08/06/2011

Le dernier Infrarouge: selon Ouardiri le Constituant Sayegh est complètement hors-jeux!

1424787364.jpgHafid Ouardiri, Directeur de la Fondation de l'Entre-connaissance n’a pas apprécié l’intervention du Constituant PDC Constantin Sayegh lors de la dernière émission d’Infrarouge sur la Syrie et la Libye. Il vient de me faire parvenir un texte  où il condamne “les propos irresponsables et incompréhensibles d’un membre de la Constituante”.


===========================================
"Démocrate ici et dictateur là-bas ?"

Infrarouge mardi 7 juin 2011, au programme: « Syrie-Libye : deux poids deux mesures »

Les invités ont débattu de la situation en Syrie de part et d’autre du plateau, les suppos et les anti Bachar en présence d’un expert en sociologie politique, le Professeur Riccardo Bocco (IHEI), très emprunté, et Madame Marwa Daoudy en duplex d’Oxford, brillante analyste Suisse d’origine syrienne. Heureusement qu’elle a pu éclairer le débat et démystifier par la même occasion les accusations mensongères des suppos de Bachar qui ne sont rien d’autre que des accommodés de la dictature.

Personne n’ignore que les peuples arabo musulmans luttent les mains nues pour leur liberté face à une répression cruelle orchestrée par des dictateurs tyranniques qui veulent s’éterniser au pouvoir. Ce ne sont pas des guerres civiles comme certains veulent nous faire croire, ce sont des guerres des dictateurs contre leurs peuples.

Au cour du débat, les suppos de Bachar, bien installés au chaud en Suisse, se gargarisant d’être les défenseurs de l’ordre, des valeurs suisses et surtout de la démocratie avec un « D » majuscule, se sont comportés de manière gravement schizophrénique dans une confusion totale entre démocratie et dictature.

Sans titre1.jpgParmi ces suppos du régime totalitaire de Syrie, un certain C.S., un homme apparemment respectable, membre de la Constituante, encarté au parti PDC, a tenu à ma grande surprise des propos qui m’ont consternés pour ne pas dire profondément heurtés.

Comment peut-on affirmer que la terreur dont sont victimes les jeunes, les femmes, les hommes, les vieillards et surtout les enfants ne sont que « des détails » (cela me rappelle les propos d’un certain Le Pen) et que le « désordre », qui pour lui n’est pas une révolte, est manipulé par Israël et les Etats-Unis ? Des arguments fallacieux quand on connaît les stratégies souterraines du système Assad, nous voilà de nouveau dans la fameuse théorie du complot alors que nous savons tous que ce sont ces dictateurs qui complotent contre leurs peuples pour les priver à jamais de leur liberté.

Comment un homme connu et reconnu comme médecin, responsable politique, citoyen suisse vivant dans la Genève internationale et chrétien de surcroît (a-t-il oublié l’amour du prochain ?) peut-il en toute conscience tenir des propos aussi irresponsables et incompréhensibles ?

Comment peut-il être démocrate ici et soutenir aveuglément la terreur de la dictature de Bachar là-bas en Syrie ?

Je suis déçu de la part de cet homme que je connaissais, que je respectais et que je ne respecterai plus dorénavant à moins qu’il déclare sincèrement et clairement qu’il s’est grandement trompé et qu’il compatit à la douleur de ce peuple syrien innocent qui subit l’atroce répression de ce régime oligarchique des Assad et de leurs courtisans depuis presque un demi-siècle. A votre âge, mon cher C.S., on devient sage et on accepte les revendications des jeunes qui refusent de subir ce que leurs aînés on subi.

Il faut tout faire, politiquement et sans effusion de sang, pour aider le peuple syrien et les autres peuples arabo musulmans à vivre dans la liberté, la dignité, l’équité et la vraie démocratie et en finir définitivement avec ces dictateurs ou ces monarques sanguinaires.
Hafid Ouardiri

Photo 1 par Ali Zgal: Hafid Ouardiri lors d'une manifestation de soutien au peuple syrien sur la Place des Nations

Photo 2 capture d'écran lors de l'émission Infrarouge et représentant Constantin Sayegh

PS: le titre de cette note a été choisi par l'auteur du blog

A lire également:  "Syrie: Ouardiri s'en prend au constituant PDC Sayegh"

Et demain est un autre jour!

23:55 Écrit par Haykel dans Télévision | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : infrarouge, constantin sayegh | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Et une photographie de plus de Ouardiri! Que deviendrait Genève sans cet homme-là?

Écrit par : Mère-Grand | 09/06/2011

@ M. OUARDIRI
Excellente mise au point.

Écrit par : Cramia | 09/06/2011

Et quand est-ce qu'on verra une photo de vous grand-mère, vous qui vous cachez derrière un anonymat bienveillant pour vous défouler sur des gens respectables?

Écrit par : albert | 09/06/2011

Merci à Monsieur Ouradiri dont, une fois de plus, l'indignation met simplement les autres devant leurs contradictions. Comme lui, le Collectif Jasmin espère vivement voir ces accomodés de la dictature renoncer à leur petits privilèges d'esclaves et se ranger du côté du peuple syrien et de ses revendications légitimes de liberté, de dignité et de justice. l'Histoire se souviendra de tout, messieurs, et c'est à votre conscience et devoir de citoyen suisse, d'abord, que nous en appelons!

Écrit par : Shady Ammane | 09/06/2011

@albert
Vous n'êtes pas près d'en voir une: je n'ai aucun fond de commerce à défendre, qu'il soit religieux ou profane, et si j'en avais un j'essayerais, je l'espère du moins, de ne pas me laisser aller, de bon ou de mauvais gré, à la récupération médiatique de mon image.
Enfin, chacun selon ses goûts et ses convictions, et si je m'en prends exclusivement à M. Ourdiri (contrairement à ce que laisse entendre l'expression "vous défouler sur des gens respectables"), c'est qu'il se prête justement à un jeux qui je juge des plus hypocrites, car "vivre ensemble" signifie aussi pour lui "être séparé des infidèles dans la mort" et n'est donc qu'un slogan de propagande pour ses convictions intimes.

Écrit par : Mère-Grand | 09/06/2011

Les commentaires sont fermés.