28/05/2012

Le 7 mai l'Assemblée constituante genevoise a accouché d’une souris!

Jeudi 31 mai aura lieu le vote final pour la nouvelle constitution genevoise. Acor Sos Racisme Suisse n'est pas d'accord avec certains volets du projet de cette nouvelle constitution qui sera soumis au vote du peuple le 14 octobre prochain. Voici sa prise de position que partage également le MouReDiN (Mouvement pour le Respect de la dignité du Noir):

581275_10151147614984554_627074553_13413174_1704759869_n.jpgApprouver le projet de constitution de la République et canton de Genève ?
L’Assemblée constituante a drapé son projet dans un superbe préambule
Le peuple de Genève, reconnaissant de son héritage humaniste, spirituel, culturel et scientifique, ainsi que de son appartenance à la Confédération suisse, convaincu de la richesse que constituent les apports successifs et la diversité de ses membres, résolu à renouveler son contrat social afin de préserver la justice et la paix, et à assurer le bien-être des générations actuelles et futures, attaché à l’ouverture de Genève au monde, à sa vocation humanitaire et aux principes de la Déclaration universelle des droits de l’homme, déterminé à renforcer une république fondée sur les décisions de la majorité et le respect des minorités, dans le respect du droit fédéral et international, adopte la présente constitution :

Les articles 2 et 15 de sa Constitution l’affirment crânement :
•    La souveraineté réside dans le peuple, qui l’exerce directement ou par voie d’élection. Tous les pouvoirs politiques et toutes les fonctions publiques ne sont qu’une délégation de sa suprême autorité (Art. 2).
•    1.  Toutes les personnes sont égales en droit. 2.  Nul ne doit subir de discrimination du fait notamment de son origine, de sa situation sociale, de son orientation sexuelle, de ses convictions ou d’une déficience. 3.  La femme et l’homme sont égaux en droit. La loi pourvoit à l’égalité de droit et de fait en particulier dans les domaines de la famille, de la formation et du travail. 4.  La femme et l’homme ont droit à un salaire égal pour un travail de valeur égale. (Art. 15).
Il était permis de douter de l’intérêt qu’il y avait à forger une constitution à froid, en l’absence de ces grands bonds en avant qui projettent les sociétés vers de nouveaux horizons et demandent la rédaction de nouvelles règles, plus démocratiques.

A Genève, ont leurs sièges l’ONU et ses agences spécialisées, le HCR, le Conseil des droits humains, le CICR au même titre que nombre des entreprises multinationales.
A Genève, les organismes qui sont nés ou qui ont retrouvé un sens au lendemain de l’adoption de la Déclaration universelle des droits humains côtoient les entreprises qui travaillent à leur mise en pièces.

Dans l’esprit de Rousseau, dont Genève célèbre cette année le tricentenaire de la naissance, sa nouvelle constitution genevoise, aurait pu, aurait dû s’élever à la hauteur des enjeux que la démocratie affronte dans le monde entier et accorder tous les droits politiques à tou-te-s ses citoyen-ne-s. « Tous les pouvoirs politiques et toutes les fonctions publiques ne sont qu’une délégation de la suprême autorité du peuple » affirme le projet de Constitution mais quelle voie trace-t-il, quels principes impose-t-il pour rendre effective l’égalité en droit de chacun-e quels que soient «son sexe, son origine, sa situation sociale, son orientation sexuelle, ses convictions» ?

Au lieu de cela l’Assemblée constituante genevoise a accouché d’une souris :

Pour ses auteur-e-s ses citoyen-ne-s devraient être discriminé-e-s en deux catégories différentes. Les titulaires des droits politiques, les Suisses. Et les étrangèr-e-s, dont les droits sont limités à ceux d’élire, de voter et de signer des initiatives et des demandes de référendum sur le plan communal.
ACOR SOS Racisme ne peut appeler à adopter une constitution qui sanctionne dans ses murs les inégalités qui, dans le monde entier, confortent les privilèges.

ACOR SOS Racisme
Moulai aldjia, vendredi 25 mai 2012

Le MouReDiN par la voix de son président, George Blézon se joint à cette prise de position.


Le MouReDiN, regrette le manque de volonté politique de la part des autorités de Genève, quand on sait le nombre d'étrangers qui y vivent. notamment, les représentations et leurs employés et leurs familles, les ONG internationales et leur employés et leurs familles etc...Le MouReDiN, fustige  cette insulte, cette infantilisation des étrangers, alors même que la constitution nationale encourage leur implication dans la vie de la société dans laquelle il vivent.

Il est donc incontestable, et c'est la maxime fondamentale de tout le droit politique, que les peuples se sont donné des chefs pour défendre leur liberté et non pour les asservir. Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes (1755) Source : Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes (1755).

12:04 Écrit par Haykel dans Réflexion, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : acor sos racisme suisse, mouredin | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.