01/03/2016

Politique Suisse: quand l’extrême droite essuie un sérieux revers

Mouton 1.jpg

L'UDC, le parti d'extrême droite suisse n'a pas réussi à faire passer une initiative raciste «pour le renvoi effectif des
étrangers criminels».

Dorénavant, l'Union démocratique du centre (UDC), le parti d'extrême droite suisse, l'équivalent du Front national français, n'a plus les coudés franches. En montant au créneau, les opposants de gauche et la société civile ont réussi à lui faire barrage, en trouvant la recette pour le contenir à défaut de pouvoir encore le battre. L'espoir de voir une Suisse à la "démocratie propre" sans peur de l'étranger fait son chemin.
La Suisse a connu, dimanche dernier, une journée de votation populaire udc,votations 28 février 2016,union démocratique du centre,racisme,xénophobie,suisse,politique suissebien fournie en objets soumis au peuple. Les électeurs de chaque canton étaient appelés à se prononcer sur plusieurs initiatives et modifications de loi cantonales et fédérales. La plus controversée et la plus suivie est celle présentée par le premier parti du pays, l'UDC.
Ce parti d'extrême droite, qui a été à l'origine d'autres initiatives racistes qui ont abouti: «Contre la construction de minarets» (2009), «Pour le renvoi des étrangers criminels» (2010) et «Contre l'immigration de masse» (2014), a présenté, dimanche 28 février 2016, aux électeurs suisses, une énième initiative xénophobe qui heureusement n'est pas passée. En effet, 58,86% des votants (pour un taux de participation de 63,1%) ont rejeté la votation N. 597: «Pour le renvoi effectif des étrangers criminels»«démocratie propre» sans peur de l'étranger fait son chemin.

Mouton 3.jpg

L'initiative demande que la question du renvoi des étrangers criminels soit à nouveau soumise à votation. L'UDC entend ainsi imposer sa conception de la mise en oeuvre de l'initiative sur le renvoi, alors que cette mise en oeuvre a déjà été décidée par le Parlement, qui a durci les lois pertinentes.
Double emploi et surtout une action gratuite qui vise les 2 millions d'étrangers sur un total de 8.237.700 habitants (statistique de 2014) qui vivent en Suisse, susceptibles de renvois en cas de certaines infractions quelle que que soit la gravité de l'acte.
Les partis politiques de gauche et la société civile se sont formidablement mobilisés et ont fait campagne contre la dernière initiative de ce parti populiste qui a dépensé des millions pour rallier les électeurs à sa cause. Les réseaux sociaux et particulièrement Facebook ont largement contribué à ce succès. Les partisans contre l'initiative de l'UDC ont admirablement occupé le terrain médiatique devant les initiateurs de cette initiative qui étaient en manque d'arguments. 

udc,votations 28 février 2016,union démocratique du centre,racisme,xénophobie,suisse,politique suisseL'UDC va-t-il vraiment être isolé?
Dans les médias du pays, au lendemain des votations, la Suisse s'est réveillée avec un nouvel uniforme celui d'une démocratie propre
avec une belle conscience envers les étrangers.
Il y aura dorénavant un après le 28 février 2016, comme il y a eu d'autres dates par très flatteuses pour le citoyen suisse épris
d'égalité et d'ouverture.
Prochaine initiative de l'UDC: «Pour l'interdiction de tout couvre-chef dans les écoles publiques»; ça se traduit par: «Contre le port du voile islamique». Car, avec l'UDC, il y a toujours une deuxième lecture à la recherche du mouton noir, vedette de toutes les campagnes haineuses qu'il met sur pied.

Article paru dans Kapitalis le 2 mars 2016

Illustrations internet

Et demain est un autre jour!

Commentaires

Si l'UDC est d'extrême-droite, comment qualifie-t-on les néonazis, les blocs identitaires et autres groupuscules du type "blood of honour" ?

Écrit par : Géo | 01/03/2016

Répondre à ce commentaire

"Si l'UDC est d'extrême-droite, comment qualifie-t-on les néonazis, les blocs identitaires et autres groupuscules du type "blood of honour" ?"

Ils sont d'extrême-droite aussi. C'est pas compliqué.

Écrit par : Plouf Ploufovitch ne voit pas le problème | 01/03/2016

Répondre à ce commentaire

L'UDC d'extrême-droite, encore un!?

C'est hallucinant à quelle hauteur vous naviguez tous, quand même! A Genève par exemple, l'UDC va soutenir tous les sapins, va s'opposer à Ecopop, va donner des consignes de votes libres pour tous ce qui touche à l'avortement... et ils appellent ça l'extrême-droite?! alors que ce n'est même pas un parti réellement à droite! Il n'y en a pas à Genève, ni d'ailleurs en Suisse je crois, ce n'est pas pour rien qu'on le souhaite de toutes nos forces vu l'état dans lequel nous sommes.

Quand même, à un moment donné, faut atterrir svp!

Écrit par : JDJ | 01/03/2016

Répondre à ce commentaire

"ce n'est même pas un parti réellement à droite! Il n'y en a pas à Genève, ni d'ailleurs en Suisse je crois"

Bien sûr, bien sûr. Et les Démocrates Suisses ou les Jeunes Identitaires Genevois, par exemple, c'est des baba-cools ?

Écrit par : Plouf Ploufovitch aimerait bien que certains arrêtent de déconner | 01/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Plouf et tout le toutim: Je ne connaissais ni l'un ni l'autre mais les JIG sont un groupement de jeunes et non pas un parti, sauf erreur.

Quant au DS, en effet, c'est bien pour ça que je disais "je crois". Merci pour les infos.

Écrit par : JDJ | 01/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ JDJ,

Il y a aussi comme parti d'extrême droite en Suisse le parti nationaliste suisse. Vous pouvez lire leur programme économique qui se rapproche plus de l'extrême gauche que de l'UDC

http://partinationalistesuisse.ch/

D.J

Écrit par : D.J | 01/03/2016

Répondre à ce commentaire

Régulièrement, l'UDC trouve la politique du PDC et PLR, trop à gauche.
Sachant que le PDC est du centre droit, et le PLR bien ancré à droite, il est normal de définir l'UDC comme très à droite.
Sans définir l'extrême pour l'UDC, néanmoins dans sa vision politique, il est souvent plus proche de l'extrême droite que du centre.

L'UDC étant un agglomérat de gens rouspéteur et mécontent, il est normal d'y retrouver des personnes clairement de l'extrême droite, comme d'autre proches du PLR. Un Freysinger est de l'extrême droite, Parmelin un conservateur.

L'UDC = extrême droite, c'est très réducteur

Écrit par : motus | 01/03/2016

Répondre à ce commentaire

Désormais pour orienter le peuple en lui épargnant la fatigue (en fait en le déshabituant de ce privilège qui est le "penser par soi-même" en son for intérieur on étiquette: les méchants, l'extrême droite y compris les partis pas à droite.


A défaut d'arguments solides, juste en songeant aux prochaines élections, également, possibles "têtes qui ne reviennent" pas, "délit de faciès", on joue, on mise sur la légendaire peur du grand méchant loup.

Sans aucun doute vu l'insipide dénué d'intelligence et de bonne foi étiquetage d'"extrême droite" contemporain mes lignes suivantes:

"Je suis d'avis qu'il faut en finir, ou que ce soit, avec les filles ou femmes voilées ainsi que les excisions "quand bien même parce qu'en cliniques, clandestines, comme pour les avortements, jadis, sous anesthésie moins douloureuses". On le voit, condamnant voiles pieux ainsi qu'excisions je ne puis donc, sournoisement, qu'être "raciste".

Par conséquent, je suis Blocher, que dis-je, je suis... Le Pen.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/03/2016

Répondre à ce commentaire

"je suis... Le Pen."

Donc vous êtes contre la liberté d'avorter ?

Écrit par : Plouf Ploufovitch trouve que certains devraient réfléchir avant d'écrire | 02/03/2016

Répondre à ce commentaire

Quelqu'un peut donner la définition exacte de ce qu'est l'extrême droite et citer quelques exemples de régimes d'extrême droite?

Écrit par : G. Vuilliomenet | 02/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Plouf Ploufovitch,

J'imaginai qu'en écrivant être Blocher ou Le Pen on comprendrait ce que je voulais dire.


Féministe des années 70 j'ai milité en faveur de la "décriminilisation" de l'avortement. (ADF MLF)


ainsi qu'en faveur de l'indispensable contraception (cathos comme on sait pas tous pas d'accord!)pour non seulement gérer son planning mais éviter l'avortement lequel n'est jamais anodin.


Apprendre à lire attentivement, Plouf Ploufovitch?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/03/2016

Répondre à ce commentaire

Vous faites pas de bile, M'ame Belakovsky, même quand on ne comprend pas tout, vous êtes marrante. C'est le principal qui confine à l'essentiel.

Écrit par : Plouf Ploufovitch se veut rassurant | 02/03/2016

Répondre à ce commentaire

Oui l'UDC représente un parti d'extrême droite. Il faut appeler un chat, un chien
http://www.lepoint.fr/monde/suisse-l-extreme-droite-frole-les-30-des-suffrages-19-10-2015-1974841_24.php

Écrit par : Mémoire | 02/03/2016

Répondre à ce commentaire

Donc si Le Point dit, affirme haut et fort, que l'UDC est un parti d'extrême-droite, alors l'UDC en est un! Plus c** tu meurs!

Je pense qu'il y en a des qui devraient suivre quelques cours de rhétorique.

Alors je repose la question! Qu'est-ce que l'extrême-droite? Si je vous parle d'extrême-droite, à quoi cela vous fait-il penser?

Écrit par : G. Vuilliomenet | 02/03/2016

Le moteur de recherche pour extrême-droite semble encore tourner et les résultats ne donnent pas entière satisfaction à ce que je vois.

Je vais un peu aider ceux qui se posent quand même la question au sujet de ces insultes proférés à tort et à travers.

Il faut revenir un peu en arrière. A quoi pensent ceux qui profèrent de telles énormités (extrême-droite, fasciste, les heures les plus sombres de l'Europe, etc...)?

Quand je lis "les heures les plus sombres de l'Europe, je pense bien sûr à Hitler et à son parti le Nationalsozialismus (Socialisme national en français), abrévation de Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP).

On voit donc que ce parti est bien plus proche du socialisme qui est de gauche, on est bien loin de l'extrême-droite, à moins que l'on se place sur un cercle où les extrêmes se rejoignent, mais c'est une vue de l'esprit car tout dépend de mon référentiel.

Encore des doutes? Alors, je conseille la lecture de cet essai de Benoît Malbranque intitulé "Le socialisme en chemise brune". L'auteur décortique tous les propos des principaux acteurs nazis pour en arriver à cette conclusion.

http://ben.lp.free.fr/lesocialismeenchemisebrune/Benoit%20Malbranque%20-%20Le%20Socialisme%20en%20Chemise%20Brune.pdf


Quand certains balancent à la figure de ceux dont ils ne partagent pas les idées, principalement sur le renvoi des CRIMINELS étrangers ou la limitation de l'imigration, ce terrible mot: "fascistes!", vous êtes-vous demandés quelle était l'origine de ce mot? Il vient d'un mouvement politique italien apparu en 1919. Et le représentant le plus connu de ce mouvement a été Mussolini. Or, le Duce est également issu de la gauche! A lire "Mussolini" par Pierre Milza.

http://www.parutions.com/pages/1-4-7-1003.html

http://www.parutions.com/?pid=1&rid=4&srid=100&ida=2169

Je comprends donc très bien qu'une certaine gauche n'ait pas trop envie que nos concitoyens connaissent une partie sombre du socialisme, d'oû ces insultes constamment proférées à l'encontre de ceux qui ne veulent pas aller dans leur sens. Comme on dit populairement, chassez le naturel, il revient au galop!

Écrit par : G. Vuilliomenet | 04/03/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.