18/02/2011

Elections municipales 2011: Sami Kanaan en attendant les autres!

20110218_5386-ssssss.jpgL’idée m’est venue il y a quelques mois. J’ai posé les jalons, j’ai prospecté, je suis allé de l’avant et je me suis aventurié dans un domaine que j’aime tant: la politique. N’ayez crainte ce n’est pas moi qui se lance dans cette activité oh combien contraignante,  je me contente d’aller à la rencontre de celles et de ceux qui font de la politique leur métier. A force de battre le pavé dans la cité de Calvin depuis maintenant deux ans et quelques mois, Planète photos et ma frimousse commencent à se frayer un chemin à Genève. Je me suis permis de lancer une invitation d’ingérence dans le quotidien de quelques politiciens qui ont croisé mon chemin et qui se lancent dans la campagne municipale.
Un rappel, je ne suis ni de gauche ni de droite. J’aime les hommes (pas d’arrière pensée) et les femmes (là c’est permis d’avoir des arrières pensées) qui apportent quelque chose à la communauté, à la ville et à la confédération. Mais il faut admettre que les femmes ne sont pas d’un abord facile question communication...politique!
20110218_5375-ssssss.jpgTrois poids lourds qui postulent pour le Conseil administratif de la Ville de Genève, le socialiste Sami Kanaan, le vert Boris Drahusak et le PDC Michel Chevrolet ont eu la même proposition presque en même temps. Et le premier à répondre à ma sollicitation est Sami Kanaan. Je suis ouvert aux autres partis mais hélas ce n’est pas gagné d’avance. Le MCG par exemple, Stauffer et surtout Poggia n’ont pas dénié une seule fois jouer le jeu malgré mes nombreuses interpellations pas sur cette votation mais sur les antécédentes, ce qui ma découragé d’aller vers eux à cette occasion. Ceci dit, je suis à l’écoute et à la disposition de tous les partis à Genève pas pour être leur porte parole mais pour les accompagner dans leur démarche avec le recul d’un citoyen attentif.
Premier rendez-vous avec Sami Kanaan ce vendredi 18 février. Rendez-vous programmé et confirmé quatre jours auparavant avec un petit changement la veille pour un café improvisé avec Manuel Tornare à 9h00 à la Place Bourg-de-Four. 20110218_5401-ssssss.jpgCinq minutes avant j’étais déjà sur les lieux précédant d’une minute environ l’arrivée de Sami Kanaan. Le temps de signer un document amené par une jeune fille, de boire un renversé et de parler des articles publiés par les journaux du jour avec Manuel Tornare et nous voilà sur le chemin de la Jonction pour une séance de travail avec une équipe de quatre personnes qui vont aider Sami Kanaan dans sa campagne électorale. Ambiance bon enfant, installés dans la cuisine avec un brunch improvisé, Sami et ses adjoints parlent de sport (voir les vidéos) et de l’égalité de traitement entre Servette et d’autres équipes. Ils ont également parlé d’autres sujets mais j’ai quitté les lieux au bout d’une dizaine de minutes pour ne pas les incommoder voire pour ne pas divulguer les stratégies qu’ils comptent appliquer ces prochains jours lors de leur campagne. Certes j’aurais pu rester mais mon but n’est pas de transcrire le contenu de la séance de travail mais plutôt de suivre un politicien pendant une journée et d’en rendre compte sur ce blog.

IMGP3570-ssssss.jpg

Sans titre-ssssss.jpg
12h20 déjeuner à l'hôtel d'Angleterre invité par le magazine Extension

A lire la suite ici

11:51 Écrit par Haykel dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sami kanaan | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Le visage de Kanaan, des morceaux de croissant dans la gorge ou un verre de jus d'orange à digérer, écoutant la position de Manu ("c'est digne d'une république etc.") est à mourir de rire.

Cette séquence, digne d'une brève de comptoir, tranche singulièrement avec le simili sérieux de sa séance de travail, façon shadow cabinet, composée des poids coq du parti.

Comment ne pas être cynique devant cette mise en scène façon Paris-Match pensée par les politiques ?

Je me réjouis de voir la suite...

LV

Écrit par : Van Ecke | 18/02/2011

Les commentaires sont fermés.