27/04/2011

Révolution des œillets: Une révolution pacifique

Il y a 37 ans la révolution des œillets au Portugal a marqué les esprits. Le 25 avril tous les portugais ont commémoré cet anniversaire qui a mis fin à la dictature. Seconde contribution de Gabriela De Albuquerque (*) pour PLANETE PHOTOS après le portrait de João Roque, Directeur commercial chez la compagnie TAP Portugal. Et c'est l'occasion de rappeler que ce samedi 30 avril aura lieu à l'Université Ouvrière de Genève (UOG) un ensemble d'activités artistiques à partir de 13h00 (voir le programme en bas de cette note).

Revolução dos Cravos : Uma Revolução pacífica

puto.jpgHá trinta e sete anos atrás, na véspera do 25 de Abril, Portugal era um país fora do tempo.  Último império colonial do mundo ocidental, enfrentava uma guerra em três colónias africanas, fortemente  apoiadas por Cuba e pela Rússia, fazia face a repetidas condenações nas Nações Unidas e perdia rapidamente o apoio dos seus aliados.
Para os jovens de hoje, é difícil imaginar como era viver num país assim, onde raras eram as familías que não tinham alguém a combater em África, o serviço militar durava quatro anos, a expressão pública de opiniões contra o regime eram crime, os partidos políticos eram clandestinos, os líderes da oposição exilados. O direito à greve era interdito, a vida cultural estava sujeita ao apertado crivo da censura e as injustiças sociais proliferavam. A repressão fazia-se sentir, principalmente, na classe operária, mas o fascismo não conseguiu calar a voz dos trabalhadores. As greves surgiram em todos os sectores : transportes, pescas, indústria, agricultura e foram a força motriz do processo revolucionário.  Pequenas lutas e greves no sector agrícola, principalmente no Alentejo e Ribatejo, começaram a desferir golpes repetidos no até então inabalável regime fascista.
A classe operária formou a primeira frente de luta. A segunda, foi o crescente movimento democrático, a terceira frente popular contra a ditadura foi o movimento juvenil, com um papel de destaque. A quarta grande frente, foi o movimento das classes sociais. Em todos os sectores da vida social, o povo português passou à ofensiva contra a exploração e opressão fascista, lutando pela liberdade e pela solução dos seus problemas vitais.
A situação intensificou-se com o surgimento de movimentos pró-libertação da Guiné-Bissau, Moçambique e Angola, movimentos esses, que obtiveram êxitos relevantes na luta armada. O movimento contra a guerra colonial tornou-se num dos centros de maior descontentamento, adquirindo uma importância vital no desfecho da luta contra a ditadura.
cravos.jpgCrescendo rapidamente e de várias formas, a luta teve três frentes : ação política ; resistência dentro das forças armadas e resistência contra o aparelho colonialista. A guerra colonial portuguesa registou um número de desertores e refratários, até hoje inigualado . Grande parte dos emigrantes da época eram jovens fugindo ao serviço militar e à guerra. É nesse ambiente que dentro das forças armadas, surge o ‘movimento dos capitães’, tornando os principais apoiantes do fascismo em apoiantes incertos e cada vez mais condicionados. A crise interna em que o país se encontrava e os crescentes movimentos populares indicavam que seria impossível contornar uma situação revolucionária. Ao levantamento militar, seguiu-se o levantamento popular. Na noite de 24 para 25 de Abril, num subtil sinal programado, a extinta Rádio Popular transmite a censurada canção de Zeca Afonso, « Grândola, Vila Morena » dando início ao golpe militar que transforma completamente o país. O povo apareceu em massa,  poderoso, a acarinhar e a apoiar os seus militares, fundindo-se na mesma  aspiração, na mesma luta, no mesmo combate. Em 24 horas de revolução terminam os quarenta e oito anos de ditadura ; a Revolução Portuguesa surpreende e admira a Europa e o mundo.
A  festa da comemoração da queda do regime imposto por Salazar, foi, certamente, a mais linda festa política da História de Portugal ! O povo chorava, sorria, cantava e dançava, jubilante. Sem medo das armas, abraçavam os jovens soldados, enfeitando os seus fuzis com os cravos vermelhos, que simbolizavam o sangue dos combatentes mortos nas guerras coloniais. E assim pela mão do povo, a revolução ganhou nome : Revolução dos Cravos.

Gabriela De Albuquerque (*) pour PLANETE PHOTOS


============================================================================================
Version en français

Révolution des oeillets: Une révolution pacifique

© Jürgen Priewe - Fotolia.com.jpgTrente-sept ans auparavant, la veille du 25 avril, le Portugal était un pays en dehors du temps. Dernier empire colonial dans le monde occidental il fait face à une guerre dans trois colonies africaines, fortement soutenu par Cuba et la Russie. Sujet de condamnations répétées de l'Organisation des Nations Unies il a rapidement perdu le soutien de ses alliés.

Pour les jeunes d'aujourd'hui, c’est difficile d'imaginer ce passé. A cette époque le service militaire durait quatre ans, la liberté d’expression n’avait pas sa place, les partis politiques considérés comme illégaux, les opposants étaient contraints à l’exil, le droit à la grève était interdit, la vie culturelle soumise à un contrôle serré de la censure et les injustices sociales se sont multipliées. La répression s'est surtout fait sentir dans la classe ouvrière, mais le fascisme ne pouvait pas faire taire la voix des travailleurs.
Les grèves illégales apparaissent dans tous les secteurs: transports, pêche, industrie…et agriculture constituant une force motrice du processus révolutionnaire. Petites luttes et des grèves dans le secteur agricole, principalement dans l'Alentejo et de Ribatejo ont commencé à frapper des coups répétés sur le régime fasciste jusque-là inébranlable.
© Hunta - Fotolia.com.jpgLa classe ouvrière formée le premier front. Le deuxième a été la monté du mouvement démocratique, le troisième front populaire contre la dictature a été le mouvement de la jeunesse, avec un rôle de premier plan. Le quatrième front majeur a été le mouvement des classes sociales. Dans tous les secteurs de la vie sociale, le peuple portugais passe à l'offensive contre l'exploitation et l'oppression fasciste, une lutte pour la liberté et pour trouver la solution aux problèmes vitaux.
La situation intensifiée avec l'émergence des mouvements pro-libération en Guinée-Bissau, le Mozambique et l'Angola ont acquis un succès pertinent dans la lutte armée. Ce mouvement contre la guerre coloniale devient l'un des plus grands centres du mécontentement contre la dictature.
Une évolution rapide et à bien des égards, la lutte avait trois fronts: l'action politique, la résistance au sein des forces armées et la lute contre l'appareil colonial. La guerre coloniale portugaise a engendré un certain nombre de déserteurs et de réfractaires à ce jour inégalé.
La plupart du temps c’étaient des jeunes émigrants échappés du service militaire et de la guerre. C'est dans ce contexte que, dans les forces armées emergea le   «mouvement des capitaines »...
La crise interne que le pays traverse et les mouvements populaires ont alimenté une situation révolutionnaire. Le soulèvement militaire a été suivi par la population.
© Stephen Finn - Fotolia.com.jpgDans la nuit du 24 au 25 avril de 1974, dans un signal subtil programmé, la défunte Radio Popular transmet la chanson censuré de Zeca Afonso, "Grandôla, Vila Morena",  et c’est le début d’un coup d'Etat militaire qui a transformé le pays complètement. Des milliers de personnes sont descendus dans la rue en masse pour  encourager et soutenir l'armée. Les 24 heures de la révolution succédent aux quarante-huit ans de dictature. La Révolution Portugaise surprend et émerveille l’Europe et le monde.
La fête de la commémoration de la chute du régime imposé par Salazar, a été certainement la partie la plus belle de l'histoire politique du Portugal! Plusieurs parmi l’assistance ont pleuré, rit, chanté et dansé avec jubilation. D’autres ont embrassé les jeunes soldats insurgés qui ont mis sur le canon de leur fusil un œillet symbole du sang des combattants tués dans les guerres d’outre-mer d’où le nom de cette révolution qui n’a fait que 6 victimes.

Gabriela De Albuquerque (*) pour PLANETE PHOTOS

Illustrations de la partie en Français:

1:© Jürgen Priewe - Fotolia.com

2: © Hunta - Fotolia.com

3:© Stephen Finn - Fotolia.com

Unknown.png(*)Gabriela De Albuquerque en quelques lignes:
Née en Angola il y a 44 ans, Gabriela De Albuquerque est Portugaise. Passionnée par l’information, elle est diplômée de l’Ecole de Journalisme et Communication de Portalegre, cette ville portugaise magnifique, comme une terrasse sur l’Alentejo.
Gabriela aime lire, écrire, cuisiner, se promener. Elle nous propose un rendez-vous hebdomadaire. Elle a rencontré des Portugais de Genève. Ils ont accepté de se confier, de parler de leur vie, de leurs passions, de leurs liens avec le pays natal. Ils couvrent tous les milieux sociaux et professionnels. Ce sont des tranches de vie que Gabriela nous raconte. A déguster avec passion !

 

1124917121.jpg
Et demain est un autre jour!

22:11 Écrit par Haykel dans Portugal-Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gabriela de albuquerque | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.