22/11/2014

Bientôt c’est Noël, le saviez-vous?

noël,noël  à genève,noël  genevois,père noël,centre commercial,centre commercial de balexertJe ne sais pas si vous êtes au courant. Il reste 38 jours avant Noël. Je pose la question au cas où ! Je ne veux surtout pas que vous passiez à côté d’une telle fête tant attendu par les temples du commerce. Mais je ne pense pas que vous vivez en reclus ou que vous avez des problèmes de vue. Donc comme moi vous avez remarqué le rouleau compresseur qui est déjà mis en route par les commerces pour rappeler l’échéance du 24 décembre et après celle du 31.

Le Père Noël et sa panoplie, les bonhommes de neige, les sapins géants, le train électrique, le carrousel, les illuminations de circonstance, les cantines et les chansons de Noël, les crèches de toutes sortes, les chalets en bois… Il ne manque plus que la neige pour compléter le tableau de fin d’année.

Dans 8 jours ça sera la Journée mondiale sans achats. Chut je n’ai rien dit ! Et puis zut, c’est  sans importance. Cette année le boycotte du commerce tombe un dimanche. Aucun souci à se faire. Les commerçants continueront à commercer et les consommateurs à consommer !

noël,noël  à genève,noël  genevois,père noël,centre commercial,centre commercial de balexert

Illustration : assemblage de photos avec Samsung Galaxy S5. Date de la prise de vue : samedi 22 novembre. Lieu : Centre commercial de Balexert.

Et demain est un autre jour!

Commentaires

Si NOEL est la fête de la naissance d'un enfant, n'y a-t-il pas NOEL à chaque naissance d'enfant?


Un jour pas année, une petite dizaine de jours au mieux on pensera à nos chers isolés, vieux parents, voisine veuve, etc. Et puis, trop souvent ("Pas le temps, que voulez-vous")! terminé.

NOEL 345 jours par année avec... le plus difficile, un sourire, une minute accordée, un geste à qi ne nous attire pas!

Ado, j'allais à la messe chaque matin, avant l'école (présence de quelques jeunes et beaux ou du moins fort sympathiques vicaires en aucun cas étrangère)! Un prêtre, moins jeune, pas particulièrement attirant avait la réputation de ne pas cracher sur l'alcool. Lorsque vint "sa" semaine (chaque vicaire disait la messe une semaine durant) je sentis fondre cette forme de piété particulière mienne mais pensai qu'il aurait de la peine à ne pas pas me voir présente et m'y rendis. La différence étant qu'en les autres semaines la messe ne m'apportait ne me "disait" rien mais cette semaine, "pour ne pas faire de la peine", m'apporta une forme de joie jusqu'alors inconnue.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26/11/2014

Les commentaires sont fermés.