Politique genevoise: Ah ce racisme ambiant!

Imprimer

87666097_2797047153735769_8842832823418093568_o.jpgDernièrement, je n’étais pas surpris par l’échange sur Facebook entre la conseillère municipale Florence Kraft Babel (PLR) et son homologue Omar Azzabi, (Vert) qui a conduit lundi 2 mars à un article du Courrier dont le titre résume le contenu: «Un élu renvoyé à ses origines». Un dérapage radical et non surprenant de la part d’une élue d’un parti de droite envers un autre élu écologique franco-tunisien, naturalisé Suisse et vivant à Genève depuis 27 ans! Je ne compte plus les anciens candidats politiques qui ont jeté l’éponge à cause de ce racisme ordinaire et ambiant qui règne à Genève, une ville pourtant hétéroclite dont la grande majorité des habitants sont des étrangers ou des naturalisés Suisses. «Le Suisse de souche» qui compose l’électorat de droite et de son extrême est loin d’être majoritaire. 2020-03-03 (2).pngSur 500'000 habitants il y a 200'000 étrangers et 300'000 suisses y compris les naturalisés. Si les partis de droite et d’extrême droite arrivent à siéger, à gagner des élections ou à obtenir une issue favorable à leurs initiatives c’est grâce ou à cause de tous ces naturalisés qui sèchent les urnes.

 La discrimination électorale existe ici plus qu’ailleurs. Les noms à consonances «exotiques» sont systématiquement biffés aussi bien auprès de l’électorat de droite que de celui de la gauche. A cela s’ajoute les humiliations sur les réseaux sociaux et les attaques sur les stands lors des divers campagnes électorales. «Vous avez un joli nom, de quel pays vous venez?», «Vous avez un accent qui ne vient pas d’ici». «Vous avez appris l’hymne national Suisse?». «Vous avez accompli vos études en Suisse?», «Depuis quand vous êtes à Genève?». «Pourquoi vous ne vous engagez pas dans la politique de votre pays d’origine?»…Telles sont quelques-unes des questions auxquelles les candidats de la diversité et les naturalisés doivent répondre. Et tant pis pour le programme du candidat ou de la candidate, ça n’a pas d’importance! Et tout ça bien entendu bien enrobé, bien dit d’une façon polie et aseptisée qui n’inspirent aucun relent de racisme ou un sous-entendu calculé!

37_300x300_acf_cropped-200x200.jpgEn résumé: on connaît la musique, vous êtes une blonde aux yeux bleus ou verts, vous avez du bagout, vous présentez bien, vous passez sans encombre et vous pouvez même vous offrir le luxe de donner des leçons aux autres qui n’ont pas eu la chance de naître dans cette belle ville. Vous êtes beau comme un arabe, extrêmement qualifié et humaniste on vous appliquera le délit de faciès. Mais on ne vous la fait pas Omar Azzabi, vous avez du sang tunisien dans les veines, cela veut dire que vous êtes un brave combattant, rien ne vous arrêtera, vous irez loin et qu’à votre tour un jour, vous donnerez la leçons aux autres donneurs de leçons dans une ville qui vous appartient aussi grâce à votre engagement utile.

Et demain est un autre jour!

Commentaires

  • Magnifique plaidoyer qui finit par un bon gros cliché, comme ceux que vous dénoncez, ou comment se tirer une balle dans le pied !

  • Le raccourcis était tentant. J'ai succombé. Et je ne le regrette pas car il reflète la triste réalité de ce racisme ambiant qui règne à Genève.

  • Le status "d'étranger" n'est pas propre a Genève, c'est une réalité partout dans le monde. Alors se plaindre du "racisme" dans une ville qui compte 40% d'étrangers et dont ceux résident depuis 8 ans ont le droit de vote communal... Mais qu'en est il de ces points en Tunisie par exemple, est ce que des étrangers y ont le droit de vote ? Est ce qu'il y a des élus d'origine européen et si oui (ce dont je doute) sont ils a l’abri des remarques désobligeantes ?

  • Pourquoi faut il faire la comparaison avec la Tunisie ???? On parle de Genève.

  • "Pourquoi faut il faire la comparaison avec la Tunisie ???? "

    Parce que la personne dont vous parlez vient de Tunise et que le fait de comparer est à la base de tout raisonnement sain et juste. Alors ne faites pas sembleant de ne pas comprendre! A moins bien entendu qu'une telle comparaison ne mette à mal tous vos clichés pathétiques. Moi, la Tunisie je la connais beaucoup mieux que vous car j'en viens et je sais que le commentaire d'Otto Kultor est tout à fait approprié.

  • Libre à vous de penser ce que vous voulez mais ça ne vous empêche pas d'être plus courtoise. Je sens de l'agressivité dans vos propos. Il fait beau sur Genève...Passez une belle journée Madame.

  • Cher Monsieur,,
    Sur le racisme, vous avez raison, il faut le dénoncer. Les propos de Mme Kraft-Babel sont inacceptable.
    Mais je ne vous suis pas du tout quand vous écrivez : "Si les partis de droite et d’extrême droite arrivent à siéger, à gagner des élections ou à obtenir une issue favorable à leurs initiatives c’est grâce ou à cause de tous ces naturalisés qui sèchent les urnes."
    Si je ne vote pas pour M. Azzabi, ce n'est pas en raison de ses origines, c'est en raison du programme politique de son parti qui ne me convient pas. S'il défendait les idées d'un parti de centre-droit, je voterai pour lui. Je vous signale qu'il y a aussi des candidats d'origine étrangère à droite (même s'ils sont plus facilement biffés, je vous l'accorde) et surtout que les droits de vote accordés aux étrangers il y a quelques années n'a absolument rien changé aux rapports de force gauche - droite. Donc contrairement à ce que vous dites, si les partis de droite et d'extrême droite ont aussi du succès, c'est bien parce que les idées qu'ils défendent correspondent aussi aux idées des naturalisé.

  • M. Thierry:
    "contrairement à ce que vous dites, si les partis de droite et d'extrême droite ont aussi du succès, c'est bien parce que les idées qu'ils défendent correspondent aussi aux idées des naturalisé"
    Là je ne suis pas d'accord avec vous. Pour moi la proportion des naturalisées qui ne votent pas est plus importante que celle qui vote.

  • «Le Suisse de souche» qui compose l’électorat de droite et de son extrême est loin d’être majoritaire.


    Pourtant nous avons une jolie petite ville en Suisse qui s'appelle Sion

  • Oui, là vous versez dans la facilité, on sait que vous n’êtes pas de droite, mais de là à imputer la (pseudo-)majorité de droite genevoise au vote raciste et à l’abstention des naturalisés... c’est verser un peu trop dans la caricature victimaire.

    Sachez Monsieur que je suis moi-même naturalisé, bien qu’ayant la tare d’être ce que certains racialistes qualifient de « blanc » (tout comme vous d’ailleurs, même si c’est peut-être à votre corps défendant, je ne vois guère de traits physiques nous distinguant vous et moi), je n’en vote pas moins traditionnellement pour des partis dits de droite. Ce qui ne m’a pas empêché, dans ma commune, de choisir une liste (de droite) dont la tête de liste porte un nom d’origine espagnole, sans biffer les patronymes étrangers (même extra-européens), et de voter parmi les trois candidats à envoyer au conseil administratif, pour un jeune homme hors partis qui se trouve être, accessoirement (c’est à dire en plus de toutes les qualités qui m’ont séduit dans son profil) d’origine africaine.

    Comme quoi, vos clichés...

  • Vous jouez au justicer, au SJW, au donneur de leçons, mais vous nous sortez un bon un cliché raciste sur les blancs:

    "En résumé: on connaît la musique, vous êtes une blonde aux yeux bleus ou verts, vous avez du bagout, vous présentez bien, vous passez sans encombre et vous pouvez même vous offrir le luxe de donner des leçons aux autres qui n’ont pas eu la chance de naître dans cette belle ville."

    Bref, le bobo dans toute sa splendeur!

    A ce sujet, votre collègue de gauche sur ces blogs lui a tout compris et le dénonce:

    Si vous faites partie des victimes officielles, les prétendus opprimés, tout vous sera permis et excusé, car il ne faudrait surtout pas vous stigmatiser ou amener de l'eau au moulin du camp adverse. Si vous êtes dans dans l'autre camp, celui des prétendus oppreseurs, on pourrait aussi bien vous rayer de la planète, car quoi que vous disiez ou fassiez vous serez toujours coupable d'exister: pour ces malades, l'homme blanc est coupable par essence. Tout est bien expliqué dans le billet suivant:

    http://adrienfaure.blog.tdg.ch/archive/2020/01/22/l-offensive-postmoderniste-en-suisse-romande-303939.html

    Ceci explique par exemple pourquoi les antispécistes vont casser les vitrines des boucheries traditionnelles mais épargnent toujours les boucheries halal qui laissent les animaux se vider de leur sang dans des souffrances atroces sans même les étourdir:

    https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/casseurs-epargnent-halal/story/24994667

    Pensez-y avant de colporter vos clichés racistes.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel