Ce n’est pas mon jour!

Imprimer

© pixarno - Fotolia.com.jpgCe n’est pas mon jour! Je pense même que ce n’est pas mon année. Encore 5 mois à tenir durant 2012, une “Annus horribilis” pour ma petite personne. Le diagnostic vient de tomber par “autoconsultation”.  Je souffre d’un coup de blues aigu. Ou est-ce une déprime non déclarée mais avérée. Elle est latente comme certaines dépressions donc forcément plus pénible à supporter. Elle a pris ses quartiers dans mon être et ne veut plus l'abandonner. J’ai beau la soigner avec les moyens du bord, mais rien n’y fait. Elle s’incruste et ne me quitte plus. Je m’efforce à m’occuper l’esprit pendant la journée pas avec des mots croisés ou du sudoku qu’on se le dise. Recherche d’emploi (pour faire plaisir à ma conseillère), repassage (pour être élégant), tri dans ma paperasse (pour faire de la place à d’autres paperasses), courses (pour remplir la caisse de la grande surface et l’espace de mon frigo), quelques lectures bien éclairées (pour entretenir le côté intellectuel de mon cerveau), un petit surf inutile sur internet (pour assouvir ma curiosité), mettre de l’ordre dans un placard (pour se donner la bonne conscience d’avoir accompli un geste utile pendant la journée)… La nuit c’est un autre programme. Je n’ai pas encore vu une seule image des jeux olympiques. C’est que je n’ai pas la main mise sur la télécommande, ni sur mon programme nocturne. Mais je ne désespère pas pour autant! On aura certainement à la fin des jeux des interminables rétrospectives comme séances de rattrapages, je fais confiance aux chaines de télévision. Oui je reviens à ce jour. Déjà pour la énième fois je me trompe de date d’anniversaire avec ma mère…et ça ne ma pas porté chance. Je ne veux pas ressasser ma journée histoire d’oublier. Mon téléphone n’a pas sonné, ma porte non plus. A part un mail de la police qui m’informe des activités quotidiennes de la maréchaussée et un autre pour m’annoncer que je n’ai pas été retenu pour un poste de travail (j’ai pris l’habitude), c’est le désert! Côté réseaux sociaux, j’ai perdu un être cher. Sa page est introuvable comme le remède à mon spleen. Elle fût longue cette journée et ce n’est pas fini, il n’est que 22h30...

Et demain est un autre jour!

Illustration: © pixarno - Fotolia.com

Lien permanent Catégories : Réflexion 20 commentaires

Commentaires

  • Eh bien, Haykel?
    Il s'agissait là, je vous le souhaite, d'une interprétation libre de la photo et non du véritable récit de votre journée!

  • Chère Hélène, je n'ai malheureusement pas votre talent pour imaginer des histoires... C'est mon vécu!

  • Oh, là, Haykel...Mais la force vous a donc à ce point manqué pour partir en ville, votre appareil prêt à photographier quelque insolite scène comme vous savez si bien le faire?

    Haykel, je suis certaine que par vos lignes, vous avez rendu votre journée moins terne. Je veux dire par là que partager votre coup de cafard comme vous vous y êtes employé ici aura permis à chacun de vos lecteurs de vous apporter une petit signe d'amitié.

    Bien à vous et à demain pour un autre jour :-)

  • @ Hélène merci pour votre témoignage et votre soutien

  • Tiens bon Haykel, demain est un autre jour!

    Amitié.

    Benoît

  • Normal, Haykel! Et au vrai sens du terme, pas celui devenu tarte à la crème d'à côté.

    J'ai été si surprise par le titre de votre blog que je n'ai pas pu croire que c'était vrai! Ce d'autant que vous avez si bien su illustrer votre propos -par ailleurs tout-à-fait éloquent- que je n'ai pu m'empêcher de m'adresser à vous ici.

    Haykel, ces petites tâches auxquelles vous vous êtes livré peuvent sembler bien peu de chose. En réalité elles sont très salutaires. Et tout autant, la part de créativité que vous avez mise à votre sujet du jour.

    Bien à vous, Haykel

  • ... Et ce temps mi-figue mi-raisin n'est pas fait pour atténuer les coups de blues! Je comprends et compatis. Souhaitons que ce cafard ne soit que passager. Haut les coeurs!

  • ... Et ce temps mi-figue, mi-raisin n'est pas idéal pour atténuer les coups de blues ! Je comprends et compatis. Espérons que ce cafard ne soit que passager. Haut les coeurs !

  • Haykel, vous n'êtes pas seul! Des natures différentes ressentent les même symptomes. Selon-nous il est inutile de "positiver", prendre cette attitude peut amener à un trou plus grand. S'écouter, est un moyen.

    Ennuyeux certes, mais signe de vie, le blues.
    A un autre jour :-)
    Ps: Notre second remède contre le blues? Le Blues!

  • Vous avez toute ma sympathie. Si cela peut un peu adoucir ce passage, je vous remercie d'être toujours honnête et sans parti pris dans la gestion de votre blog. Merci.

  • allez Haykel, un coup de blues, cela est bien inhérent au fait d'observer le monde, parfois cela rend profondément triste, je le comprends. Mais ne pas se laisser submerger par une forme de détresse larvée qui paralyserait tout. Et question boulot, ce serait l'occasion d'en demander à la TDG qui se nourrit de tes photos à l'oeil depuis des années !!!

  • Salam Heykal,

    J'espère que ton mauvais jour a fait s'est dissipé et que le 12 août 2012 ce sera ton bonjour.

    Si c'est le cas et je le souhaite vraiment, vient à 20:45 dans le jardin autour du Temple des Pâquis actuellement Espace Solidarité Pâquis; notre fondation pour l'Entre-connaissance organise dans le cadre des "Pâquis se mettent au vert" un Ifar (un repas de rupture du jeûne en ce 24 ème jour du mois de Ramadan).

    Ce repas qui est offert à toutes et à tous avec l'aide de quelques commerçants musulmans des Pâquis, aura pour thème "Faire un pas les uns vers les autres".

    Nous t'attendons de tout coeur accompagné qui tu veux, pour partager avec nous "la harira et/ou la chourba" et déguster les savoureuses "zalabiya,chabakia et les magiques cornes de gazelles qui te feront voir les magnifiques étoiles même dans un ciel nuageux.
    Tout cela arrosé d'un délicieux thè vert à la menthe.
    Juste ce qu'il faut pour chasser le mauvais esprit et se protéger du mauvais oeil.
    Bien à toi et à bientôt incha'Allah.
    Hafid Ouardiri

  • "Les découvertes récentes en neurobiologie montrent qu'établir une relation amicale avec quelqu'un favorise la sécrétion de beaucoup de neuromédiateurs euphorisants. C'est également le cas de l'activité physique. Beaucoup de mes patients ont arrêté leurs somnifères après s'être inscrits dans un groupe de marche. Parler aux autres, aller au cinéma, avoir une alimentation équilibrée ou faire du sport peuvent souvent remplacer les antidépresseurs, abusivement prescrits. La solidarité affective fait psychothérapie. Si la souffrance est trop intense et si l'on ne trouve pas d'appui dans son entourage, on peut aller voir un psychothérapeute. Le corps médical voit trop souvent le médicament comme la baguette magique. La vérité est que la relation sociale guérit plus vite et plus sûrement. Même quand les psychtotropes sont nécessaires, ils ne sont pas suffisants."

    Même les blogs remplacent les médocs...

    Bon courage.

  • "Annus Horribilis" ... Nous sommes deux .. Décès de belle-maman, vacances au soleil annulées et pas remboursées, accident de moto, maladie et décès de ma mère, enterrements en série autour de moi avec un collègue qui se donne la mort, un job sans fin, accident de voiture, un loto qui plombe les bénévoles, un père qui n'arrive pas à faire son deuil, une compagne licenciée alors que très compétente, de futures vacances en Égypte compromises, tournois de foot annuel annulé, un gros coup de fatigue, plus d'envie, peu de plaisir ... Reste l'écriture et trois blogs qui se perdent sur la toile .. 2012 sera la fin d'un monde, elle a commencé !

    Amitié !

  • De dieu Walter ! Je me sens honteux devant l'avalanche de tuiles qui tombent sur vous. Et du coup je me sens mieux désolé ! Trêve de plaisanterie je compatis avec vous!

  • Cher Haykel, que cet oiseau bleu vole en vous très bientôt. Amicalement.

    Charles Bukowski. Il y a un oiseau bleu dans mon cœur

    il y a dans mon cœur un oiseau bleu qui veut sortir

    mais je suis trop coriace pour lui,

    je lui dis, reste là, je ne veux pas qu’on te voie.

    il y a dans mon cœur un oiseau bleu qui veut sortir

    mais je verse du whisky dessus et inhale

    une bouffée de cigarette

    et les tapins et les barmen et les employés d’épicerie

    ne savent pas qu’il est là.

    il y a dans mon cœur un oiseau bleu qui veut sortir

    mais je suis trop coriace pour lui,

    je lui dis, tiens-toi tranquille, tu veux me fourrer dans le pétrin ?

    tu veux foutre en l’air mon boulot ?

    tu veux faire chuter les ventes de mes livres en Europe ?

    il y a dans mon cœur un oiseau bleu qui veut sortir

    mais je suis trop malin, je ne le laisse sortir

    que de temps en temps la nuit quand tout le monde dort

    je lui dis, je sais que tu es là, alors ne sois pas triste.

    puis je le remets, mais il chante un peu là-dedans,

    je ne le laisse pas tout à fait mourir

    et on dort ensemble comme ça liés par notre pacte secret

    et c’est assez beau pour faire pleurer un homme,

    mais je ne pleure pas,

    et vous ?

  • Merci Colette c'est magnifique

  • regarde ce blues,c'est comme si l'âme se prenait des vacances, le corps se rebelle mais elle ne veut rien entendre, observe ton état d'âme comme si c’était une chance de pouvoir envoyer son âme en vacances, déposer le corps sur un instant long de calme mélancolique puisque l'âme et le corps sont inséparables mais parfois ils ont besoin de se regarder l'un et l'autre à distance comme des inconnus, pour pouvoir mieux se retrouver après , les vacances ne durent pas long temps tout le monde le sait...
    en attendant son retour prépare à ton âme un album de photos prises en son absence et ensemble regardez-les à son retour...

  • C'est très poétique, merci Luzia!

  • j'espère que cela va te passer ! la vie est belle il faut en profiter ;-)

Les commentaires sont fermés.