08/03/2014

La photo du jour: Découvrez la journée de la femme à travers la une de nos quotidiens

Sans titre-2.jpgMême groupe de presse, pas la même rédaction mais presque des unes “téléphonées”. Je suppose et spécule que les responsables de la une du Matin et celle de la Julie boivent le café ensemble chaque matin. Vous êtes nombreux comme moi d’ailleurs à penser que des dirigeants chez Coop et Migros entretiennent faussement le mythe de la concurrence vu la ressemblance de leurs offres...

D'autres photos du jour ici
Et demain est un autre jour!

Commentaires

On lit en manchettes que, dans nos pays, le combat des femmes s'étiole... Mais ces manchettes retardent: avant l'an 2000, déjà, ce combat, cette victoire pour plus de justice par les féministes féministes engagées(non "enragées") à l'époque de grande notoriété régulièrement invitées au micro de la femme de radio et psychologue Marie-Claude Leburgue (pour parler de notre région romande, essentiellement mais elles vinrent à Genéve comme à Lausanne en grand nombre, chaque jour de la semaine): femmes engagées, politiques, écrivaines, monde religieux, artistes auxquelles Marie-Claude Leburgue non pas "tendit" " son micro mais le leur "céda" (dont, juste ou une deux, Benoîte Groult, Me Gisèle Halimi, Simone Chappuis-Bischoff Maintenant, conclurent, ("conclurent"!) les féministes d'alors ce combat, cette victoire remportés concernent chaque femme. Aux femmes, précisàrent-elles, aux femmes de s'"impliquer"! Ces combats gagnés sur le papier (droit de vote, contraception, IVG ("pas appelée, à l'époque à devenir un mmoyen de contraception comme un autre"!!) Travail des femmes, salaires, crèches, plannings, cours d'élocution (femmes en politique)... Mais, pour être impartiale, certaines femmes qui n'étaient pas pour le travail aussi à l'extérieur des "femmes mariées et mères de famille" ne changèrent jamais d'avis et, aujourd'hui, vus les prédateurs d'ici comme d'ailleurs, le second salaire indispensable, incontournable est vécu par certaines non comme un choix mais comme une contrainte.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/03/2014

Les commentaires sont fermés.