06/01/2016

Un peu de décence Me Bonnant, 2600.- francs ce n’est pas une somme dérisoire!

Bonnant.jpgMe Bonnant est comme chacun sait un intellectuel de haut vol. Un célèbre avocat genevois qui manie avec excellence la langue française. Je prends des pincettes pour écrire sur sa dernière sortie pour défendre son ami et ancien associé Dominique Warluzel qui a tiré sur une aide-soignante qui lui réclame 2600.- francs pour travail accompli. La page Wikipédia consacrée à ce grand orateur est polémiste hors pair donne un aperçu sur la qualité de l’homme et son parcours professionnel. Me Bonnant est née dans une famille “bourgeoise” constituée d’avocats et de magistrats. Toute cette introduction c’est pour souligner le confort dans lequel a baigné cet avocat. Dans un article publié lundi 5 janvier sur le site internet de la Tribune de Genève Me Bonnant a déclaré ”On ne tue pas pour une somme si dérisoire” en faisant référence à la somme de 2600.- qu’a réclamée l’aide-soignante à Dominique Warluzel. C’est vrai rien ne justifie le meurtre et surtout pas pour l’argent quelque soit la somme. Ce qui est dérisoire pour cet avocat qui veut banaliser le coup de feu malheureux dans “une affaire domestique” choque les petits salariés qui gagnent mensuellement après 160 heures de travail cette somme. Je ne connais pas le cachet de ce précieux avocat et je ne veux pas spéculer en avançant une somme. Mais vu que 2600.- francs est une somme dérisoire pour Me Bonnant je n’ose même pas imaginer le taux horaire de ses honoraires. Me Bonnant je vais renoncer à vous posez des questions très faciles du genre: “combien coûte un cigare Winston Churchill” chez Davidoff, “une coupe de Champagne” à l’hôtel des Bergues” ou “un bœuf Charolais” au restaurant le Loti à la Réserve qu’un salarié qui gagne 2925.- net mensuellement ne peut s’offrir et je vous dit simplement dorénavant choisissez vos mots. Ce qui est “dérisoire” pour vous et pour votre ami, client et ex-associé constitue “l’essentiel” de bon nombre de travailleurs et travailleuses à Genève. Décence! 

Ps: les médias ne donnent pas la parole à la victime.  Cherchez l'erreur !

                 Et une autre note sur Me Bonnant ici

                        Et demain est un autre jour!

23:55 Écrit par Haykel dans Justice | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : justice, me marc bonnant, dominique warluzel | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Vous aurez remarqué que la version de la victime nous est inconnue. Si la somme est due, il devient intéressant qu'elle soit payée avec du plomb. Nouvelle devise pour certain avocat?

Écrit par : Charles | 06/01/2016

Répondre à ce commentaire

Excellent commentaire Charles. Bonne journée

Écrit par : Haykel | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

Je trouve la commentaire de Me Bonnant mal venu, ne serait-ce que parce qu'il sous-entend presque qu'il y a des sommes qui justifient (pas en droit bien sûr, mais psychologiquement) un meurtre. Même si c'est évidemment vrai, il vaut mieux le taire.
Votre commentaire ne se justifie, quant à lui, pas du tout, sauf comme une manoeuvre que l'on qualifierait à raison de "populiste" en politique. La remarque de Me Bonnant, pour ce qu'elle vaut, ne fait qu'exprimer ce qui traverse immédiatement l'esprit de chacun, quel que soit son revenu.

Écrit par : Mère-Grand | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

Monsieur Haykel,

Merci à vous et bonne journée également.

La Tribune nous en dit un peu plus aujourd'hui sur la position de la dame et le destin de la balle. Citation:
"A un certain moment, alors qu’elle se trouvait près de la porte intermédiaire de la suite, elle s’est retournée pour répondre à l’avocat «au cours d’un échange verbal un peu corsé», selon les termes de Me Bonnant. C’est à ce moment-là, alors qu’elle regardait semble-t-il Dominique Warluzel, que ce dernier a tiré."
Puis:
"Et la balle, de type Magnum, s’est fichée dans le cadre de la porte."

Peu importe où il se trouvait: une personne "près d'une porte" et une balle qui se fiche dans le cadre de celle-ci est visée. Il n'a pas tiré au plafond, dans le plancher, dans un mur ni dans le cadre d'une fenêtre.

Monsieur Bonnant veut nous faire croire en quelque sorte que le coup de feu était malheureux. En fait il a été très heureux: la balle n'a pas atteint sa cible, mais de peu selon toutes les apparences et les informations actuellement disponibles. On peut se poser la question de savoir si le tir aurait été mieux assuré si ce gaucher n'avait pas été paralysé du bras gauche.

Monsieur Mère-Grand,

Je ne comprends pas la seconde partie de votre commentaire. Vous n'argumentez pas. Vous vous contentez de dénigrer, voire d'insulter. Le commentaire de Monsieur Haykel me semble parfaitement pertinent. Monsieur Bonnant aurait pu dire que l'on ne tue pas, qu'on ne menace pas avec une arme à feu QUELLE QUE SOIT la somme d'argent en jeu. C'est le terme de dérisoire qui est parfaitement méprisant. Dans le style du "commentaire" de Jean-François Kahn sur le troussage de domestique. Dans les deux cas un commentaire de classe qui dénote tout le mépris et le manque de considération de gens considérés comme inférieurs. Alors si défendre les gens de condition modeste, c'est verser dans le populisme "en politique", vous pouvez me classer comme un "populiste". Farouchement. Je suis du côté du troupeau, pas de l'élite qui se croit tout permis sans en supporter les conséquences.

J'ajoute que ce qu'a exprimé Monsieur Bonnant n'a à aucun moment traversé mon esprit. Ne généralisez donc pas votre propre pensée.

Finalement certains avocats devraient se rappeler que parfois "le silence est d'or".

Écrit par : Charles | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

Merci Charles, vous m'enlever les mots de la bouche. Vous avez complètement compris le sens de ma note. C'est le mépris qui est condamné ici et tant pis si on me colle l'étiquette de "populiste".

Écrit par : Haykel | 07/01/2016

Monsieur Haykel,

Merci à vous d'avoir publier ce billet qui exprime notre sentiment commun, et j'espère celui de nombreuses personnes.

"Je suis du côté du troupeau, pas de l'élite qui se croit tout permis sans en supporter les conséquences."
Un exemple me vient à l'esprit: ce sont tous les Allemands agressés parce que la loi n'a pas été et n'est toujours pas respectée du fait de la décision d'une seule personne.

Écrit par : Charles | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

@Charles, vous parlez de quelle loi en Allemagne?

Écrit par : Haykel | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

Très bon texte, Haykel, merci !
Il n'y a rien à ajouter et il est certain que vos lignes seront partagées par toutes les personnes de bon sens.
Meilleurs messages
Alain

Écrit par : A. Piller | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

Merci Alain,
Bonne fin de soirée

Écrit par : Haykel | 07/01/2016

Monsieur Haykel,

Je fais référence à la loi sur l'immigration allemande et au traité de Schengen. Tous les deux bafoués. Ceux qui ont pris cette décision ne sont pas ceux qui souffrent des conséquences.
Ce soir j'apprends que la Pologne est montrée du doigt parce qu'elle refuse le diktat de sa voisine de l'ouest.

Écrit par : Charles | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

Sur l'Allemagne, voici un excellent résumé de ce que je veux dire:
http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2016/01/07/angela-merkel-annee-zero-273137.html?c

Écrit par : Charles | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

Que de Robespierre d'opérette ! Que de tragédies avortées par la grâce de l'insignifiance des acteurs !

Écrit par : Giona | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

Excellent Giona!

Franchement Haykel! Dois-je chercher l'erreur de ce "coup de gueule?" L'auriez-vous eu si la victime était autre....

“combien coûte un cigare Winston Churchill” chez Davidoff, “une coupe de Champagne” à l’hôtel des Bergues” ou “un bœuf Charolais” au restaurant le Loti à la Réserve"

Faut bien payer les employés.....!

"Me Bonnant a déclaré ”On ne tue pas pour une somme si dérisoire”"

Une interprétation bancale qui n'a rien à voir avec le sens voulu par Me Bonnant! Et pour vous paraphraser: C'est à vous que reviendrait dorénavant de choisir vos mots.

Quant à son "ami" devenu un "autre homme" depuis son AVC, est ruiné par les soins onéreux auxquels il a du faire face qui, pour les continuer, a reçu des aides de ses amis!

NB: J'ai vu à plusieurs reprises Me Bonnant rouler à vespa... qui a même pu lui coûter la vie (j'étais arrêtée à un feu ce jour là!) Et non en Rolls comme vous aimeriez le faire croire!

Un article de trop!

Écrit par : Patoucha | 08/01/2016

"par la grâce de l'insignifiance des acteurs !"

Excellent! Un peu trop avancé... si Me Bonnant en fait partie! J'ai cru lire spectateurs....

Écrit par : Patoucha | 09/01/2016

@Charles
Votre fougue me paraît quelque peu exagérée. Je suis tout à fait prêt à renier le mot "manoeuvre" que j'ai utilisé dans mon commentaire, mais non celui de populiste, que je n'emploie généralement pas. Sachez que je connais très bien, surtout par l'expérience de mon enfance, la vie et les soucis des gens qui comptent leur argent au quotidien par souci des fins de mois. Ce n'est donc que dans le contexte de l'événement que nous commentons que je comprends le terme "dérisoire". Tout en dénonçant d'ailleurs la phrase dont il fait partie.
Je n'ai pas non plus de sympathie particulière pour aucun des avocats impliqués dans l'affaire qui est évoquée. J'ai simplement la mauvaise habitude d'intervenir dans les débats sur les blogs lorsque je pense que leurs propos ne cherchent pas à clarifier les choses, à mettre en évidence des vérités, mais avant tout à "surfer" sur les émotions, en l'occurrence celles de gens à revenus modestes confrontés aux "riches et puissants".
De ce point de vue je maintiens donc "populiste", dans sa référence à la presse populaire des journaux dont les affichettes ornent les devants de nos magasins de tabac pour nous abreuves des scandales d'un certain monde. Que cela ne rende pas justice à Monsieur Ezzeddine, que je ne connais pas du tout, je le déplore. Que mon intervention puisse être perçue comme injuste et maladroite, qu'elle puisse même l'être, qu'elle ait injustement imputé à l'auteur du blog des sentiments et des habitudes qu'il n'a pas, j'en suis navré.

Écrit par : Mère-Grand | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

@Haykel " Et une autre note sur Me Bonnant ici"

Et "ici" j'ai relevé ce paragraphe assez étonnant. Je ne sais si vous vous rendez compte encore aujourd'hui, de ce que vous avez écrit, sans doute - mais ce que vous reprochez à Me Bonnant - au nom de la liberté d'expression, tant concernant Charlie Hebdo - que la mort des journalistes ne semblent pas vous avoir touché.... Et tout juste s'ils ne l'ont pas mérité, que pour le reste. Force est de constater qu'un avenir très proche lui a donné raison et vous tort!


"Aujourd’hui, dans le Matin Dimanche le fringant et élégant avocat Marc Bonnant rend hommage dans une tribune à Charlie Hebdo et se transforme en l’occurrence en chantre de la liberté d’expression allant jusqu’à plaider pour une islamophobie de bon aloi salutaire même qu’il veut transformer comme un devoir. Et pourquoi ne pas la dépénaliser? Oui un devoir comme voter...dans le bon sens qui fera plaisir à cet homme de loi et ses congénères qui partagent ces pensées le moins que l’on puisse dire surprenantes et d'une autre époque. M. Bonnant écrit: “...tous les peuples ne sont pas faits pour la liberté. Même si par psittacisme ils la réclament, ils aspirent en réalité à s’aliéner. Ils épuisent leur liberté dans le choix d’une servitude volontaire. L’idée de Dieu-cette imposture féconde-est l’une de ces servitudes...”
Merci Maître, les tunisiens qui ont acquis par leur propre volonté le droit d’être libres et qui sont entrain de vivre une expérience unique parce qu’ils testent par eux même sans singer l’occident apprécient votre dernière sortie!"

Qu'auriez-vous fait aujourd'hui à Tunis Haykel après les attentats et sans doute pas les derniers...?

Écrit par : Patoucha | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

Vous nous avais manqué Patoucha. Bonne année et beaucoup de bonheur et de commentaires inspirés pour 2016

Écrit par : Haykel | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

@Patoucha
Comme d'habitude vous sortez les choses de leur contexte. La note dont vous fêtes allusion a été écrite en réponse à l'article du "Matin dimanche" du 6.11.2011

"Qu'auriez-vous fait aujourd'hui à Tunis Haykel après les attentats et sans doute pas les derniers...?" Malheureusement je ne peux pas répondre à votre question. Je n'ai pas le don d'imaginer ce que je pourrais faire à Tunis. ça fait 27 ans que je suis à Genève c'est pourquoi je commente plus l'actualité genevoise.
Par contre j'aimerai bien qu'il n'y ait plus d'attentats ni à Tunis ni ailleurs.Et qu'il y ait plus de justice et de paix dans le monde surtout en Palestine.

Écrit par : Haykel | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

Non et Stop Haykel! arrêtez d'utiliser ce propos déplacé de Me Bonnant, pour soutenir une victimisation à la SOS racisme franchouillarde de l'aide-soignante

ce n'est pas lui rendre service.
Ici c'est une marocaine établie en France, qui va travailler à Genève pour gagner plus, y obtient un poste d'aide-soignante, sans détenir les diplômes pros requis pour suisses sur de tels postes sensibles,

- qui via avocate se retrouve à plaider sa situation de victime dans son job d'aide soignante,
même si bafouant toutes obligations professionnelles de capacité à fournir tous soins face à handicapé victime d'AVC et plaidant le rôle de victime dans l'ignorance de son champ d'action professionnel de soignant d'un handicapé mental et physique en état de vulnérabilité, à forte personnalité qui plus est, vu le profil du patient Warluzel.

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

Monsieur Mère-Grand,
Vous écrivez: "lorsque je pense que leurs propos ne cherchent pas à clarifier les choses, à mettre en évidence des vérités, mais avant tout à "surfer" sur les émotions, en l'occurrence celles de gens à revenus modestes confrontés aux "riches et puissants"."
Je suis navré que vous ne compreniez pas qu'il ne s'agit pas d'"émotions" des gens à revenu modeste, mais de rapports de classes. Si vous vous donnez la peine de lire tous les commentaires que j'ai postés sur ce fil, peut-être seriez-vous en mesure de comprendre? Monsieur Haykel pose très bien la problématique de ces rapports de classes: pourquoi un avocat est-il payé de 400 à plus de 1000 francs de l'heure, alors qu'un ouvrier ou une caissière sont payés des clopinettes? Nous vivons dans des sociétés toujours plus inégalitaires. Cela n'a rien à faire avec les "émotions", mais avec des rapports de force. Malheureusement ces rapports ne sont actuellement pas en faveurs des "gens à revenus modestes". Vous confondez de plus la presse "populaire" avec les "gens à revenus modestes". Demandez-vous donc à qui appartient cette presse "populaire"! Et peut-être comprendrez-vous quels sont ses objectifs. De plus on dirait bien que c'est votre rhétorique qui est marquée par l'émotion, tant l'absence d'argument et l'incompréhension des propos de Monsieur Haykel me semblent manifestes. L'émotion empêche l'analyse.

Écrit par : Charles | 09/01/2016

Répondre à ce commentaire

" pourquoi un avocat est-il payé de 400 à plus de 1000 francs de l'heure, alors qu'un ouvrier ou une caissière sont payés des clopinettes?"
Parce que c'est l'offre et la demande. Il y a moins de gens capables d'agir comme avocat (compétent ! les incompétents ne gagnent pas leur vie...) que comme caissier ou ouvrière...

Écrit par : Géo | 09/01/2016

Répondre à ce commentaire

"Par contre j'aimerai bien qu'il n'y ait plus d'attentats ni à Tunis ni ailleurs."

Allons y pour les vœux pieux mais l'actualité ne laisse pas beaucoup d'illusions.

"Et qu'il y ait plus de justice et de paix dans le monde surtout en Palestine."

Là, voyez-vous, je ne m'en fais aucune et, à plus forte raison, dans un pays qui n'existe que dans l'imaginaire fantasmagorique et fanatique arabe ....

Cela dit, connaissez vous un seul pays arabe où règne un semblant de début de justice ? De votre propre aveux, il semblerait qu'après 27 ans vous n'avez toujours pas estimé que les augures étaient favorables pour vous y risquer à nouveau, non ?

Je préfère donc la clairvoyance aux niaiseries insipides car pour arriver à éradiquer un mal, il faudrait déjà commencer par le nommer plutôt que de tourner à l'infini sans jamais atterrir.

Écrit par : Giona | 09/01/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.