06/09/2016

Le cas des Musa, c’est moche pour la réputation de Genève!

Musa.jpg

Sur le vif. Une véritable scène pour un film d’espionnage à la James Bond. Le Président des Verts genevois, Nicolas Walder ne mâche pas ses mots: «C’est un enlèvement digne des services secrets pour des terroristes. Il est incroyable de voir les moyens mis en place pour renvoyer des requérants d’asile. » (1). Ces mots terribles prononcés dans une Genève réputée paisible et humaine résonnent encore dans mon esprit comme une injustice face au cas de la fratrie Musa conduite à l’aéroport pour une expulsion en Croatie pour respecter les accords de Dublin.
Genève et ses fonctionnaires ailés montrent que dans cette ville repue l’humain n’a pas de valeur ou peu. Appliquer un accord à la lettre pour montrer l’exemple ou l’exemplarité de la Genève internationale auprès des instances européennes n’a aucun sens. Les valeurs humanistes de la Genève qui a vu  la création sur son sol entre autre de la Croix-Rouge se trouvent bafouées par cette action policière de bas étage. Alors qu’une délégation s’est rendu ce matin à l’Office cantonal de la population et des migrations pour chercher une solution provisoire afin de prolonger voir d’obtenir à la fratrie Musa le statut de requérant d’asile, les voilà arrêtés sur un parking par la police en civile est conduite à l’aéroport pour une expulsion imminente.
L’Europe et à leur tête la chancelière allemande Merkel qui a ouvert l’année dernière la grande porte aux réfugiés fait volte face et montre son « amateurisme politique » face à l’afflux de ceux qui fuient les atrocités du régime de Hafed El Assed et de l’Etat islamique dont on découvre que dernièrement l’existence. Le cas des Musa est révélateur de la société dans laquelle nous vivons. C’est moche pour la Genève qui abrite 250 ONG et la plus grande concentration au monde d’organisations internationales! Souhaitons que le bon sens l’emporte et que les Musa restent à Genève où ils ont déjà une partie de leur famille.

La photo qui illustre cette note a été prise dimanche 4 septembre devant le Temple des Pâquis en marge de la Journée des Verts qui sont venus à la rencontre des habitants du quartier. L’endroit a été minutieusement choisie puisque le Temple des Pâquis a hébergé la fratrie des Musa pendant ces derniers jours. Les Musa avaient le moral ce dimanche et ont même proposé une danse kurde aux convives qui ont chaleureusement accepté d’y prendre part.

(1) Tribune de Genève

Le mercredi 7 septembre les Musa ont été expulsés vers la Croatie.

Et demain est un autre jour!

Commentaires

C'est moche pour la réputation des autorités de Genève - toute personne au niveau officiel a intérêt à se dissocier d'elles. Mais c'est magnifique pour les Verts et les citoyens engagés pour la justice et - la vie ! Merci pour cet engagement ! Cultivons la joie partout où on peut ! Sachez que nous faisons tout ce que nous pouvons et que cela continue !

Écrit par : Carol Scheller | 06/09/2016

Répondre à ce commentaire

Prenez en compte dans vos rélexions sur la réputation de Genève, que cette ville est ABSOLUMENT BOUFFEE PAR L'IMMIGRATION et que ce n'est en tout cas pleurnicher sur des cas particuliers qu'il faut, mais bien des renvois massifs de chez massif.

Écrit par : JDJ | 06/09/2016

Répondre à ce commentaire

La bureaucratie dans toute son horreur ! Si expulsion il y a, c'est honteux. Il ne reste plus qu'à espérer que le bon sens l'emportera.

Écrit par : Kissa | 06/09/2016

Répondre à ce commentaire

Quand cela vous arrange il faut appliquer la loi et dans d'autre cas, quand cela ne vous arrange pas, il ne faut pas l'appliquer. Malheureusement, la géométrie variable n'est pas possible car cela crée des inégalités...

Écrit par : davide | 07/09/2016

Répondre à ce commentaire

Pour sa réputation, Genève doit tout faire pour accueillir toute la misère du monde sur son petit territoire surpeuplé, déjà très fortement endetté et où la population genevoise "de souche" est déjà très minoritaire. Dans cette optique, Genève fait des économies sur le dos de ces Genevois qui, pourtant, paient une grande partie des impôts, par exemple en refusant d'intégrer les enfants handicapés dans l'école "normale" puisqu'elle doit consacrer beaucoup d'argent à la scolarisation et l'accueil de 1800 migrants mineurs, dont le nombre ne cesse d'augmenter. Mais ouf, le mépris des handicapés genevois ne nuit pas à la réputation de Genève. Merci la gauche !

Écrit par : Julie | 07/09/2016

Répondre à ce commentaire

Bon, selon la TdG, ils sont loin ! Bon débarra et, vite, aux suivants ! Du balai !

Écrit par : Justine Tittgoutt | 07/09/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.