26/11/2011

Journée Mondiale Sans Achats à Genève: enchaînés au crédit à la consommation!

2.jpgUne dizaine de membres du Réseau Objection de Croissance (ROC) a mené aujourd’hui à Genève une action spectaculaire en s’enchaînant à un panneau publicitaire qui vend du crédit aux personnes intéressées et ce en 30 minutes! Cette opération entre dans le cadre de la "Journée Mondiale Sans Achats" initiée par Media Fondation à Vancouver et suivie un peu partout dans le monde depuis 2004 pour réfléchir l’espace d’un jour sur la surconsommation.
“Enchaînés au crédit à la consommation” tel est le slogan retenu par les militants du ROC à Genève pour l’actuelle édition de la "Journée Mondiale sans Achats”. Selon ses initiateurs nous sommes pas tous libres et égaux devant le crédit à la consommation. Les chômeurs, les étrangers, les familles monoparentales et les jeunes sont une population plus vulnérable devant les instituts de crédit qui utilisent des campagnes publicitaires de plus en plus agressives. Le Réseau Objection de Croissance plaide pour l’interdiction de la publicité pour le petit crédit en Suisse. Dans ce sens une initiative parlementaire a été acceptée par le Conseil National et sera bientôt soumise au vote du Conseil des Etats.

Dans un communiqué envoyé aux médias, Roc souligne qu’il faut mettre un frein à tout encouragement à la consommation et rappelle que les biens matériels n’augmentent pas le bonheur. Vous étiez combien aujourd’hui à avoir fait vos courses? Et à avoir succombé à la fièvre acheteuse?

A noter que la Journée Mondiale Sans Achats a coïncidé à Genève avec la Journée du Partage qui a récolté 84 tonnes de denrées alimentaires non périssables destinées à 60 associations caritatives.

PS: Le 26 novembre est également la Journée des enfants des rues. Le 29 novembre : Journée Internationale de solidarité avec le peuple palestinien

1.jpg
En rapport avec cette note:
Et demain est un autre jour!

Commentaires

la bonne methode pour baisser les prix qui indiquent (normal) et les prix gonflées

Écrit par : farjallah | 27/11/2011

" Roc souligne qu’il faut mettre un frein à tout encouragement à la consommation et rappelle que les biens matériels n’augmentent pas le bonheur "

Il est bien connu que les nord coréens sont heureux de manquer de tout.

D.J

Écrit par : D.J | 27/11/2011

Rooooooh l'exagération...être objecteur de croissance c'est être communiste...hahaha la belle blague du lundi matin...

Alors à l'inverse ils ont l'air heureux aux USA tous ces gens qui ont perdus leur maison! Dans la ville de Cleveland il y a des quartiers entiers de maisons vides! Elles appartiennent aux banques! Les américains pauvres sont heureux de manquer d'un toit!

Écrit par : plume noire | 28/11/2011

@ Plumenoire,

Mon propos veut dire quand on a le ventre plein on peu bien s'opposer à la société de consommation et dire que le bien matériel ne rend pas heureux. J'ai pris l'exemple de la Corée du nord car symbole de pénurie de tout et de la famine. Je doute que cette exemple rends les gens heureux.

D.J

Écrit par : D.J | 28/11/2011

Mon cher D.J

Votre exemple de notre système politique et celle de la Corée du Nord (que je déplore tout autant que vous) a pour but de démontrer la dichotomie de nos deux systèmes. Effectivement en Corée du Nord les gens ne sont pas spécialement heureux. Mais le sont-ils ici ?

J'irai le demander le 24 décembre quand j'irai faire du bénévolat. Je pense voir, comme l'année dernière, à nouveau des personnes agées qui ont à peine de quoi acheter à manger. Sans compter que où je travaille, je vois exactement combien gagne nos personnes agées. Je me demande comment font-elles pour vivre. Notre société de consommation arrive à saturation (ça devait arriver...) Si les vieux n'ont plus la force de dire quelque chose, ceux qui mangent à leur faim comme vous et moi ne sont pas soumis à un régime totalitaire qui leur demande de la fermer.
Dire que l'on est heureux parce qu'on a le confort est un peu déplacer. Dans le livre "Plaidoyer pour le bonheur" de Mathieu Ricard, traducteur français du Dalaï Lama, il y amène le témoignage d'une femme juive dans un camp de concentration. Cette dernière étonne par ses propos. Malgré la situation tragique dans laquelle elle était, elle dit qu'elle avait atteint le bonheur.
Ce témoignage touchant montre une fois une plus que le bonheur n'est pas matériel. Cette philosophie n'est pas d'aujourd'hui, les lumières l'avaient déjà comprise. Comme quoi une pensée est plus forte qu'une idéologie!

Bien à vous!

Écrit par : plume noire | 28/11/2011

Et consommer n'égale pas bouffer... Enfin personnellement, je ne mange pas tout ce que j'achète.

Et même si on ne parlait que de nourriture, le gaspillage conséquent à une consommation "légère" est choquant. Il me semble donc qu'il n'est pas inutile de sensibiliser les gens sur cette question.

http://www.developpementdurable.com/environnement/2009/01/A644/un-quart-de-la-nourriture-mondiale-a-la-poubelle.html

Écrit par : Lala | 28/11/2011

" Dire que l'on est heureux parce qu'on a le confort est un peu déplacer. "

Ce qui est déplacé c'est justement vivre dans le confort en étant contre la société de consommation en prétextant que cela ne fait pas que le bonheur. Les gens qui ont justement à peine de quoi vire ne sont pas dans la précarité au nom de la décroissance. Un peu plus de confort leur feraient du bien. Ces anti-sociétés de consommation ne sont que des petits bobos qui ne manquent de rien le ventre plein. Les miséreux ne s'exhibent pas devant les caméras ou les photographes.

Les gens ont encore le libre arbitre pour savoir ce qui les rends heureux ou non. Que ce soit avec le confort matériel ou non. Les nord coréens n'ont justement pas ce choix. Ils n'ont rien parce que l'on veut qu'ils n'aient rien.

D.J

Écrit par : D.J | 28/11/2011

"Ce qui est déplacé c'est justement vivre dans le confort en étant contre la société de consommation en prétextant que cela ne fait pas que le bonheur."

Ce que j'avance sont des questions qui ont été réfléchis y a plusieurs siècle. Cette simple réflexion vient des humanistes et notamment de Rousseau. Je vous rappelle d'ailleurs que Rousseau est le père du contrat social et que la déclaration des droits de l'homme en découle.

Je crois que vous avez une vision réduite du confort. Le confort est une recherche perpétuelle de l'homme qui ne dépend uniquement de son environnement. Le confort diffère selon les pays et les coutumes. C'est un confort d'avoir un smartphone aujourd'hui. Mais c'est un inconvénient d'avoir un produit qui tient à peine 2 ans. Ce qui d'ailleurs prouve le manque de "qualité" de nos produits. Mais ce n'est pas la question.

Si j'ai bien compris votre raisonnement c'est parce que nous vivons dans le confort que nous ne pouvons critiquer. Alors mes amis quittons nos appartements et soyons des charges pour la société afin d'avoir la légitimité de râler! C'est ridicule... dans tous les cas cette forme de dénigration et de refus envers ceux qui critiquent est astuce purement communiste, ce qui m'étonne vu vos visions libérales. En même temps quand vous comprendrez que le libéralisme, originellement intéressant, à déboucher sur un communisme économique. Vous serez heureux quand les chinois seront partout.

"Les gens ont encore le libre arbitre pour savoir ce qui les rends heureux ou non"

Le libre arbitre ? voilà quelque chose de simpliste qui essaye de reprendre la conception du bonheur. D'ailleurs être heureux et atteindre le bonheur ce n'est pas la même chose alors n'essayer même pas de le faire. Il semblerait que notre société prouve justement que beaucoup de gens ne savent pas comment être heureux. Cela fait bien 400 ans que l'on sait que le matériel n'est pas la raison du bonheur. Alors n'essayez pas de faire de la philo ou de la spiritualité, cela ne vous va pas.

Écrit par : plume noire | 29/11/2011

Les commentaires sont fermés.