03/11/2012

La photo du jour: “Des vêtements de marque vendus au kilo!

Sans titre-1.jpg
Après les montres au kilo et la pizza au mètre place aux vêtements vendus au poids. Et attention pas n’importe quels vêtements! ça ne s’invente pas. Le concept importé d’Italie est original et a le mérite de banaliser les vêtements de marque ou de les démocratiser en les mettant à la portée de toutes les bourses. Une seule boutique jusqu’ici se trouve sur le territoire helvétique et plus précisément à Lausanne. Selon ma correspondante qui m’a envoyé cette photo, ça vaut vraiment le détour et apparemment le public répond présent depuis l’ouverture il y a quelques jours de ce temple dédié aux aficionados de la mode…vendue au kilo! A quand les livres et les journaux sur une balance dans les librairies et les kiosques? Il y a de quoi se lécher les babines en attendant que le miracle touche un jour le secteur du livre, des DVD, CD et autres produits qui ruinent les consommateurs.

D'autres photos du jour ici

Et demain est un autre jour!

22:26 Écrit par Haykel dans La photo du jour | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Ah OUI Bravo !!! Avez vous réfléchit la sommes de souffrances en amont, pour en arriver la.

Prenez le terme colonie :territoire occupé et administré par une puissance étrangère. AH pardon ce n'est que du commerce.

Ou le terme esclavage :Défini comme un « outil animé » par Aristote (Éthique à Nicomaque, VI, chap. VIII-XIII), l’esclave se distingue du serf, du captif ou du forçat (conditions voisines dans l'exploitation) et de la bête de somme, par un statut juridique propre, déterminé par les règles (coutumes, lois, ...) en vigueur dans le pays et l’époque considérés. Ces règles fixent notamment les conditions par lesquelles on devient esclave ou on cesse de l'être, quelles limitations s'imposent au maître, quelles marge de liberté et protection légale l'esclave conserve, quelle humanité (quelle âme, sur le plan religieux) on lui reconnaît, etc. L'affranchissement d'un esclave (par son maître ou par l'autorité du prince) fait de lui un affranchi, qui a un statut proche de celui de l'individu ordinaire.
Ponctuellement condamné depuis l'antiquité (par des autorités morales et parfois politiques), et plus récemment interdit par les différentes déclarations des droits de l'homme, l'esclavage a mis longtemps avant d'être aboli. L'esclavage est aujourd'hui officiellement banni (via par exemple le Pacte international relatif aux droits civils et politiques). Néanmoins, outre le fait qu'il ne suffit pas d'interdire une pratique pour la voir totalement disparaître, cette pratique existe encore de nos jours et dans certains pays il peut encore exister localement des tolérances des pouvoirs publics.
Comment ni ai je pas penser ce n'est que du commerce,mais que ce soit dans les pays étranger ou içi en Europe il existe comme pour les volcans des foyers de partout.

Alors quand vous acheter bon marché c'est de la sueur et de la souffrances que vous encourager.

Écrit par : Lenchanteur | 04/11/2012

Les commentaires sont fermés.