é mãe de uma menina de 4 anos. E é  essa a razão pela qual Fátima não pensa regressar a Portugal. Preocupa-se com o seu país, mantém-se informada sobre tudo que lá acontece, mas a sua vida é, definitivamente, em Genève.
E valeu a pena ?, pergunto-lhe eu. A resposta está no brilho dos seus olhos, quando sorri, antes de dizer: « Claro que sim ! Se assim não fosse, nunca teria conhecido o homem maravilhoso com quem casei… »

“Tudo vale a pena quando se alma não é pequena.” (in Mensagem, Fernando Pessoa)

Photos et texte: Gabriela De Albuquerque pour PLANETE PHOTOS

============================================================================================

Version en Français

Fátima Velluz
«Aujourd'hui est votre jour de chance »
Un destin, une vie, un sourire, une volonté

Sans titre.jpgNée dans une famille nombreuse, Fátima a vécu jusqu'à l'âge de 18 ans dans le petit village de Requião, qui dépend de la municipalité de Vila Nova de Famalicão. Son père a dû quitter son emploi de garde forestier pour des raisons politiques et a emménagé avec sa femme et leurs 11 enfants à Vermoim. En dépit de problèmes pulmonaires graves, il a été embauché comme opérateur d'usine.
A 11 ans, et après avoir terminé la quatrième année de l'enseignement primaire, Fatima est allée travailler au service de la maison du médecin du village, le Dr Joaquim Alves. Sa mère a en effet pensé qu'en travaillant avec des gens si différents, la jeune fille aurait de meilleures chances. Si jeune, Fatima a déjà un sens des responsabilités. Elle fait d’abord les commissions de la maison et les petits achats, mais peu à peu, elle devient la personne de confiance du médecin et sa femme. A 17 ans, avec la permission de Joaquim Alves, elle se rend à Porto pour travailler au service du fils aîné du médecin, mais elle reviendra rapidement au Requião, la maison de la famille Alves.
Les travaux ménagers ne sont pour elle qu’une étape. Fatima a demandé au Dr Joaquim de lui faire un examen médical, indispensable pour travailler en usine. Initialement réticent, le médecin cède aux pressions et lui délivre le fameux sésame… sous certaines conditions. Fatima travaillera dans un service où ne sont présentes que des femmes et elle dormira tous les jours dans la maison familiale du docteur. Docteur Alves croyait en effet que les usines ne formaient que des femmes de morale douteuse ! Avec un dévouement paternel à Fatima, le médecin et sa femme s'occupaient de son éducation religieuse autant que de sa réputation. Fatima ne pouvait pas parler aux garçons! Pendant quelques mois, elle a réussi à combiner journée de travail à l'usine et surveillance de nuit du couple Alves déjà âgé. Mais la fatigue comme les exigences l’obligent à mettre un terme à cette situation. Fatima retourne chez ses parents. Joaquim Alves et son épouse ne pardonnent pas, et refusent de lui parler, même si les relations reprennent tant bien que mal avec le temps. Mais ce n’est plus pareil et Fatima ne sera pas incluse dans le testament.
A 22 ans, alors qu’elle travaille toujours dans la même usine de textile, elle quitte le domicile parental pour se marier. Une nouvelle vie commence à la Pousada de Saramago, où, deux ans plus tard, naît la seule fille de Fatima. Quatre ans plus tard, le mari reçoit une offre d'emploi et se déplace à Genève, laissant sa famille au Portugal. Un an plus tard, Fatima et sa fille de 5 ans viennent en Suisse en bus, pour profiter de 15 jours de vacances.
Fatima a compris que sa vie allait changer complètement. En 15 jours, sans vraiment chercher, elle trouve un  travail. Avec le premier chèque de sa paye, 1.100.- Chf., elle achète un billet d'avion pour sa fille, retournée au Portugal chez la nourrice. Se contenter de voir sa fille durant les vacances d'été et de Noël, est une bien maigre consolation. Fatima a compris que sans le permis B, sa fille ne pourrait vivre avec elle.
Pendant cinq ans, elle a travaillé dur dans le même restaurant. Fatima se souvient de 1985, lors de la « grande neige » qui a bloqué  Genève. Pas facile de quitter son domicile à Meyrin, pour travailler dans un restaurant aux Pâquis.
Avec son salaire de 1000.- Chf. Fatima ne pouvait même pas payer son loyers qui tourne autour de 1400.- chf. Heureusement elle touche 500.- de sa régie pour son travail de concièrgerie. Et pour pouvoir terminer le mois elle fait des travaux de ménage. Le but étant de gagner suffisamment d’argent pour retourner définitivement au Portugal!
2011-04-21_16-29-51.jpgAprès 10 ans de vie à Genève et de travail sans relâche, Fatima a été confrontée à la procédure de divorce. Elle ne baisse pas les bras. Au contraire. Seule, avec une fille mineure et fatiguée de travailler pour les autres, elle décide de créer sa propre entreprise. Grâce à une connaissance, elle a trouvé un café à vendre. Elle téléphone immédiatement au propriétaire, lui expose son intention. Rendez-vous est pris pour la fin d’après-midi. Ce même jour, sur son lieu de travail, Fatima a été approchée par un inconnu qui lui dit: aujourd'hui est votre jour de chance! Avec la sympathie et la bonne humeur qui la caractérisent, Fatima a servi l’homme inconnu, sans faire grand cas de ses paroles.
Mais elle se rend comme prévu au rendez-vous. Surprise, l’inconnu est en face d’elle. C’est le propriétaire de l’établissement qu'elle a l'intention d'acheter. Il était venu l’observer. Il s’est passé quatre heures entre le premier appel téléphonique et la transaction. Fatima a réalisé son rêve!
Voilà dix ans que Fatima est propriétaire du « Buffet Express », rue Ami-Lévrier, certainement le café-restaurant le plus petit de Genève. Endroit sympathique aux nombreux clients fidèles.  Avec cinq places à l'intérieur et quatre tables sur le trotoire, le petit café offre un menu adapté aux clients portugais et suisses. Les murs intérieurs sont recouverts de notes et de cartes postales du monde entier. Mais ce qui séduit avant tout, c’est la joie de vivre de Fatima qui ne pense qu’au bonheur de ses clients. La preuve, ils la suivent depuis 20 ans!
Long et difficile le chemin de Fatima ? Sans aucun doute. Mais le courage et la détermination avec laquelle elle a lutté font d'elle une gagnante. En 1992, Fatima a épousé Christian, équilibre indispensable, y compris pour la gestion de Buffet-Express. Sa fille est maintenant âgée de 35 ans, elle est mère d'une charmante fillette de 4 ans. Fatima ne pense plus à son retour au Portugal. Elle se soucie de son pays, se tient informé de tout ce qui se passe là-bas, mais sa vie est définitivement à Genève.
Cela vaut-il la peine, lui ai-je demandé ? La réponse se lit dans la lueur de ses yeux quand elle sourit, avant de répondre: «Absolument! Si ce n'était pas le cas, je n'aurais jamais rencontré cet homme merveilleux avec lequel je me suis mariée ...  "
« Tout vaut la peine si l'âme n'est pas petite » (in Mensagem, Fernando Pessoa)


Photos et texte: Gabriela De Albuquerque pour PLANETE PHOTOS

33493_429734673307_598748307_4891380_2342778_n.jpg(*)Gabriela De Albuquerque en quelques lignes:
Née en Angola il y a 44 ans, Gabriela De Albuquerque est Portugaise. Passionnée par l’information, elle est diplômée de l’Ecole de Journalisme et Communication de Portalegre, cette ville portugaise magnifique, comme une terrasse sur l’Alentejo.
Gabriela aime lire, écrire, cuisiner, se promener. Elle nous propose un rendez-vous hebdomadaire. Elle a rencontré des Portugais de Genève. Ils ont accepté de se confier, de parler de leur vie, de leurs passions, de leurs liens avec le pays natal. Ils couvrent tous les milieux sociaux et professionnels. Ce sont des tranches de vie que Gabriela nous raconte. A déguster avec passion !

Et demain est un autre jour!

07/05/2011

Le déjeuner sur le lac!

20110505_6632-ssssss1111.jpg
20110505_6666-ssssss1111.jpg
Sans titre.jpg
Sans titre 2-ssssss1111.jpg
Sans titre 4-ssssss1111.jpg
Sans titre6-ssssss1111.jpg
Sans titre9-ssssss1111.jpg
Sans titre10.jpg
Sans titre11-ssssss1111.jpg
Sans titre12.jpg
Sans titre13-ssssss1111.jpg
Sans titre15-ssssss1111.jpg

Entre le Quai du Mont-Blanc et le Quai des Bergues jeudi 5 mai vers 11h30
Et demain est un autre jour!

16:53 Écrit par Haykel dans genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : genève, lac léman | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/05/2011

Un peu après minuit!

AAAAAA-ssssss1111.jpg
Dans la nuit de jeudi à vendredi. Place des 22 Cantons!
Et demain est un autre jour!

13:54 Écrit par Haykel dans genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dans les rues de genève | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/05/2011

La photo du jour: couper ses ongles dans un tram!

photo 2-sssssssss.jpg

D'autres photos du jour ici

Et demain est un autre jour!

21:00 Écrit par Haykel dans Genève, genève,les rues de genève, La photo du jour | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/05/2011

Mendiant

Mendiant-ssssss1111.jpg
Photo prise lundi 2 mai du côté de la gare routière
Et demain est un autre jour!

16:58 Écrit par Haykel dans genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mendiant genève | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/05/2011

Tour de Romandie

65ème édition du Tour de romandie, dimanche 1er mai 2011. Photos Memet Asker et Alain Bossu pour PLANETE PHOTOS

Sans titre-3.jpg
Sans titre-5.jpg
P1170778-ssssss1111.jpg
P1170779-ssssss1111.jpg
P1170781-ssssss1111.jpg
P1170783-ssssss1111.jpg
P1170787-ssssss1111.jpg
DSC_1390-ssssss1111.jpg
DSC_1401-ssssss1111.jpg
DSC_1374-ssssss1111.jpg
P1170793-ssssss1111.jpg
P1170794-ssssss1111.jpg
P1170797-ssssss1111.jpg
P1170819-ssssss1111.jpg
Et demain est un autre jour!

15:16 Écrit par Haykel dans genève,les rues de genève, Sports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tour de romandie 2011 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/04/2011

Accident grave au Boulevard James Fazy

Heure: 14h00. Une voiture renverse une piétonne. Sur place pendant une demi-heure: une ambulance, une voiture cardio mobile et 4 véhicules de gendarmes.

20110428_6541-ssssss1111.jpg
Sans titre-ssssss1111.jpg
IMGP4648-ssssss1111.jpg
IMGP4659-ssssss1111.jpg
IMGP4663-ssssss1111.jpg
20110428_6549-ssssss1111.jpg
IMGP4668-ssssss1111.jpg
DSC00294-ssssss1111.jpg
343168865.jpg
IMGP4670-ssssss1111.jpg
IMGP4680-ssssss1111.jpg
DSC00295-ssssss1111.jpg
DSC00296-ssssss1111.jpg
DSC00297-ssssss1111.jpg
DSC00298-ssssss1111.jpg
Et demain est un autre jour!

15:00 Écrit par Haykel dans genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : accident bv james fazy | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/04/2011

Manifestation contre le génocide arménien

Date: dimanche 24 avril, Lieu: Quai Wilson, nombre de manifestants: une centaine de personnes.

P1170642-ssssss1111.jpg
P1170643-ssssss1111.jpg
P1170644-ssssss1111.jpg
P1170650-ssssss1111.jpg
P1170655-ssssss1111.jpg
P1170656-ssssss1111.jpg
P1170645-ssssss1111.jpg
P1170657-ssssss1111.jpg
P1170665-ssssss1111.jpg
P1170666-ssssss1111.jpg
P1170677-ssssss1111.jpg
Sans titre-ssssss1111.jpg
Sans titre3-ssssss1111.jpg
Sans titre4-ssssss1111.jpg
P1170639-ssssss1111.jpg
A lire la note de mon ami Pascal Holenweg

Photos: Memet Asker pour PLANETE PHOTOS
Et demain est un autre jour!

23/04/2011

Pas de crise pour les produits de luxe!

Rolex blog-ssssss1111.jpg
Photo prise mardi 19 avril à la Place Longemalle peu avant 11h00
Et demain est un autre jour!

18:55 Écrit par Haykel dans genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : genève | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/04/2011

Encore un accident!

DSC00172-ssssss1111.jpg
DSC00174-ssssss1111.jpg
DSC00183-ssssss1111.jpg
Aujourd'hui vers 15h30 à la sortie du parking du Mont-Blanc pas loin de l'Horloge fleurie. Accident entre 2 voitures. Sur place 2 véhicules de police et une ambulance.
Il y a des journées comme ça!

Et demain est un autre jour!

16:30 Écrit par Haykel dans Genève, genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : accident pont du mont blanc | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Accident sans gravité!

20110420_6516-ssssss1111.jpg
20110420_6518-ssssss1111.jpg
20110420_6519-ssssss1111.jpg
20110420_6520-ssssss1111.jpg
Place des 22 Cantons, vers 11h00. Accident sans gravité, juste de la tôle froissée.
Et demain est un autre jour!

11:19 Écrit par Haykel dans genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : accident | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/04/2011

Pas de répit pour les électeurs!

Moins de 24h00 des élections administratives d’autres affiches font leur apparition en Ville de Genève. Il s’agit des votations du 15 mai prochain. Un petit tour d’horizon sur ce qui nous attend pour les prochains jours. Pas de répit pour les électeurs!

DSC00144-ssssss1111.jpg
DSC00145-ssssss1111.jpg
DSC00146-ssssss1111.jpg
DSC00147-ssssss1111.jpg
DSC00148-ssssss1111.jpg
DSC00149-ssssss1111.jpg
DSC00150-ssssss1111.jpg
DSC00151-ssssss1111.jpg
DSC00152-ssssss1111.jpg
DSC00153-ssssss1111.jpg
Photos prises lundi 18 avril
Et demain est un jour!

Travaux de nuit!

Sans titre-1-ssssss1111.jpg
Sans titre-2-ssssss1111.jpg
Photos prises à 1h00 du matin angle Rue de la Servette-Boulevard James Fazy
Une dizaine de travailleurs, plusieurs camions et grues dans le cadre des travaux du tram Cornavin-Onex-Bernex TCOB
En rapport avec cette note: "Des arbres en moins"
Et demain est un autre jour!

01:10 Écrit par Haykel dans genève,les rues de genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tcob | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook