Coronavirus : Journal d'un confiné

Imprimer

TFS.jpgDe deux choses l’une : à la fin du confinement je serai plus intelligent et inspiré par mes lectures et je publie un livre sur mon isolement social ou au contraire, abruti par des centaines d’heures passées sur les réseaux sociaux je pars en vacances respirer l’air pollué sur une plage toute aussi polluée par le plastique et par des touristes bruyants et frustrés par l’enfermement planétaire pour cause sanitaire et préventive ? J’habite un 3 pièces, je n’ai jamais compris pourquoi la cuisine compte comme une pièce donc sachant compter je dirai que je loge dans un vrai 2 pièces. Un appartement, dans un quartier animé par des jeunes qui mettent souvent le feu au local des poubelles pour narguer la police et attirer les pompiers. Le tintamarre des sirènes ils DSC_8366.JPGaiment ça ! On ne s’ennuie jamais à Thônex ! Ce n’est pas le Bronx ni les Pâquis. Quoi que sur le bail que j’ai signé en 2018 l’article 86.1 de ma régie stipule que mon quartier est notoirement fréquenté par des péripatéticiennes et leurs clients, ainsi que par des personnes vendant et/ou consommant des stupéfiants. Je l’avoue il m’est arrivé plusieurs fois de boucler mes 10’000 pas de la journée en faisant un tour avant de rentrer. Comme un sacerdoce, je me fais sienne le respect des 10’000 pas quotidiens même si je dois tricher et garder mon smartphone en faisant la vaisselle, le compteur continue de tourner pour atteindre l’objectif que mon téléphone à fixer pour moi ! Ni belle de nuit, ni belle du jour ni même l’ombre d’un petit dealer ou un consommateur de matière illicite n’ont croisé le chemin de mes 10’000 pas.
Revenons à mon appartement, il fait 52 m2, notez la précision suisse, je n’ai aucun mérite, je ne l’ai pas84053878_10158099524321796_3617267734963814400_o.jpg mesuré c’est sur le bail. Je peux vous dire que je connais maintenant ces moindres recoins, toutes ces imperfections et bien sûr ces qualités. Je peux même les yeux fermés dessiner le plan de ma maison en 3 D, y compris les embûches dressées par ma chatte turbulente qui semble exaspéré par ma présence et celle de mon épouse. Elle miaule en s’adressant à moi. Elle me fixe même, peut-être elle se questionne si elle va continuer à manger à satiété vu qu’on squatte son espace vital toute la journée et qu'on ne sort plus ou presque du logis.
J’ai lu et relu tous les livres de ma petite bibliothèque, souvenez-vous 52 m2 au total. J’ai regardé Netflix, toute la série de James Bond, d’Amicalement vôtre, du Saint, du Fugitif, de la Casa de papel...J’ai fait le tour de la toile et de mes 52m2 et maintenant je tourne en rond comme un lion dans sa cage.
Chez le marchand de journaux un écriteau indique « un seul client à la fois ». Vu la queue qui se forme devant son commerce impossible de faire son choix une fois à l’intérieur. Avant d’entrer il faut une liste définitive genre : j’aimerai la Tribune de Genève, le Monde, si ce n’est pas possible Libération ou Bilan ou encore n’importe quel support intelligent pour faire passer le temps intelligemment. Un confinement comme si c’était la guerre mais par respect aux syriens, aux yéménites et d’autres peuples qui vivent sous les bombes, je dirai une guerre certes mortelle mais gentille presque douce tant qu’il y a suffisamment d’appareils respiratoires et de médicaments tranquillisants. Merci Monsieur Berset.
Quelques règles dans un pays de paix mais en guerre contre une pandémie : 89295279_10158087533591796_7563661511059570688_o.jpg
-Si vous voulez acheter une denrée rare comme le papier toilette vous devez être parmi les premiers à faire la queue devant le centre commercial en ayant l’intelligence de poser la question la veille sur l'heure d'arrivée du dit article
-Si vous avez rendez-vous ou un quelconque engagement en ville, prévoir de sortir suffisamment à l’avance car les TPG et le Léman Express contrairement à ce qu’ils annoncent comme horaire ils se permettent de grands écarts, des suppressions et des retards pas forcément annoncés
-Porter un masque et simuler une toux pour avoir une distance de 2 mètres avec les vis à vis qui n'appliquent pas les consignes.
-Éviter de s’assoir dans un tram ou un bus derrière ou devant un passager pour s’épargner une éventuelle contamination directe ou indirecte
-Si vous manquez d’un objet de consommation qui ne correspond pas à la liste de première nécessité dressée par la confédération et que c’est important pour ceux qui font du télétravail comme le papier ou la cartouche d’imprimante, commandez par internet.
-Pour d’autres conseils de survie en cette période de crise contactez-moi en MP

En résumé, si vous pensez que votre animal de compagnie vous parle c’est plus grave encore que le Coronavirus. Il faut consulter un psy et vite ! Confinement, enfermement c’est le début de…Vivement un vaccin !

A lire aussi: Coronavirus : lettre ouverte à M. Alain Berset

Coronavirus : qui gagnera la guerre du papier Q !

Coronavirus, c’est bon pour certains commerces! 

Propagation du Coronavirus, faut-il attendre l’âge de la retraite pour devenir plus vulnérable

Prenez soins de vous

Et demain est un autre jour!

Lien permanent Catégories : Coronavirus 8 commentaires

Commentaires

  • C'est donc parce que vous goûtez aux plaisir du confinement que vous voulez que tous soient confinés. Mais au fond qui est le danger ?

    - Celui qui fait usage des transports publics et va à la migros aux bonnes heures de cohue, sans protection respiratoire. Pour ne pas de priver de PQ.
    - Ou celui dont le parcours est Logement- Parking- Voiture (où il est seul)- Bureau (où il est seul) -Parking -Voiture-Parking. Ascenseur avec un masque FFP3 réutilisable (à coup de deux fois une minute dans l'ascenseur, il dure longtemps) et plein d'essence à l'automate.

    Le confinement entrainera certainement :
    - La fin d'une association reconnue d'utilité publique (qui ne peut même pas procéder à une assemblée générale par internet de par la sagacité de nos sages qui ont réservé cette possibilité aux sociétés).
    - La fin d'emploi pour un employé trop âgé pour pouvoir bénéficier du chômage partiel et qui avant toute obligation légale a été renvoyé dans son foyer. Fin d'emploi sans qu'il touche ses trois mois de préavis au vu de la faillite de l'association, faillite garantie par le confinement.

    Hakyel vous n'êtes décidément pas suisse mais genevois, soit un savoyard du nord. Il vous faut l'armée dans la rue. Pas la responsabilité individuelle.

  • Cher(e) inconnu(e), dommage qu'il faille se cacher derrière l'anonymat pour s'exprimer. Cela à un adjectif mais je m'abstiens de tout autre commentaire.

  • Votre post m'a fait sourire ... maintenant je me sens moins seule quand j'arpente mon appartement sous l'oeil exaspéré de mon chien dont j'envahi apparement l'espace en dehors de mes horaires habituels!

  • Oui mais vous Madame Di Sario je ne pense pas que votre chien vous regarde comme mon chat avec ce regard qui fait peur!

  • Cher Haykel,

    L'injure à la bouche cela vous sied à merveille.

    Que les savoyards veuillent bien m'excuser.

    Bon confinement.

  • Reporter à une date ultérieure une assemblée générale annuelle c'est faire preuve de bon sens.
    Préfèreriez-vous être tenu pour responsable si un membre venait à tomber gravement malade lors de votre assemblée générale ?
    En plus une association de milice.... Arrêtez de chialer please merci.

  • Très cher Monsieur,

    Je crois qu'il me faut corriger votre incompréhension avant qu'elle ne s'étende viralement. Il n'est pas question de tenir une assemblée générale entre présents dans une salle ! Il est justement question de pouvoir la tenir par internet.

    Mais cette possibilité ne nous est pas offerte car dans ses dispositions d'urgence le Conseil fédéral a donné cette possibilité aux sociétés (à but lucratif) et non pas aux autres personnes morales.

    Au demeurant, nos membres sont essentiellement des médecins. Qui plus est ils ne peuvent, pour beaucoup, pas nous rejoindre, les frontières étant fermées.

    Enfin, je ne sais pas ce que vous entendez par "association de milice". En effet, l'association a des employés de plus de 64/65 ans, lesquels sont correctement rémunérés.

    Il est vrai que, outre que de ne pas avoir de but lucratif comme il se doit pour une association, l'association est reconnues d'intérêt public par l'Etat de Genève et, qu'ainsi les membres du comité directeur, dont moi-même, ne sommes pas rémunérés.

    En attendant faute de pouvoir lever de nouvelles cotisation pour 2021 et faute d'aide (chômage partiel) à raison de l'âge de nos employés, l'association s'achemine vers un état d'insolvabilité, ce qui amènera :

    - à en informer le juge.
    - à en informer les employés.
    - à remercier notre Conseil fédéral et notre Conseil d'Etat.
    - à démissionner en tenant les documents associatifs et comptables à la disposition de l'Office des faillites.
    et à les aider à faire valoir leur droits sociaux liés à l'âge.

    Je trouve cela affligeant pour des personnes dont l'état de santé est certifié B au sens des récentes directives de l'ASSM.

  • Au temps pour moi, j'espère que vous trouverez une solution. Bonne suite

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel