11/03/2015

Street-art: sur les traces d’Invader

Nouvelle mise à jour le 25 mars 2015

invader,space invader,mosaique à genève,graffiti à genève,street art

Autre forme d’art urbain, la mosaïque en céramique initiée par l’artiste international français qui veut garder l’anonymat Invader ou Space Invader qui a "sévit" à Genève en 2012. A l’époque, il a laissé une trentaine de mosaïques dans les rues du canton. La plupart d’entre elles existent encore. Ces derniers jours j’ai découvert 5 nouvelles mosaïques, une à la rue de Malatrex en face de la pizzeria la Trattoria, la deuxième à la rue de la Flèche aux Eaux-Vives, la troisième dans les rues basses au niveau de la parfumerie Import, la quatrième sur la facade de la poste de la rue du Mont-Blanc au niveau des bancomats et la cinquième dans un immeuble entre la rue de la Poterie et la rue de la Prairie. Les 5 n’ont rien à voir avec Invader bien qu’elles soient de bonne facture. La première, la deuxième, la troisième et la quatrième  représentent une main et la cinquième Homer, un personnage du dessin animé les “Simpson”. Les cinq sont exécutées à une hauteur accessible sans échelle alors qu’Invader préfère placer ses œuvres là où il sera difficile de les dénicher.

2.jpg

3.jpg

invader,space invader,mosaique à genève,graffiti à genève,street art

invader,space invader,mosaique à genève,graffiti à genève,street art

invader,space invader,mosaique à genève,graffiti à genève,street art

invader,space invader,mosaique à genève,graffiti à genève,street art

invader,space invader,mosaique à genève,graffiti à genève,street art

invader,space invader,mosaique à genève,graffiti à genève,street art

A.jpg

B.jpg Des graffitis genevois: ici

Et demain est un autre jour!

Commentaires

"Invader ou Space Invader qui a SEVIT à Genève" Regardez dans le Larousse la signification de "sévir" et vous aurez la confirmation de l'utilité des ces gribouilleurs qui défigurent les villes sans se soucier de l'avis des autres ni des dégats qu'ils provoquent, en plus de l'offense visuelle qu'ils imposent aux autres.

Écrit par : grindesel | 20/02/2015

Suivant le travail de Michel Favre sur les armoires TPG et le projet des SIG sur leurs armoires électriques, j'ai été agréablement surpris de croiser la tête de Homer Simpsons à quelques mètres de chez moi. Certains crieront au scandale et à la détérioration mais soyons honnêtes : préférez vous voir un joli graph ou une mignonne mosaïque ou bien un fuck la police et autres phrases du même acabit ????? Pour ma part mon choix est fait et je ferai le tour de la ville pour trouver ces mosaïques comme je l'ai fait pour space invaders !!!!

Écrit par : verdolin | 23/02/2015

Merci beaucoup pour le lien, nous avons trouvez deux mosaïques de plus, une à la sortie du parking sous terrain de l’école d’ingénieur et une autre sur la rambarde de la poste du mont blanc au dessus des postmates extérieurs.
Pour les personnes que cela peut intéresser, actuellement Michel Favre a posé sa 150eme armoires pour les TPG et le projet des SIG comporte actuellement 423 armoires décorées ou en attente de l'être prochainement, le but de l’opération étant d'avoir 1000 armoires décorées d'ici fin 2016.

Écrit par : verdolin | 24/02/2015

Bravo d'ignorer grindesel. J'espère tout de même qu'il aura la curiosité de visiter le lien que vous offrez à verdolin. C'est juste trop bien !
J'adore la loco qui défonce le bâtiment et finit dans la cour.

Écrit par : PIerre Jenni | 06/03/2015

@P.Jenni : Je n'ignore pas, je n'admet pas c'est la différence, la beauté d'une chose est le goût de chacun, je n'oblige personne à avoir les miens. Je ne trouve pas normal que des "graffeurs" utilisent les espaces sans demander l'avis des autres et surtout croient avoir le droit de d'utiliser tous les murs ou autres pour leurs "oeuvres". La possibilité d'exercer leur soi-disant droit artistique est limité à la sphère privée et pas de saccager avec des graffitis ou autres tags (et oui je fait la différence) des lieux privés ou publics sans se préoccuper si leur oeuvre d'art plait ou pas.

Écrit par : grindesel | 06/03/2015

Grindesel, le but des graffeurs et autres tagueurs est atteint. Créer le débat. Je doute que Monsieur Favre n'ait pas obtenu les autorisations idoine, mais même si, il y a dans la démarche une forme de résistance rafraichissante qui contraste fort avec l'accès aux galeries sélectives, élitistes et inaccessibles. Ces artistes sont certainement motivés par autre chose que le besoin compulsif de s'exposer puisque leur oeuvre est éphémère et, en ce qui me concerne, ils me donnent de l'espoir.

Écrit par : PIerre Jenni | 06/03/2015

M. Favre est mandaté par les TPG et par les SIG pour décorer les armoires. Sont idée lui est d'ailleurs venue en voyant un agent TPG en train de nettoyer les tags sur une armoire électrique. Je suis d'autant plus attaché à son travail que certaines réalisations ont une histoire, juste pour l'exemple à l’arrêt Cornavin des tram 14 et 18 il y a une armoire sur le salon de l'auto au début des années 1900 et de l'autre coté il y a la représentation d'un pompiste en train de faire le plein, une dame est venue voir Mr Favre en lui expliquant que ce pompiste c’était son grand père, il lui a donné le nom et le numéro du responsable des archives de la ville de Genève et elle a réussit à avoir un double de l'originale. Je sais que certain graphs ne sont pas du meilleurs gout ni placés aux meilleurs endroits mais pour moi, voir une fresque avec des decors et des personnages reste plus agréable qu'une phrase d'insulte avec une faute à chaque mot.

Écrit par : verdolin | 16/03/2015

Il semblerait que que selon certain il est très facile d'obtenir une autorisation. Faux !
Je remercie Monsieur HAYKEL une fois de plus qui est très actif à mettre en avant les artistes de notre canton tou7t au long de l'année.
Et je ne remercie pas les entreprises qui essayent de mandater mon association pour avoir des fresques de la part d'excellents artistes mais qu'il ne veulent ps payer.
Le graff étant plus vieux que l'opéra il est toujours de drole que voir que nos artistes ne sont que trop rarement soutenu par la culture. Le vrai dégradage c'est justement ce soutien inexistant!

Écrit par : Plumenoire | 16/03/2015

Les commentaires sont fermés.